Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Agressions en Allemagne : un faux débat en France

Agressions en Allemagne : un faux débat en France

Cela a fait la "une" durant quelques temps dans les médias en France. Les agressions en Allemagne ont créé une polémique bien étonnante.

La nuit du 31 décembre en Allemagne.

Lors des festivités de fin d’année, des femmes ont été agressées sexuellement, voir même violées, par des bandes d’hommes dans plusieurs villes en Allemagne. Des agressions tels que des vols ont, aussi, été commis. Durant les 15 premiers jours de janvier, les chiffres fluctuent ainsi que le nombre de villes allemandes touchées par ces actes de violences inhabituelles. Aujourd’hui, environ 600 plaintes ont été déposées. 40% sont des agressions sexuelles. Les villes concernées sont au nombre de 12, essentiellement en Allemagne, mais aussi en Suisse et en Finlande. Soit à Hambourg (133 plaintes déposées au 10 janvier), Dusseldorf (41 plaintes dont 11 pour agressions sexuelles), Bielefeld (plusieurs plaintes d’agressions sexuelles), Stuttgart, Dresde, Leipzig, Francfort, Nuremberg, Hansbach, ainsi qu'à Zurich (en Suisse avec une demi-douzaine de plaintes), à Salzbourg (Autriche, une dizaine de plaintes) et Helsinki (avec 121 plaintes) en Finlande.

Trente et un suspects ont été arrêtés, - dit-on - soit neuf algériens, huit marocains, quatre syriens, cinq iraniens, un irakien, un américain, un serbe et deux allemands. La police fédérale allemande estime qu’il s’agit de bandes organisées d’origine mafieuses (drogue, prostitution, trafics divers, etc). De même, une des spécificités allemandes est de méconnaître la question des sans-papiers. Les allemands préfèrent croire en la force de leur administration et imaginent que les demandeurs d’asile retournent sagement dans leurs pays d’origine, une fois leur demande refusée. Il y a ainsi entre 300 000 et 400 000 personnes dont la situation est irrégulière sur le sol allemand. Si le chiffre fait peur, la France en compte autant. Toute l’Allemagne a été choquée par ces agressions. Durant les 15 premiers jours de janvier, les événements se sont suivis. Le chef de police de Cologne fut démis de ses fonctions. Des manifestations féministes se sont organisées. La chancelière Angela Merkel, se disant choquée par ces agressions, a décidé placidement d’exclure du sol allemand tous les demandeurs d’asile ayant été condamné à la prison, même avec sursis – jusqu’alors ces exclusions concernaient uniquement des personnes condamnées à plus de trois ans de prison ferme – Henriette Renker, maire de Cologne, a, quant à elle, amusée les réseaux sociaux en conseillant aux femmes de garder un bras de distance et d’éviter les foules.

Lire aussi : http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/01/05/forte-emotion-en-allemagne-apres-l-agression-d-au-moins-90-femmes-dans-la-nuit-du-1er-janvier_4842165_3214.html

En France, la leçon est faite.

C’est Elisabeth Badinter qui a ouvert le feu en déclarant ceci : « Toutes celles qui ont mis la priorité sur la dénonciation du racisme avant la protection des femmes ont fait exactement la même erreur que la maire de Cologne [Henriette Reker a tout d'abord mis en garde contre les amalgames avant de conseiller aux femmes de... s'éloigner des hommes, ndlr]. Et j'en suis d'autant plus surprise que le féminisme, depuis une dizaine d'années, a pour principal objet, pour leitmotiv même, la lutte contre les violences faites aux femmes, ici, en France. Ce que cette affaire de Cologne a démontré, c'est que quand ce sont des étrangers qui sont en cause alors les priorités changent. Franchement, quand on prétend diriger un mouvement féministe, ou incarner le nouveau féminisme, être à ce point silencieux, comme première réaction, sur les violences dont ont été victimes ces femmes... c'est stupéfiant ! » http://www.marianne.net/apres-cologne-feministes-deni-elisabeth-badinter-100239558.html

Elle déclarait, aussi, le 6 janvier : "Il faut s'accrocher et il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d'islamophobe, qui a été pendant pas mal d'années le stop absolu, l'interdiction de parler et presque la suspicion sur la laïcité. A partir du moment où les gens auront compris que c'est une arme contre la laïcité, peut-être qu'ils pourront laisser leur peur de côté pour dire les choses." http://www.marianne.net/elisabeth-badinter-il-ne-faut-pas-avoir-peur-se-faire-traiter-islamophobe-100239221.html

