Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Etre transgressif en franc-maçonnerie (et dans la vie)

Alexander Deineka - Jeune femme au livre, 1934
Alexander Deineka - Jeune femme au livre, 1934

Etre transgressif en franc-maçonnerie pose plusieurs problèmes :

  • on ne peut transgresser les textes de sa constitution, du moment qu'ils respectent les droits universels et les lois de son pays,

  • par contre, la transgression est un devoir.

La transgression reflète surtout un désaccord plus ou moins profond avec une idée et/ou opinion commune, comme elle peut être une attitude. La transgression permet de développer, voir de tester des « idées nouvelles » si chères aux francs-maçons. Idées nouvelles qui, hélas, sont peu nombreuses. Est-ce à dire que les francs-maçons ne sont pas (assez) transgressifs ?

Pourtant, c'est la transgression qui ouvre à la modernité et lui donne toute sa saveur.

« Pour qu'il y ait transgression, il faut que l'acte soit intentionnel, qu'il soit porteur de sens, et risqué. » explique Georges Balandier, anthropologue.

Sauf que voilà, courir des risques, ben c'est risqué. On préfère de loin le petit confort de son petit quotidien dans sa petite vie. Non pas que je n'aime pas ce qui est petit. J'ai moi même un petit chez-moi et ma petite zone de confort (surtout le dimanche). Cependant, dans le domaine de l'idée, le risque n'est pas tout à fait faire du saut à l'élastique. La véritable transgression, celle qui est porteuse de sens, est la remise en cause d'un ordre moral.

La franc-maçonnerie sépare deux mondes : le profane du sacré. Le profane est bien ce petit quotidien, ce qui structure nos sociétés, comme nos lois.

Le sacré est représenté par les valeurs que nos rites et notre culture véhiculent. Or, le rituel n'a pas une unique signification. Il possède plusieurs commentaires possibles comme analyses, bien qu'il puisse avoir une structure classique paraissant ancestrale. La transgression est de remettre en cause, sans cesse, ces contenus rappelés au sacré afin de créer de nouvelles valeurs ou redéfinir le contour de celles existantes, de les ouvrir à la modernité et à l'évolution d'une société. Le profane est tout autant la cause que le but du sacré. Le sacré n'a aucune utilité s'il n'a pas accès au profane – à moins de vouloir vivre au fond d'un monastère en ermite.

Pour être transgressif en franc-maçonnerie, il faut être symboliste. C'est-à-dire ne pas se contenter d'une signification toute faite – comme on sait en trouver partout – du symbole et du rituel. Le symbolisme est prendre le risque de remettre en cause la structure de sa pensée et avec elle, une partie de son existence. C'est effectivement un saut dans le vide et l'inconnu. Pour être transgressif, il faut que cela fasse sens. Forcément. Une transgression qui ne réclame pas de l'autre, comme de soi, une réflexion est vide et donc inutile. Une transgression serait aussi un acte volontaire et responsable. Remettre en cause pour juste remettre en cause, est en être resté à l'adolescence. Une maçonne, un maçon est acteur de sa pensée, comme de sa vie autant dans le profane que dans le sacré. C'est l'acte indépendant. Libre. La transgression – mais vous n'aviez pas besoin de moi pour le savoir – est bien un acte d'une femme (et cela peut être un homme) libre, détaché et indépendant.

La franc-maçonnerie est un reflet de notre société – son miroir – Notre société, si elle est complexe, s'est durcie. Les extrémismes politiques et religieux prennent la place se présentant comme les nouveaux idéologues, porteurs de sens. Ils présentent un visage de fausse-transgression, voulant revenir à un ordre moral passé. La transgression n'est pas la nostalgie du passé mais le désir de l'avenir. Ainsi, être transgressif en franc-maçonnerie est devenu de plus en plus difficile ; c'est paraître à contre-courant constamment, revenir au chaos sans cesse, renaître toutes les deux minutes. La franc-maçonnerie, actuellement en crise d'identité, semble de moins en moins en être capable et, pire encore, le supporter. La transgression est pourtant être créateur.

 il faut avoir du chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse

Friedrich Wilhelm Nietzsche (15 octobre 1844 - 25 août 1900)

Partager cet article

Commenter cet article

Armanjac 23/07/2016 12:50

Très bien, j'approuve adonffffffffffff .Merci!

Frédéric 20/06/2016 23:48

La transgression est une provocation porteuse de séduction et de conflit.
En elle-même, elle ne dit rien de son auteur.
Elle participe à un spectacle.
Au mieux, un outil circonstanciel raisonné.

La Maçonne 18/06/2016 12:36

Zut! Suite à une fausse manœuvre j'ai supprimé un commentaire de duterroir voulant supprimer deux commentaires de marabout ....

JPB 18/06/2016 11:34

Effectivement transgressons si nous en avons l'irrepréssible envie, mais à partir de quoi et vers quoi? La maçonnerie française offre une infinité de variantes . En créer une autre? Désolé, mais je trouve qu'il y a un certain formalisme à convoquer l'anthropologie générale pour gérer des difficultés particulières..

Condorcet 16/06/2016 09:00

Excellent article, mais comment faire comprendre à ceux qui se prétendent les représentants d'un ordre immuable que la forme n'est pas le fond, et que sans modifier le fond ils se condamnent à disparaitre. Un siècle, deux siècle, ce n'est rien à l'échelle de l'histoire, Partout la maçonnerie est en recul -sauf dans certaines obédiences adogmatiques - à qui la faute?

Jean-François GUERRY 16/06/2016 07:16

Bonjour
Transgresser c'est peut être oublier tout ce que l'on a appris ou reçu et partir à nouveau à la recherche de la connaissance. Transgresser c'est oublier la morale certes mais pas le sens moral et encore moins l'éthique qui est du ressort de l'individuel. La morale porte sens dans une société déterminée elle a ses limites en dehors de l'ordre social. L'éthique de l'individu contient en elle la transgression.
JFG

Bilboquet 16/06/2016 11:49

Tout-à-fait d'accord, mais pas n'importe comment ! Il faut garder ce qui est construit sur des bases très solides ... car éprouvées ! Autrement cela devient du n'importe quoi !