Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Franc-maçonnerie : du temps et de l’argent.

 

C’est une de mes lectrices qui m’a envoyé un message privé pour me demander le montant des cotisations, ne trouvant cette information sur aucun blog.

Voici un petit article qui va trouver sa place dans les « conseils aux profanes », tentant de répondre à quelques questions financières et de temps.

De l'argent. 

Les cotisations se situent entre 300 et 350 € par an. Cela peut être moins ou plus. Une cotisation annuelle comprend :

  • Les coûts de gestion de l’obédience : c’est-à-dire son siège administratif, les frais de publications internes, l’informatique, … Cette cotisation est votée tous les ans lors d’une assemblée générale, après lecture et vote du budget annuel et des dépenses de l’année précédentes, comme pour toutes les associations loi 1901. Cette assemblée générale s’appelle d’ailleurs pour les francs-maçons : le convent.
  • Le loyer et charge de la loge + une éventuellement les coûts de gestion de la loge. Le loyer (et aussi les charges) est LE sujet financier du siècle. Le montant s’élève à environ 100 € par an. Il y a plusieurs cas de figure :

1 - soit la loge est propriétaire de ses locaux (c’est –à-dire son association loi 1901) : elle peut fixer son loyer à ses membres et gérer ses propres travaux,

2 - Soit la loge est locataire de locaux appartenant à son obédience : le loyer est voté lors du convent, ainsi que les travaux nécessaires,

3- Soit la loge est locataire de locaux appartenant à une autre obédience : elle n’a qu’à payer et à se taire.

En sus de cette cotisation annuelle, il y a les frais annexes :

  • Les agapes, le dîner, deux fois par mois, représentent un coût allant de 5 € à 15 € par repas, suivant les loges et sa capacité à organiser des repas sans faire appel à un traiteur. .
  • Les diverses sorties si vous visitez d’autres loges.

 

Du temps. 

Vous entrez en franc-maçonnerie et on vous a expliqué qu’il y a deux tenues (réunions) par mois et que durant les premières années une troisième soirée est consacrée pour les instructions.

Vous vous dîtes que ce n’est rien et que vous pouvez assumer. C’est là, que vous devez réfléchir – ainsi que les loges et obédiences aussi.

Une tenue peut durer jusqu’à 1h - voir 2h du matin, temps des agapes compris. Certaines loges se débrouillent pour terminer à minuit, d’autres un peu plus tôt. Aller à une tenue est un peu plus fatigant que de regarder « les experts » à la télévision. Les tenues ont lieu en semaine, la plupart du temps. 

Vous êtes une femme, jeune, vous avez un travail, voir même l’intention d’avoir une carrière, vous travaillez dans le privé. Votre vie sentimentale ressemble à toutes les femmes de 30-40 ans. La franc-maçonnerie ne s’est pas adaptée à vous – pour toutes les obédiences, même féminine.

Cependant, vous vous engagez à être assidue. Cela veut dire que vous avez droit à des absences. Néanmoins des absences répétées, même excusées, ne seront pas comprises. Cette notion d’assiduité représente un double conflit : un conflit générationnel et un conflit maçonnique « l’engagement à … ». Avec une moyenne d'âge de 60 ans, la franc-maçonnerie est devenue un sport de retraités.

Nous changeons plus souvent que nos aînés de travail, de poste, et donc la charge de travail et les horaires peuvent aussi être modifiés. Nous n'avons qu'une connaissance purement livresque du plein emploi: c'est dans les livres d'histoire, juste après Charlemagne.

De même, les pressions au travail sont cycliques : vous pouvez changer de supérieur, être dans une entreprise en difficulté et craindre pour votre poste. Vous pouvez même briguer un poste à responsabilité et devoir mettre bouchée double. Donc, vous avez autant de bonnes raisons d’éviter la fatigue d’une tenue en milieu de semaine. Ce n’est pas compris en maçonnerie. J’ai testé pour vous. J’ai vu des jeunes femmes se prendre autant de murs que moi. Vous pouvez expliquer ce que vous voulez : vous serez ni comprise, ni entendue. Vous vous êtes engagée à être assidue. Point barre. C’est la seule chose qui compte.

Soit vous êtes dotée d’une merveilleuse personnalité, ce qui vous permettra d'ignorer sans complexe les discours lénifiants sur un engagement à « l’assiduité » : Vous ne vous êtes pas engagées à avoir une retraite misérable, à rester au même poste et espérer une meilleure vie en restant à Trifouillis-les-Oies, pour la franc-maçonnerie. La franc-maçonnerie ne payera pas votre loyer, vos factures et ne fera pas votre vie, tout simplement.

Soit ce même discours vous touche, vous culpabilise – c’est d’ailleurs le but – et au bout du compte, vous démissionnez.

Les loges et les obédiences se demandent, aujourd’hui, pourquoi les jeunes ne restent pas et surtout comment les attirer. Moi, je me demande comment elles osent encore se poser la question. 

Partager cet article

Commenter cet article

Laure 18/08/2015 03:11

" Les loges et les obédiences se demandent, aujourd’hui, pourquoi les jeunes ne restent pas et surtout comment les attirer. Moi aussi, je me le demande." J'espère que c'est de l'ironie!

Personnellement je pense que les loges en France vont faiblir dans les futures années si les francs maçons ne prennent pas en compte l'évolution de notre société, nous ne sommes plus au XIXe siècle et il serait temps de prendre ceci en en compte. Aujourd'hui les jeunes veulent trouver un travail et si on veut de la réflexion il est toujours possible de se tourner vers d'autres milieux associatifs. Qu'est- ce que la Franc maçonnerie apporte de plus? Je n'ai pas la réponse! D'autant plus que cela est réservée à une classe assez aisée, 300e il faut les avoir.

La Maçonne 18/08/2015 13:19

Oui. C'est de l'ironie.
Nous sommes nombreuses et nombreux à penser que ces postures intransigeantes conduisent forcément la FM dans le fossé où à devenir un repère de retraités. Nous sommes bien au 21ème siècle.

Yaka 21/12/2013 22:01

Nous sommes plus cool dans notre atelier ; la présence est bien entendu demandée, mais en fonction des circonstances familiales, une de nos soeurs a pu s'absenter un peu plus souvent. De même pour les agapes ; c'est un moment convivial, mais souvent je m'éclipse vers 23h pour ne pas piquer du nez le lendemain au boulot. Jamais cela ne m'a été reproché, et jamais je n'ai entendu de remarque sur ceux qui n'y viennent pas souvent. Peut-être qu'avec plus d'actifs (de non pensionnés) connaissant le stress que les métiers imposent aujourd'hui, certaines loges sont plus conciliantes sur ces points.
En tout état de cause, les marraines et parrains ainsi que les enquêteurs connaissent la personne qui se présente et en parlent lors des délibérations qui les concernent. Nos dernières soeurs et notre dernier frère initiés sont tous parents de jeunes enfants, et certains occupent des postes à responsabilité.
Peut-être donc que les temps changent ...

( Une précision sur ce que j'écris ; je ne dis pas que nos ainés travaillaient moins que nous, loin de là, je dis que le stress et la pression ne cessent d'augmenter au fil des années et qu'à travail égal, nous avons plus difficile de garder les yeux grands ouverts lors de la lecture des communiqués ou de l'écoute de la conférence).