Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Les avatars de Riandey : « Tais-toi et taille ! »

Vabadus revient cette semaine avec un article - dont il a le secret - faisant état des dérives dans les juridictions des hauts grades et leurs points communs pour toutes obédiences. 

Y-a-t-il une sorte de malédiction dans ces juridictions pour souffrir des mêmes problèmes? 

Vous vous souvenez peut-être de mon profilage du Grand Commandeur Charles Riandey qui, en 1964, tenta un putsch sur son obédience, la GLDF, et faillit la couler. Voici ce que j’en disais dans un article paru le 18 octobre 2016 sur ce blog sous le titre : "GLDF : un document historique inédit"

"MOI, Très Illustre Frère Riandey, Très Puissant Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil de France, QUI SUIS-JE ?

Moi, Charles Riandey T/P/S/G/C du SCDF je suis notoirement connu pour être antisémite ayant déclaré aux autorités policières sous l’Occupation: « J’ai combattu avec beaucoup d’autres, au prix de pénibles épreuves, l’envahissement de la maçonnerie par les Juifs. » (déclaration faite à l'inspecteur S. Moerschel)

Moi, Charles Riandey T/P/S/G/C du SCDF, catholique traditionaliste et pétainiste j’ai rencontré LAVAL avec le RP Jésuite Berteloot afin de lui présenter un projet de constitution d’une obédience maçonnique fondamentalement catholique et inféodée à Rome ; c’est Pétain qui refusa ce projet !

Moi, Charles Riandey T/P/S/G/C du SCDF j’ai tenté à plusieurs reprises un rapprochement idéologique et structurel avec la GLNF, le dernier conçu secrètement avec la GLNF, ayant échoué en 1964

Moi, Charles Riandey T/P/S/G/C du futur Suprême Conseil pour la France (SCPLF) souché sur la GLNF je me suis fait reinitié en quelques jours du 1er au 33ème degré du REAA

Moi, Charles Riandey T/P/S/G/C du SCPLF j’ai foutu un vrai bordel à la GLNF en voulant tout régenter et notamment en lançant une Commission pour réviser tous les rituels du 1er au 3ème degré

Moi, Illustre Frère Charles Riandey, Très Puissante Sordide Grande Crapule je reste profondément surpris d’avoir été réchauffé dans le sein de la GLDF de 1917 à 1965 !

Pourquoi revenir sur ce passé ?

Tout d’abord parce la revue Franc-Maçonnerie Magazine de janvier 2017 publie un article, voir ci-dessous, qui apporte des précisions sur les méfaits de cette crapule du SCDF sous Vichy.

Mais surtout parce qu’au début de ce siècle il faut s’alarmer sur le fait que les avatars de Riandey sont à l’oeuvre dans presque toutes les juridictions des hauts grades du REAA et cela fait des dégâts !

 

Les écossais & les jésuites : complices sous Vichy

 

On peut lire ci-dessous l’extrait de cet article de FM Magazine intitulé

« Quand francs-maçons et jésuites dialoguaient… sous Vichy »

(Lire l’article en intégralité dans le magazine, c’est édifiant !)

"Dans son livre « Histoire et causes d’un échec » paru en 1976 — éditions maçonniques de France — Johannis Corneloup, qui fut grand commandeur du grand collège des rites et membre du Grand Orient de France, raconte comment, à partir de 1943, il entreprit avec les frères Marcel Cauwel et Charles Riandey (1) de la Grande Loge de France, de réunir, sous une même bannière spiritualiste la Grande Loge et le Grand Orient, envisageant très sérieusement pour son obédience après la guerre, la réintégration du Grand Architecte de l’Univers, à laquelle, était favorable, selon Corneloup, l’ancien grand-maître Arthur Groussier.

