Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

GLFF : la fable de Marie-Thérèse Besson

GLFF : la fable de Marie-Thérèse Besson

Les interviews que donnent les Grands Maîtres et Grandes Maîtresses ont pour but de promouvoir leurs obédiences. Beaucoup de soeurs et de frères (pour ne pas dire la majorité) ne les lisent pas, les parcourant d'un oeil distrait. Celle que je vais commenter concerne Marie-Thérèse Besson. C'est à regretter de n'avoir pas vérifié plus tôt ses propos.

Une enquête spéciale « la Maçonne » était sur le point de naître sous mon clavier.

Le titre de cet article est : « le projet de Besson (GLFF) : le recrutement ». Les sœurs de la GLFF en souriront – ou pas – car, à dire vrai, la vague de démission que traverse la GLFF fait que le recrutement n'est pas vraiment la priorité pour l'obédience.

Les jeunes femmes quittent, nouvellement « recrutées », le navire. Au regard de la tendance actuelle, on peut estimer que les démissions à fin 2016 dépasseront la barre des 1000. Une région (moins de 20 loges), à fin juin, affichait 18 démissions en 48 heures – c'est-à-dire les effectifs d'une loge. Mais bon, Marie-Thérèse Besson veut recruter …

Un passage a attiré mon intention plus particulièrement :

GLFF : la fable de Marie-Thérèse Besson

Avez-vous une expérience politique ?

Une seule, lors des dernières municipales de 2014. A Ecully (Rhône), où j’habite, je me suis retrouvée avec d’autres habitants critiques sur la gestion du maire UDI sortant. Nous avons été convaincus par un médecin qui montait une liste. Comme il était membre de l’UMP, c’est devenu une “liste UMP”, alors que seulement 2 des 32 candidats devaient être membres de ce parti. Après des négociations dans le cadre du Grand Lyon, la tête de liste a décidé, entre les deux tours, de tout arrêter, sans consulter ses colistiers. Par naïveté, nous avons été manipulés. Je me suis faite avoir. Cela ne se reproduira pas. Si je suis hostile à l’extrême droite, je suis ni de droite ni de gauche.

 

Si Marine Le Pen était présente au second tour de la présidentielle de 2017, la GLFF pourrait-elle, comme en 2002, appeler à faire barrage à l’extrême droite ?

Je ne sais pas. Je n’ai pas le souvenir de la prise de position de la GLFF en 2002. Une chose est sûre : nous ne prenons pas de position politique ou religieuse dans nos loges. C’est pour cela qu’en mars 2015, la GLFF n’a pas signé l’appel contre l’abstention : cela aurait constitué un parti pris politique.

 

Pour lire l'interview complet :  Blog "la Lumière" de F. Koch : "le projet de Besson (GLFF) : le recrutement"/

GLFF : la fable de Marie-Thérèse Besson

Le drôle de récit de Marie-Thérèse Besson.

Ce récit explique – mais on notera ses nombreuses ambiguïtés – que Marie-Thérèse Besson se dit trompée sur l'étiquette d'une liste électorale dans laquelle elle était colistière. Elle considère (d'où l'ambiguïté) que cette liste, du fait qu'il n'y avait que 2 membres de l'UMP ne devait pas être une « liste UMP ».

Cette liste s'engageait d'ailleurs contre un maire sortant UDI - centre droit. Si ma culture politique est suffisante, une liste UDI est une liste qui serait « ni de droite, ni de gauche » et « hostile à l'extrême droite ». Elle reproche aussi que la tête de liste, sans avoir consulté ses colistiers, a renoncé entre les deux tours. Elle se dit « naïve », « avoir été manipulée » - elle comme les autres colistiers. Menace ultime : « cela ne se reproduira pas ».

La politique Eculloise.

