Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Les femmes élues députées le 21 octobre 1945.

Famille Eboué : Félix, Eugénie et Ginette
Famille Eboué : Félix, Eugénie et Ginette

Alors que celle qui deviendra la Grande Loge Féminine de France se constituait, les françaises et les français élisaient pour la première fois, ce 21 octobre 1945, leurs premières femmes députées.

Comme souvent dans l’Histoire avec un grand H et la petite histoire, il y a des ironies du sort qui peuvent faire sourire. Elles étaient 33 ainsi à être ainsi élues.

L’Assemblée Nationale dans sa grande rigueur nous offre un témoignage quelque peu contrastée de cette première élection. Elles étaient encore 33 en 1988 … Il a fallu attendre 1997 pour constater une réelle évolution avec 63 femmes élues députées. Nous en comptons aujourd’hui 155 (sur 577 députés au total).

Qui étaient ces 33 femmes, ces pionnières qui ont réussi à s’imposer dans leur département ? Ces 33 femmes étaient infirmières, journalistes, avocates, mais aussi ouvrières et on trouve une tisserande.

Cette dernière s’appelait Julie Marie dite Jeannette Versmeesch, née en 1910 – décédée après une vie bien remplie en 2001. Elle devint même sénatrice de 1959 à 1968. Elle était communiste. Personnalité contrastée, elle était contre le contrôle des naissances – c’est-à-dire la contraception – considérant qu’il s’agissait là d’un vice de la bourgeoisie.

On trouve aussi Madeleine Braun qui fut aussi la première femme vice-président à l’Assemblée Nationale. Elle était de profession éditrice et quitta la politique pour diriger avec Aragon « les éditeurs français réunis ».

Eugénie Tell-Eboué, dont le patronyme n’est pas complètement inconnu des francs-maçonnes et francs-maçons, est l'une de ces 33 femmes. Née en 1891 à Cayenne, elle épousa Félix Eboué en 1922, qu’elle suivit dans ses nombreuses pérégrinations. Lorsqu’il suivit le de Gaulle, elle adhéra quant à elle aux Forces françaises féminines libres et y devint infirmière. Eugénie Eboué est aussi la mère de Ginette Eboué, qui née en 1923 sera une résistante et une franc-maçonne engagée. Ginette sera, en effet, initiée en 1968 dans la loge « le Libre Examen ».

Madeleine Weiller, dite Madeleine Léo-Lagrange, est quant à elle née à St-Dié en 1900 dans la même ville que Jules Ferry. Elle doit son surnom à Léo Lagrange, qu'elle épousa. Elle pris part à ses combats à ses côtés jusqu’à la mort de celui-ci en juin 1940.

Parmi ses 33 élues, il y a aussi celle qui sera la première femme ministre, l’avocate Germaine Poinso-Chapuis de 1945 à 48. Elle sera la seule jusqu’à Simone Veil en 1974.

Ces quelques parcours montrent à quel point durant ces 70 ans l’arrivée des femmes à des fonctions politiques d’importance fut lente. Cette date anniversaire était l’occasion pour nous de rendre hommage à ses 33 pionnières du monde politique.

Les femmes élues députées le 21 octobre 1945.

Partager cet article

Commenter cet article