Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

La colonne brisée: l'avatar de "la Maçonne"

l'avatar de "la Maçonne"
l'avatar de "la Maçonne"

J'avais évoqué l'avatar de « la Maçonne », dans mon article publié dans le n°4 de Critica Masonica : cette statue de jeune fille chagrinée appuyée sur une colonne brisée. J'expliquais que j'avais choisi cette photographie parce qu'elle traînait dans la mémoire de mon téléphone depuis plusieurs mois et était donc libre de droit.

Je n'avais pas longtemps philosophé – ce qui me parait curieux avec le recul est que j'ai jugé nécessaire d'avoir un avatar ou une image représentative. Mais allez savoir de quoi.

J'ai amené une amie dans ce petit cimetière connu de moi seule afin de lui présenter cette nouvelle icône maçonnique et prendre quelques nouveaux clichés. Après une minutieuse recherche, nous avons trouvé le nom de l'artiste. Munie de cette ultime information, j'ai parcouru des cimetières des mois durant … après une fouille strudieuse sur internet.

Il existe quelques exemplaires de cette même statue et d'autres variantes vraisemblablement du même artiste spécialisé dans l'art funéraire et la décoration d'église. Il est auteur de « chemins de croix », de statues de Christ en croix, qui "égayent" divers lieux de la région.

Pour ce jour anniversaire de ce blog, voici quelques-unes de ces statues. Bien sûr, elles se ressemblent toutes, certainement commandées par les familles endeuillées sur catalogue comme cela se faisait au 19ème siècle.

Avec une croix (ajoutée).
Avec une croix (ajoutée).

Les colonnes brisées et les jeunes filles en pleurs sont des statues funéraires dédiées au libres penseurs ou athées. Irréligieux ou originaux mais bourgeois. Afin d'éviter de provoquer les bonnes gens, ou parce que justement la famille, elle, l'était "provoquée", certaines de ces représentations funéraires étaient agrémentées d'un symbole religieux comme une croix.

Ce fut aussi une symbolique utilisée – comme la jeune fille ou la femme en pleurs, veuve parfois accompagnée d'orphelin – pour les monuments commémoratifs, appelés monuments aux morts de la 1ère guerre mondiale, puis de la 2nde guerre mondiale. Je souligne le très intéressant article sur les monuments de la première guerre mondiale de Alain Artigaud (Critica Masonica n°6). On retrouve aussi le symbole de la colonne brisée dans les cimetières juifs du 19ème siècle.

La colonne brisée: l'avatar de "la Maçonne"

En général, elle symbolise la fin de vie – brutale et injuste – d'un jeune homme bien que finalement en y regardant de prêt la mort l'est bien souvent quelque soit l'âge. Or, pour les statues que j'ai relevées, les tombes concernent des familles, des hommes (si seuls) âgés.

Du même artiste.
Du même artiste.

La franc-maçonnerie a dans ses symboles les colonnes d'airain du temple de Salomon, ornant son entrée. Il s'avère que ces colonnes possèdent une origine mésopotamienne. A la fois génie protecteur et familier (le djinn) ou symbole solaire, ces colonnes demeurent néanmoins un mystère. Pourquoi existe-elle ? Pourquoi leur avoir donné un nom ? Une porte est le passage d'un état à un autre, la transformation. Le seuil est, quant à lui, la zone de doute et d'incertitude, un no man's land où rien n'est encore décidé et surtout le demi-tour possible. Il faut savoir franchir les portes. Cela ne s'improvise pas. Il faut savoir les trouver. C'est une longue quête.

La colonne brisée: l'avatar de "la Maçonne"

Brisées ? Elles ne sont jamais représentées inachevées. A croire que toutes les colonnes du monde sont issues de générations spontanées, qu'elles ne nécessitent aucun travail particulier. Il doit être facile d'en fabriquer. A moins que dans l'imaginaire, la colonne ne peut être construite d'un seul tenant et qu'à ce titre elle ne peuvent être à moitié colonne et à moitié autre chose. Il n'existe pas de colonne à l'état brut ou naissante. Une colonne est soit terminée bien droite dans ses bottes ou alors brisée. Une fois brisée, bien malin celui ou celle qui saura la reconstruire. Autant sa naissance est spontanée, autant sa fin est inéluctable. La colonne brisée a vocation d'être irréparable.

Même si je semble développer une fascination pour les cimetières relativement morbides, je dois faire savoir très officiellement à mes lectrices et lecteurs que l'avatar de « la Maçonne » ne me ressemble pas ! Je suis bien plus marrante …

Le virtuel n'a-t-il pas odeur d'éternité?

Lilithement vôtre,

Partager cet article

Commenter cet article

Eric Blaise 19/11/2015 22:17

J'ai toujours été curieux de cette statue que j'ai vue partout en France. le fait d'avoir un monument comme ça pour les libres-penseurs est parfait. Bien sur, la croix est pour ceux qui sont broyeurs. J'aimerais bien apprend qui avait inspiré la statue, ou si c'était fait par hasard. merci en tout cas d'avoir partagé l'article.

