Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Franc-maçonnerie: affairisme & pouvoir.

Franc-maçonnerie: affairisme & pouvoir.

L'affairisme en franc-maçonnerie est ce qui fait la joie des extrémistes de tout bord, la une des journaux, les « marronniers », le gagne-pain du blog « la Lumière » et la honte de la grande majorité des franc-maçonnes et franc-maçons. Sans jusqu'à aller à détourner les fonds (publics) et monter de juteuse escroquerie, nous avons toutes et tous des exemples de sœurs et de frères qui font de la franc-maçonnerie alimentaire, pour une carte de visite et se faire des relations d'affaire.

C'est le paradoxe – et vous savez que j'aime les paradoxes – Non seulement, ils font le lit de l'antimaçonnisme mais aussi – et bien pire – ils sont en total accord avec les délires antimaçonniques les plus tenaces qui font de la franc-maçonnerie un « réseau d'affaires » efficaces. Rien d'ailleurs n'indique qu'il soit plus efficace que taper des balles sur un green ou s'inscrire dans le club poterie du quartier ...

On les reconnaît facilement car, hormis le fait qui sont les premiers à offrir leurs « services » contre rémunération, ils ne produisent aucun travail maçonnique. Lorsque je parle de « travail maçonnique », je ne parle pas de tenir un plateau. Nos « affairistes » ont souvent la cordonite aiguë. Il s'agit pour eux d'une visibilité nécessaire ... Bien sûr, l'inverse n'est pas vrai.

J'ai quelques exemples croustillants et haut en couleur. Celui-là, qui après un échec électoral cuisant, a décidé de revenir dans sa loge 10 ans après sa démission. Considéré comme étant plus à droite que la droite et possédant une réputation peu intègre, il semble vouloir redorer son blason en affichant un humanisme de bon bourgeois… Un mois après son élévation au grade de maître, à la surprise générale et le jour des élections, il a réclamé comme étant son dû un plateau dûment pourvu qui, heureusement, il n'a pas obtenu.

Cet autre-là qui monte son réseau de frères et des sœurs pour faire fructifier sa petite entreprise et qui n'a présenté qu'une planche depuis 2008… s'accroche à son plateau souhaitant dépasser largement le nombre d'années de ce que nos us et coutumes permettent, invectivant celles et ceux qui s'y opposent. Ses affaires ne doivent pas si bien aller pour en avoir autant besoin.

Si ces deux exemples ressemblent à des situations que vous connaissez, ce n'est pas fortuit. En effet, ces maçons et maçonnes sont assez nombreux pour parasiter nos loges.

Ce n'est pas « vouloir faire des affaires » qui dérangent, mais – comme le montrent ces deux exemples – c'est leur manque de goût pour le fait maçonnique, leur manque de sincérité – sinon de valeurs - qui, dans certains cas, frisent l'insulte à l'intelligence.

Certaines de sœurs et certains de nos frères cherchent et trouvent dans la franc-maçonnerie une sociabilisation. Ce que la franc-maçonnerie sait très bien donner. Certes, eux aussi manquent furieusement d'à propos, de curiosité et n'ont jamais ouverts un seul livre. Or, ils cherchent l'autre, leur amitié, leur regard. Ils développent ainsi une forme de sincérité et de connaissances qu'ils peuvent transmettre, si nous savons prendre le temps de les écouter. Ce que ne peuvent pas être celles et ceux qui entrent en franc-maçonnerie pour une carte de visite, s'inquiétant guère des autres.

Peut-on construire l'avenir de nos loges, de nos obédiences, si nous ne réagissons pas, chacune et chacun à notre niveau ? En dehors de « l'affairiste » du tout venant, le petit politique qui cherche à redorer une réputation entachée, il y a ceux qui passent la ligne rouge s'estimant au-dessus des lois (ou tout simplement s'en fichant).

Lorsque nous voyons les obédiences masculines sans réponse devant les « affaires », attendant qu'un scandale éclate pour réagir (et encore !), on peut estimer que nos obédiences sont bien mal armées. Les opérations « Mains Propres » entreprises par les obédiences fin des années 1990 sont loin dans nos souvenirs. Avant l'explosion, il y a – pourtant - des signes avant-coureurs, des alertes, des plaintes mêmes discrètes, des départs « en masse », des loges en dysfonctionnement, … La franc-maçonnerie est décrite comme un milieu fermé où règne le secret. Elle ressemble bien plus à un village anglais sorti d’un roman de Patricia Wentworth qu’aux caves du Vatican. Tout se sait.

Que s'est-il passé pour que ces signes n'évitent rien ? Laxisme des sœurs et des frères comme des obédiences ? Est-ce que ces affairistes de toutes espèces, finalement, ne répondent pas à un autre besoin : celui de nous donner l'illusion que les francs-maçons ont un véritable pouvoir - juste l'espace d'un battement de cils ?

Cette illusion de pouvoir, une illusion perverse et néfaste pour nos loges et nos obédiences, est bien plus le mal qui nous ronge que la présence d’affairistes à la petite semaine à des plateaux en mal de reconnaissance. Ils reflètent une de nos réalités. La franc-maçonnerie est en crise, en perte de valeur comme notre société. Ils sont, ainsi, les frères et les sœurs que nous méritons.

