Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

GLDF : Du discours à l'interview de Charuel.

Pour une obédience qui se veut discrète, bien supérieure à toutes en « spiritualité », les interviews intempestives de Philippe Charuel, actuel Grand Maître de la GLDF, sont autant de surprises que sources de polémiques.

C'est le blog hiram.be qui nous propose la dernière en date et connue à ce jour. A en lire, les commentaires, si le but de Philippe Charuel était de convaincre les frères de la GLDF d'un bon fonctionnement de l'obédience, c'est raté – on dira même qu'il a surtout convaincu comme son homologue Alain Juillet, sur le même blog, de tout le contraire. A ce train-là, je vais même finir par embrasser Géplu pour nous fournir de tels moments de lecture !

Il y a quelques temps, déjà, j'ai reçu le discours (pour les Congrès) de Philippe Charuel d'un mystérieux inconnu. Vous pouvez retrouver le texte complet ci-dessous. Ainsi, munie à la fois d'un discours et d'une interview, mon esprit d'analyse bien éveillée, l'oeil rond et à moitié amusée, je souhaite vous offrir une première réflexion «à ma façon ». En effet, si les commentaires concernant l'interview de Philippe Charuel sont si négatifs, c'est parce qu'il existe un discours – connu de tous les frères de la GLDF (ou presque) - qui dit le contraire. 

Les effectifs de la GLDF. 

Grâce à Philippe Charuel  – explique-t-il – les effectifs de la GLDF auraient augmentés et même rajeunis ! Il explique aussi dans ce discours ceci : « L’effectif réel de la Grande Loge de France n’est passé en 2 années que de 30639 à 31316 pour, à ce jour, 903 Loges, soit un effectif moyen de 35 Frères par Atelier. Si nous pouvons constater un dynamisme exceptionnel au sein de certaines Loges, d’autres, en revanche, stagnent voire régressent de manière inquiétante. »

De savoir que des loges stagnent (en effectif) n'est pas le plus important, mais les deux chiffres qu'il indique causent quelques difficultés de compréhension. 

En 2015, il n'y avait que 30639 frères alors qu'il était déjà annoncé 34000 frères … et deux ans plus tard, il y aurait 31316 frères – soit une augmentation sensible des effectifs – mais qui n'explique pas comment et pourquoi, il déclare à la question de Géplu :

« On m’a dit que la Grande loge de France avait perdu 3 000 membres ces deux dernières années. Est-ce exact ?  - Non, c’est complètement idiot. On n’a fait que progresser, il n’y a pas eu une perte une seule année. Depuis plus de 30 ans, on n’a fait que monter. Lorsque j’ai été initié il y a 32 ans on était 14 000, on est aujourd’hui 34 000. »

Que là-dessus, parce que cette perte d'effectif de 3000 membres en moins, a obligé le trésorier de quémander 30€ par frère pour remplir un « fond de dotation », jugé par ailleurs quelque peu « obscur », a pour don d'énerver même les plus calmes.  Le discours adressé aux frères de la GLDF n'est pas, pourtant, si "optimiste " que son interview,  arguant la nécessité d'une communication moderne, de colloques et de conférences dont celles destinées aux « jeunes » pour recruter. Alors pas de problème d'effectif ? 

Cet écart que l'on veut attribuer à des "affiliations" (il n'y aurait que 3000 frères qui participeraient et seraient membres de plusieurs obédiences?) alors qu'auparavant, il s'agissait d'un effectif "réel", montre bien que, depuis des années, la GLDF a monté une "histoire". Soit, en effet, elle a perdu 3000 membres en quelques années. Soit elle a passé la barre des 30 000 membres que depuis 2015 ... et que les effectifs ont toujours été "gonflés". 

Philippe Charuel confirme (à nouveau) que les colloques « pour la jeunesse » fonctionnent bien dans son interview sur le blog hiram.be. « C’est la thématique centrale de ce cycle de colloques que nous avons initié dès le 2 avril dernier au Palais Brongniart à Paris. Le deuxième aura lieu le 4 mars à Lille, puis il y aura Marseille en novembre, etc. On a monté ça avec nos soeurs de la Grande Loge Féminine de France, car nous voulions avoir une représentation de la société hommes et femmes côte à côte, avec deux sensibilités assez différentes, et ça marche bien. Dans ces colloques 95 % des assistants ont moins de 30 ans. C’est l’occasion d’échanger et d’avancer sur de nouvelles perspectives. »
 

Son discours destiné aux frères confirme bien que des colloques seront organisés à Marseille et à Lille – mais comment peut-il assurer qu'il y a plus de 95% des assistants de moins de 30 ans, alors que le premier, ayant eu lieu, a obtenu un résultat contraire ? S'il donne volontairement des chiffres à hiram.be, pourquoi ne pas les communiquer aux frères de son obédience? 

