Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

La Journée Internationale de la Diversité Culturelle (21 mai).

logo du festival de 2011.
logo du festival de 2011.

Depuis 2001, une journée internationale pour la Diversité Culturelle est fixée le 21 mai. Elle a pour objet de réconcilier les différences culturelles pour un « mieux vivre ensemble », expression usitée aussi dans le cadre la laïcité. Il faut reconnaître que cela y ressemble, au moins sur un de ses principes philosophiques.

En 2011, cette journée a donné lieu à une campagne afin de sensibiliser à l’importance du dialogue interculturel et à l’inclusion.

Il existe deux modèles, aujourd’hui, le modèle anglo-saxon, qui est considéré comme « communautariste », laissant une large autonomie aux communautés religieuses. La seconde est française, dite laïque, considérée comme individualiste et qui laisse le dialogue au sein de la neutralité de l’état.

Il y a néanmoins plusieurs sources de diversité culturelle au sein d’un même territoire. Ce qui est appelé aujourd’hui le « régionalisme », qui s’oppose à une culture nationale dominante (ou la renforce), apportant une diversité interne. L’autre source est, bien sûr, lié à l’immigration. L’individu ne peut, en effet, se détacher de la culture qui a forgé son identité.

Organiser au sein d’un même état, dont la tendance naturelle serait d’uniformiser ce culturel, une diversité par l’art et la culture, est une gageure qui nécessite une réflexion de fond. Qu’est-ce la culture pour celles et ceux qui n’en ont pas ou qui s’en détournent ?

La franc-maçonnerie est une culture – on pourrait dire une sous-culture – avec son histoire, la diffusion (surtout par le passé) d’une forme d’art, et ce qui constitue la « communauté » des francs-maçons, un ensemble d’enjeux de valeurs et de principes, comme un langage qui lui est spécifique. Elle entre, ainsi, dans la même catégorie que des cultures plus populaires ou régionales. Fait curieux, sont rares les francs-maçons qui ont le sentiment de développer une sous-culture au même titre que les jeunes des cités ou les dessinateurs de BD. Voir même, bien des frères et des sœurs ne souhaitent pas « faire de la franc-maçonnerie culturelle », préférant y voir un peu plus. Pourtant, n’est-ce pas dans la culture et uniquement grâce à elle que se trouve ce « un peu plus » ? Que l’on dépasse le matériel pour nourrir l’esprit ?

La diversité culturelle apporte cette mosaïque nécessaire, une nourriture colorée pour tous les esprits ayant soif de savoir et d’aimer l’humanité.

La Journée Internationale de la Diversité Culturelle (21 mai).

Pour aller plus loin sur la diversité culturelle :

Delruelle Edouard. Diversité culturelle. In: Quaderni, n°63, Printemps 2007. Nouveaux mots du pouvoir : fragments d'un abécédaire. pp. 36-37. DOI : 10.3406/quad.2007.1769 www.persee.fr/doc/quad_0987-1381_2007_num_63_1_1769

NÉGRIER, Emmanuel: «Le diversité, nouveau paradigme des politiques culturelles? Une comparaison européenne». Revista de Investigaciones Políticas y Sociológicas (RIPS), vol. 7, nº 1 (2008): pp. 95-110. ISSN 1577-239X

Partager cet article

Commenter cet article

evygold 21/05/2016 07:56

La maçonne bonjour
voilà, enfin, depuis longtemps, un article intéressant où les valeurs de la maçonnerie sont interrogées... Je dois reconnaître que les pérégrinations des sœurs en conflits me barbent un peu à la longue... je comprends qu'il faut dénoncer les écarts de certains... mais bon, voilà, revenons en si vous le voulez bien au fond, les valeurs du vivre ensemble que nous cherchons dans un obscurité de plus en plus dense...
fraternellement
Une maçonne qui cherche.

La Maçonne 21/05/2016 09:25

Merci Evygold, c'est un impromptu. Un petit article qui mériterait une réflexion plus large.
J'ai sur le feu un article en gros sur Hiram versus Bernadette Soubirous et un autre sur la Glamf versus pérégrinations des frères en conflit (gronde pas, c'est barbant mais si cela peut aider.....)