Corneloup expose comment et pourquoi,, en raison selon lui de la duplicité de Charles Riandey, cette tentative de rapprochement ne put aboutir. Mais il relate aussi, comment il prit connaissance avec stupeur de documents qui lui furent remis après la mort de Marcel Cauwel : « Quand j’ouvris le pli, j’y trouvai […] des copies d’une correspondance échangée du 6 janvier 1942 au 19 février 1944 entre le R.P. Berteloot, S.J., d’une part et d’autre part Cauwel et Riandey. […]

[…] que le secret fut gardé envers moi de la reprise de pourparlers touchant directement la Maçonnerie pendant l’occupation, alors que nous discutions sur le même sujet, m’apparut comme un manque de confiance qui me fit tomber de haut. […]

[…] Je livre le fait aux réflexions de ceux qui considèrent comme invraisemblable l’existence d’une influence des Jésuites sur la Maçonnerie au XVIIIe siècle, surtout pour ce qui concerne les Hauts-Grades.

L’examen attentif des lettres montre que des pourparlers engagés entre Écossais et jésuites visaient un but autrement ambitieux que les conversations que, par exemple, Wirth, Lantoine et moi avions eues avant-guerre avec le R.P. Berteloot […] Il s’agissait maintenant d’une union des forces spirituelles poussée jusqu’à la collaboration entre Église Catholique et Franc-Maçonnerie (une phrase de Riandey contient même ces mots : « se fondre ».).

Et c’est au comble de la stupeur que Johannis Corneloup, après avoir pris connaissance des courriers échangés entre les frères Cauwel et Riandey d’une part et le R.P. Berteloot découvrit une note non signée portant des révélations aussi incroyables qu’authentiques dont il donne la teneur intégrale :

« Le suprême Conseil de la Grande Loge de France a conçu le projet de reconstruire en France une Maçonnerie d’État avec l’autorisation et l’appui des Pouvoirs publics de Vichy.

« Le projet a commencé à être mis à exécution dès octobre 1943.

 

NB : Par ailleurs dans ce FM Magazine vous trouverez un article intitulé « Jésuites et francs-maçons Les coulisses d’une relation trouble ».

 

Antidote : VÉNÉRABLE NOUS VOILÀ

Vénérable, nous voilà

Salut à toi et aux frères de loge


L'anarchie pour combat


Communards, nous marchons sur vos pas


Vénérable nous voilà


Fils d'Allais, de Léo et de Desproges


Fraternité et joie


Vénérable, vénérable, le voilà

 

La croix des assassins - Eric Giacometti et Jacques Ravenne

2017 : les avatars de Charles Riandey

 

Les "avatars" de Riandey de ce siècle correspondent à ce que décrivait Gil Garibal dans un article paru dans le Journal n°87 de la GLDF (extrait) :

« Chacun est libre de fréquenter une Église où il veut. Ouvrons donc nos temples, pas à tous ceux qui viennent y frapper mais aux personnes bien dans leur tête, au clair avec des croyances respectables, partant ni esclave de l'invisible, ni d'elles mêmes. Au moment où tant d'individus disent éprouver « un vide spirituel » demandons précisément à nos postulants ce qu'ils entendent par spiritualité, ce mot fourre-tout au final trompeur, voire dangereux quand il est chargé de contre-sens.

C'est ainsi l'homme est souvent dans ce qu'il cache: nous n'avons pas-et plus- à donner à ceux entre autres qui, rongés par le regret viennent chercher une religion privée ou de « substitution » pour compenser les avatars d'un parcours individuel. La tolérance est limitée par l'intolérance. Ce sont toujours des « dépossédés » qui insidieusement, au fil des degrés d'un rite qui n'est pas religieux, installent ou tentent d'installer un dogmatisme régressif et, attention parfois un parfum sectaire. Ce sont eux, qui dans leur psychorigidité en matière de croyance, nous feraient croire que la Tradition est un système figé, pétrifié, tourné vers un passé idyllique et synonyme de vérité. » « Pour que vive comme l'eau vive, la Franc-Maçonnerie! ».

 

Semblables à ces personnages falots et sans charisme des romans de Simenon, ils sont entrés en Maçonnerie pour trouver un moyen de compensation sociale. Ils ont découvert que le fait d’avoir bien ingéré l’enseignement du catéchisme à l’enfance pouvait les aider à bien ratiociner sur les Saintes Écritures et donc constituait un atout formidable dans la promotion scalaire du REAA. Ils font partie de cette minorité de Maçons atteints de cordonnite aigüe ayant choisi la voie royale de l’ambition dans les juridictions du REAA au fonctionnement non démocratique basé sur la cooptation des plus soumis. Ils sont parvenus au sommet du pouvoir et là ils sévissent !