 

La GLDF et les autres. 

Le « Pôle de Tradition », s'il existe encore dans le cadre du discours de Philippe Charuel, imaginant livres, émissions publiques, etc – n'existe pas dans l'interview donné à hiram.be. Les frères de la GLDF ont appris :

« Abordons maintenant, si vous en êtes d’accord le « Pôle Tradition » qui, sur les bases d’une ex CMF, s’est créé. Nous en retirons comme point positif un rapprochement des Frères de la GLAMF et de la GLDF (14000 nouveaux Frères en relation fraternelles avec nous, sans que nous n’ayons renié quoi que ce soit de nos relations historiques, cela exigeait, il me semble, d’être souligné).
Les Frères de la GLTSO et les Soeurs de la GLFF nous ayant rejoints, il nous appartenait alors de réfléchir et de concevoir le projet d’une Franc-Maçonnerie de Tradition qui nous tient tous à coeur car elle est identitaire de ce que nous sommes tous, Frères et Soeurs de ces quatre obédiences.

Deux membres de chacune d’elles furent alors désignés par les Grands Maîtres et Grandes Maîtresses avec la dénomination de « sherpas ». De leurs diverses réunions, un projet vit le jour avec notamment comme objectif de créer une plateforme d’expression d’une Franc-Maçonnerie de Tradition q

Livre, colloques et même une émission de télévision, je veux bien. Cependant, les soeurs de la GLFF ignorent tout de la création d'un « sherpa » où elles seraient intégrées, ni même de savoir quelles soeurs furent désignées par la Grande Maîtresse de la GLFF, qui n'en a nullement avertit les loges de la GLFF.

 

En effet, la GLFF en tant qu'obédience démocratique ne peut « participer » à un « sherpa », qui a conclu à l'élaboration de livres, d'émissions télévisions et même d'organisations de colloques, sans vote du convent.

La nature même du projet risque être considéré par les soeurs de la GLFF comme non-pertinent, surtout avec deux obédiences sur trois avec lesquelles elle n'a aucun traité de reconnaissance. Seule la GLTSO en a signé un. Est-ce que les soeurs de la GLFF ont envie de se voir assimiler à ces deux obédiences, réfractaires autant à leur visite dans leurs tenues, qu'à reconnaître leur obédience et leur maçonnerie comme authentiques ?

A ce sujet, je souligne – non sans amusement – que Philippe Charuel a « organisé » des réunions entre les grands collèges des obédiences françaises pour parler non pas d'éventuels traités de reconnaissance – inexistants entre la GLDF et les obédiences en France – mais uniquement « la réactualisation des Conventions administratives et judiciaires qui nous lient ».

En toute simplicité. 

Il est, malgré tout, étonnant que Philippe Charuel (et cela pourrait être d'autres grands maîtres) s'évertue à communiquer sur les effectifs de l'obédience ou sur ses projets alors qu'il ne réussit pas à convaincre les frères de la GLDF en interne, préférant les mettre devant le fait accompli. Les piégeant, en somme. 

En effet, d'une omission à une autre, il a perdu ,depuis plusieurs mois, en crédibilité. Cette interview comme son discours montre que la GLDF est devenue une machine à communication.

Bigre ! La franc-maçonnerie du 21ème siècle va finir par ressembler à un blog maçonnique.

 


 

Discours du Grand Maître (Philippe Charuel, GLDF). 


