Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Franc-maçonnerie : vers un GADLU habillé?

Franc-maçonnerie : vers un GADLU habillé?

Je n'ai pas joué au jeu des définition pour mon amusement personnel (ou le vôtre). Du moins pas uniquement. Dans une démarche spirituelle, à mes yeux, la moindre des choses pour une sœur ou un frère est d'avoir quelques bases – sans pour autant être théologien – sur la complexité de ces termes : théisme, déisme et athéisme, pour tout au moins savoir, sinon réfléchir, à ce que l'on est à titre personnel.

En France, les obédiences féminine et mixte historiques ont été fondées sur des considérations sociales et féministes. Leur chance a été qu'elles furent durant plusieurs décennies, éloignées des obédiences masculines pour ne pas s'en inspirer, même si elles ont reprises les différents courants maçonniques de leur époque.

Pour intégrer des athées, encore faut-il que ceux-là puissent se déclarer comme tel, sans passer par la case prison ou, en tout cas, sans que cela leur nuisent. L'exemple des états américains qui excluent les athées de fonction de justice démontrent, si besoin était, qu'il sera difficile d'initier un juge qui se revendique athée dans une obédience « à la française », dites « libérale ».

En France, au moins pour ce siècle-ci, la situation est plus confortable et les choix d'initiation bien plus nombreux.

La GLNF (Grande Loge Nationale de France) a pour vocation d'accepter que des hommes théistes.

Si la GLNF définit le théisme et le déisme, on constatera une certaine dérive. Le théisme devient ni plus, ni moins que la croyance à un dieu révélé strictement inscrit dans une religion judéo-chrétienne, n'acceptant pas des occurrences plus larges que le théisme peut permettre (malgré tout). http://www.glnf.asso.fr/presentation/?ARB_N_ID=2693&PAG_N_ID=3252

De même, la GLNF propose sur son site une définition du déisme, croyance en « un être suprême sans révélation », mise en cause des écritures, « religion des philosophes », mais fait l'impasse sur les variations du thème. Les déistes ne sont pas en reste. La GLDF qui se dit déiste, - elle ne fait que le dire car nul part cela n'est précisé qu'elle l'est sur son site! – respecte une des règles du déisme par l'absence de définition.

Cette absence de définition conduit à penser que tout le monde est déiste, même les athées. Ce que l'athée que je suis conteste. La GLDF désigne un « principe créateur » et se dit en référer comme : « principe d’unité du monde physique, principe qui fait que cet univers tient ensemble et se soutient, en dépit des forces opposées qui le traversent ». http://www.gldf.org/fr/qui-sommes-nous/les-questions-que-vous-vous-posez?start=7

La franc-maçonnerie possède d'autres principes : ceux de la liberté, de l'égalité ou de la fraternité – est-ce que nous y « croyons » ? ou est-ce que nous pensons que la liberté, la fraternité et l'égalité existent ou est possible d'exister, si en les considèrent comme valeurs morales et sociales ? On peut poser la question autrement : est-ce l'esclave croyait-il en la liberté en estimant qu'elle existait et qu'elle lui n'était pas permise ? Il croyait qu'un jour cette liberté lui serait acquise, mais ne remettait pas en cause l'existence de cette liberté. Le franc-maçon n'est pas un croyant en ces principes, il est en quête pour les obtenir. Un cherchant.

Ainsi, le principe créateur, en ce qu'il n'est qu'un principe, peut être tout simplement la capacité humaine de créer (des idées) ou de se créer (s'améliorer). Il n'y a pas besoin d'y croire. C'est un peu comme dire : « croire en l'humanité », certes le sentiment est bon. On peut entendre que l'humanité est bonne, peut s'améliorer, évoluer …. Or, l'humanité existe, il n'y a pas besoin de remettre en cause son existence. L'humanité n'est pas virtuelle. Elle n'est pas une idée.

Cependant, on note que l'obédience depuis sa course à la régularité fait resurgir du bas fond de ses colonnes, une réflexion viscéralement opposée à la liberté de conscience qu'elle prétend défendre.

Le principe créateur devient un être suprème-créateur : un GADLU barbu, avec un compas à la main, qui mesure la circonférence de son œuvre. Du déisme philosophique du libre-penseur, de l'athée et du croyant qui déshabille quelque peu son dieu de sa demi-douzaine de dogmes, elle passe à devenir un déisme exclusif, réduisant les possibles manières de croire (et à quoi croire) ou à ne pas croire, proposant un GADLU chaudement habillé.