La liste en question s'appelait « Ecully en mouvement ». Sa tête de liste était Régis Blanc, médecin-psychiatre. Marie-Thérèse Besson était à la 10ème place pour un total de 31 membres, comme d'ailleurs on peut le constater sur sa publicité de campagne, mais aussi dans – afin que je ne sois pas accusée de ne pas savoir compter – dans la liste présentée dans un article du « Figaro » : liste 2014 : municipales Ecully

Marie-Thérèse Besson, bien que naïve et manipulée, bénéficiait donc d'une bonne place. Cette liste – comme d'ailleurs de nos jours toutes les listes en France – avait ouvert une page Facebook, pour afficher sa bonne parole sur les réseaux sociaux. Ceci à l'avantage de dater les publications et de permettre les vérifications nécessaires.

Ainsi, à la question : est-ce qu'il y avait tromperie sur l'étiquette de cette liste ? La réponse est « non ».

Dès octobre 2013*, soit le début de la campagne, « Ecully en mouvement » arborait un joli logo de l'UMP dans toutes ses publications.

Rien d'étonnant à cela. Les habitants d'Ecully ont voté à hauteur de 70% pour Nicolas Sarkozy au présidentielle. Il aurait été fâcheux qu'aucune liste UMP n'y existe. Le maire sortant porte l'étiquette UDI. Par ailleurs, Régis Blanc fut toujours un candidat UMP au même municipale. Il en est militant depuis 2002. En 2008, il était candidat à la mairie, investit par l'UMP dans une liste qui s'appelait aussi "Ecully en mouvement". (Source Tribune de Lyon)

Ecully, dés 2008, était surnommée comme le montre cet article en lien « Neuilly-sur-Saône » en référence au si bon résultat de Nicolas Sarkozy dans cette petite commune de 18000 habitants. Il n'y avait pas moins de trois listes de droite! (Source : "Régis Blanc; candidat officiel UMP pour Ecully en 2008). Cette commune est bien plus souvent surnommée "Sarkoland".

Les habitants d'Ecully ont vu défilé sous leur porte : Sarkozy, alors qu'il était Ministre de l'Intérieur, Guéant, Fillon … et même Christine Boutin y a organisé ses universités d'été en 2011. Pourquoi cela ? Parce qu'à Ecully, ce que le commun des mortels ignore, est qu'il se trouve la sous-direction de la Police Technique et qu'une commune qui vote à hauteur de 70%, offrant le meilleur score à Sarkozy, mérite quelques visites.

L'étiquette de Régis Blanc était sans surprise, comme d'ailleurs la vie politique de cette commune. En quelques clics, elle se retrouve sans problème. C'est presque comme si nous y étions.

Comment Marie-Thérèse Besson peut prétendre avoir été manipulée. Que souhaite-elle cacher?

L'étiquette UMP de Régis Poncet n'étant un secret que pour Marie-Thérèse Besson, cette dernière aurait quelque chose de plus fâcheux à cacher que d'avoir parcourue les rues de sa commune pour distribuer des tracts. Je me suis donc penchée sur les soutiens politiques de Régis Blanc et de sa liste. L'un d'entre eux est Eric Poncet.

Qui est Eric Poncet dont voici le site pour les amateurs?

On trouve peu d'information à son sujet dans les journaux. Il semble qu'il ne soit qu'un politique local comme un autre. Il apparaît brièvement sur le site « Les Républicains » comme « référent en charge de l'élection présidentiel UMP pour le Rhône ». En gros, il a soutenu Nicolas Sarkozy activement.

Si j'avais été Régis Blanc, je me serais trouvé un soutien électoral un peu plus prestigieux au sein de l'UMP. Mais bon, cela n'empêche pas une vérité bien cruelle pour Marie-Thérèse Besson: l'investiture UMP de cette liste est, non seulement bien réelle, mais elle est aussi le pilier de toute sa communication. Ceci depuis le début de la campagne.

