Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

"Franc-maçonne" (livre) d'Isabelle Duquesnoy: économisez 19,95€!

"Franc-maçonne" (livre) d'Isabelle Duquesnoy: économisez 19,95€!

Je ne souhaitais pas écrire d'article sur ce livre « Franc-maçonne » d'Isabelle Duquesnoy, sous-titré «Journal Insolent d'une femme libre dans le secret des loges ».

C'est Astride Mandos, tel Robin dans Batman, qui m'a éveillée – voire réveillée – à un tout autre avis. Je me suis donc pliée à la lecture des 365 pages de ce livre.

Des personnes qui quittent la franc-maçonnerie, il y en a – qui ensuite militent pour l'anti-maçonnisme aussi – Ce livre entre dans cette catégorie utilisant une bonne partie des ficelles classiques de l'antimaçonnisme. Isabelle Duquesnoy, l'anti-maçonne ("Ah ! On dit bien « maçonne » alors … C'est vilain comme tout, ça rime avec « klaxon ». page 35." ) n'a pas été visité par Bernadette Soubirou dans son salon, c'est presque à regretter.

Ce livre est aussi insolent que les pétarades d'une mobylette. Bruyant – mais bon, avec une mobylette – on ne va pas loin.

Isabelle Duquesnoy, l'auteure, a été initiée dans une loge de la Grande Loge Féminine de France en mars 2001. Elle passe au degré suivant deux ans plus tard. (compagnon). Après une mise en sommeil de trois ans, dit-elle, elle intègre le Droit Humain, (à partir de la page 295 de son livre), pour démissionner en 2013, refusant de passer au grade de Maître.

Sur le plan de la chronologie des événements, il y a des « trous ». Ses absences et sa mise en sommeil ont vraisemblablement été un peu plus long qu'elle ne le dit.

Elle se présente (et loin de moi d'en douter) cultivée, intelligente, issus d'un milieu d'intellectuels et d'artistes, et est dotée d'une très haute opinion d'elle-même. Elle rêve d'entrer en franc-maçonnerie. Son rêve, je vous rassure, ne dure qu'une page. Les enquêtes menées, elle reste, durant une page, devant sa penderie regrettant de ne pas pouvoir mettre un cachemire Bompard, qui mettrait en valeur son teint de blonde.

Elle découvre le jour de l'initiation qu'elle est dans une obédience féminine et déteste d'emblée la robe noire – mais avant, elle détestait le cabinet de réflexion, (il y faisait froid, la chaise est inconfortable, … ), la cérémonie d'initiation (peur de faire craquer son pantalon sous la porte basse, chaussette trouée, …) qu'elle dévoile complètement – question-réponse incluses – Comme cela c'est fait - Elle décrira cette même cérémonie au Droit Humain, une seconde fois - cela doit faire plus de pages -

Une scène du livre en dit bien plus long sur la personnalité de l'auteure :

Citant le passage complet du rituel, je l'ai écourté :

« <.... > Pouvez-vous sacrifier au profit des pauvres que nous assistons, les bijoux et l'argent qui vous appartiennent et que l'on m'a remis ? <....>
« Peut-on marchander ou discuter un peu. Probablement pas.
Mon alliance, je n'est pas envie de m'en séparer. Elle symbolise notre amour, mon engagement envers Laurent. <....>
Mes boucles d'oreilles ? Un voyage en Asie. Nous étions fauchés et éperdument amoureux. <....>
A la réflexion, je ne peux m'en défaire. C'est une partie de ma vie qu'on me demande de sacrifier.
-  Je préférerais vous faire un troisième chèque, dis-je, un peu écoeurée.

Murmure général dans l'assistance … Je suis peut-être la première à montrer autant de réticence. »

J'ai vu une femme qui d'un seul geste à retirer tous ses bijoux sans aucune hésitation. La sœur hospitalière n'a pas eu le temps de la retenir, et la vénérable de terminer son discours, qu'elle avait déjà enfourné dans le sac tendu deux bracelets et une bague …. Isabelle Duquesnoy pense certainement faire de l'esprit ou interpeller le nôtre sur ce "dépouillement" - qui n'est que symbolique!

Comment une femme, ayant tous les moyens pour s'informer, ne savait pas que la Grande Loge Féminine de France initiait que des femmes ? « Féminine » n'est peut-être pas un mot assez clair. Au fil des pages, on découvre d'ailleurs, qu'elle avait plusieurs amis maçons avant son initiation.

(Vérification faite, c'est une première chose que je présente dans un de mes tous premiers articles, une vieille habitude tenace qui m'oblige à préciser ce type de détail : : http://lamaconne.over-blog.com/les-principales-ob%C3%A9diences-initiant-des-femmes )

N'ayant que son témoignage – et un témoignage à charge contre sa loge et la franc-maçonnerie en général – nous ne pouvons savoir ce qu'il en était du côté des enquêtes menées. Je doute que les raisons de son choix, ses motivations, aient été passées à la trappe, ainsi que l'état de ses connaissances sur la franc-maçonnerie et son fonctionnement. Choisir une obédience féminine n'est pas anodin.

Isabelle Duquesnoy tenterait-elle, avec ce récit, de faire passer la franc-maçonnerie pour une secte qui conduirait des profanes à l'initiation, comme des animaux à l'abattoir, sans leur dire quoique ce soit ?

Elle déteste la robe des sœurs de la GLFF du début à la fin du livre. Elle la trouve, en fait, moche.

Entre deux manucures, le fait m'interpelle. Une maçonnerie qui accoutre les femmes d'une robe noire, longue, taille unique, moche, tiens! .

La description de ladite robe – et surtout de sa découverte – est loin de nous glacer le sang - et franchement - elle prends ces futurs lecteurs pour des sots:

« L'heure est à la remise officielle de ma tenue d'apprentie maçonne. J'ai tellement hâte de porter le tablier de peau blanche et un sautoir de satin turquoise ! Quel pendentif doré aurai-je sur la poitrine ? La sœur Maîtresse des cérémonies passe ma tête dans une étoffe noire et m'indique où sont les manches de cette robe descendant jusqu'au pied. Une fermeture à glissière couine dans le ; silence ; me voici vêtue d'une ample et longue tunique digne de Morticia, héroïne de la famille Addams.

Je n'aime pas cette robe dont le col Mao enserre la gorge et la coupe droite, façon cube, saccage la silhouette. Mais je compte beaucoup sur le plastron de satin blanc pour agrémenter l'ensemble.