C’est sans doute lorsque l’humanité traverse le plus d’affres et de drames, lorsque la folie semble avoir pris le dessus sur la raison chez un nombre grandissant d’hommes et de femmes, que le Franc-Maçon de Rite Ecossais Ancien et Accepté, que le Franc-Maçon de la Grande Loge de France, se doit, encore plus, d’envisager, d’entreprendre et de finaliser. Non pas pour conjurer le sort, encore moins pour se singulariser, mais tout simplement parce qu’il est un homme libre et éclairé.
Libre en conscience, libre de ses actes, libre face à toutes les formes de doctrines et homme éclairé donc homme de devoir, qui a accepté sereinement sa part de travail à l’émancipation progressive et pacifique de l’Humanité.
Nous avons, dès le mois de juin 6015, initié de nombreux projets. Certains ont déjà abouti, d’autres sont en cours et de nombreux autres encore ont pris naissance depuis cette date.
Il m’appartient de vous rappeler l’état d’avancement des premiers et de vous présenter les seconds.
En préalable, une photographie de notre maison, qu’il se doit de comparer avec celle réalisée lors de ma prise de fonction mi-juin 6015, laisse apparaître des éléments intéressants :
la moyenne d’âge des initiations est descendue de 50 à 40 ans. Les actions en direction de la jeunesse y ont fortement contribué (conférences, colloques, rencontres des étudiants en milieu universitaire, utilisation d’outils de communication modernes qui font partie intégrante du quotidien des couches de population les plus jeunes) ;
l’effectif réel de la Grande Loge de France n’est passé en 2 années que de 30639 à 31316 pour, à ce jour, 903 Loges, soit un effectif moyen de 35 Frères par Atelier. Si nous pouvons constater un dynamisme exceptionnel au sein de certaines Loges, d’autres, en revanche, stagnent voire régressent de manière inquiétante.

 

Nous remarquons, par ailleurs, que celles de nos Loges qui utilisent les moyens mis à leur disposition par l’Obédience (Conférences Publiques, actions de l’équipe de Communication, participation réelle aux Journées du Patrimoine, envoi des Frères Apprentis, Compagnons et Maîtres aux Journées qui leurs sont dévolues, etc...) se portent excellemment bien, alors que celles qui se tiennent à l’écart de la dynamique proposée ont souvent tendance à végéter.
 

Parlons donc si vous le voulez bien de notre communication :
Durant des décennies, nous avons entendu nos Frères se plaindre d’un manque d’extériorisation de la franc-maçonnerie de Tradition qui est la nôtre, toute à la fois Humaniste (l’Homme au centre de notre projet, de notre démarche) et Spiritualiste (cette spiritualité qui vient vivifier l’humanisme qui sans cela ne saurait rester qu’humanitaire).
Nos Frères du Grand Orient de France, dont nous respectons la démarche spécifique et l’engagement, ont toujours su communiquer sur leurs projets et actions à caractère essentiellement sociétal. Par notre absence, dont nous étions seuls responsables, la voix du Grand Orient apparaissait comme la voix de la Franc-Maçonnerie et notre spécificité demeurait souvent inconnue du monde profane.
Les nombreuses rencontres avec les représentants des divers médias (presse écrite, radiophonique, télévisuelle) nous permettent aujourd’hui une visibilité beaucoup plus forte. Les divers articles ou émissions réalisés en sont les constants témoignages. Il nous restera à continuer dans cette direction, de façon notamment à ce que notre démarche, progressivement, ne soit plus perçue comme sulfureuse, mais représente aux yeux du plus grand nombre une invitation dynamique à se transformer, pour ensuite pouvoir participer efficacement à la transformation émancipatrice du monde.

Le premier colloque Jeunesse qui s’est déroulé le 2 avril dernier au Palais Brongniart a été une réussite sur le plan de l’organisation et de la participation. Toutefois, nous en avons tiré quelques enseignements, notamment au niveau d’un timing plus adapté au rythme de vie de nos jeunes et des modifications notables seront apportées lors des deux prochains « Colloques Jeunesse », le 4 mars à Lille et le 25 novembre à Marseille. Des tables rondes autour de thématiques générales portant sur l’Amour ou le Dépassement de soi sont déjà envisagées avec la participation, entre-autres, de sportifs de haut niveau et de médaillés « Handisport » des derniers jeux de Rio.
Si la courbe de la moyenne d’âge de la GLDF est en train de baisser fortement, c’est surtout de notre avenir et de notre pérennité dont il est ici question.
Une fois encore, je vous encourage tous à organiser des conférences publiques. Nous avons en Grande Loge de France de nombreux et excellents conférenciers qui se mettront avec joie à votre service pour le rayonnement de notre maison.


