Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

HABEMUS PAPAM !

Parce que la franc-maçonnerie et nos obédiences ne peuvent exister voir survivre sans débat de fond, dans cette période de crise qui nous touche toutes et tous, je vous propose ici une réflexion du frère Vabadus, sous le titre "Habemus Papam !"

Aujourd’hui, des frères et des sœurs élisent à des fonctions un pouvoir dit « exécutif », et en particulier Grand Maître et Grande Maîtresse, sans avoir la possibilité d’avoir les informations concernant leurs actions, les réponses à leurs questions et sans que leur soit garantie que ces derniers respectent nos valeurs, nos principes et les constitutions de leur obédience.

La fatalité n'étant pas le fer de lance d'un frère comme d'une soeur, il y a des solutions à mettre en place de toute urgence par les convents des différentes obédiences.

Une nouvelle conception de nos obédiences et de la franc-maçonnerie est en marche.

HABEMUS PAPAM !
HABEMUS PAPAM !

La Maçonne,

Le 14 mars 2016 dans texte : « LE BLOG MAÇONNIQUE, UN CONTRE-POUVOIR ? » tu proposais l’analyse suivante :

« Ce qui me fait dire que les blogs maçonniques peuvent devenir un contre-pouvoir qu’à la condition qu’il n’existe plus de recours interne, de transparence entre les « dirigeants » d’une obédience et les frères et sœurs, membres de l’obédience, et, donc, de communication possible. L’expérience de la CMF est un autre de cet exemple. S’il nous fallait analyser l’importance des blogs – et la détestation de Philippe Charuel concernant le mien – c’est peut-être parce qu’il manquait aux frères de la GLDF des informations voir même un droit de débattre en interne.

C’est, en effet, ce qui ressort du maintenant très célèbre « petit clic de la porte qui se ferme ». Ce sont, néanmoins, eux – ces frères – qui ont fait l’essentiel du travail de réflexion et d’analyse de ce qui leur était proposé (imposé ?) par leur conseil fédéral à l’époque. » fin de citation

Ce que tu écrivais était pertinent car les blogs sont d’autant plus actifs qu’il y a défaillance de la démocratie interne dans les obédiences.

Par ailleurs, ce partage des rôles entre les blogs qui alertent et les Frères de la GLDF qui accomplissent le travail de fond en relais, a été constaté à sa façon par Roger Dachez lorsqu’il écrit « Et c’est du reste l’un des grands problèmes de cette affaire : on a, plus ou moins délibérément, menti aux Frères. Lorsque leurs yeux se sont ouverts – notamment grâce aux échanges d’informations sur les blogs – et qu’ils ont pu prendre la parole, tout s’est finalement réglé assez vite. » - Blog Hiram be - 23 décembre 2014

Les blogs sont et continueront d’agir car ils s’intègrent au « Quatrième Pouvoir ». Mais faut-il se contenter de constater comme tu le fais qu’ils sont d’autant plus utiles que ça dysfonctionne dans les obédiences sans s’interroger sur le fond du problème et trouver une réponse structurelle pour empêcher ces dysfonctionnements ?

Cette solution me semble passer par l’instauration d’un « CONSEIL DE SURVEILLANCE » dans les obédiences, contre-pouvoir officiel et efficace si on lui fait jouer son rôle. Je pense donc qu’il y a une importance et une urgence certaine à lancer le débat sur ce sujet par l’intermédiaire de ton blog.

Pourquoi l’urgence ?

