Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Joseph Haydn : un Maître de chapelle, franc-maçon

Joseph Haydn : un Maître de chapelle, franc-maçon

Joseph Haydn, mort en 1809, les œuvres spécifiquement maçonniques sont plus difficiles à trouver car il n'y en a sûrement pas qui puissent être considérées comme telle à strictement parler.

Fils d'un charron, il devint enfant de choeur dans la cathédrale de Vienne, avec le compositeur Georg Reutter, qui nous laissa 700 œuvres. Cependant, sa voix muant (à l'âge de 16 ans), il fut chassé de la chorale. Il vécut en donnant des cours de chants et de musique, durant plusieurs années, composant quelques morceaux. En 1753-54, il fut engagé comme valet de chambre de Porpora avec lequel il apprit à composer. Dans les années 1760, Haydn compose environ 25 oeuvres, la plupart des symphonies dont la n° 22 en mi bémol majeur, Der Philosoph ; la n° 30 en do majeur, Alleluja ; La 31 en ré majeur Hornsignal ; ainsi que plusieurs concertos pour différents instruments. En 1772, il composa la Symphonie des adieux (n°45).

Engagé comme Maître de chapelle par Nicolas le Magnifique, il fut connu dans toute l'Europe. En 1790, Nicolas le Magnifique meurt. Anton, son fils, supprima la musique. Haydn conservera son titre de Maître de chapelle des Eszterhàzy. Il s'installa à Vienne, entreprit son voyage en Angleterre, avec Johan Peter Salomon. Il quitte Londres en juillet 1792 après avoir été honoré du titre de Doctor of Music honoris causa à Oxford où il a présenté sa Symphonie n° 92 en sol majeur, Oxford. Il rencontrera, certainement, à son retour Beethoven, dont il devint professeur. Sa dernière œuvre majeure fut « la Création » (1808).

En franc-maçonnerie.

Il rencontrera Mozart en 1784. Grâce à cette rencontre, il entra en Franc-maçonnerie en 1785. En 1786, il donne pour la loge (maçonnique) Olympique à Paris (où le chevalier de Saint-Georges est chef d'orchestre) ses six symphonies parisiennes, en réponse à une commande. Les oeuvres qui peuvent être considérées comme "maçonniques" sont certainement celles-là. 

Cette Société de concert est issue de la Loge et Société Olympique, une loge maçonnique de musiciens créée le 18 décembre 1782. Ces fondateurs étaient . le Fermier Général Charles Marin de La Haye des Fosses et le Comte Claude François Marie Rigoley d'Ogny. Le principal chef d'orchestre était le Chevalier Boulogne de Saint George. La société comptait 364 membres.

Cette société fut refondée, reprenant tout d'abord le nom d'origine. Malheureusement, le Comité National Olympique Sportif Français ouvrit un procès pour usage abusif du mot « Olympique » (je ne ferais aucun commentaire ! ). Cet orchestre décida ce mois de juin 2016 de s'appeler uniquement  "le Concert de la Loge"

Son objet est de reprendre l'ensemble de répertoire du 18ème siècle que la première société de concert commanda. Les oeuvres d'Haydn y ont toute leur place.

.

Les symphonies dites « parisiennes » sont les suivantes (suivant le classement Hokoben).

  • Symphonie n°83, en sol mineur, « La Poule » (1785)
  • Symphonie n°87 en la majeur (1785)
  • Symphonie n°85 en si bémol majeur, « La Reine » (1785-86), ainsi appelée parce qu'elle était appréciée de Marie-Antoinette d'Autriche. A savoir que Marie-Thérèse, impératrice et mère de Marie-Antoinette, a aussi sa symphonie, la n°48.
  • Symphonie n°82 en do majeur, « L’Ours » (1786)

  • Symphonie n°84 en mi bémol majeur (1786)
  • Symphonie n°86 en ré majeur (1786)

Le genre symphonique nécessitant des connaissances de spécialistes que je n'ai pas ne me permet pas de commenter ces morceaux.J'ai néanmoins une préférence pour les n°85 et 86.

L'oeuvre de Joseph Haydn qui est considérée comme maçonnique serait sa "la Création", sa dernière symphonie.

Joseph Haydn : un Maître de chapelle, franc-maçon

Partager cet article

Commenter cet article