Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

GLFF : des news de Gertrude

GLFF : des news de Gertrude

Comme je l’avais prévu – et peux affirmer avoir prévenu – la maintenant célèbre loge Dionysos avec à sa tête notre inestimable Gertrude, a ouvert une nouvelle procédure de radiation à mon encontre sous le prétexte de mon manque d’assiduité. Rappelons que depuis mai 2014, soit deux ans, je ne reçois plus une seule convocation autant de la loge (tenues et comités de maîtrise) que de l’association loi 1901 (assemblées générales). Grâce à une décision du Conseil Fédéral de la GLFF, mes excuses pour absence (causes professionnelles) sont refusées sans aucune autre forme de procès. La loge le vote, d’ailleurs, tous les mois. Cerise sur le gâteau, cela fait 6 mois que Gertrude, vénérable de la loge, ne convoque plus aucune sœur de la loge, ni aux tenues, ni aux comités de maîtrise. Peu importe les constitutions de l’obédience, le conseil fédéral a laissé faire considérant certainement qu’elles étaient un vieux truc poussiéreux et inutile. Nous le verrons en détail dans un prochain article. Malgré de nombreuses alertes auprès du conseil fédéral, deux sœurs ont décidé de quitter cette loge en pleine dérive, après avoir été agressées et insultées – une fois de trop et tout dans l’esprit de fraternité qui l’anime – par Gertrude. N’oublions pas que, circonstances aggravantes, cette loge avait voté à main levée de me faire démissionner tout aussi fraternellement, sans même considérer une seule seconde que je pouvais décider seule de mon parcours maçonnique.

Recevant cette lettre plutôt laconique – Gertrude, vous allez le découvrir ne sait pas écrire plus d’une phrase sans connaître de grandes difficultés – j’ai envoyé deux recommandés, l’un à l’adresse indiquée par la loge Dionysos et l’autre au Conseil Fédéral. Je leur demande sous deux formes différentes, étant plutôt du genre créative, de m’expliquer cette procédure. Au conseil fédéral, je souhaitais savoir pour mon édification personnelle, celles des sœurs de la GLFF et bien entendu, la vôtre, mes lectrices et mes lecteurs, en quoi la loge Dionysos est conforme aux principes, valeurs et aux textes votés par les différents convents depuis 70 ans. Présenté ainsi, il est certain que le conseil fédéral n’allait pas se fendre d’une bafouille, manquant vraisemblablement des arguments nécessaires. Pour la loge, je fus bien plus concrète. Si elles savent ouvrir une procédure de radiation, elles doivent savoir au moins l’expliquer. Si cela vous paraît évident, cela ne l’est absolument pas pour elles. Ainsi, comme elles votent de refuser mes excuses, elles savent bien pourquoi. Même chose pour les convocations que je ne reçois plus depuis deux ans. A tout hasard, avec un soin frisant l’obsession, j’ai rappelé l’ensemble des articles des règlements généraux de l’obédience soit pour les deux essentiels de ce dossier les articles 87 et 158. Comme je suis quelque peu lassée d’écrire sans obtenir une seule réponse, j’avais imposé des délais : le 10 mai pour le Conseil Fédéral, le 3 mai pour la loge Dionysos. Cela s’appelle en langage clair : une mise en demeure.

GLFF : des news de Gertrude

L’incroyable réponse de Gertrude.

Le conseil fédéral, fidèle à son habitude, n’a pas daigné me répondre. Ce n’est que le 6ème courrier que je lui envoie. Il en a reçu autant d’autres de sœurs de la loge, sans se fendre d’une seule ligne explicative. Les conseillères fédérales doivent s’estimer au-dessus de ce genre d’exercice. Gertrude, quant à elle, a apporté sa petite pierre à l’édifice.

Elle précise ainsi, dans son courrier, qu’elle fait suite à mon courrier du 9 avril. Sauf qu’elle ne l’a jamais retiré … Il m’est revenu par la même voie insidieuse et complètement postale.

