Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Le Droit Humain en Espagne

La Fédération Espagnole du Droit Humain a défilé lors de la journée internationale des Femmes. L’article, en lien, précise qu’il s’agit d’une toute première manifestation suivant le témoignage de Ana Valet, Grand Maître du Droit Humain espagnol. Elle explique, de même, la situation des francs-maçons sous le régime de Franco, torturés et assassinés, devant fuir leur pays.

C’est aussi l’occasion de rencontrer (virtuellement) la Fédération Espagnole du Droit Humain, qui compte aujourd’hui un peu moins de 10 loges, des ateliers de perfection et chapitres.

L’histoire du Droit Humain en Espagne débute, en 1915, avec la fondation d’un premier triangle « San Albano ». Le principal fondateur fut Manuel Trevino, égyptologue et théosophe. En 1928, le Droit Humain compte 5 loges. Lors du régime franciste, les obédiences durent fermées. Les maçons, pour la plupart, s’exiler. Ainsi, le site du Droit Humain, présente Hernadez Barroso, dernier Grand Maître du Droit Humain espagnol, qui s’exila au Mexique et mourut en 1963. La maçonnerie mixte en Espagne commença à renaitre après la mort de Franco, grâce à une première loge “La Luz vuelve” en 1974, qui n’eut hélas pas de suite. En 1978, des frères et des sœurs fondirent une loge : " Ferrer i Guardia ", qui sera finalement la première loge du Droit Humain espagnol. Dans les années 90 restent 4 loges, qui devinrent une juridiction sous la direction de Danièle Juette, qui sera élue en 2007, Grand Maître de l’ordre (international). La même année, cette juridiction devint une fédération de loges, pouvant élire son premier grand maître Ceruelo Antonio.

Vous pouvez trouver sur leur site : nom des loges, situation géographique et les informations de la fédération (communiqués, etc.) dont une vidéo sur Maria Deraismes.

Lilithement vôtre,

Partager cet article

Commenter cet article