Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Critica Masonica n°3

La revue Critica Masonica a sorti son dernier numéro fin janvier 2014. Gardant une recette qui marche, cette jeune revue présente une rare diversité d'articles abordant des thèmes différents. Elle est, de même, la seule revue qui, tout naturellement, laisse une place mesurable à la franc-maçonnerie mixte et féminine et ses spécificités, l'intégrant, dans ce que l'on nomme aujourd'hui, au paysage maçonnique français.

Critica Masonica propose plusieurs rubriques et autant d'agréables surprises, qui s'adressent à toutes les sœurs et à tous les frères en attente d'articles détaillés et documentés.

La première rubrique Histoire propose deux articles.

« La naissance de la Franc-maçonnerie au Havre » de Michel Lecureur ouvre la revue. Cet article présente l'histoire des premières décennies de la franc-maçonnerie dans une ville de province, sans l'idéaliser, se reposant sur de nombreux documents.

« L'histoire succincte de la Société Théosophique, son parours et ses liens avec le socialisme du 19ème et le 20ème siècle » de Dominique Dubois n'est pas, précise l'auteur, « un énième récapitulatif historique du socialisme » et « il ne sera pas dans notre intention de retracer d'une façon circonstanciée l'histoire de la Société Théosophique ». Fondée en 1875, à New York par Helena Pretrovna (1831-1891) et le colonel Henry Steel Olcott (1832-1907), la Société Théosophique n'en demeure pas moins un mouvement ésotérique d'importance dans l'histoire de la franc-maçonnerie. Étaient considérés « ipso facto comme théosophes tous ceux qui se consacraient au véritable service de l'humanité, sans distinction de race, de croyance, de sexe, de condition ou d'affiliation à une organisation ». N'oublions pas de préciser que la toute jeune obédience mixte avait initiée, Annie Besant, féministe, socialiste, théosophe … De quoi revoir nos a priori sur le mouvement théosophes, qui aujourd'hui encore, compte 29 000 membres au monde.

La rubrique Rites se compose de deux très intéressants articles : « L'arche Royale, les 4 degrés de la Maçonnerie des Ancients » de Joël Jacques et « le 26ème degré du REAA ou Prince de Mercy, une lecture bouddhiste » de Christophe Richard. S'il m'est difficile de résumer ces deux articles, je souhaite préciser tout de même, qu'ils évoquent l'un et l'autre deux rituels, l'un appartenant à l'actuelle maçonnerie dite « régulière », l'autre au REAA pratiqué par toutes les obédiences. Une approche plutôt historique pour l'Arche Royale et un essai d'interprétation pour le 26ème degré, deux articles qui passionneront tous les lecteurs.

La rubrique Actualité présente l'article de Gérard Contremoulin « Sous la voûte étoilée, le blog pour tous d'un franc-maçon », faisant le pendant de l'article paru dans un précédent numéro de Critica Masonica de Jiri Pragman du Blog Maçonnique. Les blogs tenus par les franc-maçons appartiennent aujourd'hui au quotidien de beaucoup de frères et de sœurs, remplaçant les feuilles de choux maçonniques des siècles précédents. Il est toujours intéressant d'en connaître les dessous. http://lamaconne.over-blog.com/critica-masonica

Il est très difficile de ne pas faire le parallèle avec son dernier livre « A l'ombre de la République », que j'ai présenté ici : http://lamaconne.over-blog.com/2014/02/a-l-ombre-de-la-r%C3%A9publique-j-pierre-bacot-livre.html, de l'article de Jean-Pierre Bacot, appartenant à la rubrique « Point de Vue ».

« La résistance à la féminisation de la franc-maçonnerie. Bref bilan de recherches et essai d'analyse » de Jean-Pierre Bacot insiste est, tout autant, une prise de recul sur l'histoire de la franc-maçonnerie mixte et féminine. De la résistance à la féminisation, l'auteur parle bien sûr, de la haute lutte des femmes pour soit entrer en franc-maçonnerie, soit être reconnue en leur qualité de franc-maçonnes lorsqu'elles décidèrent, soit en mixité ou non mixité, leurs premières loges et obédiences. Il évoque, dans ses recherches, la particularité française. Double, d'ailleurs : d'une part, par l'existence des loges d'adoption au 18ème siècle, qui sont replacées, suite aux travaux de deux américaines (1), dans leurs contextes historiques, d'autre part par la fondation d'une première obédience mixte, le Droit Humain, fin du 19ème siècle, suivie à la fin de la première moitié du 20ème siècle par la fondation de la Grande Loge Féminine de France.

Je rappelle, à toutes fins utiles, que la franc-maçonnerie en France, compte 180 000 membres, dont 30 000 sont des femmes, 100 000 sont des hommes qui refusent soit la reconnaissance des obédiences mixtes ou féminines ou la réciprocité des inter-visites pour le cas particulier de la Grande Loge de France. 10 % seulement des hommes travaillent dans des loges mixtes. Les 30 000 sœurs sont à part égale soit dans loges « entre-femmes », soit dans des loges mixtes. Ces chiffres montrent que le problème de l'initiation des femmes, leur appartenance à la franc-maçonnerie, et la mixité est un problème exclusivement masculin et touchent majoritairement les obédiences masculines les plus spiritualistes. Ainsi, autant l'article que l'ouvrage de Jean-Pierre Bacot permet d'avoir des pistes de réflexion sur les causes historiques et sociales de ce frein à l'initiation des femmes.

La dernière rubrique concerne des notes de Lectures, qui complètent les articles précédents ou permettent de prendre connaissance des derniers livres maçonniques publiés, par des lectures critiques.

Lilithement vôtre,

La revue CRITICA MASONICA est disponible aux conditions suivantes : Abonnement 2014: 35 euros,

Chèques à envoyer au trésorier Alain Artigaud 136 rue Championnet 75018 Paris

Autre article : http://lamaconne.over-blog.com/2013/10/lancement-du-n-3-de-critica-masonica-du-nord-au-sud.html

Les premières franc-maçonnes au siècle des lumières, de Janet Burke et Margaret Jacob, traduit par Laure Caille, Presses Universitaires de Bordeaux.

Partager cet article

Commenter cet article

Duterroir 23/02/2014 10:38

Sur La GLDF et sa "misogynie", il est très amusant de constater que les FF:. de cette honorable Obédience ne s'interdisent rien du moment que cela se passe hors de leurs murs; c'est ainsi qu'on les voit sur les colonnes du DH, du GOdF, de la GLMU etc sans que cela ne leur pèse en rien!!! Admirable plasticité de l'esprit humain qui s'accommode sans problème de tous les paradoxes, contradictions ou... hypocrisies du monde. Ordo ab Caos.

Cousin 27/02/2014 09:14

Réflexion idiote!