Voilà quelque chose d’intéressant : comment peut-elle prétendre répondre à un courrier qu’elle ne daigne pas récupérer ? Là, je me tourne vers le conseil fédéral et la nouvelle conseillère fédérale qui fut affectée à la loge. Précision utile : le conseil fédéral a parfaitement compris que la loge et notre bien aimée Gertrude filaient un mauvais coton. Pour débrouiller la pelote, il a désigné une conseillère fédérale, une certaine Catherine L, qui n’est pas de la région et dont je ne sais rien. Bien sûr, du fait de l’inefficacité de conseil fédéral, il va de soi que la mission secrète de cette nouvelle conseillère fédérale est de permettre la radiation de la blogueuse « la Maçonne ». Pour preuve : elle contacte Gertrude mais se garde bien de me contacter … Gertrude a, tout naturellement, produit un faux sous son nez, se moquant visiblement d’elle.

La forme du courrier en dit tout aussi long : avec à peine un début, aucune fin, aucun sens, aucun argument et encore moins de développement. Bref, un courrier sans aucune tenue. Il faut dire que toute cette affaire en manque considérablement. Ce genre de courrier ne m’étonne pas : Gertrude a véritablement des problèmes rédactionnels.

Le fond est le problème : il est tellement à côté de la plaque que si Gertrude a été informée par Catherine L de la copie que le Conseil Fédéral a reçue, cette dernière ne lui en a pas transmis un exemplaire. Je ne parle, en effet, nul part dans mon courrier de « calendrier extranet » uniquement de convocation. C’est un sujet que j’ai évité au vu de l’illustration que je présente un peu plus bas. On ne peut, en toute intelligence, considérer cette chose comme étant une convocation.

Gertrude a une moralité et des aptitudes, disons-le, tout en nuances. Il a fallu qu’elle s’y reprenne à deux fois pour comprendre qu’il fallait convoquer une sœur à une tenue dans le cadre d’une procédure de radiation (article 158) et non pas à un comité de maîtrise. Elle ne sait pas faire la différence entre la tenue et le comité de maîtrise. Il n’y a donc rien d'ahurissant à ce qu’elle confonde, ici, la « planche de convocation » et le « calendrier extranet ». De même, à l’époque, elle avait produit non pas un faux, mais un antidaté souhaitant faire passer une de mes lettres comme étant une réponse à sa convocation bidon ! Elle fut d’ailleurs tellement vexée de la recevoir – alors qu’elle était complètement anodine – qu’elle m’a injuriée au téléphone. Le conseil fédéral a toutes les pièces de cette première affaire datant d’avant « Cunégonde ». C’était en avril 2014. En décembre 2014, la loge votait à main levée de me faire démissionner. L’esprit de fraternité qui règne dans cette loge est une insulte à toute la franc-maçonnerie française.

Pour illustrer les méthodes de notre grande initiée qu’est la vénérable de la loge Dionysos, mais aussi membre important de la Rose des Vents, il y a peu, elle a tenté de ne pas déposer mon chèque de capitation. Elle espérait ainsi me radier pour défaut de capitation.

le calendrier extranet de Dionysos
le calendrier extranet de Dionysos

Deux autres sœurs menacées.

Ce qui marche pour moi, marche pour les autres. Comme le conseil fédéral permet que la loge refuse mes excuses pour absence, afin de permettre à la loge de me radier dans les meilleures conditions au bout de 5 tenues, Gertrude a étendu cette nouvelle règle à d’autres sœurs.

La première est une de celle qui quitte Dionysos. Elle fut, rappelez-vous, une des sœurs qui furent violemment agressée avant une tenue par Gertrude. Elle a fait une demande de transfert dans une autre loge. Ceci dans le courant de la première semaine de mars 2016. Gertrude la refuse, considère qu’il s’agit d’une démission et lui réclame la totalité des capitations de l’année alors qu’elle était largement à jour pour la période calendaire concernée. Elle bloque ainsi le transfert. Elle a fait la même chose avec moi.

Elle l’oblige bien sûr cette sœur à s’excuser pour ses absences… pour les lui refuser. Comme elle fait traîner la demande de transfert, n’envoyant pas les documents nécessaires, au bout de 5 tenues, cette sœur risque de se voir convoquer en vue d’être radiée.

