Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

GLDF : les carottes sont cuites (2) – Dieu et les femmes.

GLDF : les carottes sont cuites (2) – Dieu et les femmes.

La croyance en dieu.

Après avoir éluder l'obligation de la rupture, la GLDF élude la « croyance obligatoire en Dieu ». C'est d'ailleurs, comme nous allons le voir, une habitude de plusieurs année. Les américains nous ont fait le plaisir de préciser les règles de régularité. Cette charmante attention enlève toute ambiguïté sur la question. Le blog Myosotis du Dauphiné Savoie nous présente sa traduction en français et son analyse http://le-myosotis-dauphine-savoie.over-blog.com/article-baltimore-succes-eclatant-pour-la-glnf-echec-patent-pour-la-glamf-et-la-confederation-122663632.html

1.Légitimité d'origine.
2. Compétence territoriale exclusive, sauf par consentement mutuel et / ou /par traité.
3. Adhésion aux Anciens Landmarks - en particulier, une croyance en Dieu, le Volume de la Loi Sacrée comme un élément indispensable de la Loge, et l'interdiction de discussion politique et de religion.

Il faut avouer qu'ils connaissaient déjà la GLDF du 21ème siècle et ses nombreux arrangements avec la vérité, pour l'avoir tester avec la Grande Loge du Minnesota en avril 2001. Celle-ci écrivait alors pour sa défense dans un « livre blanc » en 2002, résumant ce que leur avait fait croire les français :http://bessel.org/masrec/glminn.htm

« Qui a dit que le GLF est irrégulière? La Grande Loge du Minnesota, et bien d'autres, sont convaincus que le GLF est régulier. Leurs loges ont tous la Bible sur leurs autels, comme les nôtres, et ils commencent leurs rencontres avec des prières et des lectures de la Bible. Tous les candidats sont tenus d'exprimer une croyance en un Être suprême, tout comme les nôtres sont.Ils interdisent les femmes dans leurs loges, comme nous le faisons. »

Ainsi, la GLDF avait affirmé à cette obédience que non seulement l'obédience remontait à 1700, mais qu'aussi ses membres – certains vont être heureux de l'apprendre – croyaient en un être suprême, mais qu'en plus – et là, on ne se moque pas ! – ils disaient des prières et lisaient un passage de la bible au début de chaque tenue ! Il faut être soit créatif soit malhonnête pour faire croire cela à une autre obédience. Notons que les femmes sont aussi mentionnées - ces diablesses!– et que la GLDF n'hésite nullement à les utiliser pour garantir leur régularité. Non, bien sûr, qu'ils ne reconnaissent pas ces obédiences!

Je note pour les historiens et autres curieux que ce site : http://bessel.org/masrec/france.htm propose des documents sur les reconnaissances GODF et GLDF de 1900 à nos jours très intéressant.

C'est la réaction des frères de la GLDF, pro-réguliers, qui étonne et détonne. J'ai, après « Baltimore », lancé le sujet sur un fil de discussion sur les réseaux sociaux. Voici ce qu'un frère de la GLDF me répond (le 4 mars à 11h05) :

« Et quand elle nous reparle de la croyance en Dieu, il faudrait qu'elle lise un peu. Même la GLUA ne la réclame plus depuis des lustres! Il ne doit plus rester que la GLNF. Alors, avant de procéder bêtement par affirmation, peut être serait-il bon de se tenir informé. Je n'aime pas être blessant mais je trouve que le code des bonnes manières est largement dépassé par cette .....Bon, je ne dis rien. »

Une petite parenthèse pour mes lectrices et lecteurs – attentifs – bons nombres de frères de la GLDF semblent ne pas apprécier mon blog. C'est le moins que l'on puisse dire ! Leur sport préféré est de m'insulter sur les réseaux sociaux. Certains doivent même me maudire, mais comme je suis athée, mon âme ne risque plus grand chose.

On notera que c'est à moi : "de lire un peu" et "de me tenir informée"... "même la GLUA ne la réclame plus depuis des lustres!" ....

Si nous fûmes nombreux à avoir réviser nos fondamentaux, les frères de la GLDF semblent être de bien mauvais élèves. La maçonnerie dite régulière est une maçonnerie théiste. La GLDF ne l'est pas. Elle n'est pas même déiste.

De même, arguer bêtement que depuis 1989, c'est-à-dire les lustres en question, la croyance en dieu n'est plus obligatoire (via une disposition de la Grande Loge Unie d'Angleterre) n'est qu'une lecture personnelle des frères de la GLDF. Le texte existe bien, mai s n'a jamais été adopté. Toutefois sans faire de gros efforts sémantiques : croyance en un être suprême, croyance en dieu, croyance à quoi que ce soit, c'est imposer à croire et refuser que d'autres ne croient pas, ce que ne fait pas la GLDF.

