Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Recyclage

Recyclage

On sous-estime l’importance du recyclage dans les articles que nous pouvons lire sur la franc-maçonnerie – et ceux publiés sur des blogs spécialisés. Le recyclage n’est pas que collectionner plusieurs poubelles de couleur différente, c’est aussi réutiliser de vieux objets pour leur donner une nouvelle vie. Le recyclage peut être aussi un art ou une expression artistique. Or, recycler régulièrement les mêmes idées, les mêmes propos, le même discours n’est pas nécessairement le plus heureux en franc-maçonnerie. Démonstration.

Tout d’abord, le grand journaliste, François Koch, dont la justesse des analyses est à géométrie variable, a produti, à l’occasion des 240 ans du GODF, un article assez court sur cet événement. Il ne semblait guère être inspiré, puisqu’il écrit :

« Marc Henry s’affichait de fort bonne humeur. Il n’a pas entendu, lorsqu’il est monté au 8ème étage pour le cocktail offert, des dignitaires lire dans leur boule de cristal maçonnique : « Dans deux ans, la GLUA reconnaîtra à nouveau la GLNF, et la GLAMF éclatera, une majorité de ses frères rejoignant la GLNF, une minorité la GLDF. » L’avantage avec une prévision aussi précise, c’est que l’on saura dès 2016 si elle était visionnaire. Ou farfelus. http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2013/11/29/godf-gldf-les-vertues-reconciliatrices-de-lhistoire/ 

Les bruits de couloir, on le sait, sont ce qu’il faut recycler en premier. Les formations de journalistes en font un module complet. « Comment rendre les bruits de couloir, ragots et rumeurs attrayants ? » François Koch s’y exerce. Que penser d’un journaliste qui n’a que cela à se mettre sous la plume ?

Vous n’êtes pas sans ignorer que je n’aime pas la chanson de Jean Ferrat :

« Le poète a toujours raison /Qui voit plus haut que l'horizon/ Et le futur est son royaume /Face à notre génération /Je déclare avec Aragon /La femme est l'avenir de l'homme »

L’avenir de « l’homme », avec un h minuscule ou majuscule ? Entre l’avenir de l’humanité et celui des mâles humains, à quoi la femme moderne va travailler ? A quoi travaille d’ailleurs la franc-maçonnerie ?

Daniel Keller a tranché, recyclant à son tour la citation d’Aragon, dans un article de la Dépêche, lors d’un interview donné à l’occasion du salon du livre maçonnique à Toulouse. http://www.ladepeche.fr/article/2013/11/23/1759371-franc-maconnerie-promouvoir-la-dignite-de-l-homme.html

« Nous sommes une société initiatique à vocation sociétale : nos symboles, notre culture rituelle sont des outils de perfectionnement de soi et de la société. Nous devons réexpliquer la République, promouvoir le sens de la dignité de l’homme dans un monde beaucoup trop mercantile, mettre au cœur de nos débats la réflexion éthique. »

Hé oui, l’homme avec un H minuscule et république avec un R majuscule. Adieu Humanité ! «Nous devons réexpliquer la République, promouvoir le sens de la dignité du mâle dans un monde beaucoup trop mercantile » . Voilà ce qu’est l’objectif du GODF : être au service des mâles et de la République.

Et les femmes, à quoi travaillent-elles au GODF, puisque il y en a aussi dans cette obédience ? Daniel Keller nous répond :

« Désormais, le Grand Orient initie et affilie des femmes. Nous avons 52 000 membres, dont 1 500 femmes. On peut dire, en paraphrasant Aragon, que la femme est l’avenir du Grand Orient. »

Certaines diraient avec humour qu’il a leur a trouvé une voie de garage. Ainsi, les frères du GODF travaillent pour la République et leur propre avenir et les sœurs pour l’avenir du GODF. C’est fou comme une sémantique sexiste peut transparaitre dans n’importe quel propos ! Le pire est que là – très certainement – le Grand Maître du GODF a voulu nous la jouer « je suis un grand féministe » ! Recycler Aragon, c'est pas le top. N'importe qui peut faire un flop, surtout si on n'y croit pas.

C’est Gérard Contremoulin, dans le blog « sous la voûte étoilée » qui a dépassé mes espérances. Il n’a pas fait un – mais deux articles ! – recyclant un seul article : une interview donnée par la Grande Maîtresse de la GLFF au journal « Bien Public » lors de la journée de la laïcité organisée à Dijon. Nous connaissons tous la dimension internationale de ce journal local. J’ai, pourtant, failli m’étouffer en lisant le second article.