C'est bien ce qu'il a fait en ayant un "comité de soutien" de plus de 330 membres. La liste étant inaccessible, sa page Facebook (toujours ouverte) mentionne :

  • Patrice Verchere, député de notre circonscription et maire de Cours-la-Ville, UMP à l'époque "les Républucains" aujourd'hui (blog de Patrice Vechere) qui est du genre à s'être trompé du parti, reprenant allègrement des idées du Front National (contrôle aux frontières, emprisonnement des "fiches S", remise en cause du regroupement familial, etc).
  • Philippe Cochet, (blog de Philippe Cochet) député mais aussi (et surtout) président de la fédération "UMP du Rhône" qui s'appelle aujourd'hui Fédération des Républicains du Rhône/
  • Françoise Grossetête, députée européenne et conseillère régionale. Elle est membre du Parti Populaire Européen, qui est une "famille du centre droit politique, dont les racines remontent à l’histoire et la civilisation chrétienne du continent européen, et qui a agi en pionnier pour le projet européen depuis sa création" et, bien sûr, membre de l'UMP - les Républicains. Comme vous commencez à comprendre que tous les politiques ont un blog, elle a le sien aussi : ici
  • Dominique Nachury, députée du Rhône et vice-présidente du conseil régional qui n'a pas changé son logo UMP sur son blog.
  • Et on y trouve Philippe Meunier, député UMP, qui s'est fait remarqué pour avoir fait pleurer Cécile Duflot (une histoire de tweet contre le défilé du 14 juillet). Ce Philippe Meunier appartient à l'aile droit "la Droite Populaire" (c'est-à-dire la plus à droite dite aussi "droite décomplexée") des Républicains. On y retrouve Patrice Verchere, mais aussi Brigitte Baregès (plus connue des soeurs de la GLFF). Certains de ses membres flirtent sans complexe avec le Front National, y trouvant certainement une communauté d'esprit.

Ainsi, si la coloration de la liste de Marie-Thérèse Besson était bleue, on peut même se dire qu'elle était un peu trop bleue foncée, très proche du bleu "Marine". Rien n'y fait, ce n'est absolument pas ma couleur préférée. Tout ceci pour vous dire que, quoiqu'il en soit, c'était bien une liste UMP, reconnue comme telle dans le monde politique et que ses soutiens extérieurs ne naviguent nullement "à gauche".

https://www.facebook.com/regisblanc2014/
https://www.facebook.com/regisblanc2014/

Le programme de la liste de Régis Blanc est une seconde piste.

En sus d'être ennuyeux comme la pluie, il est bien à droite - et même en droite ligne d'une petite bourgeoisie bien pensante et frustrée. La thématique sécuritaire est en pôle position. Les habitants d'Ecully ne peuvent voter que pour celui qui posera le plus de caméras de surveillance et embauchera le plus de policiers municipaux. Chômage, emplois, crise du logement, précarité, impôts (locaux), ne sont pas abordés …

Lorsque l'on voit celui de son adversaire, je ne peux soupçonner qu'une chose : Régis Blanc a tout misé sur son petit logo UMP. Après tout, nous sommes à Sarkoland.

GLFF : la fable de Marie-Thérèse Besson

Ne pouvant ignorer l'investiture à l'UMP, dont Régis Blanc, tête de liste, s'en faisait une gloire, Marie-Thérèse Besson fait de cette expérience politique un récit qui met le doute uniquement sur ses intentions à elle.

Sans même le logo UMP, toute personne ,qui a une culture politique minimale, ne peut que se douter en lisant le programme de son orientation bien "à droite".

Expliquer par ailleurs qu'elle s'est sentie trahie parce que seulement deux colistiers étaient membres de l'UMP à un journaliste comme François Koch, est caricatural de quelqu'un qui se perds dans des explications sans queue ni tête.

Ce n'est pas une liste qui est investit par un parti politique, mais sa tête de liste. Par ailleurs, si elle remet en cause ce principe - ce dont elle a le droit de faire - pourquoi s'y trouver à la 10ème place? Son explication ne tient pas la route ...

GLFF : la fable de Marie-Thérèse Besson
https://www.facebook.com/regisblanc2014/
https://www.facebook.com/regisblanc2014/

Trahie par Régis Blanc?

La deuxième partie du récit de Marie-Thérèse Besson est d'expliquer que la tête de liste a jeté l'éponge sans consulter ses colistiers. Il faudrait savoir ce qu'elle veut : au début elle explique qu'elle n'est pas en accord avec l'étiquette de sa liste, ensuite elle regrette que Régis Blanc décide d'arrêter la campagne après le 1er tour.

