Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

GLFF : une procédure de radiation en plein naufrage

GLFF : une procédure de radiation en plein naufrage

Vous trouverez deux articles détaillant la procédure de radiation ouverte à mon encontre par la loge Dionysos pour « manque d’assiduité ».

Une procédure de radiation devenant de plus en plus indéfendable.

Refusant mes excuses pour mes absences, ceci suivant une décision du Conseil Fédéral afin de faciliter ma radiation, la loge Dionysos ne me convoque plus depuis mai 2014, soit deux ans.

De même, depuis 6 mois, elle ne convoque plus aucune sœur de la loge, refusant d’appliquer l’article 87 de la GLFF. Elle n’envoie donc plus aucune « planche de convocation » les confondant avec le « calendrier extranet », dont on sait pour l’exemple que j’ai indiqué qu’il est une véritable insulte à toute intelligence.

L’article 87 et le précédent, l’article 86, sont les articles fondateurs de « la tenue ». Ils sont cités plusieurs fois dans les constitutions, montrant ainsi son importance dans la vie d’une loge. Je parle bien sûr de franc-maçonnerie, de sa démarche initiatique, c’est-à-dire du seul objet de « la tenue ».

Dionysos, ainsi, n’organise plus depuis 6 mois une seule tenue conforme et régulière. Les tenues d’initiation, de passage, des élections du collège des officières, et même celle ayant permis d’ouvrir ma procédure de radiation sont toutes irrégulières et ne peuvent qu'être toutes annulées avec les conséquences que l’on sait pour la survie de la loge. Pire encore, la loge et le conseil fédéral bidouillent ce même article pour permettre ma radiation sans que la loge n'applique pour elle-même cet article.

Ce n’est pas faute d’avoir prévenu et la loge et le Conseil Fédéral. Ce n’est pas non plus faute de leur avoir demandé des explications aux unes et aux autres. Dionysos a répondu, sous la plume de la merveilleuse Gertrude. Malheureusement, elle produit un faux, faisant référence à un courrier que la loge n’a pas même daigné retirer. La loge ne peut pas non plus se prévaloir d’avoir respectée mon droit à me défendre prévu à l’article 158. N’ayant pas retiré ce courrier, Gertrude n’a pas été en mesure de le présenter à la loge. D’ailleurs, cette dernière a le don de planquer ces courriers qui lui demande de s’expliquer …

Le conseil fédéral, ridiculisé par la loge Dionysos, trompé par elle, sera bien en peine de continuer à couvrir ses agissements. Il ne pourra pas convaincre non plus qui que ce soit qu’il a agi en toute objectivité dans un dossier qui se retourne contre lui. Il n'a pas souhaité prendre les mesures nécessaires, préférant couvrir une loge irrégulière.

Gertrude et ses copines possède une liste bien longue de sœurs avec lesquelles elle souhaite découdre. Ce qui marche pour moi marche pour les autres. Deux autres sœurs de la loge, dans les mêmes conditions que moi et suivant les mêmes décisions du Conseil Fédéral, sont menacées de radiation. Leurs excuses sont en effet refusées systématiquement à chacune de ces fameuses tenues non conformes aux textes de la GLFF …

Voilà à quoi joue cette loge : à supprimer toutes les opposantes à Gertrude, qui utilise tous les moyens, même les plus malhonnêtes pour virer des sœurs.

GLFF : une procédure de radiation en plein naufrage

Le conseil fédéral de la GLFF déshonoré.

Le conseil fédéral renâcle à prendre ses responsabilités. Il n’a pourtant aujourd’hui que deux choix :

  • Permettre à la loge Dionysos de poursuivre cette procédure de radiation, comme les autres, en les sachant, d’ors et déjà, irrégulières au regard des textes de l’obédience et bien entendu illégales au regard de la loi française. Il conduit ainsi l'obédience à un recours profane alors qu'il avait tous les moyens de l'éviter.
  • Remettre en cause le protocole d’appartenance de la loge Dionysos, c’est-à-dire la mettre en sommeil. Ce qui est la solution la plus sage et, finalement, la plus honorable, du fait des différents témoignages de soeurs de cette loge que le Conseil Fédéral a soigneusement enterré.

Il y a, bien sûr, une troisième possibilité : faire annuler cette procédure … et allumer un cierge pour que la prochaine vénérable possède les qualités requises pour remettre de l’ordre dans les affaires de Dionysos.

Celle-ci risque fort d’être une copine de Gertrude, qui soutient actuellement ses grands projets maçonniques qui sont de radier par charrette entière des sœurs. A la place du Conseil Fédéral, je me ferais l’économie autant de prières que de cierges. La règle d’or de Dionysos est de rassembler uniquement ce qui leur ressemble. Toute la loge est donc en cause. Insultes, injures, hurlements, menaces sont acceptées par toutes y compris par la prochaine vénérable qui y a activement participé.

Devant l’incompétence du Conseil Fédéral à faire respecter et respecter pour lui-même les règlements généraux de l’obédience, cela pose une question de fond : pourquoi voter et rédiger ces règlements généraux ? Le Conseil Fédéral les a, tout autant, jeté au feu que la loge Dionysos et pour la loge Dionysos. Il a été trompé, déshonoré, manipulé par la loge Dionysos et son interlocutrice privilégiée : Gertrude. Difficile dans ce cas de se contenter d’un cierge et d’une prière.