Je reçois le tablier d'apprentie ; il est en sky blanc. Une horreur, carrée, avec sa bavette pointue relevée lui donnant un aspect d'enveloppe ouverte. <...> J'attends avec impatience la remise de mon plastron de satin turquoise, il n'en est pas question. Un large ruban rouge terminé par une grosse médaille vient achever ma tenue. J'observe la médaille dont le poids pèse sur ma nuque : elle n'est pas jolie, sans être laide non plus. Simplement lourde et ronde, semblable à un trophée pour la troisième place du podium, genre conserve de petit pot Blédina en bronze. »

Malgré cette expérience traumatisante, elle reste. Personne ne l'y oblige pourtant.

Des rituels qu'elle critique, soit – mais aussi les sœurs, les frères, de leurs planches, de leurs physiques, tenues et coiffures... C'est laid. C'est pénible à lire. Cela se veut insolent, je n'y vois rien d'autre que la méchanceté d'une gamine.

"Je la suis, sans parler, pour mieux percevoir mes premiers pas résonner dans ce temple de sagesse. De dos, sa silhouette me choque un peu. Enfin, disons plutôt qu'elle me déçoit. Sa coupe de cheveux représente tout ce que je déteste : mèche très courtes, un style à la garçonne avec une ridicule petite queue maigre qui pend sur sa nuque. Dans mon esprit, et j'ignore pourquoi, cette coiffure est associée à l'ordinaire, peut-être même au vulgaire." Page 28 (jour de l'initiation, accueil de la profane). 

« La table est mise, les gloutonnes sont devant leur assiette, couvert en mains et gobet rempli pour la deuxième fois. <...> Yoda trie les légumes et utilise son pain pour les pousser sur sa fourchette, Monique boit cul sec, Lydie parle la bouche pleine et postillonne, ... »

« J'amènage les déambulations des frangines sur le Carnaval des Animaux. L'éléphant accompagne Yoda, c'est presque une insulte pour le pachyderme ; l'Aquarium escorte Marie, sachant si bien nager en eau trouble. Page 189. »

"Personnellement, j'apprécie ce jeune frangin dont le caractère débonnaire nous est indispensable, mais je ne vois guère en quoi ses réminiscences familiales peuvent faire avancer le schmilblick maçonnique, en quête de symbolisme et de progrès social. Page 334.' 

« Je crois à la franc-maçonnerie, mais sans les francs-maçons (page 195) »

Un livre pour finalement cracher cela, cela confine au ridicule.

Il n'y a pas de Secret en franc-maçonnerie. Cela ne l'empêche pas de le réclamer, car on lui aurait « rabattu les oreilles avec ».

Voir pire, les francs-maçons, êtres ô combien abjectes, vendent leurs âmes pour des cordons ou des degrés.

« Gravir les échelons exige une persévérance hors du commun,. Ecrit-elle. Pour toute nourriture intellectuelle, on se contentera d'un semblant de vie sociale, de cérémonies folkloriques dont les rites, empruntées à toutes les religions, sont des mises en scène visant à déstabiliser les impétrants. Finalement, si l'on n'adhère pas à la franc-maçonnerie dès l'initiation, on accepte progressivement des principes contraires à soi-même, en taisant ses révoltes. (page 220)»

Au Droit Humain, devant passer sa maîtrise, je demeure quelque peu perplexe – ma manucure sèche – devant l'énergie qu'elle dépense pour expliquer pourquoi elle ne veut pas monter au grade de maître.

Dans ce chapitre, elle présente une de ses planches – une planche type « catalogue » sur le pain.

« Ce travail m'a demandé de nombreuses recherches sur l'histoire du blé, l'évolution du pain et les combats sanglants qu'un tuilage en son nom a pu engendrer. <...>
Je n'écoute pas la suite. Perplexe d'entendre que j'ai donné un « cours d'histoire », ...
Durant les agapes, cinq frères et soeurs me demandent une copie de ma planche, pour la relire à tête reposée. Je suis heureuse qu'elle leur ait plu. Voilà qui efface les rebuffades discrètes du temple. » Page 333

Elle nous livre le rituel d'élévation, bien sûr. Les rituels qu'elle décrit représentant l'essentiel de son livre, elle n'allait pas manquer d'ajouter ces pages.

« Lorsque j'ai accepté ces niaiseries visant à me faire croire que nous détenons un secret d'élite et le monopole de la vertu, on m'inculpera de nouveaux gestes, mots et attouchements du maître ; ils ne sont pas moins burlesques que les précédents.

… Simuler la mort pour raviver la fraternité n'est qu'un jeu d'adultes en mal d'exotisme spirituel. Sur quels motifs les maçons d'aujourd'hui peuvent-ils se revendiquer comme les successeurs des bâtisseurs de cathèdrâle, ou les héritiers d'Hiram ? …

En m'allongeant dans ce bricolage, cet ersatz funéraire, j'accepterais d'être des leurs – des leurres ?  - je tendrais le coup malgré moi vers les grades supérieurs, je serais peut-être tenté de valider des plans écoeurants aux élections des Collèges des Officiers, …. Obéir ? Quelle aberration ! Et si demain j'avais la charge d'une apprentie à mon image, impertinente, curieuse et avide de connaissances, devrais-je lui transmettre ce que l'on a voulu m'inoculer ? Ce serait non. Je lui apprendrais à désobéir aux ordres stupides, inexpliqués ou humiliants. » Page 345

Tout le long du livre, je me suis interrogée sur ce que ces femmes et ces hommes lui ont fait.

Il n'y a rien. Elle aurait été interdite de se rendre à une tenue blanche ouverte (qui accepte les profanes) alors qu'elle était apprentie. On comprends, bien là, son ignorance de la franc-maçonnerie et de ses usages. Ce genre d'interdiction est tellement grossière que cela me paraît guère crédible. Il lui suffisait de prendre sa voiture et d'y aller.

Pense-t-elle que les soeurs et les frères sont parqués dans un carré VIP lors de ce type de tenue? Attendait-elle une invitation personnelle? Elle en fait pourtant l'essentiel de son livre, la cause de ses griefs (avec la robe noire). Elle raconte qu'elle a été obligée de couvrir la vénérable surnommée Yoda qui le lui aurait interdite, en mentant, prise au milieu d'une conspiration interne à sa loge (dont je n'ai rien compris).

Un miroir apparaît (miraculeusement!) au rituel d'initiation de la GLFF au REAA. J'en connais qui se retourne dans leur tombe.