L’hypertrophie de l’égo des dignitaires maçonniques comme la cordonite sont brocardés depuis très longtemps. Le Momasite contient des textes savoureux à ce sujet comme cette formule :

« La hiérarchie MED ( Mirages Et Décors) vaut à tout Illustre plongé dans une salle humide de subir une poussée verticale de bas en haut égale au poids qu’il pèse en haut. »

Mais depuis une dizaine d’années la mégalomanie des dirigeants a conduit certaines obédiences dans le fossé. Cette dérive est notamment constatée par Alain Bauer, Roger Dachez et Michel Barat dans leur ouvrage « Les Promesses de l’aube » paru en 2013 – page 14 :

« C’était il y a dix ans : on dirait qu’il y a un siècle déjà. Car tout ou presque a été détruit par la culture des égos et la pulsion du cordon plus large, plus doré, plus frangé- que ce soit celui d’un individu ou celui d’une obédience. Le cordon qui cache non plus la noblesse de la naissance face à la roture, qui n’égalise plus pour faire de chaque frère, chaque sœur , un (e) égal(e), mais qui créée la hiérarchie, la différence, la distance. Le cordon qui défraternise car il cache le tablier. Le cordon qui isole. » -

Cette situation a conduit des dignitaires depuis 2009 à précipiter leur obédience dans le fossé et a dégrader leur notoriété sans parler des hémorragies d’effectifs.

En fait ce qui a permis cela c’est que les responsables des obédiences se sentent immunisés dans l’accomplissement de leur charge. Toute la compréhension du sujet tient dans la formule suivante :

« Qu'il ne soit permis à qui que ce soit de détruire ou d'attaquer ou contredire, par une audacieuse témérité, cet écrit de Notre déclaration, décision et définition. Si quelqu'un avait la présomption d'y attenter, qu'il sache qu'il encourrait l'indignation du Dieu Tout-Puissant et des bienheureux apôtres Pierre et Paul. »

« Munificentissimus Deus »- Pape Pie XII

Ce texte est considéré comme la référence de l’INFAILLIBILITÉ PONTIFICALE.

Certains dignitaires dans un passé récent ont considéré qu’ils agissaient sous régime de l‘infaillibilité pontificale ».

Pas de fautes, pas de risques, pas coupables, pas responsables, pas de sanctions ! « HABEMUS PAPAM ! ».

Gare au Frère ou la Sœur qui critique ?

Tu en as fait les frais par la censure de ta parole au Colloque maçonnique de Bordeaux. Le Frère de la GLAMF qui gère le blog « Myosotis Occitan » a quant à lui, interdiction de fréquenter sa Loge en attendant son jugement par la justice de son obédience.

Aucun pouvoir n’aime la critique de ses actions. À un journaliste occidental qui lui demandait, à l'époque de la déstalinisation, s'il comptait autoriser l'ouverture de loges maçonniques en URSS, Kroutchev répondit : « Vous voulez donc que j'installe des puces sous ma chemise ? »

Mais en France, pays qui garantit la liberté d’expression et pour des obédiences composées de « Maçons libres dans des loges libres » on n’est pas obligé de gouverner avec des méthodes venues du froid.

Il y donc importance, et urgence, à instaurer un Conseil de Surveillance dans les obédiences.

HABEMUS PAPAM !

On a vu avec l’exemple de la GLNF que ces dignitaires qui menaient leur obédience dans le fossé ne quittaient pas facilement le pouvoir. La seule sanction possible passe statutairement, par le vote des Députés en Convent les écartant du Pouvoir à venir. Il y a donc importance à instaurer un Conseil de Surveillance (CDS).

Ce système répandu dans le monde profane conduit certainement bon nombre de Sœurs et Frères à travailler dans des entreprises qui l’ont intégré dans leurs structures de gouvernance.

Dans une obédience, composé de Député(e)s, le CDS vise à renforcer les pouvoirs des Frères et les Sœurs des Loges. C’est un organe complémentaire à intégrer dans l’architecture de gouvernance, confortant ainsi son fonctionnement démocratique, en séparant pouvoir exécutif et législatif.

L’action du CDS doit garantir aux Frères et aux Sœurs que les Valeurs et Principes fondamentaux de la Franc-Maçonnerie en général et de l’obédience en particuliers sont respectés. Ainsi le CDS doit veiller au respect absolu par l’exécutif des Principes, de la Constitution et des Règlement Généraux, notamment lors de modifications statutaires et règlementaires souhaitées par l’exécutif.