Ceci est mieux documenté. Il faut croire que Régis Blanc a intéressé les journalistes que ce jour-là. Sur la page facebook de « Ecully en Mouvement », on trouve encore « le communiqué des colistiers » et non pas "le communiqué de Régis Blanc", faisant d'ors et déjà mentir Marie-Thérèse Besson sur ce point.

Il n'y a rien qui puisse permettre de penser que Régis Blanc a mis ses compagnons devant le fait accompli. Ils étaient 31 au total : cela aurait fait plus de bruit que cela si cela avait été le cas. Il n'y a rien ... aucune trace pas même dans un vague blog politique qui puisse permettre de corroborer les allégations de Marie-Thérèse Besson. Aucune allusion dans aucun article.

La seule polémique sur cet abandon entre les deux tours est que Régis Blanc fut soupçonné d'avoir organisé une "primaire à droite". Régis Blanc était parti pour gagner. Or, les résultats d'Ecully en Mouvement au premier tour furent de 34,23% contre 44,53% pour le maire sortant, Yves-Marie Uhlrich (UDI). Quant au PS, cela n'étonnera personne, qu'il n'ait obtenu que 15,92% (ce qui est finalement pas un score si minable à Sarkoland).

Après un rapide calcul, "Ecully en mouvement" n'avait aucune chance de gagner. Le communiqué et donc les colistiers, ce qui signifie Marie-Thérèse Besson, considèrent qu'une alliance avec la PS serait "contre nature" ! C'est toujours bon à savoir pour l'avenir de la GLFF.

https://www.facebook.com/regisblanc2014/
https://www.facebook.com/regisblanc2014/

Pourquoi Marie-Thérèse Besson s'est permise de raconter une telle fable?

La réponse se trouve dans l'interview elle-même. Alors qu'elle se dit « ni à droite, ni à gauche », elle a bien choisi une étiquette politique en toute connaissance de cause, avec un programme qui ne laisse aucun doute sur sa nature, dans une commune plutôt bien marquée à droite, contre un maire sortant UDI, c'est-à-dire "centre droit"

Si quelqu'un fut trompé, ce n'est pas Marie-Thérèse Besson, mais les sœurs et les loges de la GLFF. Ces dernières en tireront leurs propres conclusions. Ce n'est pas tant l'étiquette UMP qui est remis en cause : mais de faire de cet engagement un récit fantaisiste que rien ne vient corroborer.

Cela en dit long sur la personnalité de Marie-Thérèse Besson. Cela marque, aussi, une étape importante pour la GLFF : une droitisation de celle-ci, une droitisation cachée aux soeurs de la GLFF.

Marie-Thérèse Besson n'assume pas ses engagements. C'est la seule chose un peu gentille que l'on pourrait dire. Or, elle est aujourd'hui Grande Maîtresse d'une obédience féminine. Comment peut-on envisager qu'elle y assume une seule prise de position qui contrarierait sa sensibilité politique? On peut aussi se demander si elle est capable d'assumer ses décisions dans le cadre de sa mission. J'ai personnellement, en connaissance de cause, une opinion sur ces questions cruciales.

Lorsqu'on la voit, cheveux au vent, pantalon rouge, sur cette photo datée de mars 2014, parcourant les rues soignées de sa commune pour distribuer des tracts, portant ce petit logo UMP, tout en prenant la tête du petit cortège, on ne peut dire qu'elle paraît le faire contre sa volonté … ni qu'elle est naïve, ni qu'elle a été dupée.

Après tout, elle habite Sarkoland, non ?

Une GLFF incapable de prendre position contre l'extrême-droite?

C'est aussi ce qu'elle prétend dans cette interview ... La GLFF aurait signé, sans aucune discussion, un appel pour ne pas voter le Front National. A l'époque, j'en avais fait un article. Le communiqué en question évoquait uniquement l'abstentionnisme.

La GLFF sait très bien prendre position … et il ne faut pas remonter à 2002 pour en trouver la trace comme elle le fait. Ce Communiqué de la GLFF en est la preuve.

Du moins, elle savait le faire avant que Marie-Thérèse Besson soit élue à la Grande Maîtrise. Dans son monde fabuleux, maintenant rien n'est moins sûr.

