Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

le déisme: vers un dieu tout nu?

le déisme: vers un dieu tout nu?

Le déiste n"est ni théiste, ni athée. L'athée le range dans la catégorie des théistes, se disant « Dieu ! Que les croyants sont compliqués ! » et le théiste dans celle des athées, l'accusant de tous les maux (ou presque).

En fait, le déiste ne sait pas ce qu’il est exactement. « C’est un homme qui n’a pas eu le temps de devenir athée ». Il faut imaginer le déisme comme pouvant avoir plusieurs positions, naviguant d’un déiste à l’autre, vers le théisme ou vers l’athéisme. Bien souvent, on le voit comme une étape intermédiaire vers l’athéisme.

Il croit en un « être suprême » qui peut être connu, c’est-à-dire compris, grâce aux facultés naturelles de l’homme. Ainsi, pour le déiste, il n’y a pas d’obligation de salut, ou de recherche de transcendance – pas d’âme immortelle pour lui. On comprendra la difficulté d’être déiste dans une époque franchement monothéisme, qui demande à dieu un peu plus que d’avoir été créateur de l’univers. On comprendra aussi que le curseur se positionnera plus vers le théisme, lorsque le déiste cherchera un peu plus qu’un être suprême créateur.

Le nihilisme est d’ailleurs un déisme assumé. Ces déistes se trouvent devant un dieu mort, n’existant plus, accusant dieu-sait-qui de l’avoir tuer, et ainsi condamnant une humanité à se créer, s’améliorer et se transformer, seule, pour répondre à son besoin d’infini et quêter une rédemption nécessaire. Qu’un dieu abandonne sa création de sa propre volonté ou non ne signifie pas qu’il n’a pas été créateur de celle-ci, qu’il n’est pas cet être suprême. Il était juste un peu plus mortel que prévu.

Le déisme renvoie à ce qui est appelé « religion naturelle ». C’est fort heureusement plus optimiste que le nihilisme, qui n’est en fait qu’un des aspects du déisme. Le déisme est, en fait, la religion des philosophes, qui posent comme principe que la « raison », celle des Lumières, est la base de toute connaissance et d’une religion universelle. Cet être suprême est « Créateur », mais il ne possède plus la qualité « révélée » du dieu des religions monothéistes. Il y a donc remise en cause du fait religieux et du culte.

Le déiste est, finalement, celui qui refuse de vénérer un dieu. Cependant, pour Kant, le déisme admet l’existence d’un « dieu primitif » qui est « toute réalité ». Pour Voltaire, il n’y a pas d’intermédiaire entre dieu et l’humanité. Dieu est bien supérieur à l’humanité, il n’a que faire de ses cultes et religions. C’est un dieu absent. Il s'occupe ailleurs, laissant sa création et l'humanité se débrouiller.

Pour le déiste, enfin, la religion est dans l’ensemble une création humaine, voir même, sur un plan social, elle emprisonne l’humanité. Ce en quoi l'athée lui donne raison.

S'il est absent, cet être créateur peut être touché par la contemplation. Il peut être compris par la pensée rationnelle, c’est-à-dire la science et la pensée logique. Il apparaît dans la création, donc dans la nature. L’étude de la nature, sa contemplation, conduit à sa compréhension.

Le déisme peut avoir une infinité de visages et d’aspects. Ses critiques et ses opposants aussi. Il peut conduire aux scientismes, à un rationalisme exacerbé, faisant un parallèle constant entre la recherche scientifique et la compréhension humaine du divin : croyance en une science qui explique tout, mais plus positivement croyance que l’être humain et son savoir peut tout expliquer.

Il peut permettre à un retour d’une déesse-mère, fondamentale dans le polythéisme : absente (pour ne pas dire remplacée) et créatrice d’un tout, dont l’œuvre est la nature. Il peut être purement contemplatif : contemplation d’un univers infini dans lequel il y a un plan (à trouver). On l’accusera alors d’un retour au paganisme, le « new age ».

Son culte de la raison le condamne à se « bricoler » une religion. On l’accusera, du fait de son refus du culte et de considérer les religions artificielles, d’être anti-religion.

Cependant, la force du déisme est d’offrir à chaque croyant le moyen de l’être à sa façon.

Le curseur se placera vers l’athéisme, dès lors que le déiste abandonnera lui-même la croyance en un principe créateur. L’athée ne remplace pas dieu/être créateur par une autre idée à laquelle il peut croire. Il y a donc « néant ». Il y aura un nihilisme extrême si cet athée est en recherche de salut ou d’une transcendance pour l’humanité, doutant sans fin de sa capacité à l’obtenir. Il proposera alors une vision pessimiste d’une humanité maudite, en errance face à sa mortalité. Il sera alors, là, le « désespéré » que l’on accuse d’être.

Sans pour autant être au bord du suicide, le déiste peut être l’athée qu’on l’accuse d’être, lorsque l’être suprême-créateur est ni plus ni moins l’humanité, la pensée humaine, oubliant derechef l’univers et sa création hasardeuse. Il placera l’humanité sur un piédestal quelque peu inopportun, trouvant en elle l’expression du « plan », lui permettant tout, l’excusant de tout, puisqu’elle est supérieure à tout.