Le droit des femmes a reculé, en Allemagne, dès la libéralisation de la prostitution et surtout du proxénétisme. Ceux et celles qui estiment que la présence des maisons-closes est sécurisant pour les femmes ont de quoi méditer. Il y aurait entre 200 et 300 bordels à Cologne, 4ème ville d’Allemagne. Le dossier « Bordell Deutschland » a réveillé quelques consciences – mais, semble-t-il pas assez au niveau des politiques. Ces récits de viols et de trafic d’êtres humains émeuvent peu de monde. Pourtant, là – aucun souci – il s’agit bien d’un problème spécifiquement allemand qui ne risque aucune accusation d'islamophobie latente.

La France a, aussi, sa part de déni dans sa prise en charge des migrant(e)s sur son territoire, l’insalubrité et la dangerosité des camps de réfugiés comme la vie des femmes migrantes tout au long de leurs périples.

L’Europe reconnait le statut de réfugiés politiques ou pour des motifs économiques. Elle ne reconnait pas les motifs particuliers de la migration des femmes : violences dans leurs pays d’origine, abandons de leur famille, mariages forcés, vente à des esclavagistes, … Elles représentent aujourd’hui presque la moitié des immigrés – seules ou avec enfants. Elles préfèrent fuir vers un péril plutôt qu’une mort promise dans leurs propre pays. Il est nécessaire de réfléchir à un statut de ses demandeuses d'asile en fonction de leur parcours et des risques qu'elles encourent dans leurs pays.

Si nous ne pouvons qu'être choqué par ces agressions en masse, il n’y a pas de victimes qui méritent plus ou moins notre compassion, en fonction des avantages politiques que certaines et certains peuvent en tirer ... Je suis stupéfaite du silence assourdissant à ce propos et d'avoir manquer de faire un simple parallèle. Montrer du doigt les bordels allemands, c'est sûrement pas assez glamour et surtout n'apporte aucune dimension médiatique.

Pour lire l’article de Der Spiegel en Français : http://enquelquesorte.blogspot.fr/2013/06/dossier-du-spiegel-bordel-allamagne.html

Manifestation à Cologne
Manifestation à Cologne

Le déni des féministes ?

Qu’est-ce que ces féministes ont nié, selon Elisabeth Badinter ? Qu’une immigration trop importante conduit de facto à une recrudescence de violences et, en particulier, celles faites aux femmes ? Elles – ces féministes qui se trompent de combat – préfèrent nier ces crimes et l’identité étrangère des criminels. A moins que l’on souhaite établir une échelle de gravité en fonction de l’origine ethnique du criminel - ce qui serait contraire aux principes mêmes d'égalité de droit - un viol reste un viol, une agression, une agression. De même, les «étrangers » ne sont pas les réfugiés politiques que reçoit l’Allemagne depuis 2015, mais des demandeurs d’asile pour motifs économiques pour 18 d’entre eux.

Si Angela Merkel trouvera bien une frontière pour reconduire chez lui l’américain, elle aura bien des difficultés pour trouver celle des deux allemands. Quant aux propos de Clémentine Autain, lorsque l’on les mets dans son contexte et, surtout que l'on prends la peine de lire son article, ceux-ci ont un sens tout à fait différent. Elle considère ces agressions être des actes de guerre, être du « harcèlement sexuel collectif », connu dans les pays arabes sous le terme de « taharrush gamea » mis en place par l’armée et la police égyptienne en 2011 pour contrer les mouvements féminins. Je ne peux rien y comprendre … Or, autant que je sache, en faire un acte de guerre est assez loin de nier le crime et la nature particulière du criminel. L'analyse de cette féministe, "en plein déni" selon Elisabeth Badinter, va dans le sens de ce qu’estime le ministre allemand Heiko Maas et de les hypothèses de la police fédérale.

A en croire un brûlot publié sur le site Boulevard Voltaire qui ne manque pas de ricaner – site connu pour ses postures racistes et islamophobes – Clémentine Autain ferait une analyse pour le moins radicale. Heureusement que Boulevard Voltaire est là pour ramener la police fédérale allemande sur des pistes plus sérieuses ! Ce n’est pas Clémentine Autain qui est traitée d’islamophobe … Cette analyse ne semble pas convenir à nos amis islamophobes, à nos racistes à la petite semaine, peut-être parce qu’elle ne stigmatise pas une population en fonction de ses origines, mais énonce un fait politique à la portée de n’importe qui en remettant ces agressions en série à une place étonnante : le harcèlement de rue. Ce que toutes les femmes françaises connaissent à des degrés moindres. Harcèlement, dont les activistes ne sont pas uniquement des « étrangers » …. Ces harcèlements largement dénoncées par les féministes démontrent la dangerosité de nos rues et transports en commun pour les femmes, mais aussi une société en recul. Or, reculer, nous savons le faire tout seul.