La seconde sœur est tout simplement ma mère. Le prétexte trouvé par Gertrude est qu’elle ne les envoie pas directement à la vénérable ! Ceci suivant l’article 87. L’article, que justement, comme vous allez le voir dans mon prochain article, la loge ne respecte pas. Le grand défaut de ma mère est de l’être – ma mère – Elle est une sœur, initiée il y a 20 ans, qui fut vénérable de Dionysos, députée durant plusieurs années, et qui permis à la loge de se sauver de conflits récurrents. Durant ces deux dernières années, elle a tenté de remettre les sœurs au travail et à des sentiments plus fraternels. En vain. Elle fut agressée, injuriée par toutes. Certaines ne lui parlent même plus … en toute fraternité, bien entendu. Gertrude et ses copines ont une furieuse envie de la radier. Il s’agit simplement de représailles.

Ces deux sœurs, comme toutes les autres, ne sont plus convoquées aux tenues et comités de maîtrise depuis décembre 2015. Quoique l’on puisse en dire, le conseil fédéral le permet en surtout ne réagissant pas, laissant à Gertrude le soin de virer les sœurs qui la dérangent.

GLFF : des news de Gertrude

De la responsabilité.

Une sœur m’a rappelée une notion bien importante en franc-maçonnerie : la responsabilité qui va de pair avec le grade de maître. La sœur maîtresse est une femme libre mais aussi responsable de ses actes. Gertrude me répond que l’article 158 lui permet de ne pas s’expliquer concernant le refus de la loge de m’excuser. L’article 158 ne dit, bien sûr, rien de cela. Il prévoit au contraire que la loge motive ses décisions.

On imagine d’ailleurs mal qu’un article d’une obédience maçonnique prévoit de retirer toute responsabilité à une loge. Le pire est que Gertrude est convaincue qu’elle évolue dans un monde où elle n’a pas à justifier ses actes et ses décisions. Un monde qui tourne autour de son nombril, en somme. Elle imagine certainement que sa prose, modèle du genre, va la sauver d’un mauvais pas.

Il n’y a, malheureusement, que les gosses et les handicapés mentaux qui sont exemptés de se justifier. Une loge maçonnique n’est pas considérée comme un repère de malades mentaux ou de gamins. Au moins, au regard de la loi française. Elle est considérée comme une personne morale, une association dûment enregistrée dans une préfecture, même et donc justiciable. Elle aura donc à s’expliquer devant un juge profane.

Une défense impossible contraire à l’article 158 (et 97) - ainsi qu'à tout principe.

"Article 158 : L'inassiduité est constituée par l'absence à cinq Tenues consécutives, sans excuses validées par l'Atelier. Toute Soeur inassidue devra être convoquée par lettre simple, à une Tenue fixée un mois à l'avance pour être entendue sur les motifs de son absence.Si elle ne se présente pas, une nouvelle convocation lui sera adressée, dans les quinze jours, par lettre recommandée avec accusé de réception, pour une Tenue fixée un mois à l'avance pour les mêmes raisons. La Loge pourra statuer au jour fixé pour la convocation, même en l'absence de la Soeur convoquée.

La Soeur empêchée de se déplacer au jour fixé pourra faire valoir ses explications par écrit. En l'absence de justification ou d'engagement d'assiduité, la Loge pourra prononcer la radiation. Cette radiation sera assimilée à une démission limitée à l'Atelier qui aura statué. La Soeur ainsi radiée pour ce motif gardera la possibilité de demander sa réintégration.

Dès qu'un Atelier a prononcé une radiation pour défaut de paiement de cotisation ou autres charges ou défaut persistant d'assiduité, la Soeur Secrétaire doit immédiatement en donner l'avis motivé au Grand Secrétariat de la Grande Loge Féminine de France. Une Soeur radiée pour défaut de paiement peut demander sa réintégration dans sa loge, qui en décide."

L’article 158 pose la procédure de radiation de l’obédience. Il est simple, clair et ne permet aucune des interprétations fantaisistes que ce soit du conseil fédéral que celles de la loge Dionysos.