La Grande Maîtresse Catherine Jeannin-Naltet explique dans son interview : "Nous essayons aussi d'intégrer, de plus en plus, des personnes de confessions musulmanes dans nos loges"

Voici ce que sous-entend Gérard Contremoulin – qui doit être un des dignitaires à la boule de cristal cité par François Koch – qu’il a écrit – là, il faut vraiment suivre – suite à un commentaire qui a été fait sur son premier article (commentaire qu’il reprend) :

« L'intention exprimée dans l'interview mérite toute notre attention et comme le diable se cache toujours dans les détails, plusieurs questions, effectivement, se posent. Outre le fait qu'elle renvoie d'une certaine manière à l'article de Jean-Moïse Braitberg de "Franc-Maçonnerie Magazine", dont elle avait démenti les propos tenus sur ce sujet et que le journaliste avait néanmoins maintenus, cette déclaration surprend. Si la franc-maçonnerie libérale et adogmatique constitue un espace qui a vocation à "réunir ce qui est épars", n'est-il pas surprenant de catégoriser ainsi les "intégrations" ? Pourquoi évoquer ces seules confessions alors qu'il en existent d'autres dans la société ? Il y aura-t-il, pour réussir à atteindre cet objectif, une extériorisation ciblée ? »

Rappelons une chose, contrairement au catholicisme, il y a plusieurs islams qui sont autant des démarches individuelles – tout comme le judaïsme et le protestantisme – L’emploi d’un pluriel est très certainement plus rigoureux et respectueux que de décrire un « pot unique », en faisant l’amalgame avec l’intégrisme musulman – intégrisme qui existe dans toutes les autres religions, ne l’oublions pas.

Si les religions n’avaient aucune importance pour les femmes, elles seraient prêtres catholiques, imans, rabbins et pasteurs à part égale avec les hommes et cela depuis longtemps, voir le début des temps. La franc-maçonnerie, elle-même, aurait initié des femmes depuis Anderson. Des obédiences féminines et mixtes fêteraient leur 240ème anniversaire partout dans le monde. Ce n’est pas le cas – hélas – et encore aujourd’hui les religions dictent les comportements des hommes et surtout le sort des femmes. Si les religions n’avaient aucune importance, pourquoi ce même blog sous la plume de Gérard Contremoulin nous en a fait des tonnes pour un prêtre initié – et démis de ses fonctions - et qu’un Grand Maître du GODF est allé jusqu’à écrire au pape pour lui faire la leçon !

En France et en Europe, les femmes musulmanes, subissent une triple peine : racisme, sexisme et pression familiale et culturelle.

Il existe de nombreuses associations dénonçant les inégalités faites aux femmes musulmanes et issues de l’immigration, dont la plus connue est « ni pute ni soumise », http://www.npns.fr/l-association-ni-putes-ni-soumises/presentation/

Il existe, aussi, l’ONG Plan France (http://www.planfrance.org/) qui a ouvert une campagne cette année 2013 contre le mariage précoce, mais qui milite aussi pour la scolarisation des filles.

Il y a aussi, moins connue, cette association lyonnaise « Femmes contre l’intégrisme » :

qui a publié un guide des droits, dont le titre est « Madame vous avez des droits » en 1998.

L’association existe depuis 1995, suite à la rencontre d’associations de femmes algériennes en lutte contre le « code de la famille ». Voici ce que cette association explique :

« En France et dans d' autres pays d' Europe. les femmes issues de l' immigration connaissent par contre-coup, les mêmes discriminations que les femmes des pays d'origine En Algérie, au Maroc, en Tunisie et aussi en France, les codes de statut personnel et les traditions d' un autre âge maintiennent les femmes dans des situations de dépendance et de soumission ; les conditions politiques, économiques et culturelles président encore au maintien inique de ces codes. Les faits sont là : des divorces, voire des répudiations, laissant des épouses dans le dénuement, sans logement ni ressources ; des mariages polygamiques imposés par !e mari ; des mères dont les enfants sont enlevés, des jeunes filles séquestrées, privées de moyens de s' exprimer ; d' autres, mariées contre leur gré... «

Femmes Contre les Intégrismes » réaffirme et oeuvre pour le respect du principe d' égalité de droit et de traitement entre les femmes et les hommes en France et de l' autre côté de la Méditerranée. »

La France, contrairement à l’Angleterre, ne fait pas d’études et de rapports nationaux pour dénoncer ce en quoi sont victimes des femmes françaises, nées sur le sol français, scolarisées en France et d’origine étrangère et/ou musulmanes. Le dernier rapport date de 2003 et fait état de 70 000 adolescentes et jeunes femmes victimes de mariages forcées en France, envoyées « au pays » pour les vacances. Elles sont âgées entre 16 et 25 ans. Les associations mentionnent des cas de fillettes de 12 ans.

Gérard Contremoulin n’a jamais entendu leurs histoires : de la déscolarisation à 16 ans, des coups et menaces des pères et des frères, de la séquestration et du viol organisé et prémédité, appelé « nuit de noce », cela pour une dote ou pour « l’honneur » du père. Il ne s’est jamais trouvé dans un salon de l’une d’entre elles recevant ses confidences, devant un thé à la menthe, avec tous les détails. Quand je parle de détails, je n’y vois pas « le diable » contrairement à lui – je vois de la souffrance et des vies brisées. Des vies humaines.