La robe noire – si laide – n'est pas portée selon elle, par les dignitaires de la GLFF, aux cordons de roses – qu'elle appelle des hauts grades. Ceci page 139. J'en connais d'autres qui hurle de rire. Voir même, c'est à se demander si elle en a porté une seule dans sa vie : elle nous fait tout un récit de robes mal pliées, qui se froisseraient!

Du rituel, elle n'en fait – et n'en a fait – qu'une lecture littérale. Telle une créationniste maçonnique, elle appartient à ceux qui considèrent que dieu a crée le monde en 6 jours et que les francs-maçons prétendent détenir le Secret de cette création (ou un autre Secret, car qu'en savons-nous?). Aucune approche sensible d'une sœur, d'un frère, d'un seul propos, de ceux qui touchent, qui éveillent à autre chose. Pas un mot sur les sœurs et les frères qui souffrent. Il n'y a qu'elle qui connaît les affres de la souffrance. Rien sur ces sœurs et frères que nous enterrons, de la tristesse d'une loge. Rien sur l'amitié qui nous unit dans nos différences, de génération, sociales, culturelles …. C'est un monde froid qu'elle décrit.

L'auteure n'est jamais « entrée » en franc-maçonnerie, elle a vu ce monde avec suffisance et superficialité. Elle est restée-là, dans le cabinet de réflexion à critiquer la déco. C'est un échec. Le sien, dont elle ne veut pas prendre la responsabilité. Elle, si parfaite, si cultivée, si intelligente, - ce n'est pas possible. Ce ne peut être que les autres, à cause d'eux. Regardez-les, comme ils sont communs ! Comme ces femmes sont laides, et si mauvaises ! Même la coupe d'amertume n'est pas en cristal !

"Ce cabinet de réflexion est sinistre. Pour seuls meubles, une chaise d'écolier en bois vernis, une méchante table recouverte de feutrine noire. La chaise me glace les fesses." Page 30

Ce livre présente une femme aigrie, triste témoin de sa classe sociale, qui met un euros (pas plus) dans le tronc hospitalier, attachée à ses bijoux, jugeant que ceux qui doublent leur oboles pour excuser leur dernière absence, est « obscène ». Elle ne se demande pas laquelle de ces sœurs, de ces femmes, de ces frères et de ces hommes, a du mal à payer ses capitations. Une femme qui montre une maçonnerie dans laquelle, elle n'a rien compris, qui n'y a pas trouvé sa place – qui refuse d'admettre une réalité, bien plus pénible pour elle: l'initiation, ce ne sont pas les autres qui la font, mais nous la construisons pour nous-mêmes. Seuls. La loge n'est qu'un lieu de partage de ce travail, dans laquelle nous nous trouvons des compagnes et compagnons de route. Un travail solitaire et personnel. Elle n'a jamais commencé le sien.

Nous, sœurs et frères, nous nous sommes trouvés un Léo Taxil en cachemire Bompard. Nous voilà, bien.

De "franc-maçonne", ce livre en a que le titre. Nous n'avons pas besoin de dépenser 19,95 € pour le mesurer.

Lilithement vôtre,

Voici une publicité "décors maçonniques" accessible sur le Web, de la fameuse et célèbre robe noire des soeurs de la GLFF.

Voici une publicité "décors maçonniques" accessible sur le Web, de la fameuse et célèbre robe noire des soeurs de la GLFF.

En dernière minute, j'ajoute cette carte de notre soeur KA à retrouver sur son site: http://ptitesmaconnes.crokeusedinstant.com/#accueil.  Un clin d'oeil pour les soeurs de la GLFF qui se sont vues taillées un costard ... alors qu'elles ne semblent pas manquer d'humour et d'autodérision.

En dernière minute, j'ajoute cette carte de notre soeur KA à retrouver sur son site: http://ptitesmaconnes.crokeusedinstant.com/#accueil. Un clin d'oeil pour les soeurs de la GLFF qui se sont vues taillées un costard ... alors qu'elles ne semblent pas manquer d'humour et d'autodérision.

Partager cet article

Commenter cet article

Tony 12/10/2014 08:57

Est ce que le livre existe en format pdf?

ashlyne 06/07/2014 00:04

de se que je vois, vous êtes une flopée de franc maçons qui essais de sauver les meubles. J'ai qu'une envie acheter se livre pour rigoler un peu de vos petite secte de cours de récréer. Il est facile de comprendre que tout ces rituels et tout le système de la franc maçonnerie n'as pour but que de créer des réseaux de corruptions immenses. C'est bien votre crédos de secourir au péril de votre vie vos frères et quoi qu'il est pus faire. Police, justice, enseignement, politique, médias etc. Voila pourquoi des pédophile des voleurs violeurs etc sont toujours en liberté. La franc-maçonnerie gangrène notre société et je rêve du jour ou tout cela seras balayé. Et le plus dramatique, c'est que la plupart ne se rende même pas compte qu'ils servent une cause sataniste, et qui seront jeté comme de la merde par les plus puissants donc ils ne verront même pas une ombre au moindre problème, car un jours il vas bien falloir rendre des comptes.

La Maçonne 06/07/2014 00:17

Faites le et amusez vous bien. Il y a des réalités qui vous échappent passablement.Mais vous serez comme cette auteure à vous trouvez un responsable à vos propres incapacités.

Christiane 06/03/2014 08:06

C'est par hasard que je suis tombée sur ce livre que je suis en train de lire. Le simple fait d'avoir écrit ce livre en dit long sur la personnalité et l'intégrité de son auteure. Plusieurs fois elle a prêté serment, serment non respecté puisqu'elle prend plaisir à raconter tout ce qu'elle a vécu en franc-maçonnerie dans les moindres détails. Je ne vois pas comme autre objectif à son livre que celui de révéler ce pour quoi elle avait promis de se taire. Il apparaît dès le début de ses écrits que cette femme n'a rien compris à la Franc-Maçonnerie. Elle prend tout au premier degré et n'a aucune capacité d'analyse. Elle n'a même pas compris la signification de la robe noire qu'elle a portée !
Elle n'est plus FM, c'est parfait ! personnellement, je n'aimerais pas être son amie. J'aurais bien trop peur qu'elle publie les confidences que je pourrais lui faire afin d'en tirer profit.