Joaben 24/06/2015 11:55

On peut aussi voir dans la "colonne brisée" un choix de casser la droiture, cette valeur e base de la FM.
La colonne tient sur une base de petite taille, est donc fragile sauf à garder une dynamique de la droiture avec les outils que nous communiquons à chaque initié.
Cette droiture est menacée par des volontés profanes de fidélité à des organismes, par des alliances conjonturelles, par des efforts diplomatiques de positionnement, par la paresse, les ambitions ...
La FM francaise est gravement atteinte. Si la colonne doir reprendre sa force et repondre aux fonctions que l'on en attend, il faudra certainement retrouver où se trouve sa force, sa stabilité.
Pour ma part, j'ai largement argumenté sur le fait qu'il ne faut surtout rien attendre des groupes obedentiels et encore moins de leurs dirigeants(sauf individuellement).
Mais manifestement, l'attachement profane à ces "machins" semble toujours très fort même chez les plus progressistes ...

La Maçonne 23/06/2015 18:04

Bonjour à toutes et à tous! Merci !
Pour ceux qui me parlent de la colonne du RER, je ne connais pas ce rite assez (pour ne pas dire pas du tout) pour l'intégrer dans un ensemble. Je savais qu'elle existait, l'ayant mentionné dans mon article de "critica masonica" ... et l'ayant découvert lors de la rédaction de cet article (au moins j'aurais appris quelque chose).
Merci encore pour tous ces commentaires ....

scoubidou 23/06/2015 16:46

Heuuu, à 2 ans on ne sait ni lire ni écrire... comment fais tu ? ;)
Bonne anniversaire :)

oui mais ... 23/06/2015 16:07

le symbole de la colonne brisée est déjà évoqué ici et de façons juste, nous le retrouvons même "un peu plus loin" en maçonnerie
quand aux colonnes à l'entré du T du RS
le rire Anglais Emilation explique dans son rituel pourquoi elle ont un nom ou à quoi se réfère ce nom
bises

Tristan 23/06/2015 15:49

Toujours aussi agréable à lire :-)

TS 23/06/2015 14:33

bon anniversaire ma TCS et merci pour ces nombreux "éclairages " qui m'enrichisse .

Joaben 23/06/2015 13:14

Plutôt amusant et paradoxal de lire Anne qui revendique un athéisme militant apprécier ce symbole d'Adhuc Stat' marque de fabrique du plus christique des rites (RER) ...
On pourra voir le mêmme paradoxe de defendre féminisme et se montrer "sympa" avec l'obedience la plus sexiste, anti-laïque du PMF ...
Mais ce sont aussi ces paradoxes que nous aimons chez toi ...

Jean-Yves 23/06/2015 09:45

Bon anniversaire Lilith, et longue vie à ton blog !

Lydie PILLOT 23/06/2015 09:39

Joyeux anniversaire, deux ans, c'est déjà "grand".
Merci pour votre humour, vos écrits, vos éclaircissements etc....etc....

Je vous salue très amicalement.

Philsen60 23/06/2015 08:35

En loge d'apprenti au Rite Écossais Rectifié, le tableau de loge au pied de l'estrade du VM figure une colonne brisée avec le titre " Adhuc stat ", qui signifie "pourtant elle se tient debout".....

TS 23/06/2015 14:32

@Philssen60
oui effectivement le RER et WILLERMOZ plus particulièrement a donné une signification bien précise a cette colonne brisée ou tronquée . sa signification est effectivement " elle se tient debout " son esprit est a terre , mais il reste-les moyens suffisants a l'homme pour retrouver l'image originale .
elle symbolise "ADAM" et la chute , le parcours du macon rectifié consiste a réédifier cette colonne pour retrouver l'image et reconstruire l'homme .
WILLERMOZ a emprunter cet emblème ( comme les suivants a tous les grades ) a la STRICTE OBSERVANCE TEMPLIERE dont la définition était différente , puisque il représentait l'ordre du temple que le roi de FRANCE n'avait pas réussi a détruire .

Lucis 23/06/2015 08:27

Bon anniversaire La Maçonne et félicitations pour ton blog.
Mais peut-être sais-tu que la colonne brisée est le symbole, le tableau emblématique du premier grade du Rite Écossais Rectifié, et que sa signification (qui n'est cependant pas univoque) est la dégradation de l'homme (et de la femme aussi d'ailleurs) que le maçon et la maçonne doit s’employer à restaurer dans son état originel. Elle est accompagnée d'une devise "Adhuc stat" que l'on peut traduire par "Et pourtant, elle se tient debout". Mais c'est à chacun et chacune de trouver ses propres interprétations, comme dans toute analyse symbolique.