Les démissions d'insoumis.

Afin de percevoir concrètement l’action de ces avatars de Riandey lire en premier cette note de démissionnaire du SCPLF diffusée le 26 aout 2011 sur le blog REAA 1802.

« Le R. E. A. A. est-il une secte ?Publié le 26 août 2011 par REAA 1802"

« Il y a deux ans, j'ai quitté les Hauts Grades du R.E.A.A. après en avoir été membre pendant une douzaine d'années. Maintenant, avec le temps, je regarde les choses avec calme. Lorsque j'ai pris la décision d'en partir, ce fut pour moi une incroyable libération. Tout choix, entraîne une décision qui une fois prise apporte une certaine satisfaction. Ensuite vient le temps de la réflexion. Le bilan n'est pas bon. Après mon départ, aucun frère ne s'est manifesté avec bienveillance. Aucun ! Mais où était passée la fraternité à laquelle je croyais bêtement ? Avaient-ils tous perdu les raisons mêmes de notre partage : l'Amour ? Et moi, j'avais quitté le groupe pour ne pas dire "La Secte" et j'étais devenu pour eux un traître, un étranger.

Leur"soumission absolue", leur"dévouement total aux dirigeants" s'exerçait sans faille ni humanité fraternelle. Bien sûr je me souvenais de la remarque d'un "Frère" lors de la présentation d'un travail d'augmentation de salaire par un autre : "Lorsqu'il sera passé par la moulinette de la normalisation, ça ira mieux, tu verras..."Intérieurement j'avais eu froid dans le dos et je me suis dit que "la déstabilisation mentale" allait beaucoup trop loin ! Ce "Frère" pensait donc que lui ou le "groupe de "Chevaliers" pouvaient apporter à ce Frère "la réponse à toutes les interrogations existentielles."Mais au préalable fallait-il encore qu'il"perde son esprit critique".

De certains Frères n'était due qu'a leur autonomie, leur intelligence, leur esprit critique et leur refus d'une aveuglante "soumission à l'autorité", telle qu'elle est parfaitement mise en lumière dans les travaux de Stanley Milgram.

Finalement, les Hauts Grades ne recherche pas les assassins d'Hiram mais ils souhaitent définitivement assassiner Hiram ! Et qui est Hiram ? Hiram, c'est vous ! Hiram, c'est nous ! Hiram c'est moi !

Oui, voilà ce que perpétue Les Hauts Grades du R.E.A.A. ! Ils veulent tuer l'enfant merveilleux que nous sommes tous ! Tuer et bannir toute bienveillance enchantée et enchanteresse de nos espaces sacrés ! Faire de nous ce que sont les 33° : des vieillards méchants, revanchards et hargneux. Eux qui sont arrivés là, exsangues et vaniteux. Ils sont là car ils ont avalé toutes les couleuvres que "leurs chefs" leur ont fait avaler ! C'est le signe distinctif d'une Secte. Seule le degré de servilité sert à distribuer les récompenses.

……………………………………………………………………………….

Je vous aime, que la joie soit dans nos coeurs ! »

Barbey Schröder

 

Lire ensuite la lettre de démission de ce Frère des Hauts Grades du REAA du GODF reproduite par la Maçonne le lundi 23 janvier 2017.

« Une brève analyse socio-politique où le concept de totalitarisme et de dictature sont exposés comme mode de la gouvernance pratiquée au sein de notre secteur. L'ordre est une structure comparable à celle de l'église catholique apostolique et romaine générant une gouvernance qui devient vite totalitaire, dictatoriale dans les mains de ceux qui n'ont pas le sens de la mesure, de la concorde et de la fraternité. L'Amour fraternel leur est inconnu tout autant que les apports du 18e grade : FOI, AMOUR, ESPERANCE ne sont que des mots qu'ils répètent, comme récitant le catéchisme par obligation du rituel, un peu comme à la messe, sans en comprendre véritablement le sens. Leur devise est sans doute : "si tu la ramènes, sauve toi, sinon je t'écrase, car c'est moi la vérité faite homme car je suis, ici et maintenant, le seul et unique représentant de notre Ordre, et si tu résistes, malheur à toi, car tu resteras sur les seules colonnes que je te réserve à vie".