Henri Golant 06/03/2014 15:19

Elle n'est plus FM... 'Christiane ; Elle ne l'a très certainement jamais été...(La Maçonne)
Si ID a vécu l'initiation, elle est une soeur mais pratiquement tous les rites au 1er degré établissent une question : êtes-vous franc-maçon(ne) et la réponse qui DOIT être donnée est : mes SS/FF me reconnaissent comme/pour tel.
Aucun(e) initié(e) ne peut prétendre être franc-maçon(ne). Seules nos actes, notre comportement, notre expression permettent de nous voir reconnu dans la QUALITE de franc-maçon(ne).
En entrant dans une Loge, nous ne devenons pas ipso facto franc-maçon(ne). Seul le temps que nous offrons et le travail que nous accomplissons avec ténacité, ardeur, bienveillance, bienveillance, amour... et ensemble, permettent d'espérer être reconnu(e).
Je ne reconnais pas ID comme franc-maçonne mais je la tolère comme une soeur en humanité (comme tous les autres êtres humains) parce que je la reconnais comme une femelle humaine en devenir (peut-être... espérons...) d'être FEMME accomplie comme toute Vraie franc-maçonne peut l'être.
J'espère à la petite ID de faire son chemin... de vie et qu'elle y rencontre de forts obstacles qui la feront chuter afin qu'elle se montre à elle-même dans l'adversité en ayant le courage de se relever, de se dresser pour faire un nouveau premier pas et continuer d'avancer pour construire (car tel est la finalité du travail maçonnique) et non pour dénigrer ou rejeter sur autrui ses propres errances.
Tel est le souhait d'amour et d'humour que je délivre à toutes les ID en souffrance.

La Maçonne 06/03/2014 12:15

Elle ne l'a très certainement jamais été. On le devient dès le moment où on commence à "comprendre" ...et à ne plus tout lire au 1er degré. (mais ceci est mon avis purement personnel).

Henri Golant 29/11/2013 15:53

Il existe un principe en loge qui est de ne pas s'exprimer plus de 3 fois sur le même sujet en évitant des dialogues de sourds. La Maçonne et Gosselin devrait s'en rappeler car cela n'apporte rien de constructif.
Etre FM est pour moi être libre de mes choix. Dépenser 19€ pour la diatribe d'une adulescente peut être une erreur mais une erreur c'est un autre pas vers la connaissance de la Vérité dès lors que l'on tâche d'y remédier.
Il n'est rien de positif à s'invectiver pour prouver que l'on a raison.
Qu'ID règle ses comptes d'adulescente narcissique en passe de devenir perverse ne concerne qu'elle et son ego. Oublions-là ! Le silence est la plus profitable des réponses à offrir à celles/ceux pensant détenir la Vérité.
Les FM (féminins et masculins) reconnus comme tels ont leurs chemins à parcourir et cela seul importe car leurs actions positives ont une influence véritable au progrès de notre Humanité.
ID a voulu faire du fric avec son pamphlet anti-maçonnique, c'est son problème. Nous finissons toujours par récolter ce que nous avons semé, les bonnes comme les mauvaises graines.
Notre objectif n'est-il pas de construire une Humanité plus éclairée, plus juste, plus sororelle et fraternelle? Avançons et oublions les mauvaises pierres qui ne méritent que l'intérêt que peuvent leur prêter les moutons bêlants.
J'ai dit !

La Maçonne 29/12/2013 22:19

Merci Sophie.
Vous êtes la bienvenue sur ce blog. N'hésitez pas à poster des commentaires.
Bonnes fêtes à vous!

La Maçonne 29/12/2013 22:19

Merci Sophie.
Vous êtes la bienvenue sur ce blog. N'hésitez pas à poster des commentaires.
Bonnes fêtes à vous!

sophie t 29/12/2013 21:45

D un oeil extérieur, de quelq un pensant souvent à la franc maçonnerie, et donc étant encore profane mais un peu érudite.. il est clair que l auteure du livre n a pas pas compris le principe même de la franc maçonnerie.
Elle aurait mieux fait d écrire un roman , d ailleurs les passages cités dans cet article m ont un peu fait penser aux divers personnages anti maconnique des romans de giacometti et ravene..

Encore une fois il est dommage, surtout pour cette personne, de ne pas savoir être plus objective ni même de savoir lire entre les lignes du symbolisme.

Merci pour cet article!

La Maçonne 29/11/2013 16:59

MTCF Henri, Si j'avais écrit cela, notre Gosselin m'aurait incendié!

La Maçonne 21/11/2013 10:32

Heu ... c'est la deuxième fois que je met mon article en lien sur les commentaires de Koch.
Après le 7ème commentaire pour une première fois!

Yasfaloth 21/11/2013 13:39

@Gosselin

Oui, enfin là ce n'est quand même pas La Maçonne qui publie un n-ième pamphlet anti-maçonnique, en l'occurrence déguisé en états d'âmes d'esthète !

Il faut appeler un chat un chat !

Quand aux problèmes vestimentaire, en cas d'inconfort, je suis sûr que personne ne trouve jamais rien à redire à une adaptation discrète...

Pour moi, en tant que maçon, cette dame n'est pas honnête et n'est pas défendable en l'état. Et puis ce n'est pas notre hôtesse qui lui fait de la pub, mais FK qui trouve en elle un excellent moyen d'apitoyer le gogo et de tenter de relancer son blog ... comme il en a l'habitude.

Cordialement

Yasfaloth 20/11/2013 22:13

Bonsoir

Merci La Maçonne pour cette "critique" qui correspond totalement à mon ressenti pour le peu que j'ai pu lire de ce bouquin que je n’achèterai sûrement pas, malgré son indéniable intérêt sociologique.

Et encore je te trouve bien aimable : non seulement Isabelle Duquesnoy brûle et profane les valeurs de celles qui l'on fraternellement accueillies, mais en plus elle prend ses lecteurs pour des quiches !

Qui peut penser que pendant toute la phase d'enquête, le passage sous le bandeau, etc... elle n'ait jamais été confronté au sigle "GLFF" ? N'a t'elle pas, même formellement dû rédiger une lettre de motivation ? Ne l'a t'elle pas adressée à quelqu'un (au féminin) ?

