Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Les petits bonheurs

Illustration de Ciril K http://www.delartoudumacon.com/ - De l'art ou du maçon, carnet de voyage. (cliquez sur l'image pour joindre le site)
Illustration de Ciril K http://www.delartoudumacon.com/ - De l'art ou du maçon, carnet de voyage. (cliquez sur l'image pour joindre le site)

Je souhaite réparer une injustice : nous ne parlons jamais assez de bonheur. Le bonheur, ce concept qui mêle réalité et illusion, fierté et humilité, espoir et joie, est rarement évoqué lorsque l'on parle de franc-maçonnerie.

Nous rencontrons, dans nos parcours, des frères et des sœurs qui piétinent nos valeurs, par leurs agissements, soit par intolérance ou goût du pouvoir, détruisant finalement la concorde qui devrait régner dans nos loges, détruisant finalement le bonheur de s'y rendre et d'y rester.

Le premier des bonheurs est la quête de la Vérité, que tous les sœurs et frères s'engagent à mener.

La Vérité est celle qui jalonne notre quotidien, de ces petites choses qui livrent nos forces et nos faiblesses.

Que devient votre quête si vous mentez et trahissez la confiance que des sœurs et des frères vous ont donné ? Croyez-vous que tout vos rituels, toutes vos années en maçonnerie, ne vous rendent pas parjure ?

Vous qui avez tourné le dos, rougissant de honte, sur votre fauteuil confortable, vous encore qui le visage fermé avez entendu sans protester, qu'avez-vous fait de la vérité?

Le bonheur, c'est la défense constante de ses valeurs. Inutile de sortir des affiches, de faire de grandes déclarations, de défiler dans la rue, si en toute occasion vous ne savez rien défendre. Liberté. Egalité. Fraternité.

Le bonheur, c'est de choisir. Non pas avoir le choix, ce qui signifierait que tout vous est offert sur un plateau d'argent, petite cuillère comprise, mais de choisir, coûte que coûte, son chemin. Il n'est jamais écrit nulle part que nous fassions le bon et le mauvais choix. Par contre, le choix de la facilité, de se complaire dans l'injustice et l'ignorance, en espérant le pardon et l'oubli, parce que rien d'autre ne vous a été offert, parce que vous portez en vous votre propre prison : la peur de l'échec et de la solitude, est souvent le mauvais choix. Choisir - mais selon son coeur, avec bienveillance.

Le bonheur, enfin, c'est de passer des portes. Qu'elles soient basses ou étroites, avec ou sans clef, présagées ou interdites, précieux cadeaux ou entrebâillées, pour entrer ou sortir, pour soi et les autres.

Je ne suis, ici, à travers ce blog, qu'une ouvreuse de portes.

Les portes des petits bonheurs.

Bonbons, glaces, chocolat.

Lilithement vôtre,

Partager cet article

Commenter cet article

Anne 10/05/2015 15:12

Ma très chère Sœur,

Je parcours ton blog de temps à autre depuis de nombreux mois. J'ai lu certains de tes posts notamment tes "conseils aux profanes", puisque je faisais partie de ceux-ci il y a encore quelques semaines. En fait, je me disais qu'il fallait que j'écrive "maintenant" un commentaire quelque part sur ton blog juste parce que je t'avais lu "avant"... Voici le post tout trouvé ! Je suis si heureuse d'être parmi vous (et dans ma loge) et tellement d'accord avec tes trois définitions du bonheur que je ne peux m'empêcher de te livrer ce témoignage.

La Maçonne 11/05/2015 19:56

Merci ma soeur Anne.
Je te souhaite tout plein de bonheur dans ta loge, un tas de bons moments avec tes toutes nouvelles soeurs ... et un parcours maçonnique plein de découverte.
Je suis très contente de savoir que tu m'as lu "avant" .... Je t'embrasse bien fort.

Joaben 11/05/2015 14:40

Merci chère Anne (commentatrice) de nous apporter cette fraicheur, ce qui nous montre indirectement que c'est bien là, dans ces moments intiaux que nous trouvons bonheur. Quelque soit ce qui peut t'arriver en FM cultives ces 3 aspects que nous presentes anne(la maconne) si maconniques : quête de vérité, de sens-valeur et liberté. Oui en tant qu'apprentie si tu es au silence ca ne doit jamais atteindre ta liberté.
Frappes et on t'ouvrira, donnes et tu recevras(Platon ... et JC) cherches et tu trouveras.
Mais frappes, donnes, cherches...

hector 09/05/2015 19:33

Alors ?
Heureuse ? ? ?

La Maçonne 09/05/2015 20:04

héhé!