Sa tâche essentielle consiste à contrôler, AVANT LEUR DIFFUSION au pouvoir législatif, les projets de l’exécutif engageant l’obédience tant sur le plan interne que dans ses relations internationales. Mais il faut aussi filtrer tout autre projet important qui ne serait pas soumis au pouvoir législatif.

Un membre de l’obédience doit pouvoir saisir le CDS et requérir son avis sur une disposition réglementaire sur une décision ponctuelle de l’exécutif de toute nature afin de vérifier sa « conformité » aux références de l’obédience. Il doit obtenir une réponse. Son action d’alerte est protégée.

C’est exactement ce qui se passe avec les questions des parlementaires français posées chaque semaine au gouvernement, les ministres étant tenus de répondre immédiatement. Dans une obédience cela permettrait de traiter dans l’urgence, des problèmes d’actualité posés par des actes de l’exécutif.

Ainsi, la Maçonne, tu pouvais demander en son temps, pourquoi la Grande Maîtresse, Marie Thérèse Besson, a réclamé ton interdiction à la Biennale de Bordeaux et ainsi obtenu rapidement une réponse. Cela aurait surtout servi à éviter qu’elle se prête à cette manœuvre.

Le Conseil de Surveillance a été instauré à la GLAMF mais selon le Frère qui tient le blog « Myosotis Occitan » le pouvoir en place aurait tout fait pour en polluer le fonctionnement, preuve que l’on craignait son efficacité !

Les obédiences doivent évoluer et mieux intégrer leurs membres à être acteurs de leur Histoire en rééquilibrant les pouvoirs entre exécutif et législatif. Tout pouvoir a tendance au fil du temps, à s’exercer de façon absolue. Il faut remédier à cela par des « contrepoids « comme l’écrivait Montesquieu, esprit « éclairé ».

HABEMUS PAPAM !

Partager cet article

Commenter cet article

Condorcet 15/05/2016 17:23

Réponse à Nabucco:
Doux Jésus est ce possible? La voie du Tao c'est le vide, mais il est vrai qu'a ce rite on ne fait pas référence à Lao Tseu mais à Kong Fou Tseu qui professait une pensée sans Dieu, il a même écrit "le ciel ne parle pas", voilà qui va entraîner les foudres du SCDF et celles du G.O. de la GLDF pour incitation à la non soumission totale. Ce pauvre Confucius va vraisemblablement se faire exclure du rituel concerné après procédure ad-hoc .
Confucius n'enseignait qu'une chose: le respect des Grands Anciens, c'est ce qu'oublient les dignitaires de la GLDF en s'éloignant des principes énoncés lors de la création de la Grande Loge de France en 1894 pour lesquels il n'y avait pas d'autorité transcendante obligatoire.
Seule l'étude et la culture maçonnique permettait aux FF de se perfectionner sachant que le perfectionnement collectif passait et passe par le perfectionnement de chacun d'entre nous.Nous n'avons pas besoin d'une voix d'outre tombe pour cela mais tout simplement en s'interrogeant sans cesse sur nous même tout en interrogeant de même son interlocuteur. Pour ce faire il faut de la liberté qui n'existe plus à la GLDF puisque les tribunaux de l'inquisition ont pris le relais nécessités par la protection du dogme ou de la parole officielle relativement récente puisque la dérive à commencé dans les années 1950 et s'est accentuées depuis une dizaine d'années. On n'attend plus que les bûchers pour les récalcitrants mais que l'on ne compte pas sur moi pour allumer la torche. Au fait, ce sont les chinois qui auraient inventés la poudre, tous ces bûchers allumés sont à manier avec précaution sinon tout cela risque fort d'exploser.