L’affaire bordelaise a entaché la réputation du conseil fédéral et de la GLFF. Dionysos ne suffisait pas. Marie-Thérèse Besson s’est montrée indigne de sa charge. Le projet d’un Comité de Surveillance, présenté sur ce blog, risque de devenir d’utilité publique. Il apparait être une solution pour contrer ce type « d’action ».

Le convent 2016 de la GLFF.

Je suis très officiellement – c’est même eux qui le disent – une opposante au duo Besson/Charuel. Autant l’opinion de Philippe Charuel, sur ma petite personne, est le cadet de mes soucis, autant les postures et le rapprochement de Marie-Thérèse Besson avec Charuel peuvent inquiéter bien des sœurs de la GLFF sur l’avenir de l’obédience. Dans l’immédiat, en effet, il est nécessaire de se demander si Marie-Thérèse Besson est représentative de cette obédience féminine, engagée, adogmatique … C’est-à-dire peu ou prou toutes ce qu’elle me reproche de défendre sur ce blog.

A bien y observer, la GLFF, qui sous le mandant de Catherine Jeannin-Naltet, s’affichait indépendante, orientait son débat sur les droits des femmes, prenant position, est devenue l’ombre de la GLDF comme le montre le colloque pour la jeunesse avec Besson.

J’avoue tout : je considère que la GLFF n’est pas une obédience « irrégulière » comme la GLDF le prétend depuis des lustres. Je milite effectivement pour des inter-visites des sœurs de toutes obédiences et qu’elles soient considérée comme l’égale des frères.

C’est bien ma conception de la franc-maçonnerie qui est attaquée par Marie-Thérèse Besson. Une franc-maçonnerie de femmes et d’hommes libres, égaux et fraternels. Ce sont bien mon soutien aux frères de la GLDF qui militent pour les mêmes principes qu’elle n’accepte pas. Or, autant que je sache, se sont aussi les conceptions de la GLFF …

Ce sont, en effet, des articles sur la GLDF qui sont la cause de son courroux à l’égard de ce blog et de la blogueuse : l’affaire de la « soumission entière » aux frères, les menaces de Charuel pour faire annuler une tenue permettant à une sœur plancheuse d’être reçue en égale – menaces - murmure-t-on - qu’elle a soutenu - et bien entendu, mes prises de position concernant la Confédération Maçonnique de France (CMF) en vue de mettre en conformité «à l’anglaise » la GLDF et de la faire rompre avec "les obédiences irrégulières". Marie-Thérèse Besson joue contre son propre camp.

De loin, je préfère à vanter les mérites de cette obédience - cela énerve tout autant Charuel comme bien d’autres – plutôt que de commenter les dérives des loges de la GLFF, l’incompétence de son conseil fédéral comme la compromission de sa grande maîtresse.

Que les sœurs de la GLFF comprennent bien ce que j’ai découvert ces dernières années en tenant ce blog : c’est bien leurs forces, leurs déterminations, leurs qualités maçonniques qui font de l’ombre à ces obédiences masculines comme la GLDF … La GLFF, grâce à ce qu’elle a accompli, leur est devenue une rivale. Elle a montré que l’on pouvait fonder une authentique obédience en étant aussi des femmes. Eux qui considèrent que les femmes ne peuvent comprendre le REAA ! Elle leur est, sous sa forme et son fond, parfaitement insupportable. Elle est à anéantir et, tout au moins, à ne lui laisser aucune place dans le paysage maçonnique français.Le meilleur moyen est d'utiliser sa grande maîtresse.

Il est bon de rappeler que la GLDF a toujours refusé de reconnaître la GLFF, comme d'ailleurs toutes les obédiences françaises, préférant signer des traités d'amitiés avec des obédiences masculines qui refusent la visite de soeurs.

J’espère que le convent de la GLFF aura la chance de découvrir une seconde candidate à la Grande Maîtrise. Là, pour le coup, je vais allumer une bougie

GLFF : une procédure de radiation en plein naufrage

Voici quelques anciens articles qui ne peuvent que déplaire au duo Besson/Charuel .... Histoire de rappeler que ce que fut la GLFF, avant Besson, sur ce blog. C'est certain, de tels articles ne peuvent que leur déplaire ...

