Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

GLDF (CMF): quand la logique est laissée à la porte du temple.

GLDF (CMF): quand la logique est laissée à la porte du temple.

Pendant que notre frère blogueur (libre & indépendant) Gérard Contremoulin (Sous la voûte étoilée) commente la circulaire n°35 de Marc Henry, Grand Maître de la GLDF - il en était ce lundi à la 6ème question*– j'ai, quant à moi, parcouru avec intérêt l'article du blog (tout aussi libre & indépendant) du Myosotis du Dauphiné Savoie tenu par le frère Fidèle d'Amour (GLNF), pour le rapprocher à celui du presque même nom (Myosotis Savoie-Dauphiné – pas bon pour les dyslexiques) tenu par Feu DuSoleil (GLAMF), histoire d'avoir un avis partagé.

Fidèle d'amour évoque ce qui ,selon moi, est le grand moment de ladite circulaire : on ne peut rompre avec ce qui n'existe pas. Marc Henry – on imagine que ce dernier est bien renseigné – affirme, en effet, qu'il n'existe pas de « traités d'amitié » avec les obédiences libérales françaises.

Fidèle d'amour, justement interloqué, mentionne ceci :

« Une question cependant, à laquelle les délégués du convent de la Grande Loge de France sauraient répondre : nous n’avons pas pu retrouver les déclarations officielles par lesquelles les conventions et traités d’alliance signés entre GO et GL en 1964, 1965, et 1972 auraient été abrogés. Qu’en est-il également du protocole signé à Reykjavik en 2002 entre le GO, la GL, et l’Ordre Maçonnique Mixte International « Le Droit Humain » ? Ce protocole confirme de manière non équivoque les droits d’inter visite entre les Frères des 3 obédiences et la primauté donnée à la défense de la laïcité. (Les sœurs du Droit Humain n’étant pas reçues à  la GL). »

Myosotis du Dauphiné Savoie

Comme je ne suis pas inhumaine et que je ne peux laisser un frère, fut-il à la GLNF dans un monde de perplexité, je souhaite apporter une explication à cet état de fait.

Ce sont des non-traités-d'amitié. C'est, en fait, comme s'ils allaient jouer dans d'autres clubs de foot sans que ce soit vraiment du foot. C'est comme boire un verre de bière sans alcool, cela a le goût, mais point d'ivresse. C'est aimer sans amour.

Ces protocoles d'accord permettent des inter-visites, des reconnaissances et des intégrations – sinon des double-affiliations – des frères d'une obédience à l'autre, des communications entre obédiences sur les radiations par exemple, sur une justice maçonnique et divers autres éléments.

J'explique : un frère de la GLDF peut-être est aussi affilié au GODF et être fondateur d'une loge … au DH.

Ils le font sans s'être écrit une seule fois que la GLDF et les autres obédiences se reconnaissaient comme de véritables obédiences maçonniques. Voilà pourquoi, Marc Henry et ses grands penseurs déclarent qu'il n'y a aucun "traités d'amitié".

La situation est récente. Cela date de la circulaire n°35.

Car avant … c'était plutôt cela :

Pourquoi la Grande Loge de France est- elle uniquement masculine ?
La Grande Loge de France est une obédience initiatique traditionnelle qui s’est dotée, comme chaque obédience, des règles de son propre choix.
Elle est uniquement masculine tout comme d’autres obédiences sont uniquement féminines et d’autres sont mixtes – initiant à la fois des femmes et des hommes.
Cette  diversité permet à chacun, dans notre pays, de trouver l’obédience qui conviendra le mieux à son propre projet initiatique.
La Grande Loge de France entretient avec ces obédiences des relations permanentes  et fraternelles, respectant la liberté de choix et de principes de chacune d’entre elles, comme elle souhaite que soit respectée sa propre liberté et bien que exclusivement masculine, la Grande Loge de France est à l’origine de la plus importante obédience féminine actuelle, la Grande Loge Féminine de France, à la création de laquelle elle a contribué après la seconde guerre mondiale

site de la GLDF

La GLDF aimait tellement les obédiences libérales que même qu'ils racontaient que c'était grâce à eux que la GLFF existait !

Note pour moi-même : rappeler à la GLDF qu'elle n'est nullement « à l'origine de la GLFF », avant que les sœurs de la GLFF ne tombent sur ce passage du site de la GLDF**. Question n°3. Site de la GLDF. Nœud dans mon non-mouchoir fait.