Resurgissent avec les valeurs judéo-chrétienne mal digérées, de l'incompétence génétique des femmes à être initiées et reçues, d'un REAA central (si vous n'aimez pas le REAA, lisez un « Point de vue initiatique », vous saurez pourquoi), sorte de messe aux bougies mal éteintes, d'une bible incommode, … et de nous faire le coup des « règles traditionnelles » à la petite semaine. Cela marche.

Au 19ème siècle, l'occidental dans toute son arrogance estimait que le monothéisme était source de progrès, considérant les autres religions passées et présentes fondées sur un modèle polythéiste comme des anachronismes, des hérésies pour les pratiquants ou des cultures arriérées. La Franc-maçonnerie s'est construite autour de ces préjugés. Il n'y a pas suprématie d'un dieu ou de la notion du divin, mais suprématie du fait religieux et des religions occidentales.

Le 20ème siècle a remis, assez largement, en cause cet aspect de notre société. Le fait religieux devrait être cantonné dans l'œcuménisme et la laïcité, à la fois en incorporant la notion de valeurs et en la distinguant du domaine public. Ce jeu d'équilibriste : adhésion à des valeurs judéo-chrétienne tout en éloignant ces mêmes valeurs de la quotidienneté et de la communauté, reflète assez bien les difficultés actuelles de la laïcité, tout autant que ses limites.

Cet article (Ceci est une jupe : http://lamaconne.over-blog.com/2014/01/ceci-est-une-jupe.html) qui dénoncent des écoles publiques et laïques interdisant aux filles de porter des jupes courtes (ou longues) ou simplement des jupes est un exemple.

Pire encore, la loi contre l'avortement en Espagne.

La Grande Loge Féminine d'Espagne a fait un libre choix de s'y opposer, en publiant un manifeste ce 8 janvier. La Fédération Française du Droit Humain et la Grande Loge Féminine de France, dans un même communiqué, soutiennent leurs sœurs, tout autant de la Fédération d'Espagne du Droit Humain que de celles de la Grande Loge Féminine d'Espagne.

En France, encore, s'organise une « marche pour la vie » prévue ce 19 janvier à Paris, (avec les bus et tout et tout …) soutenant le gouvernement espagnol ! Vous voulez vomir ? Facile. L'illustration de cet article est une des leurs. Voici leur site : http://enmarchepourlavie.fr/

Je compte, quant à moi, les absents. La GLDF s'était pourtant bien empressée de saluer la mémoire de Lucien Neuwirth,. Nous avons failli y croire!. Rassurons-nous : dans 50 ans, elle félicitera le Droit Humain et la GLFF pour son communiqué. Le GODF ne bouge pas plus d'oreilles que sa consoeur.

La franc-maçonnerie est décevante. Elle se suffit de la laïcité. Une laïcité bien présomptueuse, d'ailleurs. Dans laquelle, de nombreuses obédiences font du remplissage et ne poussent pas la porte. Elles vont, bien sûr, pousser des hauts cris accusant quelques communautaristes croupissants, mais seront bien plus absentes que leur dieu nu, lorsqu'il s'agit de défendre des droits – ceux des femmes – Disons-le, cela risquerait de diviser les frères de leurs obédiences sur le sujet. Nous ne pouvons que le soupçonner.

Les valeurs prédominantes, culturelles et traditionnelles restent. On met des collants opaque pour aller à l'école laïque, mais plus de chapeaux pour aller à l'église.

Contraception et avortement, ne sont que des affaires de femmes …

Ne me dites pas que c'est un progrès.

La réponse n'est pas, non plus, dans l'athéisme militant. Militer pour l'athéisme est déjà n'être pas si athée que cela. On ne devient pas athée devant son bol de café, en se disant qu'à ce jour « on ne croit plus en dieu ». On ne devient as non plus croyant ainsi. Laissez aux incroyants au moins la possibilité de l'être sans les obliger à s'en expliquer. Ils le sont. Est-ce que d'ailleurs on demande à un croyant comment il l'est devenu ? Il l'est.

Supprimer les religions ? Les religions ne sont que les véhicules de nos idées. Elles sont l'invention de l'humanité, peut-être pas la meilleure. On peut leur préférer celle de la tablette de chocolat mais cela n'en reste pas moins de notre responsabilité. Nous sommes de cette humanité-là. Les religions nous appartiennent. Nous n'appartenons pas aux religions. Elles deviendront ce que l'humanité voudra.

C'est pour nos idées qu'il faut se battre. Celle-là est une vieille idée. Pourtant.