Abordons maintenant, si vous en êtes d’accord le « Pôle Tradition » qui, sur les bases d’une ex CMF, s’est créé. Nous en retirons comme point positif un rapprochement des Frères de la GLAMF et de la GLDF (14000 nouveaux Frères en relation fraternelles avec nous, sans que nous n’ayons renié quoi que ce soit de nos relations historiques, cela exigeait, il me semble, d’être souligné).
Les Frères de la GLTSO et les Soeurs de la GLFF nous ayant rejoints, il nous appartenait alors de réfléchir et de concevoir le projet d’une Franc-Maçonnerie de Tradition qui nous tient tous à coeur car elle est identitaire de ce que nous sommes tous, Frères et Soeurs de ces quatre obédiences.

Deux membres de chacune d’elles furent alors désignés par les Grands Maîtres et Grandes Maîtresses avec la dénomination de « sherpas ». De leurs diverses réunions, un projet vit le jour avec notamment comme objectif de créer une plateforme d’expression d’une Franc-Maçonnerie de Tradition qui puisse faire entendre la voix des obédiences qui se reconnaissent en totalité ou en partie dans la famille spiritualiste et humaniste.
Avec une signature institutionnelle qui reste à définir, trois propositions d’action sont déjà en place :
un livre avec une contribution de chacune des quatre obédiences. La thématique de la Fraternité, de l’espérance, de l’Initiation aujourd’hui seront particulièrement développées au travers de nos spécificités respectives.
L’organisation de Colloques autour des diverses formes de spiritualités, tournés notamment vers la jeunesse avec participation en qualité d’intervenants de grands noms du monde de la philosophie, de la science et des religions. Ces colloques, précédés d’un tout premier qui ne rassemblera que les Francs-maçons afin que le décor soit posé, se dérouleront ensuite à tour de rôle dans des villes de fortes populations pour lesquelles chacune des obédiences fondatrices possèdent des Loges.
Enfin une émission de télévision « grand public » a été aussi envisagée.
Passons maintenant aux réunions inter-obédientielles des Grands Collèges que j’ai souhaité remettre en place et cela depuis une année. Nous rencontrons ainsi deux fois par an les Grands Officiers du GODF, de la GLFF, du DH et depuis peu de la GLTSO, de la GLAMF et prochainement sans doute de la GLNF.
Ces rencontres nous permettent de faire le point sur des sujets aussi variés que l’hébergement de nos Loges respectives, les éventuelles constructions de Temples en commun, la réactualisation des Conventions administratives et judiciaires qui nous lient, la conception de futurs projets relatifs à la Solidarité, à nos mutuelles protections face à des Frères ou Soeurs indélicats qui, par leurs comportements, pourraient fragiliser la Franc-Maçonnerie de France.


La Grande Loge de France ainsi, et dans l’esprit de notre retour il y aura bientôt une année au sein de l’IMF, affirme sa volonté d’être présente et rayonnante au coeur de cette Franc-Maçonnerie nationale.
Un mot concernant le projet de « La Maison de la Solidarité ». Si je dois reconnaître que les choses n’avancent pas aussi vite dans ce domaine que je l’espérais, des rencontres, notamment avec les Frères et Soeurs de Mathusalem, de Clarté et de la Poignée de Mains me redonnent bon espoir qu’une piste soit rapidement trouvée. Les travaux que Solidarité Jeunesse et L’Entraide Fraternelle mènent en commun autour des dossiers de Frères et de familles en difficultés sont les premiers signes forts par lesquels nous pouvons imaginer une « Cathédrale de la Fraternité » en se rappelant que les cathédrales ne furent pas construites en un jour.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

galinier 21/01/2017 16:36

La Glamf se développe, elle compte aujourd'hui 16000 Frères et non 14000. Nous espérons être dans 5 ou 6 ans 20000 frères. Bien à vous C.Galinier

cotisant 28/01/2017 20:29

bonne année claude , les années passent et se ressemblent !!
14000 , 16000 bientot 20000 FF a la GLAMF , avant c'était 50000 , puis 75000 avec la CMF , puis CMF devient , je ne sais pas bien quoi d'ailleurs , vous non plus je suppose , vous apprenez qu"elle n'existe plus dans sa forme initiale , puis démission de CB , DM arrive , et tout va bien madame la Marquise !!!!
je pense qu'avec tes amis , bientôt vous pourrez créer une obédience des FC , vous êtes tellement sincère

Lionel MAINE 20/01/2017 08:32

Avec tous ces Sherpas, ils vont finir par rencontrer le Yéti, principe créateur, aussi connu sous le nom de Gadlu !