nabucco 15/05/2016 03:47

Habemus Papam !
sauf que le notre ne s'appelle pas François ...mais oui mon TCF Vabadus, pour une fois les Catholiques ont un chef a la hauteur des enjeux misérables de notre planète . C'est la première fois de ma vie que je dis du bien d'un Pontife...pas tout a fait vrai il y en a un autre , un archevêque Brésilien, rencontré par les hasards de l’existence , Don Heldé Camara un des Chantres de la théologie de la libération . Si vous passez en dehors du carnaval à Olinda à coté de Recife , allez voir sa tombe dans la cathédrale, 10 ans après sa mort elle est toujours illuminée par des dizaines de Bougies posées la par des fidèles, a lui qui fut un porteur d'espoir dans un Nordeste à l’époque misérable .
Le Notre c'est Philippe ! pas de quoi en écrire trois lignes ...voila un an qu'il Pontifie et plusieurs FF.°. de mon entourage sont traduits devant la "Justice" obédientielle sur des chefs d'incrimination des plus fantaisistes comme "manquements à la délicatesse ... Propos irrévérencieux .." ce qui fait dire a cetains FF .°. de ma loge qu'en moins de 10 ans nous avons connu à la GLdF trois dérives :
une dérive religieuse
une dérive liberticide
une dérive punitive dans laquelle on aperçoit que l heure de la revanche a sonné contre tous les FF.+. qui par leurs écrits , leur opposition aux accords de Bâle ont fait capoter cette merveilleuse politique Obédientielle... Quid de la CMF ... Quid de cette idée réactionnaire,mais sublime pour les Dévots de la maison du REAA ... Tous ces FF risquent connaitre les foudres de la justice "Fraternelle ."
Vanitas , Vanitatis , omnia Vanitas
Il suffit d'une fois d'aller à une fête de l’ordre Écossais ou du 1er au 33eme ils sont tous la dans leurs plus beau atouts , avec nos pontifes aux décors resplendissants ,sourires carnassier aux lèvres pour comprendre que nous sommes en présence d'un faux ordre maçonnique et que la GLdF n'est qu'une façade du SCdF .
Tout ce que l'on vient de vivre, vient des étages supérieurs de la rue Puteau ;
Notre Philippe ,le petit pape n'est que le commis voyageur du Souverain Grand Commandeur Du Suprême conseil de France .
Pas de quoi Pontifier .
que nous propose t on aujourd'hui ?... rien , sinon une vision délétère de pureté rituelique , avec nouveau testament sur l’hôtel des serments ouvert au prologue de Jean " au commencement était la parole , la parole était en dieu , la parole était Dieu...." oui mes FF.°. aujourd'hui le Gadlu n'est plus un principe .. il est Dieu ...le tout contre notre liberté de conscience
alors mon très cher F Vabadus les conseils de surveillance ...non pas pour eux ...
Dans" le monde "je lisais un article intéressant qui devrait les faire réfléchir s'ils en sont capable ;
" l' histoire des luttes émancipatrices témoigne que la MIXITÉest une victoire contre la séparation:celle des hommes et des femmes ,des pauvres et des riches , ...celles des êtres de couleurs différentes et leur droit a former un couple "mixte" .A l'heure ou ces mixité sont remises en cause, notamment par les religions ,dans les établissement scolaires , les hôpitaux,les piscines ou les usages matrimoniaux, l'appel a soutenir un droit a la non mixité consonne avec les pouvoirs obscurantistes ..."
Réfléchir aujourd'hui a la mixité pour des chantiers très ouverts sur la société ,serait pour la GLdF une révolution formidable dont malheureusement ils ne sont pas capables .
"Sic transit Gloria mundi.."
Amen