L’Angleterre a mis en place des campagnes de prévention pour limiter les mariages forcés. En 2012, 1500 cas ont été traités pour ce seul pays, en sachant que de nombreux cas ne sont pas connus, contre 12 à 15 en France par an. Il est préconisé aux jeunes filles de mettre une petite cuillère dans les sous-vêtements pour faire sonner les alarmes des aéroports. Elles sont ainsi amenées à l’écart des parents avant le départ et peuvent trouver de l’aide. Une astuce qui tient du « détail » … mais le diable est partout. http://geopolis.francetvinfo.fr/la-lutte-contre-les-mariages-forces-sintensifie-en-grande-bretagne-21395

Gérard Contremoulin et ses commentateurs préfèrent soupçonner une « discrimination positive » de la part de la GLFF dans son recrutement. J’ignorais que la GLFF « recrutait ». J’ignorais même que les obédiences maçonniques recrutaient.

Je n’y vois, quant à moi, que le judicieux rappel de la situation inégale de milliers de femmes en France, du fait de leurs origines et/ou religion, du silence des pouvoirs publics, de l’absence de chiffres, d’études et de solutions quotidiennes pour ces jeunes filles et femmes. Il faut combien de morts et de vies brisées ?

Faudrait-il encore s’excuser lorsqu’une Grande Maîtresse constate qu’il y a peu de femmes issues de l’immigration, sur nos colonnes ?. On se demandera en quoi cela est honteux de le souligner - c’est à mon sens honteux que ce soit le cas - En quoi est-ce honteux d’être une femme musulmane ? Faut-il les cacher, ne pas dire qu’elles existent – qu’elles ont des choses à dire et à faire autant que d’autres femmes. Faut-il ne pas leur faire savoir qu’elles sont les bienvenues en maçonnerie ?

Nous avons compris – et si vous ne l’avez pas compris encore, c’est le moment où jamais - que Gérard Contremoulin déteste tout ce qui n’est pas du GODF – et en particulier la GLFF. J’en ai fait l’expérience, personnellement, au sujet d’un article un peu trop élogieux concernant cette même obédience. Il est représentatif d’une catégorie de frères (et mêmes de sœurs) qui estiment détenir quelques vérités et qui distillent sans vergogne leur aigreur sur les réseaux sociaux et blogs. Il représente une maçonnerie qui a perdu le sens de la dignité humaine, pour ne pas paraphraser Daniel Keller, Grand Maître du GODF (qui au demeurant ne connais pas le mot "humain"), un peu trop préoccupé par les jeux et enjeux de quelques hiérarques du GODF et d'ailleurs, s'inventant une guerre d'obédiences - voir même de rituels!

Deux articles tiennent effectivement de l’acharnement et dépasse la simple aigreur. Il doit avoir quelques missions occultes pour justifier cela. Il a parfaitement le droit de détester la GLFF, ses sœurs, et de ne pas apprécier les Grandes Maîtresses de la GLFF en particulier – surtout celles qui travaillent à l’indépendance de leur obédience. Cependant, aucune femme et encore moins aucune sœur ne doit accepter des articles tendancieux, qui finalement participent à l’obscurantisme dénoncé, par ailleurs.

Quant au folklore et rites de la maçonnerie, il faut être bien parisien pour voir dans le mot « folklore » une connotation péjorative. Je vais participer à l’un d’entre eux, en allant charger quelques canons.

Lilithement vôtre,

Les articles du blog « Sous la voûte étoilée » - Gérard Contremoulin :
http://www.souslavouteetoilee.org/article-la-glff-et-les-personnes-de-confessions-musulmanes-121503660.html 
http://www.souslavouteetoilee.org/article-glff-les-rites-et-le-folklore-121494729.html 

Ne pas oublier l'article de "Bien Public" http://www.bienpublic.com/grand-dijon/2013/12/07/les-franc-maconnes-a-dijon

Partager cet article

Commenter cet article

Duterroir 15/12/2013 10:08

Excellent chère Lilith, je ne peux qu'approuver. Il y a trop de pesanteur au sein du GO, cette pesanteur que détestait Nietzsche autant que Montaigne. Les prétentions du Conseil de l'Ordre sont calamiteuses pour l'Ordre tout entier... et que dire de celles des "descendus"???

La Maçonne 15/12/2013 10:24

MTCF (Duterroir), je te remercie de ton commentaire.
Nous avons les mêmes dans toutes les obédiences. Hélas!
Ne pas jouer leurs jeux est bien souvent la meilleure solution possible.

Gérard Contremoulin 15/12/2013 01:31

6 citations, c'est de la gourmandise...