Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

A l'ombre de la République, J-Pierre Bacot (livre)

« A l'ombre de la République » de Jean-Pierre Bacot, (Ubik éditions, territoires singuliers) est un essai historique sur l'initiation des femmes, prenant le temps, fait unique, de situer l'initiation féminine dans le contexte historique, social, économique, religieux, politique et ses contre-pouvoirs.

Ainsi, Jean-Pierre Bacot ne présente pas l'histoire de l'initiation des femmes, mais l'histoire des femmes et de leur entrée en franc-maçonnerie. En effet, il apparaît étonnant que l'initiation des femmes, avec la fondation du Droit Humain et l'initiation de Maria Deraismes et plus d'un demi-siècle plus tard la formation de l'actuelle Grande Loge Féminine de France, concerne exclusivement la France mais aussi la Belgique. Il précise, ainsi : « Il est évidemment possible de contester la nature, l'ordre, l'importance des éléments politiques, religieux, sociaux et culturels, qui viennent d'être présentés, anticléricalisme compris. Il n'en restera pas moins vrai que la franc-maçonnerie mixte et féminine …/... , se sera construite en France et en Belgique francophone et pourrait-on dire, nulle part ailleurs, dans un contexte sociopolitique et philosophique spécifique. »

L'initiation des femmes n'est pas un « allant de soi », c'est-à-dire se situant en parallèle avec la féminisation d'une société, comme étant une évolution normale. Elle demeure avant-gardiste, se situant bien avant que les femmes obtiennent des droits politiques, économiques et sociaux.

Pour une période allant de 1750 jusqu'au début du 20ème siècle, il parcourt, ainsi, les mouvements féministes avec ses premières grandes figures, le comparant à sa voisine anglaise, l'organisation saint-simonienne, la guerre et les défaites, les apports d'intellectuels, l'évolution de la presse, les religions, l'émergence des partis dit de gauche et d'extrême-gauche, la laïcité, la Libre Pensée … les présentant, mais aussi les illustrant de nombreuses notes. Il nous brosse une société en pleine ébullition, certes, mais dans laquelle les femmes ne sont pas présentes ou très peu.

En Franc-maçonnerie, les loges d'adoption disparaissent en 1815. Les recherches de deux américaines, Janet Burcke et Margaret Jacob, traduites en français par Laure Caille dans « Les loges d'adoption, un nouveau regard » (Presses Universitaires de Bordeaux, 2010, préface de C. Révauger), et co-introduit par Jean-Pierre Bacot, démontrent qu'elles étaient « davantage d'un pré-féminisme que d'une frivolité ».

Le débat sur l'initiation des femmes débute en 1875, avec la demande au GODF, de Maria Deraismes, demande comme on le sait refusée. Son initiation aura lieu quelques 7 années plus tard, et avant sa mort, soit 11 ans après son initiation, la fondation de la première loge mixte du Droit Humain. La féminisation de la franc-maçonnerie débuta en quelques années avec plusieurs orientations, le Droit Humain bien entendu, la Grande Loge Symbolique Ecossaise maintenue (ou 2ème version) et le réveil de loges d'adoption à la Grande Loge de France.

Pour cette large mise en contexte dans une période, certes mouvementée, mais qui a laissé peu de place aux femmes, Jean-Pierre Bacot nous offre, ici, un livre qui servira longtemps de référence. L'histoire de la franc-maçonnerie féminine et mixte continue.

Lilithement vôtre,

Quelques mots sur Jean-Pierre Bacot :

Jean-Pierre Bacot n'est pas un auteur inconnu des francs-maçons, pour avoir publié bons nombres d'ouvrage. Il est aussi un des collaborateurs de Critica Masonica dont le numéro 3 est sorti et fera l'objet d'un prochain article.

Vous trouverez dans le lien suivant une liste d'ouvrage signé par Jean-Pierre Bacot.

Cette chanson fut écrite en 1866 ...

Partager cet article

Commenter cet article