Autre exemple : sur Facebook, elle moque la "planche" d'un frère ayant accompli le pèlerinage de Compostelle. Celui ci aurait déclaré, je cite : "- Le meilleur, à la fin de la journée, c'est de se couler dans un bain chaud avec une coupe de champagne.". Ayant (très partiellement) parcouru le "Camino", je ne crois pas un mot à ce qu'elle raconte là, même si le "champagne" était en fait de la "cava", car tellement loin de l'esprit, et même des possibilité, des hébergements d'étapes. Sans doute, le conférencier parlait il de son arrivée à Santiago... peut être Isabelle écoutait elle d'une oreille distraite... il est tellement tentant de jeter un peu de discrédit sur celui qui (pour elle) ne semble représenter qu'un de ces sybarites qui se détruisent les orteils juste pour venir frimer devant des nanas mal fagotées !

Quid de la fraternité, quid de l'amour "agapè" ? Ou juste de la gratitude pour un frère venu partager son vécu et sa quête ?

Pour finir tout cela m'a rappelé irrésistiblement un chapitre de "La Réalité Maçonnique" de J. Verdun : "Vertige des intellectuels séparés" si vous avez ce livre, je vous invite à vous y reportez (pages 85 à 99), cela vous fera au moins, j'en suis sûr, sourire un peu...

Cordialement

la Maçonne 21/11/2013 17:48

Ben voyons!
Bientôt tu vas me reprocher l'existence de ce livre!
Je vais me renseigner aupres de soeurs de la GLFF au sujet de ton histoire de "couture", mais a mon avis la reponse risque d'etre un grand eclat de rire! (Oui oui et elles chantent "ce soir je serai la plus belle...")

gosselin 21/11/2013 17:17

Tu te plantes complètement concernant les robes faites maison ; elles existent toujours et plus que tu le croies !!! renseigne-toi mieux avant de faire la prêtresse du prêt à penser !!!
Mais on voit que tu ne supporte aucune contradiction, c'est dingue une agressivité pareille.
Et tu penses que Koch va trembler quand tu "dis ça se règlera comme je veux" avec lui ? Quelle féminité délicate ! Arrête avec tes postures de catcheuse et arrête d'affirmer que tu as toujours raison, arrête de te comporter comme une virago. La maçonnerie souffre AUSSI de comportements comme les tiens.

la Maçonne 21/11/2013 15:51

Gosselin: se moquer d'un physique (comme elle le fait) est aussi grave que se moquer d'une religion. "Delit de sale gueule"
A koch, je n'ai mis qu'une phrase bateau type "voici un article" et un lien.Tu peux lire sa "réponse".. mais bon cela va se régler comme moi je veux. Je sais encore penser toute seule!
Une femme qui parle n'est pas une femme violente.
J'ignorais qu'il y avait encore des robes maison en 2001 - je ne le crois pas : la dernière "mode" était de faire son ourlet! Et cela elle n'en parle pas (le coup de faire de la couture cela aurait fait un chapitre défendable!)

gosselin 21/11/2013 12:38

J'ai parlé avec une soeur de cette histoire de robe étriquée au cou, et j'ai eu la surprise d'apprendre que dans certains ateliers, les SS cousent elles-mêmes leurs robes. Cette soeur me dit que dans son atelier, elles portent des modèles plus ou moins réussis, synthétiques ou coton, mal foutus ou bien coupés. Hyper larges, c'est vrai, mais pas au cou, au point qu'il leur arrive d'ouvrir un peu la fermeture éclair pour avoir moins chaud. Renseigne-toi là-dessus quand même.

Et je n'ai lu AUCUN propos de ID sur la couleur, la religion de ses FF et SS.
Cela m'aurait choqué si tel avait été le cas. Pas plus que de mentions sur une suposée supériorité intellectuelle.
J'ai plutôt été ahuri par le nombre de décès autour d'elle et j'ai pensé qu'elle était affaiblie de ne plus avoir de famille (avoue que, même si son bouquin est inutile, elle a ramassé question cadavres) et que peut-être ... cet état de faiblesse expliquait une erreur, autant de sa part que des enquêteurs.

Je n'essaie pas de la défendre, j'essaie de t'inciter à ne pas montrer dans tes propos ce que tu dénonces dans les siens. Tu donnes l'impression d'être une personne violente. Et si Koch te raye de son blog, tu peux te questionner (ce n'est pas honteux de se remettre en question, c'est même une preuve d'intelligence et de modestie), donc te questionner sur l'image que tu projettes toi-même de la maçonnerie actuellement.

Je ne te critique pas, je veux juste te dire qu'on sent que tu te retiens, et que des soeurs de cette violence à peine contenue, ça fout la trouille pour l'avenir de la maçonnerie.

La Maçonne 21/11/2013 11:54

Mon pauvre Gosselin, si tu savais comment je suis ... un bon café chaud et enfin une heure devant moi avant un rendez-vous professionnel.

Pour le jugement physique, détrompe-toi : elle n'a pas un cou de taureau, elle est plus fine que moi de partout! Mais cette robe, je la connais. Contrairement à toi. Elle est hyper-large - hyper pas sexy - et infroissable! Donc ....
Certaines - et je suis une aussi à avoir ce doute - se demandent si elle a vraiment été initiée à la GLFF et si donc elle a vraiment porté cette robe. Voilà où se pose réellement la question. Elle n'a même pas le bon rituel!
S'il faut attendre d'être en FM et initié pour ne pas juger les gens sur leur physique, leur coiffure, leur tenue vestimentaire, et leur niveau social, leur couleur de peau et leur religion, c'est grave! C'est à mes yeux indéfendable.

Je suis une soeur, une femme et je tiens un blog à l'intention des soeurs et des femmes profanes désireuses d'entrer en FM. Aucune ne m'a attendu pour savoir qu'à la GLFF on initiait que des femmes. ID n'est pas une sotte. Elle ne semble pas être du genre à se laisser embrigader dans n'importe quoi. A ce tarif-là, elle aurait tout aussi bien peu entrer dans un groupuscule obscur qui se fait passer pour FM .... qui serait pour le coup une secte.
Sa "lecture" des rituels demeure profane - et avec son "Secret". C'est à mourir de rire pour une femme qui a été initiée et qui se veut "intellectuelle"! C'est même aberrant!
Ensuite, MTCF Gosselin, si tu veux défendre cette innocente victime d'un système arbitraire et sectaire, tu peux. Après tout, le ridicule ne tue pas.
En attendant, d'un point de vue éthique, cette femme passe 365 pages à critiquer soit le physique des uns, la bêtise des autres, son récit est cousu d'invraisemblance plus grosse les unes que les autres.
Ensuite, explique moi - moi que tu qualifies d'intolérante - pourquoi mon premier commentaire de hier soir n'apparait pas (juste un lien vers cet article en le présentant d'une phrase) ? Alors que tes commentaires et tes remarques douteuses sur mon écume au lèvre apparaissent sur le mien? Maintenant, va discuter avec Koch sur ce petit point de détail fâcheux.

gosselin 21/11/2013 11:12

Personnellement, je me souviens qu'à l'initiation, des tonnes d'informations m'ont été livrées et que j'ai répondu ce qu'on attendait, sans vraiment le penser. Qui d'entre nous était sincère pour se faire "trancher la gorge" ?? Nous sommes nombreux à avoir occulté beaucoup de choses, et ID dit lors du passage sous le bandeau qu'elle a entendu des voix d'hommes lui poser des questions. Donc, on peut penser qu'elle a cru que les FF étaient de l'atelier et seraient toujours présents. Enfin vu de l'extérieur, ça se défend, je crois.