Il faut une tournure d'esprit assez particulière - j'aimerais bien dire "typiquement masculine" mais je n'ose pas - de la part de Marc Henry et des rédacteurs de cette circulaire pour imaginer que les diverses relations antérieures avec les obédiences comme le GODF, le Droit Humain, la GLFF, et bien d'autres comme OITAR, la GLTSO … ne comptent pas pour des « traités d'amitié ».

Les frères de la GLDF se rendent en visite dans les loges, participent aux travaux en toute bonne foi, sans avoir le sentiment d'aller « au spectacle du coin ». Ces visites participent tout autant à leur démarche initiatique. C'est ce qui importe : pas le bout de papier sur lesquels on n'aurait rien écrit.

Alain Juillet, Grand Maître de la GLAMF, est touché par la même épidémie lorsqu'il explique que le « protocole administratif » est un « standard » du genre.

En lisant une telle réponse, j'ai failli leur proposer mes prestations de dactylo, mon petit ordinateur et mon imprimante. Le GODF et la GLAMF sont des obédiences si lourdes qu'elles ne prennent même pas la peine d'établir des protocoles qui leur conviennent !

Rassurez vous, la réponse de Daniel Keller, Grand Maître du GODF est guère mieux. Le truc des loges souveraines signifie que même si le convent accepte la visite des frères de la GLAMF, les loges peuvent décider individuellement si oui ou non, elles les reçoivent. Un peu à la tronche du client.

Bref, les frères de la GLAMF vont être traités comme les sœurs (y compris les sœurs du GODF). Ils pourront rejoindre ma ligne de résistance et rédiger pour mon blog des articles féministes bien sentis. Ce qui est, pour le coup, une bonne nouvelle. Non ?

Lilithement vôtre,

* En fait, c'est surtout que j'ai déjà passé en revue toutes les réponses au question dans cet article. http://lamaconne.over-blog.com/2014/05/gldf-une-circulaire-annoncant-un-convent-laborieux.html

** La GLFF a déjà présenté publiquement un droit de réponse quant à cette allégation non-historique : http://lamaconne.over-blog.com/2014/02/droit-de-r%C3%A9ponse-de-la-glff-%C3%A0-la-gldf.html

Partager cet article

Commenter cet article

loveflat1 10/06/2014 01:12

Ma chere NON Soeur rassurez vous tout cela n'a aucune importance
la GLNF vaincra et vous pourrez tous continuez à jouer ensemble à vos petits jeux de NON maçons
dans vos coins en attendant que nous fassions enfin triompher la vraie maçonnerie sur votre Voie substituée ( cf l'ouvrage de Jean Baylot) qui porte ce titre
la cris nous a fait perdre 20 voire 50 ans mais quel importance? Y a t il tache plus noble que de faire triompher la vraie maçonnerie et d'arracher ses tabliers à la maçonnerie Canada dry? on a l'eternité devant nous pour cela

maconlibre 03/06/2014 19:52

Très juste.
Grace à une 2e lecture, je constate quelque chose d'etonnant émanant de la question no6 de la circulaire MH, dont on se rend pas forcément compte à première vue tant les circonvolutions semblent embarrassées :
Ainsi les visites aux déclarés "irréguliers" (sans que plus personne ne sache de quelles règles il s'agit) sont laissé à la "conscience" du visiteur GLDF ... jusques là tout irait bien sauf qu'on lui rappelle que il visite "consciemment" des loges "irrégulières" ... ce serait violation de ses serments. Il deviendrait donc un "parjure" maçonnique, ce qui est la faute maçonnique la plus grave.
Et pour autant quelle sanction à ce "parjure" ? Le dit Grand Maître annonce : "Rien !". Pas de sanction !
Ou est la cohérence ?
Ce qui démontre, si besoin était, l'improvisation de l'argumentation. Ou alors l'incoherence totale de la démarche...

La Maçonne 03/06/2014 20:05

J'ai écrit cet article hier soir voulant démontrer l'illogisme "partagé" avec égalité.
J'ignorais alors que je recevrais dans ma boîte email une lettre adressée à Marc Henry de loges de la GLDF ... que je vous transmet ce soir

Saled 03/06/2014 10:29

Un peu confus, j'ai pas tout compris.