Des témoignages figurant en commentaires sur le blog montrent que ce qui est critiqué par les démissionnaires est bien représentatif des situations évoquées ci-dessus pour les deux juridictions. Avec peu d’années d’écart on constate que c’est la même histoire que ces deux Frères racontent : enfants croyant au « merveilleux » promis par les sergents recruteurs ils ont découvert en se rapprochant du sommet de leur escalade qu’ils étaient adeptes d’une « secte » pour l’un et une sorte « d’Église catholique » pour l’autre. Ils ont été confrontés au pouvoir dictatorial de « grands prêtres » intégristes défenseurs d’un morceau de la vraie croix du REAA, membres inamovibles de Soviet Suprême du REAA.

Il leur était demandé à l’un est à l’autre d’être soumis

Ils ont choisi la Liberté plutôt que la soumission

 

Relire à ce sujet notre article "LIBERTÉ & SOUMISSION EN FRANC-MAÇONNERIE publié sur ce blog le 01/01/2017."

 

 

Les irradiations nocives des avatars de Riandey sur les obédiences. 

Je reprends ici une formule « les irradiations nocives « de Jean Verdun dans son libre « Rapsodie en bleue »

« Or chacun sait que toutes les crises vécues par la Grande Loge de France depuis cent ans sont nées des irradiations nocives de la Juridiction des hauts grades sur les loges bleues de la Grande Loge».

On ne va pas remettre le couvert sur tous les mauvais coups portés par le SCDF sur la GLDF, notamment en l’entrainant dans la « chimère anglo-saxonne « (Bâle- Reconnaissance GLUA).et sur l’ingérence du SCPLF instrumentalisant sa « créature « la GLAMF pour dézinguer la GLNF.

Tous ces évènements ont été bien relatés sur ce blog.

 

Mais le retentissement de ces ingérences des avatars de Riandey sur les obédiences se décrivent aussi dans la presse profane. Ainsi sur le blog "la Lumière", François Koch signalait dans un article sur le blog La Lumière le 25/04/2015 « Hauts-Grades francs-maçons : un casse-tête »

  1. le conflit provoqué par les hauts grades du REAA auprès de la Fédération Française du Droit Humain (FFDH ce qui fait dire au Président Melay « un tel comportement de la part de membres des plus hauts grades est de ceux conduisant certains de nos soeurs et frères à souhaiter l’éclatement entre les loges symboliques et les loges de hauts grades, ce que nous avons précisément cherché à éviter ».

  2. l’influence du Suprême Conseil sur la GLFF

François Koch rappelait également concernant la GLFF et la GLDF

« Dans ces deux obédiences, les rumeurs fusent sur l’influence du Suprême Conseil dans le choix du Grand Maître et de la Grande Maîtresse. »

L’article paru en 2015 ne pouvait noter le coup de force des hauts gradés du REAA de la GLAMF afin de s’emparer du pouvoir sur l’obédience en éjectant en 2016 le GM normalement élu mais qui avait le tort d’être du Rite Français !

Le point "sacrés hauts grades"

Dans un article du 05/02/2011, l’hebdomadaire pointe les tares de ces juridictions : "Dans les obédiences, les hauts grades ont toujours représenté un facteur de désordre, assure Marcel Laurent, Grand Maître de la Grande Loge des cultures et de la spiritualité (GLCS), une petite obédience qu'il a fondée en claquant la porte de la Grande Loge nationale française (GLNF), où il avait effectué tout le parcours menant au 33e degré. Ils sont souvent animés d'un complexe de supériorité qui les incite à vouloir tout régenter."