« Mais, où sont les féministes ? » Nous avons ici – et cela me lasse même de l’écrire – la réplique qui tue – et pas le féminisme – mais celles et ceux qui le disent. Soyons honnête : ce ne sont pas les féministes qui violent et agressent des femmes, ce ne sont pas elles – non plus – qui sont à la tête des enquêtes de police. Disons-le, franchement, rien que pour une simple loi, ce sont des années de négociation et de militantisme. Mais bon, hormis ces détails purement accessoires, c’est quand même la faute aux féministes, qui pensent mal, pas assez, ne parlent pas ou de trop – pas comme il faut – qui sont à côté de leurs godasses – et qui font des choses indignes comme de la politique.

J'espère que les français et les allemands n'ont pas besoin d'une féministe sur leurs épaules pour s'indigner contre des agressions en masse ! L’accusation de « déni » n’est pour le moins pas à faire, ni pour les féministes française ou allemandes ...qui sont allez bien plus loin dans leurs analyses qu'on le laisse entendre. Et pour cause! Les victimes de ces harcèlements de rue allant de l'agression sexuelle jusqu'au viol se sont toujours trouvées confrontées au déni, comme en a fait la triste expérience une journaliste de France 3. Ces femmes allemandes ont portées plaintes ... Elles en ont eu non seulement le courage, mais la société allemande leur en a donné la possibilité et les moyens. Il n'est pas certain qu'en France, des femmes face à la même situation reçoivent le même accueil de nos forces de l'ordre et du gouvernement.

De Clémentine Autain : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1468872-cologne-condamnons-ce-qui-doit-l-etre-les-violences-faites-aux-femmes.html

In l’Express : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/cologne-les-agressions-ont-elles-reellement-pu-etre-organisees_1752435.html

Boulevard Voltaire "quand l'idéologie tourne à la bêtise crasse" : http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/clementine-autain-lideologie-tourne-a-betise-crasse,232043

A lire aussi, cette analyse (à prendre avec les précautions d'usage) qui donne quelques définitions utiles et qui, au contraire, dément l'idée d'un "déni" de la société allemande et des féministes allemandes et françaises : http://www.agoravox.fr/actualites/article/le-syndrome-de-cologne-l-irruption-176537 comme le témoignage d'une journaliste victime de faits similaires en Egypte en 2011 sur le déni de sa rédaction : http://www.terrafemina.com/culture/medias/articles/20302-caroline-sinz-la-journaliste-violee-en-egypte-victime-du-code-du-silence-.html

"Des roses contre la barbarie" - http://fr.sputniknews.com/international/20160118/1021035463/cologne-manifestation-roses.html
"Des roses contre la barbarie" - http://fr.sputniknews.com/international/20160118/1021035463/cologne-manifestation-roses.html

« L’amalgame ».

Conseiller aux allemands, aux alentours du 5 janvier, d’éviter tout amalgame est un conseil sage lorsque l’on a une idée de ce qu’est l’extrême-droite en Allemagne.

Henriette Renker a beaucoup amusé avec ses conseils quelques peu surréalistes. Or, elle a une idée plutôt précise de ce que sont capables de faire une partie de ses compatriotes, voir une expérience plutôt sanglante. Cette maire sans étiquette fut poignardée et grièvement blessée avec trois autres personnes par un extrémiste de droite, alors qu’elle soutenait l’arrivée des réfugiés politiques dans sa ville. Garder la longueur d’un bras de distance, éviter les foules … on n’a pas besoin d’être psychologue pour imaginer que c’est son mode de vie actuel. Ce n'est pas le maire de Cologne qui a parlé, mais une femme traumatisée qui a survécu à une tentative d'assassinat.

Aux alentours du 12 janvier, 211 individus ont été arrêtés lors d’une manifestation de l’extrême droite, à Leipzig, protestant contre ces agressions (plutôt les récupérant à des fins xénophobes). Ils mettaient le feu aux voitures, cassaient des vitrines et s'attaquaient à des bâtiments ...