Condorcet 11/05/2016 23:04

Depuis quelque temps l'exécutif de la GLDF qui n'a pas digéré son échec de l'appel de Bâle, et ce grâce à la vigilance de FF et de loges tente de se venger en ouvrant des procédures à l'encontre de FF soucieux de leur liberté comme celle de leurs loges.
Ce même exécutif si soucieux des règles se fait piquer nombre de données stockées sur un cloud par un site malveillant, et dont on apprend que les noms de FF se trouveraient en pâture dans le grand public après la divulgation de documents par ce site. Il se trouve qu'il semblerait que ce stockage ce soit fait sans l'aval des FF concernés, et surtout sans que la Commission Informatique et liberté ait été saisie du problème, ce qui pourtant semble obligatoire.
Je me pose la question avant de jouer les juristes pères fouettards à l'encontre de FF libertaires dans le bon sens du terme, les dignitaires de la GLDF ne devraient t'ils pas prendre quelques cours de droit avant de prétendre aux fonctions qu'ils occupent? Cela leur éviterait des ennuis judiciaires à venir.

Stephane 11/05/2016 10:58

MTCS, MTCF

L'article ne manque pas de pertinence. Néanmoins, le système du conseil de surveillance a une limite qui est du déplacement du pouvoir. Si des personnes souhaitent arriver au sommet de ce qu'il croit être une hiérarchie, les institutions annexes les contrôlant seront également gangrénées par les mêmes dérives.

Sans vouloir être défaitiste, je pense que ce système n'aura de fin que lorsque la majorité des maçons seront dans des loges libres et indépendantes.

L'absence de dialogue est assez patent. Je m'interrogeai sur le pourquoi de l'absence de possibilité de visite des soeurs dans notre obédience (GLTSO) alors qu'une fois par an nous faisons une tenue interobédentielle mixte où elles sont admises en qualité de "visiteurs."

La réponse qui m'a été fournie est l'équivalent du "parce que" que l'on donne aux enfants, ajoutant par ailleurs que si je n'étais pas satisfait de cette situation, il y avait suffisamment d'obédience en France pour répondre à ma question.

Après quelques semaines de recherches où je constate que la position énoncée par Anderson lui était personnelle et ne repose sur aucun fondement spirituel, historique ou ésotérique, je suis assez choqué d'une réponse aussi brutale. D'autant plus que si je visite moi-même les "soeurs", je ne vois pas pourquoi la réciprocité n'existerait pas. C'est bien sûr un autre débât que celui du billet évoqué ci-dessus, néanmoins, cette question nous sommes de nombreux frères à nous la poser dans cette obédience. La réponse semble être que ce débât n'est pas, et ne sera pas prêt d'être à l'ordre du jour. Personnellement, hormis cette "étrangeté" sur la visite des femmes, je n'ai pas de ressenti à l'égard de la GLTSO et ne souhaite pas la quitter.

Dans tous les cas, le conseil de surveillance est une solution importée des pays anglo-saxon pour lesquels les règles de gouvernance des entreprises sont très différentes de notre droit des sociétés. Les fondements culturels et juridiques sont très différents. Outre les dérives potentielles que j'ai signalées plus haut, ça ne me paraît pas importable dans notre système.

Mais puisqu'on croît que tout ce qui vient des pays anglosaxons est bon, je pense que cette idée fera longtemps son chemin (il n'y a qu'à voir le nombre de thèse en droit réalisées ces dernières années sur la gouvernance d'entreprise).

J'ai écrit.

Pinprenelle 11/05/2016 18:35

Tout à fait d'accord !
Il faut oser une analyse plus profonde partant des regeles de base da la FM : des FM dans des loges ... ni sauvages, ni libres.
Que leur manque-t-il ?
Une fois identifiés les besoins réels (des loges, pas d'organismes supérieurs) on pourra mieux y apporter.des reponses.
Mais justement, du côté des obediences établies,beaucoup n'en veulent surtout pas! Il savent fort bien que 90 % de leurs activités ne sont pas pour repondre à ce besoins ou sont facilement substituables par des dispositifs electroniques.