On se demandera, d'ailleurs, pourquoi la GLDF promettait de faire des prières à la GL du Minnesota, si depuis des "lustres", cela n'avait aucune importance?

Les femmes.

Du point de vue féminin, ces deux années ont permis a bons nombres de sœurs de constater le discours doublement fallacieux de la GLDF vis-à-vis de leurs obédiences.

Pour la franc-maçonnerie mixte et féminine – et surtout pour les sœurs – nous avons aussi la confirmation que la cause est entendue. Simple façon d'exprimer le fait. La GLDF et son convent, tout en approuvant la signature des règles (à signer avant d'entrer), ont gravé dans le marbre la non-réciprocité de visites pour les sœurs. Par ailleurs, puisque le sujet vient à point, il faut souligner son approche hypocrite de la question : cette non réciprocité de visites a servi, uniquement, à affirmer leur régularité « à l'anglaise ». Ne pas recevoir des sœurs en visite équivaut à ne pas les reconnaître Outre-Altlantique et Outre-Manche.

Les obédiences mixtes et féminines peuvent adopter ce point de vue, très-très régulier à leur profit : il est impossible de reconnaître une obédience et refuser dans le même temps la visite de ses membres en totalité ou en partie. J'ajouterais ... suivant leur sexe.

J'affirme que les grands discours de la GLDF sur les reconnaissances avec les obédiences féminines et mixtes sont des leurres.

D'ailleurs, que faut-il croire ? La GLDF qui expliquait, en 2001, lire des passage de la bible en loge ou celle qui raconte qu'elle reconnaît les obédiences mixtes et féminines ?

C'est d'ailleurs la seule chose qui ne supporte aucune ambiguïté. Les sœurs sont condamnées à être des potiches dans les conférences et réunions profanes organisées par la GLDF.

Les sœurs des obédiences féminine et mixte, dans leur ensemble, méritent mieux que ce genre de traitement – assez particulier – qui serait une « cérémonie spéciale », une survivance de la maçonnerie d'adoption. La GLDF estime avec une condescendance grossière, qu'elle leur fait là un fabuleux geste de reconnaissance. Il faudrait être – excusez-moi, mes sœurs, de l'exprimer ainsi – sottes pour y croire et encore bien plus sottes pour l'accepter. Leurs loges des obédiences féminines et mixtes ne sont pas des crèches pour les frères de la GLDF. Elles ne sont pas là pour les réveiller dans leur château en Ecosse.

Si la GLDF se ferre dans une quête de reconnaissance – rompant pour la beauté du geste, pour le fun – avec les obédiences irrégulières … La question ne se posera plus. Qu'ils rompent rendra presque service aux obédiences mixtes et féminine en leur économisant un débat assez douloureux. Il leur faudra, en effet, reconnaître, elles-mêmes, qu'elles se sont trompées en ce qui concernent la GLDF. Le Droit Humain est paradoxalement en meilleure position pour le faire. Bons nombres de soeurs de la GLFF risquent de grincer des dents, celles en particulier qui ont misé sur un rapprochement - et enfin une réciprocité de visites - via le REAA et diverses activités communes, mais profanes. Cela dure depuis plusieurs années. Je peux parler de décennies.

Les obédiences mixtes sont montrées du doigts par les frères de la GLDF. Ils sont capables de se contenter de rompre leurs relations – avec le seul GODF et éventuellement étendre cette rupture aux obédiences mixtes comme le Droit Humain, GLMF et GLMU pour se donner « bonne conscience », en espérant continuer à visiter les loges de la GLFF. Ce sont des champions de la demi-mesures, Messieurs les Anglais. Dieu n'est pas vraiment Dieu. Les sœurs de la GLFF ne sont pas vraiment des femmes. Si pour dieu, je ne peux guère être affirmative, pour les femmes, il faudra me croire sur parole. Si dieu ne peut pas protester, elles si.

La GLDF espère, (à lire le pamphlet pour la rupture de la Jean-Laurent Turbet), aussi, que la GLFF acceptera sans broncher ce nouveau partage de la carte maçonnique, décidé par un convent et une obédience dans laquelle les femmes n'ont pas même droit d'y glisser un ongle. C'est sous-estimer ce qu'est la GLFF, dans son fond et sa forme - et la sincérité de ses relations avec les obédiences mixtes. Car voilà, si la GLDF n'a rien signé avec les autres obédiences en France, la réciproque est d'autant plus vraie.

Si la rupture est votée par la GLDF, elle sera consommée, en tout bien tout honneur, par les sœurs. Elles n'auront rien à se reprocher. Jouer aux plantes vertes ne sera pas, à mon avis, leur choix. Difficile de l'imaginer.