À la GLNF, il y a quelques années, le Grand Prieuré des Gaules, qui gère le Rite écossais rectifié, avait voulu faire sécession. À la Grande Loge de France, qui pratique exclusivement le REAA, le Suprême Conseil exerce une influence pesante sur le Conseil de l'ordre. C'est du moins ce qu'ont conclu des émissaires de la Grande Loge unie d'Angleterre (GLUA), lorsqu'ils ont voulu se rapprocher de cette obédience. Las des frasques de la GLNF, les frères de Londres, équivalent du Vatican pour la maçonnerie mondiale, avaient envisagé d'accorder leur label de "régularité" à la Grande Loge de France. Verdict : les hauts grades font la loi, ce qui est contraire aux usages anglais, très attachés aux trois premiers grades.

Au Grand Orient de France, les hauts grades râlent contre la liberté des loges d'initier ou non des femmes, votée lors du dernier convent, à l'été 2010, après des années de débats. Le Suprême Conseil du REAA s'est particulièrement illustré dans la résistance active. Fin 2010, son Suprême Commandeur, Jean-Robert Ragache, un ancien Grand Maître de l'obédience, a écrit à toutes ses ouailles pour leur signaler que la décision prise par le convent et confortée par le Conseil de l'ordre ne les concernait pas vraiment. Une lettre qui a beaucoup énervé les instances dirigeantes du GO, qui y ont vue tentative, de la part de ces francs-maçons de luxe, de conquérir leur autonomie. Preuve que les hauts grades n'exaspèrent pas seulement l'Église...

 

En résumé l’article évoque :

1°- l’imbécilité abyssale des avatars de Randy qui ont lancé la GLDF sur un radeau pour traverser la Manche vers Londres alors que la GLUA n’accordera JAMAIS la Reconnaissance à une GLDF où « les hauts grades font la loi, ce qui est contraire aux usages anglais, très attachés aux trois premiers grades. »

2°- les positions de réactionnaires, hors sol, du Suprême Conseil du REAA de la rue Cadet refusant la présence de soeurs adhérentes du GODF.

 

Quand on devient apprenti on apprend le signe d’ordre qui consiste à porter la main droite sous sa gorge quand on s’exprime, ce qui permet d’échapper à ses passions.

Je pense qu’un nouveau membre au 33ème du SC du REAA de Cadet devrait mettre sa main droite sur sa nuque afin d’empêcher son cerceau reptilien d’impulser ses pensées.

Tais-toi et taille ! 

J’ai relevé dans MOMASITE un texte d’un grand historien connu et reconnu qui retrace la chronique de la formule « Tais-toi et taille ! » que l’on applique à l’apprenti un peu trop curieux et qui vaut formule comminatoire d’obéissance absolue dans les hauts grades.

Voici un extrait. Vous pouvez retrouver l’histoire complète sur le site Momasite.com

« JP Bayard nous apprend dans " la Spiritualité de la Franc-maçonnerie ", que la charte d'York, dite d'Athelstan, en 926, concernant les lois fondamentales de la Confraternité des Maçons, reproduisant la charte de St Alban approuvée par l'Empereur Casaurius en 290, s'inspirant elle-même de l'édit de Numa Pompilius, 672 Avant JC, basé sur les lois et privilèges des anciennes corporations de constructeurs romains, précise :


" Art. 13- Chaque Compagnon, lorsqu'il est repris du Maître doit écouter celui-ci et corriger son travail. "
De plus, " Art. 14- Tous les maçons doivent obéir aux chefs et exécuter avec bonne volonté ce qui leur est ordonné.

C'est donc à 672 av JC que l'Histoire fait remonter les premiers textes qui donnèrent naissance à notre formule comminatoire. La Tradition, quant à elle, lui attribue une origine encore plus lointaine : 970 à 930 av JC.
 Dans la Bible (Ancien Testament, Samuel, Livre 2), Hiram roi de Tyr s'adresse en ces termes à ses légions d'ouvriers maçons :
" La discipline faisant la force principale des maçons, il importe que tout Maître reçoive des ses compagnons et apprentis une obéissance entière et une soumission de tous les instants, et que les tâches soient exécutées sans hésitation ni murmure...