La cour constitutionnelle allemande ouvrira une procédure pour interdire le NPD – Parti National Démocrate – Considéré comme néonazi, il est en cause dans 770 agressions contre des centres de réfugiés, des réfugiés, en une seule année. Il est aussi en cause dans des actes d’intimidation de politiques, de travailleurs de services sociaux, etc. La procédure s’ouvrira en mars 2016. Une telle procédure a déjà été ouverte en 2003. Vouloir interdire un parti politique d’extrême droite nécessite un courage politique que la France n’a pas.

La dernière attaque (connue) contre un centre de réfugiés a eu lieu ce 29 janvier à la grenade – qui fort heureusement n’a pas explosée.

Il s'agit - purement et simplement - d'actes de terroristes, guidés par le pire ... la haine, la vengeance, la peur ... Voilà, peut-être, ce que souhaite éviter ces "néoféministes" comme les appellent Elisabeth Badinter : que des femmes, des enfants, des hommes soient tués. "Pas d'amalgame" signifie "ne pas tuer des migrants". Une finesse linguistique Outre-Rhin qui est difficilement compréhensible par les français. Mais c'est mieux de donner des leçons ... parce que, comme tout le monde le sait, la France donne un bien meilleur exemple.

L’Allemagne risque son va-tout recevant 1,1 millions de réfugiés, se mettant dans une situation plutôt unique pour un pays en paix, recevant leurs premiers milliers en chansons et avec des fleurs. Rappelons que l’Allemagne n’est pas un pays prônant la laïcité et ne se croit nullement dépositaire de l’esprit des Lumières.

En France, on trouve plutôt une recrudescence de militaires lourdement armés dans nos gares. L' état d’urgence exceptionnel risque de s’étendre à, encore, trois mois … et le gouvernement pour remédier aux attaques terroristes prévoient de modifier la constitution promettant la déchéance de nationalité. La France ne recevra – chiffre officiel – pas plus de 32000 migrants – qui tardent d’ailleurs à arriver. Sur ce, 10 000 enfants non accompagnés ont disparus – dont la moitié en Italie – certainement aux mains d’organisations pédocriminelles. On compte au dernier accident 37 naufragés ... A quand l’indignation nationale ?

… Quant aux fleurs, il faut les rêver.

Agressions en Allemagne : un faux débat en France

Etre ou ne pas être islamophobes.

Ce qui m’exaspère est cette manie bien française de détourner tout débat vers et sur la laïcité. Que l'on se le dise bien : il s'agissait bien de femmes qui se sont faites agressées dans la rue, le soir d'un Nouvel An, alors qu'elles s'amusaient avec leurs amis. A moins de plonger dans les profondeurs de la société allemande, nous avons peu de chance d'avoir les réponses aux questions qui, d'évidence, se posent.

Si la question est de savoir si Elisabeth Badinter a tenu des propos islamophobes, c’est – à mon avis – pour ce cas particulier plus affaire de sensibilité qu’autre chose. En effet, la technique du remplacement d’un terme par un autre donne quelque chose de mitigé. Pour reprendre les phrases clefs de ses discours nous obtenons ceci :

« Il faut s'accrocher et il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’antisémite, qui a été pendant pas mal d'années le stop absolu, l'interdiction de parler et presque la suspicion sur la laïcité » ou encore, on peut transformer ses propos ainsi : « Il faut s'accrocher et il ne faut pas avoir peur de se faire traiter de néoféministe par Elisabeth Badinter, qui a été pendant pas mal d'années le stop absolu, l'interdiction de parler et presque la suspicion sur la laïcité »

« Ce que cette affaire de Cologne a démontré, c'est que quand ce sont des juifs qui sont en cause alors les priorités changent. » On peut faire mieux en transformant cette dernière phrase ainsi : « Ce que cette affaire de Cologne a démontré, c'est que quand ce sont des hommes blancs de la classe populaire qui sont en cause alors les priorités changent. »

Si cela marche pour « les étrangers », c’est que ce type d’accusation marche (aussi) pour autre chose, non? … Ce n’est pas tout à fait raciste/antisémite/antiféministe/anti-blanc/anti-féministe (suivant les remplacements que vous avez opéré)… Or, si cela vous gratouille, vous pique, vous font penser que ces déclarations sont des raccourcis et des accusations un peu trop faciles sinon dépassées (par les événements) ou si, encore, vous vous sentez mal à l’aise … c’est que cela l’est. Votre intuition, votre sensibilité, ce petit quelque chose qui font de vous un être humain aimant et aimable, à l'écoute des autres, s'est froissé ... Comme nous l’avons vu, ces « néoféministes » (qui doit être l’insulte suprême à la mode chez certains et certaines) ont tenu compte, bien plus que l’on ne le croit, de considérations qui dépassent une lutte binaire & arbitraire sur la laïcité – de chercher une vérité factuelle sans s’arrêter à la couleur de peau ou à une religion dans le cadre d’actes criminels d’une extrême gravité.

