Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm : « De la femme profane à la femme initiée » (Conférence, Brignoles, 2 mai 2015).

Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm : « De la femme profane à la femme initiée » (Conférence, Brignoles, 2 mai 2015).

La Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm organise une conférence publique, ce 2 mai 2015, à Brigoles (Var) ayant pour thème : « De la femme profane à la femme initiée », par sa présidente Dominique Palfroy.

Une conférence publique est l'occasion d'aller à la rencontre d'une obédience. Dans ce cas présent, c'est aussi aller à la rencontre autant de sœurs que d'un rite et d'une pratique.

La Grande Loge Féminine de Memphis Misraïm est une Obédience maçonnique constituée en association à but non lucratif soumise à la loi du 1er juillet 1901. Fondée en 1965, elle est actuellement une des plus obédiences les plus anciennes pratiquant le rite de Memphis-Misraim (dit rite "égyptien"), avant l'éclatement et la dissolution, en 1998, de la Grande Loge Française du Rite Primitif de Memphis-Misraïm.

La Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm a montré, alors, autant ses qualités que l'importance d'un travail sincère dans la stabilité d'une obédience.

Elle est ouverte à toutes les femmes de bonne volonté, désireuses de participer à la construction d'un monde plus juste et plus fraternel, quelles que soient leur nationalité, leurs origines, couleurs, croyances.

Avec 50 loges, 1300 sœurs, elle propose une démarche essentiellement spiritualiste et initiatique, de part son rite qui emprunte à l'Egypte antique une symbolique, mettant l'être humain au centre du cosmos, tout comme elle emprunte sa démarche éthique et philosophique aux penseurs grecs et au siècle des Lumière. Sa démarche en est ainsi laïque, menée par des femmes engagées dans la cité, qui souhaitent porter à l'extérieur du Temple leur travail et leur questionnement : « comment rendre le monde plus beau ? ».

Lilithement vôtre,





Partager cet article

Commenter cet article