Là où je ne te rejoins pas du tout, c'est quand tu dis "elle doit avoir un cou de taureau".
Primo, tu fais exactement ce que tu critiques : tu émets un jugement physique !!! Mais si tu as été sur le blog de Koch, tu as du voir qu'elle semble plutôt fluette.

Concernant les menaces que tu mets en doute, je crois qu'on peut la croire, car la violence que déclenche son bouquin (ou torchon si tu veux) montre bien de quoi beaucoup d'entre nous, hélas sont capables. Le blog de Koch parle d'un autre maçon, autrement plus chevronné que ID, lui aussi menacé et insulté.

Il est possible que son cheminement ne lui ait pas appris grand chose, et notamment de faire la différence entre les "dignitaires" et des visiteuses assises à l'Orient, sans robe. Ca existe, tu le sais bien.
Il faut arrêter d'en parler, d'écrire dessus, tu tombes dans le panneau de la promo. Même une critique acide fait vendre !!! Arrêtons ça !
Contremoulin a dit une chose très juste : c'est un non-évènement.
Mais toi, tu en fais un évènement !!

Enfin, tu dis en premier lieu "analyse rapide" et c'est peut-être ça le problème : trop rapide. On t'imagine agitée sur ton clavier, l'écume au coin des lèvres.

Fabrice 20/11/2013 16:26

Merci pour ce compte rendu de lecture qui confirme l’impression négative que j’avais du bouquin depuis que l’équivoque François Koch lui a consacré tout un article complaisant dans son blog (pouvait-on d’ailleurs s’attendre à autre chose de la part de cet homme qui se délecte des potins obédientiels et qui réduit la maçonnerie essentiellement à certaines affaires ? Non évidemment).

Il est manifeste qu’Isabelle Duquesnoy appartient à cette catégorie d’écrivains qui se sent obligée d’écrire un livre autour de son nombril (dommage, elle est bien plus intéressante quand elle se cantonne au roman ou à la biographie).

Toutefois, libre à elle de parler avec condescendance d’une expérience malheureuse qu’elle a pourtant voulue, et, peut-être, passionnément désirée. Nous pouvons tous nous fourvoyer. Personne n'est à l'abri d'une erreur d'appréciation. Mais pourquoi tomber ainsi dans le dénigrement bête et méchant ? Pourquoi prendre le risque de résumer un ordre initiatique multiséculaire à une déception, certes estimable, mais qui pourrait être aisément contrebalancée par quantité d’autres témoignages positifs de francs-maçons heureux ?

On dirait une bonne femme qui déblatère sur son ex dont elle a divorcé et qui se sent dans l’ardente obligation de lui tailler un costard pour se sentir exister avec cette impression que plus elle est méchante, plus l’autre souffre alors que l’autre, précisément, s’en fout.

Bref, il faut quand même une dose de haine assez incroyable ainsi qu’un sens grandiose de soi pour consacrer 365 pages à un passage (éclair et semble-t-il mouvementé) en franc-maçonnerie. Quel est « l’effet utile » de ce bouquin si ce n’est une volonté évidente de discréditer la franc-maçonnerie dans son ensemble, ses usages, et de faire passer les francs-maçons pour des cons auprès du grand public ? J'ai du mal à croire qu'elle a consacré du temps à écrire ce bouquin sans avoir l'intention de nuire. J'imagine qu'elle est furieuse de ne pas avoir obtenu peut-être la reconnaissance, l'admiration et les courbettes des autres. Il y a pourtant des profanes qui frappent avec humilité à la porte du temple. Isabelle Duquesnoy n'était manifestement pas de ceux-là.

Fabrice

PS. Une mention spéciale pour la GLFF qui n'initie que des femmes, ce qui a étonné, semble-t-il, Mme Dusquenoy. J'ai bien ri.

La Maçonne 21/11/2013 10:20

Voici rapidement mon analyse:
- elle s'est laissé entraîné par un frère pour entrer à la GLFF. Mais à un moment, lors de ses enquêtes et/ou bandeau, on lui a OBLIGATOIREMENT demandé pourquoi cette obédience et pas la mixité. Ensuite, une personne cultivée et ayant un profil universitaire, qui en a les moyens donc, fait des recherches sur l'obédience. Si elle ne l'a pas fait, elle peut s'en prendre qu'à elle. Je connais aussi le côté "monomaniaque" de la GLFF : elles sont "entre femmes" et c'est un sujet qui n'est pas laissé de côté lors des enquêtes et du bandeau!

- Pour la robe : elle doit avoir un coup de taureau pour étouffer - et sa description indique bien que le problème est strictement superficiel
Elle déclare aussi que les "dignitaires" n'en portent pas (dans un dialogue qu'elle aurait eu avec une apprentie à ses côtés en tenue). Ce qui laisse penser qu''elle a voulu montrer une robe qui n'existe pas : une robe qui est portée seulement pas les "petites de base" comme étant un stigmate et que les "grandes" s'en passent!
Ce qui faux comme tu le sais.

- elle n'a rien vécu de "terrible" à la GLFF et au DH. Elle se vexer pour peu de chose - Je cite le passage sur une planche qu'elle présente (pour le reste, on ne peux juger, comme elle n'indique nullement son travail, sa recherche et ne rapporte que des faits mineurs et aucune discussion de fond ...). Cette planche est bien une planche "historique" et non pas symbolique de passage. Les planches moyennes tout le monde en a fait.
- Si des FF et des SS lui disent qu'elle doit se faire "soigner", c'est peut-être aussi parce qu'elle prétend qu'elle est menacée (et cela avant la sortie du livre!) - et que son livre ne raconte rien.
- Ensuite, même après lecture, je ne vois pas pourquoi elle a écrit un livre aussi superficiel sur la FM si elle est sincère dans sa démarche. C'est un livre "people" (je comprends par contre son éditeur).

