Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

La violence faite aux femmes (journée internationale)

Jeune Femme lisant (Steuben)
Jeune Femme lisant (Steuben)

En cette journée internationale contre la violence faite aux femmes, une des violences – et certainement cause de toutes les autres – est le statut des femmes dans les religions. Les religions monothéistes n'aiment pas les femmes. On devrait dire même qu'elles les détestent cordialement, ayant toutes combattues qu'elles obtiennent les libertés fondamentales comme le droit de vote, de contraception ou d'instruction.

Si chacune diverge en bien des points, elles sont toutes d'accord sur une chose : les femmes sont la perversité incarnée. Elles doivent être maintenues dans un rôle inférieur à celui de l'homme. Du moins pour tous bons religieux qui se respectent.

Une question se pose : pourquoi les religions n'aiment-elles pas les femmes ?

Il y a peu de réponse. Les religions – et les religieux – sont de êtres frustrés, refusant le plaisir sous toutes ses formes. Avec le vin, les bons repas et le chocolat, les femmes sont mises dans le même sac.

« Maman sûre, papa peut-être ». Comme les tests de paternité étaient difficiles à obtenir sous l'antiquité, afin de limiter d'élever l'enfant d'un autre et d'en faire son héritier, il n'y avait pas d'autre solution dans l'esprit tortueux de ses messieurs, que d'enfermer la femme dans un rôle bien limité. Ainsi, elle ne pouvait pas être instruite, sortir, travailler, avoir une vie sociale, … et surtout ne pas vivre comme … un homme.

Si cela apparaît être des explications relativement rationnelles bien que discutables, cela n'explique pourtant pas pourquoi les religions se sont acharnées et s'acharnent encore à vouloir asservir les femmes. N'y-a-t-il pas des motifs bien plus obscurs et irrationnels?

Une des plus grandes violences faites aux femmes est celle des religions qui décident en leur place de leur existence. Une violence qui s'est figée dans bien des mentalités. Une violence irréparable.

Pour changer les mentalités, il y a un long travail encore à faire. 200 000 femmes sont toujours victimes de violence au sein de leur foyer pour la France.

200 000 agresseurs vivent en France.

La violence faite aux femmes (journée internationale)

Partager cet article

Commenter cet article