GLFF : la fable de Marie-Thérèse Besson

*Comme plusieurs sources peuvent être nécessaire, lire aussi : blog de M Forissier : les candidats UMP en ordre de marche/ - article daté d'octobre 2013 - 

La vie politique de cette commune fut d'ailleurs mouvementée depuis 2008. Ainsi, on trouve la trace dans un  article de "Lyon People" de novembre 2013, d'un de ses épisodes (suite à la démission d'un adjoint au maire) qui indique d'ors et déjà l'étiquette de Régis Blanc en prévision de la future campagne électorale. En décembre 2013, cet adjoint au finance rejoignait la liste de Régis Blanc. 

Pour la photo (la petite tête qui dépasse et le joli logo UMP) : le Progrès : Régis Blanc présente sa liste et plaide pour le renouveau

Nicolas Sarkozy : Ministère de l'Intérieur : déplacement de Nicolas Sarkozy et Déplacement d'autres personnalités à Ecully

Christine Boutin : France Catholique : Christine Boutin, universités d'été

"Ecully en mouvement" jette l'éponge : Lyon people : municipales Ecully

Article Wikipedia : droite populaire

Partager cet article

Commenter cet article

Frédéric 12/09/2016 17:22

Mme Besson, tout UMPiste qu'elle a été, s'en va honorer Louise Michel !
Hihi !
http://www.jlturbet.net/2016/04/glff-hommage-a-louise-michel-le-1er-mai-2016-a-15-h-a-levallois-perret.html

xm 12/09/2016 20:19

Remarquez mes TCF et TCS, c'est du pareil au même quand dans le profane des partis se revendiquant de gauche font la politique économique de la droite la plus dure.

Les travers du profane envahissent la Maçonnerie.

La Maçonne 12/09/2016 17:32

C'est bien là, le problème. Rien n'interdit Besson d'avoir ses opinions politiques, mais elle se devait les indiquer clairement aux soeurs lors de son élection ... afin que le convent puisse faire des choix en tout connaissance de cause.
Car comme tu le remarques, cela devient du grand n'importe quoi ...

xm 10/09/2016 14:40

Les paroles de la chanson sont bien en accord avec le fonctionnement de certaines obédiences comme fade tout Gray de Visage mais cela a été déjà fait sur le blog.

uneSoeur 10/09/2016 14:37

Bonjour,
@valérie : Lors du convent 2015 de la GLMF, le GM pleurait....., sais-tu pourquoi ? : il descendait de charge.....ce doit être terrible, effectivement d'être GM.......
Ah ! la mégalomanie !
Frat:.

Valérie 10/09/2016 14:02

Ma soeur "la Maçonne",
Ce que tu racontes dans ton article me fait honte d'être membre moi-même honte de la GLFF. Comment une GM peut mentir ainsi? La GLFF est tombée bien bas.
On murmure que Besson n'est pas très appréciée. Des soeurs sont revenues choquées par son comportement lors de la dernière TGL. Elle est dite hautaine et imbus d'elle même. Elle a été désagréable.
L'ambiance lors du convent est présentée par des députées comme lourde et pesante. Son mot d'ouverture était plat. Elle n'a aucun projet ... à part poser pour des photos.
Il est temps d'ouvrir les yeux !

Gaïus 11/09/2016 15:57

Yvette*, reviens vite, elles sont devenues folles...
Yvette Roudy, bien sûr !

broderskab 10/09/2016 07:06

J'ai tjrs été étonné quand on dit "telle obédience a pris position pour ou contre tel parti"; car qui a pris position ? surement pas l'ensemble des SS ou des FF de l'Obédience! Quand on dit qu'une obédience a pris position, c'est l'opinion du GM, à la grande rigueur du Conseil Fédéral, mais ça n'est surement pas le reflet de tous ! Les FM peuvent prendre position publique pour des valeurs mais pas des politiques

La Maçonne 10/09/2016 10:13

C'est, en effet, vrai, Broderskab. Les prises de position des obédiences ne changent pas grand chose dans le monde politique. Néanmoins, notre sensibilité commune ne nous font difficilement accepter des positions contraire à nos valeurs....