Il y a, pourtant, une divergence de taille entre le déisme et l’athéisme, que l’on retrouve d’ailleurs entre le théisme et l’athéisme. Pour le déiste, il est impossible que « rien » (le « rien » des athées) soit créateur de tout.

La franc-maçonnerie n’a nullement permis de progresser ou de faire progresser les divergences vers une conciliation: elle oppose toujours, invariablement, théisme, athéisme et déisme. Il y a, depuis quelques temps, une crispation de certaines obédiences vis-à-vis de leur chapelle, faisant une soupe confuse de ces concepts.

Lilithement vôtre,

Partager cet article

Commenter cet article

Magdala 20/01/2014 00:02

Un jour j'ai surpris les FF du GODF. A tel point qu'aucun d'entre eux n'a repris la parole sur ce point après mon intervention.
L'athéisme est une position de raison pour toute personne n'ayant pas vu au sens cartésien du terme. Il est la position infiniment respectable, souhaitable et naturelle de celui qui pense. Le déisme, je le vois comme la position de l'être sensible, au sens d'intuitif. Il a le sentiment que quelque chose existe, mais il ne sait le définir. Il ressent des choses. Il ressent une espèce de possible, il a des ressentis... mais sur un plan intangible et qui ne peuvent être prouvés. Il les garde pour lui et attend de voir, ou ne pas voir. Mais il est en observation.
Le théiste a la foi d'un dogme ou d'une religion révélée. Il n'a guère vu plus que l'athée mais a une position de principe. Ou bien il ressent les intuitions du déiste, mais veut y mettre un nom et adopte un dogme.
Je les ai surpris, étonnés, lorsque j'ai dit "je ne suis ni athée, ni déiste, ni théiste. Je suis mystique".
J'ai senti à cette seconde la possibilité de voir se réveiller les foudres de la chasse aux sorcières prêtes à fondre sur moi. J'entends par là la chasse aux sorcières véritables, celles des temps anciens. Mais je ne me suis pas interrompue pour autant. Mon discours était loin d'être fini.
L'orateur venait de parler de NDE. J'ai repris le thème en expliquant qu'il y avait des NDE spontanées, sans mort imminente. On appelle cela des expériences mystiques. Il y a clairement un avant et un après. Avant on est athée ou déiste, sur les parvis du temple invisible. Après on a franchi la porte de ce temple. Et ce n'est guère une position de privilège. Est-ce la meilleure chose à faire ? On se le demande parfois. Mais une fois que c'est fait, sans pour autant avoir été sollicité, c'est trop tard !
C'est quelque chose de véritablement inattendu, quelque peu foudroyant et sur le coup à la limite du supportable pour qui n'y est pas préparé. Et on j'enfonce un clou supplémentaire en ajoutant sciemment et par expérience qu'on n'y est jamais préparé. Après chacun fait son chemin à sa manière. Un feu dans le coeur qui irradie sans jamais brûler... sans aucune volonté prosélyte contrairement aux dogmes, car on n'a tout d'abord et d'une façon générale, pas envie d'en parler. Mais il faut bien l'accepter... vivre avec et s'épanouir, sans se consumer. Et c'est une chose fort heureusement possible et qui marque le début d'un chemin.

J-Yves 18/01/2014 10:51

Tout est souvent dit dans une chanson... Merci pour cet article de fond, qui pour ce qui me concerne ne change rien à mon athéisme de père peinard. Il me vient toujours une chanson de G Brassens dans quelques circonstances. Et après la superbe et délicieuse Juliette "Le mécréant" est à freudonner....! (pour mémoire: Est il en notre temps rien de plus odieux, De plus désespérant que de n'pas croire en Dieu? Et Georges de conclure: Si l'Eternel existe en fin de compte il voit, Qu'je m'conduis guèr' plus mal que si j'avais la foi.)

Anouchka 08/01/2016 22:34

je me reconnais dans l' interprétation faite par Magdela sur le déiste, je vis les choses de cette façon.
Je ne veux faire partie d une doctrine, un principe de masse ou collective et souvent grossière sur affirmation d une foi aveugle, oui je trouve les religions grossières et contradictoires, faite de la main de l homme pour les hommes...Je vis ma propre quête individuellement, par contre chez moi il n en va pas que de ressentis ou d une sensibilité que j admets avoir...ceci ne me suffit pas, je suis une personne très rationnelle ayant un esprit de réflexion..
au delà d un ressenti j ai besoin de faire mes recherches, j' ai a un moment fait mes recherches sur le principe kabbalistique que je trouvais très pertinent mais au fur et a mesure je me retrouvais dans un dessin trop juive et sélective a mon gout.. puis vain l hermétisme, j avoue me mêler les pinceaux par moment, mais mon ouverture d esprit et le fait de laisser une chance a toute éventualité font de moi une personne faible d après les croyants autour de moi..