Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Au Parlement Européen à Bruxelles : crèche de Noël & Civitas.

Au Parlement Européen à Bruxelles : crèche de Noël & Civitas.

Ce serait presque burlesque si cela ne se passait pas au Parlement Européen à Bruxelles. Non seulement, il fut trouvé intelligent d’y installer une crèche de Noël mais en plus elle fut inaugurée par Civitas, groupement intégriste, opposé aux Droits de l’Homme en sus de n’être pas un grand adepte des principes de la laïcité.

En effet, on peut lire sur leur site dans un article intitulé « Les droits de l'homme, outils de destruction de la civilisation chrétienne » ceci : « L’idéologie des droits de l’homme postule, on l’a vu, que la loi est l’expression de la volonté générale. C’est-à-dire, très clairement, qu’elle n’est pas le reflet de la loi divine mais découle de la « souveraineté du peuple » : « Quant à la souveraineté du peuple…, si elle est éminemment propre à flatter et à enflammer une foule de passions, elle ne repose sur aucun fondement solide » .

L’autonomie de la loi humaine par rapport à la loi divine, sous couvert des droits de l’homme, entraîne la destruction de la famille et de la paix publique, bases des sociétés humaines. » http://www.civitas-institut.com/content/view/269/110/

Civitas est issus de la Cité Catholique, mouvement de catholiques intégristes, fondé en 1946 par Jean Ousset, cadre du régime de Vichy. Durant les années 1950 à 60, elle devient influente avec sa revue Verbe, justifiant par exemple les actes de tortures en Algérie.

La Fraternité Sacerdocale St-Pie X, son pendant religieux, est fondé par l’archevèque Marcel Lefebvre, s’opposant au Vatican et finalement s’en sépare en 1988. Il y a une dizaine d’années, Civitas était fondé, agissant pour le compte de la Fraternité Sacerdocale St-Pie X ayant pour devise : « La civilisation n'est plus à inventer, ni la cité nouvelle à bâtir dans les nuées. Elle a été, elle est ; c'est la Cité Catholique. Il ne s'agit que de l'instaurer et de la restaurer sur ses fondements naturels et divins contre les attaques toujours renaissantes de l'utopie malsaine, de la révolte et de l'impiété : Omnia Instaurare in Christo. »

Devise qui ne manqua pas d’être rappelée lors du discours inaugural pour la crèche au Parlement Européen. Ce qui, reconnaissons-le, ne laisse pas de place pour les autres et fait un raccourci historique frisant l’obscurantisme.

Civitas dont l’objectif est de « re-christianisé » la France et avec elle l’Europe semble avoir une place privilégiée au sein du Parlement Européen. Lobby catholique des plus actifs, agissant comme une secte, ayant pour objectif de former des « cadres politiques », Civitas accuse dans un communiqué : « Cette haine de la crèche de Noël traduit la haine du christianisme qui anime les fondamentalistes laïcistes, hargneux exécutants des directives des loges maçonniques.

Précédemment, les mêmes ennemis du christianisme avaient par contre marqué leur enthousiasme pour un “sextoy” géant gonflable installé place Vendôme à Paris en lieu et place de sapin de Noël alternatif.

En cette période de l’Avent, les catholiques peuvent constater à quel point l’argument de laïcité sert uniquement à tenter d’effacer le christianisme et ses traditions. La république maçonnique est moins regardante lorsque la mairie de Paris fête le Ramadan ou se met aux couleurs de Hanouka. » http://www.christianophobie.fr/communique/affaire-des-creches-un-communique-de-civitas#.VInT_o10zIU

Que peut signifier cette atteinte manifeste, non pas à la laïcité, mais à l’égalité de tous, en droit et en raison au sein d’une institution comme le Parlement ?

Est-ce simplement l’occasion de dépoussiérer pour l’occasion un groupuscule intégriste qui n’a que cela à faire ?

Le message du Parlement Européen en invitant Civitas a inauguré une crèche de Noël, par ailleurs contestable, est bien flou.

L’institut Civitas n’est pas reconnu par le Vatican. Il ne dispose d’aucun statut canonique et les prêtres qui y exercent n’ont pas de légitimité au regard des lois canoniques. Ainsi Civitas ne représente, en effet, qu’eux-mêmes : un groupuscule sectaire, que les catholiques ne reconnaissent pas.