Brumaire 09/05/2015 16:53

Ouh,que j'aime ce que tu as écrit, LM! Il se trouve que j'ai la chance d'être dans une belle et bonne loge, qui n'a jamais hésité à mettre les problèmes sur la table commune quand il nous est arrivé d'en avoir, et c'est par la sincérité, la parole au ton juste que nous nous sommes toujours sortis ''par le haut'', comme disent tous les alpinistes. Ne pas trahir, savoir choisir sa route, même si elle est difficile, savoir sortir des silences mensongers, savoir écouter, savoir dire à l'autre, essayer de le comprendre, ce sont, comme tu le dis si bien, les conditions pour être bien en maçonnerie, mais aussi dans la vie. Car il y a aussi la vie en dehors de la loge, et je crois bien qu'il faut y faire la même chose pour toucher les petits bonheurs qui peuvent en faire de grands, si on les arrose bien...

Joaben 10/05/2015 10:09

Je peux aussi témoigner du bonheur de ma loge actuelle. Mais je temoigne aussi d'autres bonheurs, dans d'autres loges qui étaient les miennes et qui ont disparu sous des assauts que l'on identifie bien(ambitions, jalousies, paresse).
Et tel est mon réalisme aujourd'hui : ma loge actuelle où un bonheur réel, sincère, perceptible règne, l'est autour d'une volonté(et non un equilibre) fragile et que nous devons cultiver sans relâche.
Et curieusement nous alilmentons un cercle vertueux : Le bonheur dans la loge alimente une force pour relativiser et eloigner les nuisances, ce qui amène plus de bonheur.
Mais un cercle vertueux n'est qu'un cercle vicieux fonctionnant dans l'autre sens ... et peut s'inverser.
J'atteste aussi que le refus du sexisme est un element stabilisateur, pourvoyeur de bonheur. (contarirement aux discours de militants sexistes).

Joaben 09/05/2015 13:33

Pardon d'être encore prolixe mais comme d'ahbitude, tu sais soulever des sujets fort interessants.
Tu dis, le bonheur "quête de la Vérité". Je suis totalement d'accord ... Le problème est que tous sont probablement d'accord car le sens donné à "vérité" est très vaste et auberge espagnole.
Il y apourtant des notions plus précises, qui doivent être les bases obligatoires de la quête de "vérité".
La "vérité" est en général ce que brandit tout menteur. (sinon il ne le serait pas).
Bannissons donc de nos discours toute clameur de "vérité" ... Ce sera dur pour beaucoup.
Par contre
- la "véracité" : des affirmations doivent être basées sur des faits incontestables, vérifiables, tangibles. Ainsi des textes reconnus par tous, certifiés et en particulier par ceux que ca derange. Il ne peut y avoir de "vérité" hors de la véracité. Pire, si on transige avec la véracité pour tromper délibérément des "freres"(?). On a eu les exemples récents sur les articles précédents de courtisans GLNF inventant des "représentants de loge au SGC" ... ou des GLAMF refusant l'existence et le contenu d'un document ... En sont-ils malheureux ? Je ne sais.
- La réalité : un peu similaire, elle s'impose. Des fondateurs de CMF sont partis, Servel qualifie le GM d'"ultime lien entre Dieu et les hommes" ..
- L'authenticité et la sincérité : ainsi les postures multiples, changeantes selon les circonstances sont des signes d'hypocrisie. JC disait "en vérité" pour signifier celà ...

Donc ne serait-il pas plus simple de renoncer aux passions (comme voir son camp gagner, avoir le dernier mot, voir son ambition satisfaite) pour affronter et vivre des réalités parfois contrariantes sur le moment, bénéficier de "vérités" multiples de chacun dans son vécu profond.
Il est vrai que c'est ce que l'on attend d'un "frere" : pas qu'il soit gentil, flatteur, complice, complaisant avec mes derives, mais "vrai", sincère, tourné vers le bonheur de son frere avant tout ...
Utopie ? Non ! Ca se vit reellement dans la FM ! Et parfois quand on l'attend le moins et de qui on l'imagine le moins.

Joaben 09/05/2015 11:00

Beau sujet ... entendu il y a peu une magnifique planche sur le sujet.
Pour rester dans le sujet polemique favori ...

Certains ont un bonheur de propagande affiché : "nous on est heureux, entre nous, sans vous, bisque, bisque, nananère" ...
Bon c'est une forme.
On verra aussi un bonheur un peu sadique d'avoir trouvé la repartie la plus cinglante, la plus blessante et qui flattera l'ego de celui qui pense avoir écrabouillé l'autre ...

Mais finalement, le bonheur maçonnique n'est-il pas silencieux, vécu éphémerement, par un ressenti, pas garanti, d'être bien grace à nos freres (neutre, sans prégugé de leur sexe) ?
Anecdote personnelle et qui me toûche personnelement : evenement tres grave annoncé le jour même d'une tenue, pas envie d'aller en tenue qui apparaît derisoire. Nous y allons quand même et oui, même dans ces moments, un "bonheur" fraternel.

C'est pourquoi aussi que ces "fraternités" jetées à la figure comme les "régularités" de pacotille m'irritent pas perso, j'en suis détaché, mais par la nocivité de ce militantisme ... à notre bonheur maconnique !