Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

SCDF : l’épreuve de la « Sedia Masonica Ecossareaa ».

Vabadus nous offre, ici, sa réflexion sur la place du "féminin" et donc des femmes en franc-maçonnerie et, en particulier, au REAA, suite à la "découverte" de transgenres au sein de la GLDF. "Découverte" dont vous pouvez trouver sur ce blog "la Maçonne" dans cet article "un frère peut en cacher une autre" la portée du témoignage. 

Dernièrement, Philippe Charuel, dans le cadre d'une interview, a décidé de conduire un des deux transexuels à la porte "en l'accompagnant" à intégrer une loge du Droit Humain. 

Ainsi, tant que ce frère était homme, il était accepté à la GLDF. Depuis qu'il est "femme" et que l'on peut l'appeler "elle", il ne l'est plus. Curieux, non? 

 

 

Le Grand Maître de la GLDF rappelait récemment que le REAA est un Rite qui a « un caractère sacré »

Aussi lorsqu’en 2015 les Conseillers Fédéraux de la GLDF découvrent qu’il y a des transgenres au sein de l’obédience c’est la stupeur !

La décision du Conseil Fédéral a été immédiate :

« VIRONS DU TEMPLE CES TRANSGENRES QUI SOUILLENT NOTRE RITE «

Ces fondamentalistes si prompts à truffer de citations des Évangiles leurs discours et leurs articles dans les revues de la GLDF, oublient trop facilement ce que disait Paul (épitre aux Galates) :

«Il n’y a plus ni juif, ni grec ni esclave, ni homme libre, ni homme, ni femme. Car vous êtes tous un en Jésus-Christ».

Ils oublient également ce que disait le GM Marc Henry au Figaro en décembre 2015 : «vous aimer les uns les autres" serait un message révolutionnaire, toujours d'actualité, dont la réalisation reste une espérance, une direction à suivre, voire un objectif pour tout maçon pratiquant le Rite écossais ancien et accepté dans une loge de la Grande Loge de France"

Il rappelait ce que disait également Jésus : "Si quelqu'un dit "J'aime Dieu" et qu'il déteste son frère, c'est un menteur: celui qui n'aime pas son frère qu'il voit ne saurait aimer le Dieu qu'il ne voit pas. »

 

« On s’en fout ! Le REAA doit rester « PUR » ! Tabernacle ! »

Le REAA ne supporte pas la mixité. Le Maçon est obligatoirement un homme qui ne doit jamais côtoyer une femme sur les colonnes. Cette doctrine n’est pas propre à la GLDF et au SCDF. Elle est également en vigueur dans les obédiences pieuses que sont la GLNF et la GLAMF et leurs juridictions des hauts grades du REAA. Mais au delà ce sont toutes les obédiences « régulières » et pieuses du monde entier, reconnues par la GLUA, qui veillent à la PURETÉ du Rite. Et le SCDF qui assure la curatelle de la GLDF veille au respect de cette Maçonnerie forgée à partir de sources chrétiennes revendiquées.

 

Alors comment la GLDF et le SCDF peuvent sortir de ce guêpier représenté par la présence de transgenres dans les Loges ?

Et comment le SCDF peut il faire face à cette situation ?

Ce texte tente d’expliquer les bases de la dramaturgie vécue dans les étages de la rue Puteaux.

LA PLACE DE LA FEMME SELON LES RELIGIONS

 

Toutes les Saintes Écritures des religions monothéistes ont été rédigées par des hommes, interprétées par des hommes pour les hommes. La doctrine est forcément » machiste » et misogyne.

La femme y est porteuse du mal dès l’origine avec Ève. Elle est séductrice, tentatrice, « diablesse » et il faut à tout prix que les hommes ne soient pas amenées au vice par elles. Si l’on ajoute que la fonction première de la femme est de procréer dans un cadre familial on a ce qui permet de définr son statut, son rôle dont les mots clés suivants:

VIERGE, MÈRE, FEMME AU FOYER

 

Au cours du troisième Reich l'allitération « Kinder, Küche und Kirche », « les trois K », que l'on traduit en français par « enfants, cuisine et église » , étaient une représentation des valeurs traditionnelles dévolues aux femmes en Allemagne. Cette formule demeure, encore, un modèle pour certains allemands.

Il va de soi que cette vision de la place femme issue de la religion, consolidée au Moyen-Âge est aussi bien en vigueur dans certaines théocraties musulmanes qui peuvent, par exemple vouloir séparer les hommes et les femmes dans l’espace public. On retrouve cette même disposition dans la Maçonnerie de Tradition religieuse et réactionnaire. D’où la non mixité pour ne pas faire jouer la libido des Frères sur les colonnes par la présence de « diablesses » qui n’ont rien à faire dans un temple quand il y plein de choses à faire à la maison !

 

Vient donc le problème du genre. Voici comment Delphine Horvilleur, rabbin, tendance libérale, tente d’éclaircir le débat sur le sujet.