Partager cet article

Commenter cet article

Arsène Mutin 17/05/2016 13:30

Bonjour ma TC Sœur et bonjour à tous.
Sans en tirer la moindre consolation, il faut bien dire que ton aventure n’est pas la première du genre, ni la dernière malheureusement.
En maçonnerie comme ailleurs, les règlements sont faits pour être respectés et les instances administratives pour remplir les missions pour lesquelles elles ont été créées.
Et, en maçonnerie comme ailleurs, certains personnages n’ont aucun scrupule à ignorer les uns et contourner les autres chaque fois que ça les arrange.
Les règlements et instances sont toujours des bons règlements et bonnes instances s’ils sont conçus par des hommes (et femmes) vertueux. Mais cela ne suffit pas. Encore faut-il aussi qu’ils soient appliqués et mis en œuvre par des hommes (et femmes) vertueux.
Il ne sert à rien de multiplier les règlements et d’empiler les instances (par exemple, comme évoqué dans un de tes derniers articles, de créer un « Conseil de Surveillance » pour superviser une instance ; pourquoi pas aussi ensuite une « commission de contrôle » pour contrôler ce conseil), l’un des effets de cette multiplication et de cet empilement étant de donner de nouvelles opportunités aux pervers à la recherches de contradictions et de brèches.
En maçonnerie la première, plus ancienne, plus légitime et plus efficace instance est le Conseil des Maîtres, ou Chambre du Milieu. Si la Chambre du Milieu ne remplit pas son rôle, soit qu’elle l’ignore soit qu’elle veuille l’ignorer, alors c’est foutu. Car ce n’est pas des instances au-dessus d’elle qu’on peut espérer obtenir les bonnes réponses.
Pour le peu que je connaisse de ton cas personnel, je crois savoir que les griefs qui te sont faits (officiellement) peuvent se résumer à : 1 - manque d’assiduité en loge et 2 - manquement à l’étique maçonnique (blog).
Concernant l’assiduité, toute loge de toute obédience a fait l’expérience l’absentéisme chronique de certains membres. Et, au-delà de la formulation des excuses, présentées ou non, la communication constante entre ses membres fait que chaque loge sait rapidement et parfaitement les raisons réelles de ces absences et est édifiée sur la sincérité du frère ou de la sœur absent(e).
Dans ton cas la réalité des contraintes professionnelles me semble parfaitement établie et ce grief tombe de lui-même.
Quant au manquement à l’éthique maçonnique (expression fourre-tout, à géométrie variable et bien commode), il est bien vrai que tu as copieusement taclé certains personnages et certaines obédiences mais c’est aussi ça la franc-maçonnerie du 21ème siècle.
Il faudrait peut-être que nos élites ouvrent les yeux.
Ce n’est pas toi, ni moi, ni personne, même si nous suivons tous le mouvement, qui avons voulu cette évolution. Elle existe c’est tout.
C’est tellement vrai qu’une certaine obédience qui entend éclairer le PMF et le moderniser, s’est dotée des compétences rémunérées d’un directeur de la communication.
La GLFF devrait se dépêcher de faire de même et tu ferais à mon avis une excellente directrice de la communication. Ce nouveau contrat de travail, avec justes émoluments, te permettrait une meilleure stabilité géographique et du coup tu redeviendrais assidue en loge.
Moi, les « happy-end », j’aime bien ça.
Au lieu de ça, la GLDF veut te voir punie et la GLFF veut se débarrasser de toi ?
Soit.
La GLFF a eu recours à une procédure foireuse dans laquelle elle est en train de s’empêtrer.
Je crois qu’il faudrait l’aider un peu à s’en sortir.
C’est une affaire disciplinaire n’est-ce pas ?
Alors je te suggère d’adresser à ta GM un courrier en RAR demandant à être convoquée devant le Conseil de Discipline.
Suggestion à la GLFF : répondre que demander soi-même à passer en Conseil de Discipline n’est pas prévu au règlement n’est pas une bonne réponse.
Je serais curieux alors de voir la suite, étant bien entendu qu’en toute circonstance l’expression « les conseilleurs ne sont pas les payeurs », conserve tout son bon sens et que je ne peux rien d’autre que t’assurer de mon soutien fraternel sur ce blog.
Salutations fraternelles à tous.
Arsène.

Resistance 16/05/2016 20:08

Ma très chère sœur, personne n'est dupe sur les motifs de la procédure en cours à ton encontre, tu gênes tous ceux qui prétendent détenir la vérité au nom de laquelle ils justifient de leur petit pouvoir.
Il y a plein de loges ou des FF ou des SS sont absents depuis des mois voire des années, raisons professionnelles obligent,mais dans la mesure où ils sont en règle par ailleurs, fraternité oblige à les garder au sein de leur atelier. A défaut que l'on m'explique ce que le mot fraternité veut dire?
La GLDF, enfin la quasi totalité de ses instances dirigeantes, n'a jamais admis ton engagement au côté d'Ar Vreur, et d'autres loges qui ensemble se sont opposées au processus de Bâle attentatoire à notre conception républicaine de la maçonnerie et ayant pour finalité de nombreuses restrictions aux loges et aux FF.
Par tes articles, tu as participé à la défense des libertés des loges, et tu connais la chanson celui qui dit la vérité doit être exécuté. Pourtant depuis des années la GLDF a connu une descente aux enfers, fin de la double appartenance, tentative de restriction aux inter-visites, livre de la loi sacrée obligatoire et relié à une seule religion,et j'en passe et des meilleures dans les restrictions aux libertés de conscience.
L'intolérance est devenue la règle à la GLDF et ton affaire de Bordeaux en est un symbole.
Cette fois nous avons décidé de ne plus reculer, et ce par tous les moyens légaux, les dogmatiques en seront pour leurs frais.