"
Tais-toi et taille ! »

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Désap. 10/02/2017 01:24

Bon ... mon BAF Vladaboum ... et si tu nous parlais de maçonnerie au lieu de pompe à vélo ?
Bonne idée, ne penses-tu pas ?
Ces trucs de côté n'ont jamais rien eu de maçonnique, qu'ils soient REAA RF RER c'est de la bible mal digéré, du fantasme chevaleresque pour complexés qui, au XVIIIè comme aujourd'hui, refusent d'admettre que ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et inversement, en résumé hier ne voulaient pas se mélanger, aujourd'hui s'imaginent d'une caste supérieure, les povs ! pire que la noblesse d'Empire.
Bref, l'inverse de la maçonnerie, je te l'avais bien dis Vladaboum, les pompes à vélo ne font même pas partie du corpus symbolique.
En revanche, pour foutre la m ... , ben nous à la Glamf on en sait quelque chose, parait qu'à la GLDF y font bien ch... aussi et personne pour les virer ; à croire qu'ils font peur ... donc ça sert à quoi d'être maçon si c'est pour avoir peur ?

Brumaire 06/02/2017 22:24

C'est trop simple de ne jeter la pierre qu'aux Hts grades REAA. Je connais des détenteurs de Hts grades au RF qui ne sont pas mieux que ceux décrits plus haut.
Dans toutes les obédiences,et à tous les degrés, hélas, il y a ceux qui savent pourquoi ils y sont, ce qu'ils y font, ce qu'ils apprennent et ce qu'ils appliquent dans leur vie maçonnique et profane, sans pour autant se taire et tailler...(pas se tailler).
Les paroles de certain ancien président (de la FFDH) sont parfois justes, mais aussi fort injustes. Ne voir que ceux qui veulent être décorés comme le général Alcazar et qui ne méritent pas leurs degrés, et ignorer la majorité de ceux qui travaillent tranquillement à leurs découvertes et à leur progression n'est pas une attitude intellectuellement honnête.
Personnellement,j'ai trouvé de très belles personnes dans les hts grades; la proportion est la même que dans les loges bleues, qu'on soit au RF ou au REAA.
Enfin, et ça me démange depuis un certain temps,c'est quoi ces charges continuelles sur le REAA? Vabadus est-il allé voir ailleurs, au RF, à MMisraïm? il trouvera la même chose, peut-être en pire...

La Maçonne 06/02/2017 23:04

Il y a effectivement des gens biens au REAA (et même dans les HG ! et même à la GLDF !), pour en connaître quelques uns.
Il y a les mêmes problèmes en loges bleues et à tous les rites. Fort heureusement, il y a une majorité de personnes qui sont en FM pour autre chose que le joli tablier (peu importe, finalement, la couleur). Par contre, elle risque d'être étouffée par les autres, quand leur parole n'est pas interdite ...

TS 03/02/2017 11:09

bonjour ma TCS ,
il faut croire que le F RIANDEY a des Héritiers au SCPLF , puisque le nouveau SGC du SCPLF a rédigé une missive qui a de quoi laissé sur le cul tous les FF qui ont un minimum de BON SENS .
pour faire simple , le SGC reproche aux FF de la GLNF de quitter ce SC au profit de celui que des FF ( de la GLNF ) ont créer pour ne pas être en contradiction avec les critères de reconnaissance qu'ils appliquent .
le plus dingue , dans tous cela c'est que le SGC du SCPLF comme tous les 33eme du SCPLF sont membre de la GLUA .
on se demande ^pourquoi le SGC et tous les 33 eme ne mettent pas leurs convictions en adéquation avec les conseils qu'ils prodiguent a tous en rejoignant par exemple la GLAMF !!
encore plus fort que le roquefort , c'est qu'ils sont membre d'une Obédience ÉTRANGÈRE reconnu et qu'ils occupent des postes en FRANCE d'une juridiction .
a croire qu'au SCPLF on garde un bandeau sur les yeux jusqu'au 31 eme degré ..
ou faites ce que je dis , mais surtout pas ce que je fais !!!
ils prennent les FF pour des BIGOTS ou des idiots heureux et en cela ils sont les dignes héritiers de CR .