Si finalement, la GLDF décide de ne pas rompre, le débat appartiendra aux sœurs de toutes obédiences – à elles. A elles seules.

Je suis, néanmoins, d'avis que la GLDF s'est construite un avenir bien sombre en à peine deux ans. Ceci dans tous les cas de figure.

Lilithement vôtre,

Voir ici le premier article : http://lamaconne.over-blog.com/2014/03/gldf-les-carottes-sont-cuites-1.html

Partager cet article

Commenter cet article

J-Yves 19/03/2014 12:53

Je travaille sur le lettre "G" au 2° pour une Pl.°. qui sera lue en mai prochain.
Je suis "tranquillement" athée, à la bible je ne mets pas de majuscule, et je me dirige versune Pl.°. de questionnements "tranquilles"... Si on me fais l'objection qu'à la GLDF dieu est incontournable, je m'en irai "tranquillement" voir ailleurs si j'y suis. Dans ma L.°. actuelle, aucun FF.°. ne m'a pousser dans une direction qui ne me "parle " pas....

joaben 20/03/2014 09:13

Ma chère, les mots employés ont leur importance. Le terme "pro-régulier" a une connaotation positive au premier abord.
Dans les faits la "régularité" est une tarte à la crème que se balancent des candidats à une "reconnaissance".
Pourquoi "tarte çà la crème" ? La régularité consistant à une conformité à des "règles", la premiere obligation est bien entendu de définir de quelles règles on parle et que cette référence soit commune.... Et là les militants de ses sollicitants partent dans un grand flou ...Sont-ce la "regle en 12 points, en 8 points, les "basic principles", les "aims and relationship of the craft", les anciens landmarks ?
En fait, chacun prend ce qui l'arrange.
Le comble ! lors de leur derniere conference les 5 GL europeennes dites de Bâle ont donné leurs conditions pour reconnaître GLDF ... SUR LA BASE d'un DOCUMENT INEXISTANT ! Ils ont fait une appellation bouillie "Basic principles for the craft" ... Pas le moindre document avec cette appelation !
C'est dire le manque de sérieux y compris à ce plus haut niveau !
Restera les manoeuvres d'appareil et efficacité de la com institutionnelle sur les votants.

Donc je te propose de changer l'appellation "pro-regularité" en "pro-sectarisme". ... puisque sur ce point au moins, c'est clair !

La Maçonne 19/03/2014 18:46

En fait, je n'en ai aucune idée.
Je pense (personnellement) que la majorité des frères en avait rien à faire de la "régularité", durant ces deux dernières années. Il n'y a qu'une minorité de frères qui militent pour - en particulier pour la rupture avec les autres obédiences ...
J'ai donné un extratit "riévélateur" d'une interview de Marc Henry à ce sujet ... décrivant la façon dont la GLDF arrangeait les faits.
Il y a une minorité de pro-réguliers qui sont convaincus que la rupture est nécessaire.

joaben 19/03/2014 18:15

Que décidera la majorité GLDF ?
Sachant que CMF n'a plus aucune chance d'être reconnu, il serait étrange que les GLDF s'imposent des contraintes sectaires sans espérer quoi que ce soit d'utile en retour.
Ceci dit, si par malheur c'était le cas, les FF GLDF ne manqueront pas de possibilités de pratiquer leurs rites sans ces contraintes. Nous sommes très accueillants si utile.

La Maçonne 19/03/2014 17:47

Jean-Yves va finir par être le seul frère de la GLDF qui va me parler ... (nan! je rigole! y'en a d'autres ....)
Je sais qu'il y a des frères de la GLDF qui n'entreront pas dans ce jeu de reconnaissance/régularité. Ils existent, savent ce qu'ils veulent. D'autant plus que la GLDFa toujours fonctionné comme J-Yves nous le décrit.

joaben 18/03/2014 18:16

Bravo pour cette analyse dont on peut apprécier le réalisme et l'étayage.
Concernant la question "Dieu" il est à noter que dans la pratique UGLE c'est devenu finalement secondaire.
Il est interessant de se reporter à "Freemasonery for the future" signé par Nigel Brown gran secretaire de GLUA pour avoir une idée vers quoi s'oriente GLUA.