Lilithement vôtre,

Partager cet article

Commenter cet article

Cyril 31/07/2016 21:20

Très bonne analyse du comportement des francs maçons que j ai pu croiser ;des tartuffes égocentrique au dessus des lois ;donneurs oxymorique de leçons humanistes ;et affairistes cupides !

Jean-Yves 22/09/2015 11:10

Voilà un article réellement de fond... C'est pitoyable l'usage affiché de ceux qui ne viennent seulement que pour le carnet d'adresse... Cela dit, chaque atelier à la possibilité de rejeter avant même le passage sous le bandeau, via les enquêtes, l'impétrant importun important dans le n'importe quoi profane mais qui n'a pas sa place "chez nous"... Voeux..... pieux ou de fond de pieu aux rêves à l'eau de rose ....

La Maçonne 17/09/2015 19:47

Bon. Le chapitre GLNF est clos. N'est ce pas Aristote57?
Ici - je ne vise pas une obédience mais des individus.
A chacun d'être vigilant et vigilante dans sa loge.... et ne pas la jouer mode bisounours ...
Une personne qui est en FM pour faire des affaires ou d'autres raisons alimentaires n'y a pas sa place
Tout le monde est d'accord sur ce sujet.

Aristote57 19/09/2015 13:30

je constate que les pratiques FDA déteignent sur toi et c'est bien dommage, tant la qualité de ton blog était appréciée ! Vas-tu basculer toi aussi dans la parole unique au nome d'une "solidarité" bizarre avec tout ce que tu condamnes ?
Tu n'as pas noté que je m'inerrogeais sur la relation entre l'affairsisme individuel avec l'affairisme obedentiel ?

templum 17/09/2015 15:20

oui Aristote, la GLNF est pourrie!
et demain nous allons voter à 99,99% pour JP Servel.
j'en suis malade!
tout cet argent jetée par les fenêtres:
- reconsidérations complètes des temples vandalisés.
- dédicace de nouveaux temples.
fin octobre, celui de Carcassonne.
une véritable honte: des FF logés pour 100€ par an!
mais que fais la police?

Condorcet 17/09/2015 14:29

A Aristote 57: Le mot est lâché, celui de la soumission de principe à une direction, laquelle soumission est présentée comme une valeur. Dès qu'on rentre dans ce système d'obéissance absolue toutes les derrives sont permises sans parler de la perte de son libre arbitre, par suite de sa liberté de penser, et surtout celle d'agir. .Il y a des obédiences dont leurs dirigeants rêvent d'un tel système. .

Aristote57 17/09/2015 10:20

Bravo de mettre le doigt sur ce problème et sous cet angle.
Car, bien sûr il est utilisé dans le cadre de la competition futile inter obedentielle pour montrer que l'autre obedience est "pourrie et pas nous".
Ce fut le cas de GLAMF declarant GLNF corrompue(ce qui etait vrai) et se déclarant "propre" sans mentionner quelles actions garantirait cette propreté.
Il en est de même de la direction GLNF declarant "pourrie" ses prédecesseurs tout en reprenant les mêmes acteurs ayant contribué à la corruption, les mêmes méthodes affairistes, voire en les amplifiant.
Ainsi dans le cas de GLNF l'affairisme INTERNE est institutionnel : 69 % des cotisations sont détournées à de l'affairisme immobilier.
Et tous ceux qui y contribuent connaissent les promos cordonnites.

Comment s’étonner qu'alors, avec de tels principes présentés somme "normaux" un autre affairisme s'installe ?
Mais que faire, alors ?
Concernant la GLNF, la nouvelle direction a construit par ses nouveaux statuts un système indéboulonnable démocratiquement : Avec un corps electoral composé à 60 % de "nommés sous allégeance", impossible de renvoyer, ni même de contester ce systeme de profit. la seule réaction serait grève générale de toute cotisation, mais peu probable. Même en pleine crise beaucoup se soumettaient à des pressions illegales du pouvoir ! Nus avons d'ailleurs l)à un des moteurs de l'affairisme et la corruption : une soumission de principe présentée comme une valeur(par détournement e la notion d' "Ordre"). Il faut donc lutter énergiquement contre ces perversions.
Si la GLNF en est le symbole permanent, nous sommes tous menacés un jour. D'ailleurs la réflexion ("pas nous") est justement typique du principal danger d'inconscience.
Il suffit d'ailleurs de lire nos militants du pouvoir GLNF actuel ici : ils ne veulent pas savoir, ceux qui osent rappeller les réalités de leur GLNF sont des méchants, de haineux, des gâteux revanchards. Pratique dans la controverse ... mais irresponsable.
Quant à F.Koch, oui c'est bien qu'il sorte de tels dossiers ... Plutôt de nous plaindre que de tels dossiers deviennent publics, ne vaut-il pas mieux s'activer pour les empêcher d'exister ? Et tous les efforts pour étouffer, enterrer ce que rappelle Koch c'est justement ce qui permet à ces affaires de continuer. Donc le choix est là : dénoncer l'affairisme ou continuer ? Manifestement la reponse réelle est bien differente de la posture.