Pour être plus précise, c’est un peu comme si moi, je m’autoproclamais Archiprêtresse de la foi chrétienne et occupais mes loisirs à inaugurer des crèches.

Tiens ? En voilà, une bonne idée ….

Lilithement vôtre,

Voici l'information indiquée par un de mes lecteurs que je remercie : http://www.medias-presse.info/la-creche-de-noe%CC%88l-du-parlement-europeen/20158

Partager cet article

Commenter cet article

ma contribution 12/12/2014 16:55

Triste démonstration d’un parti qui, faisant son nid d’une querelle vielle de plus d’un siècle et sur laquelle en France on reste focalisé, saisit toutes les occasions qu’il peut pour exprimer et manifester dans l’espace publique une vision théologico-politique sur le ton agressif d’une reconquête qu’il entend mener, alors qu’il ne prospère en réalité que sur le méchant destin d’amnésie et d’inculture qui semble nous frapper tous autant que nous sommes. D’autres partis non religieux occupent eux aussi l’espace publique, et il faut le dire ici, sures et certains de leur légitimité mais tout aussi sélectifs dans l’analyse qu’ils portent de l’histoire et de la pensée démocratique et laïque dont ils se font pourtant les champions. C’est comme si toute l’histoire des relations entre Eglise(s) et Etat se focalisait sur les dernières années du 19ème siècle et les premières du 20ème, ou comme si toute l’histoire de l’émancipation politique et citoyenne européenne et la philosophie des Lumières se résumaient à l’année 1789.

L’analyse historique qui doit être menée ne doit se réduire et s’en tenir à tel ou tel évènement dont il s’agit de relater la dramaturgie, aussi déterminante soit elle, mais plutôt s’inscrire dans une vision plus longue articulant la problématique que l’on s’est proposée d’étudier à une échelle du temps social qui lui soit proportionnée et capable de nous aider à appréhender dans sa pluridisciplinarité un processus historique aussi complexe. En l’occurrence historiens, philosophes, juristes et théologiens s’accordent à appeler «sécularisation» cette évolution qui agit et opère à la fois dans les consciences, dans la pensée et dans les institutions.

On ne peut alors pourtant passer sous silence, au nom de la dramaturgie évènementielle qui souvent illustre et favorise les valeurs que nous voulons promouvoir, la contribution essentielle et parfois décisive du christianisme dans son ensemble et de l’Eglise catholique en particulier à l’essor de la démocratie, et d’une manière générale au processus de « sécularisation » pour peu qu'on prenne un peu de hauteur.

Certains veulent croire et faire croire que l’Europe, cet unique assemblage de peuples, d’histoires et de cultures différentes, pourraient valablement être ce qu'elle est et ignorer la plus grande part de son histoire, de la pensée qui l’a façonnée dans ses aspirations et ses réalisation même profane. C'est oublier avoir, même eu, des racines chrétiennes, penser une Europe qui avoir n'a ni âme ni même de fantômes ou démons qui la hantent. Sans envisager en ce qui me concerne de revanche, de contre révolution, de retour à la chrétienté, cette situation fragilise énormément la cohérence de nos sociétés démocratiques et «Civitas» l'a bien compris. Son existence même s'enracine dans le rejet de la pensée chrétienne qui reconnait et respecte la légitime autonomie des réalités terrestres, et ce dans la droite ligne de la distinction évangélique entre ce qui est du à César et ce qui est du à Dieu. Distinction traversant la théologie scolastique médiévale d’un St Thomas d’Aquin et le droit naturel avant de se voir réaffirmer avec force lors du concile Vatican II dans la Constitution pastorales « Gaudium et Spes ». Il est vrai qu’influencés par la théologie politique Lefebvriste les membres ce cette organisation n’adhèrent pas non plus à la réforme conciliaire des années 60. On ne peut donc comme l’écrit justement LM les confondre aux catholiques dont pourtant ils sembles être pour une part les prétendants à son héritage; héritage qui se résume dans la pensée et l'histoire du catholicisme a si peu de décennies et une lecture des liens du théologique au politique que je ne retrouve pas dans ma lecture des Évangiles et du dernier concile œcuméniques du Vatican II.