L’article 158 dispose d’une chose : il permet à une sœur de se défendre par courrier si elle ne peut être présente. L’article 97 disposant des règlements intérieurs d’une loge, oblige aussi la loge à prévoir pour les sœurs la possibilité de se défendre. J’étais à 3 heures de route de chez moi, la nuit du 3 au 4 mai. Le conseil fédéral va découvrir, au passage, ce qu’est une entreprise américaine et un logiciel de traitement de frais professionnel. Des meurtres se dérouleraient sous ma fenêtre que j’aurais les meilleurs des alibis, qui sont considérés insuffisants pour le conseil fédéral comme pour la loge !

Ma lettre du 9 avril représente cette défense prévue dans les textes de la GLFF. La loge n’a pas retiré mon courrier, donc il ne fut pas lu aux sœurs de la loge en tenue. C’est d’ailleurs aussi une habitude de Gertrude de planquer les courriers des sœurs. En sus, la réponse de la loge est un faux. En conséquence, ma défense n’a pas été présentée. La loge a décidé, malgré tout, de poursuivre la procédure de radiation.

Ceci va faire désespérer Gertrude : la procédure n’est donc pas conforme à l’article 158. Je demande donc son annulation pure et simple.

Nous allons voir ce que décide le conseil fédéral qui, aujourd’hui, se trouvant bel et bien ridiculisé par Gertrude, est dans une impasse.

GLFF : des news de Gertrude

La suite de cet article ici :

Pour celles et ceux qui ne la connaissent pas, l'histoire de Cunégonde.

Partager cet article

Commenter cet article

Irina 20/05/2016 21:22

Bonjour, mais est-ce que de temps en temps vous allez en Loge?

Jean Marc 14/05/2016 23:06

Et ben dis donc quelle aventure.
Tu dois t'en voire tout de même ?
Et la Fraternité dans tout ça tu lz place où et quand ?

ABAIDIA 14/05/2016 17:50

Êtes-vous sûre de parler de ce qui déroule entre francs-maçons ?!....
Je préfère rester près de la source ( le soufisme non religieux ).

La Maçonne 14/05/2016 17:53

Je parle bien d'une "loge de la GLFF", mais je ne dis pas que je considère cette affaire comme étant "maçonnique". En dehors de quelques brebis galeuses qui font n'importe quoi, il y a des gens très bien en FM. Mais ce n'est pas une raison pour avoir à supporter cela.

Bilboquet 14/05/2016 16:33

ma BAS:.,
Petite question, que fait-on d'autre dans votre At:. et Ob:. ?
N'y a-t-il pas autre chose à faire ?
Je me permets de dire que quand on rentre en FM, c'est qu'on considère qu'on peut se perfectionner et ainsi "peut-être" perfectionner le monde. Nous savons tous que ce perfectionnement est quelque chose qui prend tout notre vie et qu'au terme de celle-ci nous ne l'avons pas atteint, sauf peut-être pour quelques êtres exceptionnels ! Malheureusement je n'ai pas encore rencontré !
Donc étant tous, à très peu de choses près, perfectionnables, pourquoi la FM doit se munir de règles d'exclusion ? Car étant tous dans cet état, nous nous devons d'être humble devant celui qui fait une faute, qu'elle soit réelle ou présumée ! Si elle est réelle, nous les autres perfectionnables, ne devrions nous pas parler avec notre S:. ou F:. et le "ramener sur le bon chemin ?"
Je sais que c'est important d'être présent dans At:. d'une manière régulière, mais j'ai l'impression que vous et votre maman, subissent des tracasseries tel qu'une Administration d'un Etat peuvent le faire ! En plus, ne connaissant pas les obligations que les Ob:. et At:. ont vis-à-vis de l'Etat française, je trouve humainement déplorable de ceux-ci que les affaires de famille s'étallent au public. Courage ma S:., sachez qu'il y a des SS:. et des FF:. qui ont un autre point de vue de la FM!
Frat:.

La Maçonne 14/05/2016 16:41

@Bilboquet. La suite de cet article vient d'être publié.
On peut comprendre (et accepter) qu'une obédience cherche à se protéger de certains types de membres, les voyous, les malhonnêtes, etc.
Radier un membre pour "manque d'assiduité" est simplement imbécile ... Aujourd'hui, je n'ai pas d'autres recours que la justice profane (quand ma radiation sera prononcée).
Tu verras dans le prochain article ce que le Conseil Fédéral couvre ...