hector 31/01/2017 12:35

L'amalgame entre SCDF, SCPDF , et REAA du GO me semble plus que douteux !
bien sur la cordonnite existe mais c'est une affaire de personnes et non pas d'obédience....

uneSoeur 30/01/2017 18:19

Bonjour,
Le REAA doit il être qualifié de secte, comme tu le développes si bien, Vabadus ? Au constat de ces réalités, force est de s'en persuader ! La GLMF : obédience mixte, multi rites, libérale, ..et bla ... bla..... Cette obédience a été créée au Rite Français, rite toujours pratiqué lors de cérémonies officielles, enfin encore quelques temps peut être ! Les derniers (les 4 ou 5 derniers GM) ont dépensé beaucoup d'énergie à créer de façon quasi industrielle des nouvelles loges au REAA. D'ailleurs l'un des anciens GM a été surnommé "grand allumeur". Ainsi les derniers GM travaillent tous au REAA ! les futurs prévus aussi. Sur 18 conseillers de l'ordre, très rares sont ceux qui travaillent au RF. La guerre que se sont menés les 2 puissances de HG (REAA et RF) il y a quelques années a laissé des braises ardentes.... il n'y a rien d'initiatique là-dedans ou me trompe-je.....? le pouvoir.....le cordon......etc... : à quand des décors multicolores ?

Condorcet 01/02/2017 08:34

Je ne comprends toujours pas votre commentaire. Que l'on travaille au rite français ou au REAA est une question de choix individuel. On choisit la loge qui vous convient selon le rite qui vous convient. Je ne parlerai pas du rite français que je connais mal mais concernant le REAA et concernant les trois premiers degrés il y en a plusieurs. Certains faisant référence aux trois grandes lumières dont la bible alors que pour d'autres c'est la règle voire encore un libre blanc ou les constitutions d'Anderson.
Quant aux grades prétendus hauts, je ne sais comment cela fonctionne au sein de la GLMF aussi je n'en parlerai pas.
Dans un précédent mail et concernant un de vos commentaires sur un autre sujet mais toujours concernant la GLMF je vous avais indiqué "vous en dites trop ou pas assez" je persiste et signe on aimerait avoir des détails et le fond de votre pensée concernant cette obédience et non pas de simples sous-entendus.

Henri Han 30/01/2017 15:43

Tais-toi, taille et avale tout honte bue !
Ne nous désolons pas, d'ici quelques millénaires, peut-être juste avant que le soleil boursoufflé avale la terre, nous approcherons de la perfection bienveillante.
En attendant, relisons Nietzsche et son Humain, trop humain. Mais même lui, pour contrecarrer le génie de ses pensées, il est de bon ton de rajouter insidieusement qu'il était syphilitique pour dénaturer la qualité de ses écrits.
A un très puissant qui venait de me demander si je lui ferai le même dithyrambe que celui que je venais de lire pour un ancien. Je lui ai répondu avec un grand sourire : tout dépendra de ce que tu accompliras mon frère !
D'un geste auguste de sa main, comme pour chasser une mouche importune, il s'est écrié : Fous le camp !
Certains FF ont ri, d'autres étaient catastrophés, quelques rares sont venus, désolés, me glisser - sois prudent, tu risques de ne plus avancer. Je leur ai dit tout haut me ne frego (je m'en fous en sicilien).
Je viens d'entrer dans ma 33ème année initiatique, je refuse de passer 18ème avant d'avoir accompli 18 ans dans la juridiction soit en 2019 et j'avance lentement comme l'âne que je suis avec mes grandes oreilles.
Un de mes anciens respectables m'avait appris le sens du mot Honneur : ce sont des échasses sur lesquelles tu vois, bien au-dessus des moutons et bien avant eux le soleil apparaître.
Je ris ! Hi Han !

Lionel MAINE 30/01/2017 11:38

Gloire au travail ... famille, patrie !!!