Le collectif laïque – en soutien avec Elisabeth Badinter face à des « attaques injustifiées » - nous offre un communiqué d’une certaine platitude réglant ses comptes avec l’actuel président de l’Observatoire de la Laïcité (dont je ne vois toujours pas l’intérêt, mais bon …). Daniel Keller nous offre, de son côté, un texte (particulièrement bien écrit – aurait-il changer de rédacteur ?), aussi pamphlétaire que mes pires articles, sur la division des mouvements laïques en France (http://www.marianne.net/agora-laicite-au-peril-desunion-100239745.html) mais dont la solution est parfaitement illisible.

L’extrême-droite – et donc les islamophobes et racistes de tous poils – jouent sur une peur – celle de « l’islamisation de la société », quand ce n’est pas la recrudescence des violences, du risque imminent d’attentats terroristes. Il n’y a pas si longtemps de cela, on accusait les judéo-maçons de vouloir prendre le contrôle du monde et de vouloir déchristianiser des pays innocents. Les féministes, quant à elles, étaient (et le sont encore) accusées de mettre en péril « la famille » et donc « la société ». Jouer sur les peurs est l’apanage des mouvements extrémistes et – selon moi – c’est du terrorisme intellectuel. Il y a - à mon sens - une responsabilité que les francs-maçons et francs-maçonnes doivent prendre : ne pas donner caution à ces peurs "médiatisées" ... pour mieux comprendre les faits et cette société en effervescence.

Imaginer que notre société s’effondre du fait de l’immigration, par la féminisation des métiers, ou encore la franc-maçonnerie, c’est avoir peu de foi en celle-ci. … La société va mal - certes - mais c’est de notre faute. La faute de nos peurs et des fouteuses et fouteurs de peur.

Agressions en Allemagne : un faux débat en France

Un article intéressant (et plutôt rare sur ce thème) de “la Maison des femmes” de Paris sur les motifs de migration des femmes, datant de 2003 : http://maisondesfemmes.free.fr/images/raj/analyses/violences.htm

« Les attaques contre les centres d'accueil pour migrants se sont multipliées en Allemagne » :http://www.france24.com/fr/20160129-allemagne-grenade-lancee-foyer-refugies-villingen-schwenningen

Disparition de 10 000 enfants : http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/plus-de-10-000-enfants-migrants-portes-disparus-762903

Partager cet article

Commenter cet article

Danuta Krammer 12/02/2016 02:16

Merci pour cet article très documente. J'ajouterai le lien suivant que je vous invite a lire entièrement, car une autre question peut se poser :
http://jforum.fr/2016/02/cologne-ou-est-passe-lhomme-occidental-pendant-les-viols/
Cordialement

Condorcet 11/02/2016 15:26

Le respect du à chaque être humain est bien au dessus de la question sexuée. Il se trouve que certaines obédiences font encore de la discrimination entre les hommes et les femmes tout en se targuant, suprême hypocrisie, de faire dans l'universalisme. Universalisme réducteur en la circonstance, aussi si des hommes éclairés se prennent pour des phares alors qu'ils ne sont que des lampes de poche, il ne faut plus s'étonner de rien. Je n'ai pas peur dans certaines circonstances de me faire traiter d'islamophobe, catholiquophobe, et autre crétinophobe, mais ce que j'ai le plus de mal à supporter c'est lorsque la crétinerie touche certaines obédiences enfermées dans leur dogme et qui confondent maçonnerie et religion de substitution.

YaKa 09/02/2016 10:49

très belle analyse !

Danuta Krammer 09/02/2016 00:00

On pourrait aussi se demander ou sont passés les HOMMES "blancs" bien pensants…. pour s'opposer et défendre ces femmes ???? Autre sujet de réflexion me semble-t-il ???? le courage de dire est loin du courage de faire !