Tu evoques la proposition 1989 des "basic principles" en effet non votée mais soumise au Board. Il est vrai que la notion "Etre Supreme" est rappellée comme sur la version 1939. Donc rien de special.
Par contre, plus intéressant dans cette proposition 1989 etait supprimée l'exclusivité masculine ! C'est d'ailleurs une des raisons de son non-vote. Donc si les GLDF invoquent BP 1989 ... ils doivent aller au bout de leur logique et éliminer leur exclusivité masculine.
La position theiste et mêmme deiste est de plus en plus intenable en FM qui se doit rigueur, droiture et franchise.
L'icncapacité à repondre clairement par les amateurs de ces obediences à ces 2 questions simples est significative du trouble :
- Qu'entendons-nous par "Dieu" ? un barbu sur un nuage regardant les vilains humains ?, un concept général de l'innacessible a nos moyens actuels, ce qu'en raconte la Bible, la creation en 6 jours il y a 6000 ans, l'arrêt du soleil par Josué ?
- Qu'entendons nous par "croire" ? adhesion intellectuelle a ce qui est dit, ecrit ? vague ressenti "egregorique"?

Alors comment peut-on repondre franchement à la question "Croyez-vous en Dieu ?" si le questionneur est incapable de définir ni Dieu, ni la croyance ?

La Maçonne 19/03/2014 17:59

En fait, pour être brève, le GADLU est pour les ob libérales un symbole comme un autre, ou presque comme un autre et étudié comme tel (surtout que nous n'avons pas de définition et que nous sommes moralement interdit d'en imposer une).
Pour l'athéisme, c'est un peu plus complexe. Déjà, il ne se transmet pas. Ce n'est pas parce que tu as pleins de copains athées que tu vas le devenir ou qu'ils vont t'expliquer comment c'est cool de l'être. L'athéisme ne propose rien (pas de salut, pas de vie après la mort, pas d'âme immortelle, pas de divinités ou principe divin, aucune promesse d'un mieux être, de secours).
Ce que tu considères comme "militant" est lié au simple fait que beaucoup de personnes considèrent que ce n'est pas possible d'être athée. Que tout le monde croit en quelque chose. Bref, pour tourner le débat autrement, autant on peux croire en dieu, autant on ne croit pas en l'existence de l'athée.
S'ils parlent, c'est pour revendiquer qu'ils existent - que l'on peut croire en rien - en étant bien dans sa vie et en étant en paix avec soi et les autres - et même que l'on peut lire la bible (et faire des planches) sans que cela cause un problème pour eux.
Un athée est très heureux en fm ... il s'épanouit!

joaben 18/03/2014 20:30

Chere maçonne.
assez curieusement, c'est justement dans la FM liberal que j'ai entendu le plus de débat sur la nature du GADLU ...
Dans la FM GLNF-GLUA on en parle peu. On se contente d'une affirmation hypocrite "je crois en Dieu ..." sous entendu puisqu'on m'a averti que c'était la bonne reponse à donner pour aller plus loin.
L'atheisme militant me semble lui aussi une sorte de "religion".
Il y a des raisons beaucoup plus prosaiques à mon avis :
Si on veut travailler sur les rituels de "haut grades" on va utiliser comme support les mythes, personnages ou histoires qu'on retrouve dans la BIble.
Si ca braque un candidat, il vaut mieux le savoir avant.
De mon experience, j'ai des GLNF participant à des tenues "non-sexistes" (je prefere çà que mixte ... le but de la fm n'est pas d'être mixte) avec des freres(au sens neutre) dont le sexe ne nous importe pas en tenue.
De même des athées convaincus acceptant cantiques et bible et faisant une planche sur un sujet typiquement biblique.
Le brassage sans dogmatisme de ces approches est très riche.
Pour ma part, les etiquettes sur lesquelles des FM aiment exciter leurs divergences comme "theisme" ou "deisme" ne m'interessent pas.
Ce serait interessant d'en discuter en tenue ... tu as mon mail.

La Maçonne 18/03/2014 20:13

Merci pour ce commentaire.
J'ignorais pour ce que tu expliques au sujet de 1989. De toute manière, si ce n'étais pas à cause de dieu, c'est (presque) obligatoirement à cause des femmes. (sourire)
La FM libérale parle très peu de la croyance (et de dieu, et des religions) contrairement à ce qui est dit. Elle ne conduit pas à une réflexion à ce sujet que j'ai eu très modestement par ailleurs. (mais que je pense importante d'avoir, histoire de se.situer et de se comprendre)
Ainsi, ce que tu expliques très brièvement (sur la définition de "croire"), est vraiment intéressant et mériterait d'être développé.
Je n'en ai, hélas, pas les compétences.
Il y a sur ce blog deux articles (theisme et athéisme, deisme) qui définissent ces termes, mais je ne saurais pas aller plus loin pour le moment. Je suis athée - et ne peux parler que de ce que je "connais" et "perçois" - l'incroyance est le vide. Il n'y a rien pour l'athée. Cependant, cela n'empêche pas de chercher. J'ai même dit à une amie que la FM était faite pour les athées, car elle permet par autre chose de chercher et d'avoir une expérience spirituelle (que religion et philosophie ne leur permettent pas).