- Ce livre ridiculise une parole, pas celle en loge - mais celle qui existe, celle des SS et des FF qui auraient des critiques à faire sur la FM, celle qui aurait à dénoncer des abus, celle qui ferait une analyse de fond sur la FM et les comportements de certains.
Pour ta gouverne, comme tu ne connais pas l'histoire de ce blog, ceux qui m'ont le plus agressée, pour ce blog, sont des FF du GODF et des SS de la GLFF, au sujet d'un article élogieux au sujet de la GLFF ... cela laisse n'importe qui songeur, moi la première.
Mon analyse les concernant revient à celle que je fais au sujet d'ID : il y a des maçons qui veulent une FM de caste avec une hiérarchie, décidant de ceux qui peuvent penser et les autres. ID représente sa caste et elle s'est visiblement le plantée en jouant cette carte à la GLFF d'où son problème et son livre ...
Il n'y a pas de buzz autour de ce livre : mon article date du 11 novembre. Bien avant celui de Koch.

gosselin 21/11/2013 08:34

Je suis parfois d'accord avec certaines choses, pas pas toutes. Auras-tu la transparence de publier mon messages ?

Je note que si on émet un avis mitigé ou contraire au tien, on se fait éjecter. Seules les critiques qui vont dans ton sens te semblent tolérables. Ca ressemble à quelque chose de personnel que tu veux régler.

Concernant le livre que j'ai lu (suite à tes critiques, tu lui fais donc augmenter ses ventes, alors que le silence rendrait le bouquin confidentiel !) j'ai remarqué que tu oublies certains détails. Et pour être honnête, il faut les mentionner. D'autres FF et SS n'ont d'ailleurs pas hésité à te remettre en place sur facebook, parce que tes attaques de catcheuse sont comparables à ce que tu reproches à ID. Donc pour être honnête, il te faut reconnaître que :
- elle écrit qu'elle regrette d'avoir jugé intérieurement la coiffure d'une soeur, et que la maçonnerie lui apprendra à voir au-delà des apparences.
- Elle n'aime pas la robe, c'est vrai, mais elle dit aussi qu'elle essaie de s'en acheter une en coton, avec un ourlet à sa taille, pour ne pas être à mi-mollet, sinon elle ressemble à Carabosse au pôle-emploi, ce que j'ai trouvé plutôt marrant.
- Comme dans n'importe quel journal, elle exprime ses doutes, elles parle de ses craintes et regrette certaines pensées.
- Les vacheries que semblent lui avoir fait ses surveillantes, ne sont pas uniques, malheureusement. Je connais des SS qui sont à la limite de la dépression ...
- Concernant son ignorance lors de son initiation, et ayant vécu la mienne il y a plus de 10 ans, il faut se souvenir que les sites internet n'étaient pas présents comme aujourd'hui, qu'on n'avait pas beaucoup d'autres renseignements que par ceux qui s'étaient dévoilés et auxquels on pouvait poser des questions éventuelles.
Même si je partage ton avis sur le fait que c'est dingue d'arriver en FM aussi peu renseigné, la cooptation (qui semble être son cas) n'éclairait pas beaucoup sur la nature de nos travaux.

- ID écrit qu'un ami lui a dicté une lettre, et qu'il lui a promis de la remettre à quelqu'un, qui l'a lui-même donnée à un autre. J'ai connu ça et, franchement, on ne sait pas quoi poser comme question, par peur de paraître trop impatient ou trop curieux.

Tu vois, je persiste à penser que le meilleur service qu'on puisse rendre à nos principes, c'est de faire le silence autour de ce bouquin, et non pas faire le buzz, qui augmente ses ventes et sa diffusion !

Chaque fois qu'on en parle, on rentre dans le jeu de Koch, et on enrichit son éditeur !

Et puis ma petite expérience (mixité) me fait juste espérer que tu n'aies pas la responsabilité d'apprenties, bref que tu ne sois pas surveillante, parce qu'elles n'auraient pas intérêt à manifester un autre avis que le tien sans morfler. En fait, les maçonnes virulentes comme toi me font peur, (tout comme le bouquin de ID m'effraie) et je connais des soeurs (et quelques frères aussi) qui aimeraient pouvoir parler de leurs difficultés rencontrées dès leur initiation, mais qui n'osent pas le faire, face aux comportements un ayatollah des maitresses de leur atelier.
En un mot, l'image de la FM que tu transportes au dehors est tout aussi nuisible que le livre que tu critiques (en étant partiale, puisque tu fais des coupes là où ça arrange ton propos).

On encourage beaucoup, sous couvert de mot corrects, ID à aller se faire soigner ; c'est assez odieux. Elle a quand même eu le courage (ou l'inconscience) de publier sous son nom, alors qu'elle aurait pu certainement se cacher comme beaucoup derrière un pseudo pour critiquer).

Je vous, je NOUS encourage à ne plus en parler du tout, afin que cesse le buzz autour de cette affaire, qu'on n'en fasse pas une Leonarda avec un défilé dans la rue, d'autant que dans quelques semaines, tout le monde sera passé à autre chose. Agissons pour lutter dignement : par le silence !

La Maçonne 20/11/2013 20:12

Merci Fabrice de ton commentaire. L'article de François Koch m'avait échappé. De complaisance, c'est même trop gentille. Koch n'a de la maçonnerie que des connaissance livresques et des obédiences féminines et mixtes aucune. Il devrait lire mon article: il apprendrait deux-trois trucs.
Je me demande s'il a vraiment lu ce livre. D'un point de vue éthique, comment accepter le mépris de l'auteure au sujet de soeurs et de frères? Autant j'accepte sa haine du rituel; qu'elle qualifie de "niaiserie", tous les profanes peuvent dire la même chose!
Même si mon orthographe est mauvaise, j'ai appris, petite fille, à ne jamais juger les gens sur leur physique, leur tenue vestimentaire, leur coiffure, leur couleur de peau, leur religion ...