Lilithement vôtre,

Communiqué de la Grande Loge Féminine d'Espagne : http://lamaconne.over-blog.com/2014/01/la-grande-loge-f%C3%A9minine-d-espagne-accuse-%E2%80%A6-manifiesto-de-la-gran-logia-femenina-de-espana.html

_____________________________________________________________________

Communiqué du Conseil National de la Fédération Française
de l’Ordre Maçonnique Mixte International LE DROIT HUMAIN
et de la GRANDE LOGE FEMININE de FRANCE

Solidarité avec les Sœurs de la Grande Loge Féminine d’Espagne et de la Fédération Espagnole du Droit Humain


La GRANDE LOGE FEMININE de FRANCE et la Fédération Française de l’Ordre Maçonnique Mixte International LE DROIT HUMAIN tiennent à exprimer leur solidarité aux Sœurs de la Grande Loge Féminine d’Espagne et de la Fédération Espagnole du DROIT HUMAIN qui nous alertent sur le recul majeur du droit des femmes dans leur pays.

Le projet de réforme du droit à l’avortement, approuvé par le Conseil des Ministres espagnol en décembre, substitue à ce droit une loi dite « de protection de la vie du fœtus et des droits des femmes enceintes » qui prive les femmes de la liberté de disposer de leur corps et représente une alarmante remise en cause des droits acquis.

La Fédération Française du DROIT HUMAIN et la GRANDE LOGE FEMININE de FRANCE appellent à soutenir leurs sœurs espagnoles dans la défense des libertés et de la laïcité face à la pression des lobbies conservateurs et religieux.
Elles appellent aussi à une forte mobilisation générale pour demander à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe :

  • d’ « exhorter les Etats membres à protéger les femmes contre toute violation de leurs droits fondée sur la religion » (résolution 1464 de 2005)
  • d’inscrire le droit à l’avortement dans la « Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne »

La protection de la liberté des femmes et le respect absolu de la liberté de conscience doivent être une préoccupation commune à tous les pays de l’Europe

Droit Humain http://www.droithumain-france.org/

Grande Loge Féminine de France : http://www.glff.org/

Partager cet article

Commenter cet article

RFABIL 23/01/2014 18:15

Quid des agnostiques ?, est-il possible d'être libre penseur ? et la liberté absolue de conscience ? Faut-il renier les années 1870 et suivantes au GOdF; décision des convents en septembre et non plus au printemps (plus précisément à la pentecôte) comme pour se passer de l'esprit saint, mais aussi mois de la résurrection de la République, suppression de la formule "grande maîtrise, et le voeux n°9 du convent de 1873...la liste est longue. TAF à toutes et tous.

La Maçonne 23/01/2014 20:52

À lire sur ce blog l'article theisme et athéisme

labyrinthe 22/01/2014 09:37

Un lien à faire connaître : http://sante.gouv.fr/IVG


http://sante.gouv.fr/IVG



Face à montée de l'influence des mouvements qui voudraient que le parlement français, à l'instar du parlement espagnol, revienne sur l'autorisation de la pratique de l'avortement, la bataille pour l'IVG devient l'affaire de toutes les citoyennes et de tous les citoyens.

Plus généralement, ce droit obtenu de haute lutte par les mouvements pour le droit des femmes à disposer librement de leur corps, concrétisé par la loi du 17 janvier 1975 que l'on doit au courage de Simone Veil, alors ministre de la Santé est à nouveau menacé. Que ce soit par les mouvements intégristes tels que "Civitas" ou "SOS tout petits" qui organisent des prières de rue devant l'hopital Tenon ou qui constituent régulièrement des commandos anti avortement allant même jusqu'à détruire du matériel médical dans les établissements.

Ces organisations se retrouvent sur internet et animent de sites visant à culpabiliser les femmes se trouvant en grande détresse ou à les dissuader d'avorter. Parfois sous des aspects tout à fait anodins susceptibles de tromper.

Le gouvernement vient de lancer un site officiel délivrant toutes informations utiles. Il faut que les moteurs de recherche puissent le référencer convenablement de sorte qu'il puisse être parmi les premier sinon le premier qui apparaisse...

Alors, cliquez sur cette adresse, communiquez-là, copiez-là partout où vous pouvez...

http://sante.gouv.fr/IVG

DANGAS 19/01/2014 18:21

Suis-je déiste ? Théiste ? Athée ?.... Ma foi (c'est le cas de le dire !) tant que l'on ne m'aura pas défini exactement ce qu'est Dieu, je me garderai bien de me prononcer !

La Maçonne 19/01/2014 19:12

Dans deux précédents articles, j'ai donné quelques définitions sur le athéisme, theisme et deisme, mais je n'ai nullement parlé de ceux qui "ne savent pas ce qu'ils sont"
En même temps, je n'ai pas besoin d'avoir une définition de "dieu" pour savoir que je n'y crois pas, tout comme les croyants n'ont pas lu tous les théologiens pour y croire.
Comme le deisme se construit lui-même son principe divin, il n'attend sur personne non plus pour y croire.