Ces partis sont les reflets d’un état obscène qui a gagné, par trop d’insignifiance, l’espace public. Ils sont la conséquence du lessivage qu’ont subi nos mémoires et consciences.

Pourquoi n’entendons-nous jamais de la plupart des militants de la foi ou de la laïcité rappeler qu’un espace composite comme le nôtre ne peut avoir d’existence, d’avenir ou de chance salut que dans la « coexistence de valeurs de civilisation différentes ». Oui notre Europe fut un formidable et terrifiant laboratoire d’affrontement mais aussi de dialogue, d’Athènes à Jérusalem, de Rome à Moscou.

Que de jalons pour la culture semblent pourtant avoir bel et bien disparus en quelques tristes années-média. Que de confusions et de renversements; de malignités qu’on prend pour de l’intelligence, de torpeurs médiatiques contagieuses qu’on prend pour de la libération. On prend l’indifférence pour de l’autonomie, la paresse pour la pensée de la liberté de conscience.

Le prêt à penser, la caricature, l’extrême affiché de l’intégrisme ou du terrorisme, masquent un profond et redoutable conformisme, devenir juste des ombres télédiffusées prêtes à s’entredéchirer, mais se croire des étoiles, blanches, pures de toutes souillures et exemptes mauvaises consciences. Pour sortir de l’élevage aux esclaves avec mention les raisonnements à réciter doivent être simples, tenir en deux axiomes, s'auto justifier et culpabiliser autrui.

Par exemple voilà un raisonnement qui sonne juste : être attaché à l’exposition d’une crèche dans l’espace publique c’est être contre les droits de l’homme. Ca n’est bien entendu pas un dogme mais ça ne se discute pas, dans un camp comme dans l’autre. Tout ce qu’on peut ajouter à cela ce sont des chiffres et des faits corroborant mais surtout pas de débattre la sacro-sainte affirmation apodictique.

La parole est donc confisquée et seul reste, dans cette absence de sérieux, tel ou tel groupuscule extrémiste qui peut occuper le terrain pour illustrer, dans le show media accompagnant le lessivage des esprits, l’incontestable axiome diabolique.

joaben 12/12/2014 10:41

Il est temps de réagir contre toute cette recrudescence religieuse, que ce soit les prieres islamiques dans les rues, la kippa en loge et les phalannges catholiques ou les sectes protestantes.
2 axes, AMHA :
- la laïcité, même si le concept doit être réactualisé (nous ne sommes plus en 1905, ce n'est pas sacré non plus). Les FM sont impliqués
- mais aussi l'Europe Fédérale ! Il faut absolument un booster à cette Europe, au niveau politique, faire reculer les xenophobes devenus bien plus habiles, mais aussi par des symbôle forts :

Il faut accepter et amplifier des abandons de souveraineté(j'emploie délibérément ce terme vu comme péjoratif) en matière économique au profit de l'intérêt COMMUN des citoyens européens.
Un impot européen direct, un parlement élu pas par pays, mais globalement, des ministres du commerce, des projets d'investissement lourds.
Et plus modestement mais tres symbolique : ajouter ou mieux remplacer à chaque fois la Marseillaise par l'hymne fédéral, en particulier lorsqu'il y aura des moments cruciaux.
Ainsi face à toute manif des xenophobes, chanter cette magnifique ode à la joie.

Les FM ont leur rôle à jouer. Ils l'on fait dans l'histoire.
En effet, mettre une creche dans des lieux de la republique, c'est se condamner à s'interdire à agir contre un islamisme envahissant.
Le rempart contre l'islamisme n'est certainement pas une chertienté provoquante ! Au contraire ! C'est le pire support de l'islamisme !
Civitas et le Djiad ... même combat !

Lionel MAINE 11/12/2014 20:19

Ma Très Chère Sœur,
Bonsoir et merci pour ta vigilance !
Quitte à me faire, une fois de plus, traiter de "laïcard", j'assume et j'entonne un salutaire "A bas la calotte" !
J'invite vos lecteurs à se procurer le dernier "CHARLIE HEBDO" hors-série "La véritable histoire du petit jésus"; excellent remède à cette vidéo qui fait froid dans le dos.
Bonnes fêtes de fin d'année à toutes et à tous.
Fraternellement.
Un ancien grand inspecteur inquisiteur commandeur repenti.