La Maçonne 20/11/2013 12:15

Pour Gosselin : Si j'avais de la "hargne", j'aurais écrit 365 pages expliquant comment les FM sont cons et les soeurs arborant des coiffures vulgaires.
Si tu es un des gogos qui a avalé les absurdités de ID sur la GLFF et la FM en général, libre à toi.
Mais ne vient pas accuser les autres de sentiments qu'ils n'ont pas et d'un état d'esprit que ID représente très bien.
En dehors de cela, ne gagnant pas ma vie avec ce blog ou en écrivant un livre sur la FM - en me faisant passer pour ce que je ne suis pas et en "inventant" des faits qui ne peuvent avoir lieu, il est souhaitable que tu ailles passer ta hargne en d'autre compagnie que la mienne. Merci

Ashmole 19/11/2013 19:02

Une question: les fautes d'orthographes sont-elles dans le livre? "Je n'est pas envie", "sky" au lieu de skaï... IB a séjourné quelques années dans ma région, en Corse, au moment où elle publié "Les Confessions de Constance Mozart", livre qui a connu un grand succès. Elle a aussi collaboré à la presse locale. Elle avait la réputation d'une femme très cultivée. Je n'ai pas lu le livre mais dans le compte rendu qu'en fait Koch dans l'Express, même lui est surpris qu'elle ait pu être enquêtée sans qu'on lui dise jamais dans quelle structure elle allait entrer. Dans mon souvenir, IB est une femme très vive, décidée, qui ne se laisse pas balader comme ça. Bien des invraisemblances à ce qu'il semble dans son récit.

gosselin 20/11/2013 08:45

Erreur : dans le livre que j'ai lu, il est bien écrit "skaï" et non comme tu le dis. C'est toi qui ne sais pas lire ni écrire :-) Et je t'informe qu'on ne dit pas "rabattre" les oreilles, mais REbattre. Et que si Astride t'a "gentillement" avertie comme précisé sur un autre post, il faut en revoir aussi l'orthographe.
Bref, ceci pour exprimer que tes critiques ressemblent plus à de la hargne, et qu'il faut savoir aussi, ma soeur, balayer devant sa porte. On dirait que tu en fais une affaire personnelle, et en fait, tu lui fais de la pub ...

La Maçonne 19/11/2013 20:34

J'assume assez bien mes fautes d'orthographe. Pour "sky", c'est bien écrit ainsi. Pour d'autres fautes, je peux vérifier (suis pour le moment à une bonne centaine de km du livre).
Je ne peux pas considérer ce livre comme étant représentatif du travail d'un universitaire, d'un chercheur, d'un historien (même amateur) . Je ne peux même pas simplement considérer qu'il s'agit de quelqu'un en "questionnement" et qui s'est trompé d'adresse.

frangine59460 13/11/2013 13:05

Merci de m'economiser un mal de crane, mais je me pose la question : a t'elle vraiment été en maçonnerie, ou a t'elle brodé autour de ce qu'elle aurait lu à droite et gauche

La Maçonne 13/11/2013 18:33

Je me suis aussi posée cette question, après le passage (un dialogue qu'elle aurait eu avec une soeur à côté d'elle) sur les "dignitaires" de la GLFF qui n'auraient pas de robe! Ce qui est complètement impossible et me fait douter de la véracité de certains faits.
Je pense qu'elle a été initiée - mais (à mon avis) a été présente plus qu'en pointillée et n'a jamais vu de sa vie au moins une des fameuses "dignitaires" en question!

FM GO 12/11/2013 01:18

Venant de lire et article, je suis encore complétement atterré par la mauvaise foi déployée sur un certains nombres de sujets développes par notre sœur et qui ne peuvent être traiter que par le simple mépris

Ok dénoncer la tenue, et le comportement à table de ses sœurs ou frères c'est mesquin, ridicule et complétement inutile mais révéler l'absence de fond, le niveau intellectuel particulièrement faible, l'esprit complément mytho et intolérant des FM à l’égard des profanes et pire... des anciens FM c'est faire œuvre de salubrité publique!

Étant au GO et en dénonçant les dérives tant factuelles qu'intellectuelles ( cf le délirant manifeste et les prises de positions des anciens grand maitre; le nouveau semblant civilisé) je ne me rassure pas en découvrant ce qui se passe ailleurs.
Alors oui si tu la ferme tranquillement, que tu sais répéter des poncifs gauchisant avec la main sur la cœur et t’emmerder sans que cela ce vois pendant des heures dans des cérémonies permettant pompeusement de faire grossir la citrouille des plus idiots des participants alors oui tu peux faire carrière en FM .

Je m'attendais a y rencontrer des intellectuels, des personnes engagées, intéressantes, alors oui il y en a quelques unes .... mais franchement, en moyenne cela ne vole vraiment pas haut.... La différence entre ce qu'apporte ( ou pas) le travail en loge et ce que peut apporter la FM à titre strictement individuel est colossale. C'est la que se pose l’obligation de présence..... la encore les FM sont particulièrement tolérant ........

Maintenant je te rejoints, ma sœur, pour dire que notre sœur n'a pas su y trouver son chemin personnel et se découvrir a travers, notamment le travail symbolique. Oui il nous reste cela et uniquement cela de la FM et c'est certainement l'essentiel .... le reste je laisse cela aux exégètes du rite qui n'ont rien à envier en terme d’ouverture d’esprit et de tolérance aux inquisiteurs du Pape.

Fraternellement

La Maçonne 12/11/2013 09:33

Merci de ton commentaire.
Il y a de quoi dire .... écrire un livre sur la franc-maçonnerie, sur ces dérives, sur les comportements de nos frères et soeurs bien plus répréhensibles qu'être "gloutons" ou "mal coiffés", ...

yoda 12/11/2013 00:41

Merci pour la migraine économisée... En revanche oui, un miroir fait bien une apparition lors de l'Initiation au REAA,

La Maçonne 12/11/2013 09:27

Mais pas à la GLFF .... une sorte de garantie que la GLFF propose pour le REAA.

yaka 11/11/2013 19:12

Ses marraines n'avaient pas détecté qu'elle ne se plairait pas en maçonnerie ? Cachait-elle si bien son jeu pour y entrer ?
Son éditeur a flairé la bonne affaire pour faire le buzz ?
Enfin, j'ai au moins appris quelque chose : les chaises sont froides à la GLFF ;-)

La Maçonne 11/11/2013 19:41

Aucune idée, Yaka pour ce qui concerne cette loge. A part critiquer les soeurs, la GLFF, la FM, elle ne présente pas "l'autre version". Aucune remise en cause.
Je doute pourtant de la véracité de certains faits ....