« Il est utile de revenir au premier chapitre de la Genèse que tout le monde pense à tort connaître, car il s’agit de la création de l’homme dans une androgynie originelle. Quand Dieu crée l’homme à son image, il le crée « masculin et féminin » et non comme les traductions l’indiquent souvent de façon erronée « mâle et femelle ». Cela ne signifie pas que les hommes et les femmes n’existent pas en tant que tels, mais qu’une complexité des genres est intrinsèque à l’humanité. Ensuite dans le deuxième chapitre de la Genèse, le récit est tout autre : Adam cherche une compagne, se percevant totalement masculin, comme s’il avait oublié qu’il était en partie, féminin. N’est-on pas entrain de refouler cette essence masculine-féminine de la Genèse ? Ces tous premiers chapitres de la Bible, me semble-il devraient nourrir le débat actuel sur les genres. Au lieu de cela, la religion est un des derniers remparts qui s’oppose à une réflexion profonde sur les genres au-delà des sexes, renvoyant chaque sexe aux attributs de son genre : fonction conjugale ou maternelle pour la femme, comme si elle ne pouvait être rien d’autre. Or la différence anatomique entre les sexes ne devrait pas appauvrir l’expérience symbolique de l’autre genre."

Propos recueillis par Virginie Labrousse _ Le Monde des Religions – juillet 2013.

 

La Maçonne a publié différents articles pédagogiques sur le sujet notamment le 28 mars 2014.

GLDF – L’HABIT FAIT LE MAÇON ACCEPTÉ, ÉCOSSAIS ET ANCIEN

 

Voici comment le Grand Maître Philipe Charuel communique les décisions du Conseil Fédéral au blog La Lumière le 15/09/2015 :

Question « Mes informateurs m’indiquent que la direction de la GLDF est parfaitement informée de ces deux cas. Que peut-elle faire ? Que va-t-elle faire ? Continuer à fermer les yeux? Tenter d’inciter ses frères-soeurs transgenres à rejoindre une obédience féminine ou mixte… comme cela s’est fait au GODF jusqu’en 2010 ? J’ai posé ces questions au Grand Maître Philippe Charuel.

Réponse : «Ces deux frères n’ayant pas changé d’état civil, ce sont toujours des hommes. Nos loges ont souvent un règlement intérieur qui impose, pour nos tenues rituelles, une chemise blanche, un costume sombre et une cravate ou un noeud papillon. Être efféminé, porter un anneau à l’oreille, ne peut pas être interdit; en revanche, revêtir une robe ou une jupe poserait des difficultés; et un couvreur ne laisserait pas entrer le frère, de la même façon que l’on accepte pas les tenues de plage, les tongs, les shorts ou les survêtements. Naturellement, si un de ces frères changeait d’état civil, il serait invité à rejoindre une obédience mixte ou féminine. La GLDF est une obédience masculine et le restera.»

Récemment le GM de la GLDF indiquait que pour le membre de l’obédience qui avait changé d’État civil on s’efforçait de l’accompagner et de l’orienter vers une autre obédience, en l’occurrence le Droit Humain. Quant au « Frère » qui n’avait pas changé d’État civil, il demeurait au sein de la GLDF.

En synthèse voici la position de la GLDF selon les cas de figure possibles :

1) un Frère peut être efféminé et porter un anneau à l’oreille : ACCEPTÉ

2) un Frère peut être homosexuel : ACCEPTÉ

3) Un Frère peut être transgenre et ne pas changer d’État civil et venir habillé en « homme »: ACCEPTÉ

4) un Frère transgenre se fait opérer mais ne le signale pas à sa Loge et continue de venir habillé en « homme » : ACCEPTÉ

5) un Frère transgenre change d’État civil et veut entrer dans le Temple habillé avec une robe ou une jupe : IL EST REFOULÉ PAR LE COUVREUR ET ENSUITE EXFILTRÉ DE L’OBÉDIENCE !

 

En fait ce n’est pas le genre qui gène mais la robe ou la jupe qui exciterait les Frères « mâles » sur les colonnes ! Sur son blog La Maçonne, notre Sœur avait rappelé une déclaration d’Alain Pozarnik, alors Grand Maître de la GLDF, qui écrivait dans la revue interne de l'obédience:

« Certains hommes sont sensibles à leur attraction pour le sexe opposé et ils refusent de perdre la simplicité et la pureté de leur regard intérieur pour se laisser distraire par un regard extérieur et une attitude de mâle. Ils craignent les influences de leurs fantasmes sur leur personnalité ou de découvrir que leur libido n’est pas canalisée. Ils sont conscients de n’être pas encore libres, ni de leurs souffrances affectives ni de leurs pulsions hormonales. L’initiation a pour but le perfectionnement de l’homme afin qu’il puisse vivre son humanitude et non plus automatiquement ses pulsions de mammifère. ».

Quel mépris pour les Frères de la GLDF considérés comme soumis à leur cerveau reptilien !

L’obédience a toujours été ouverte et depuis longtemps, envers les homosexuels qui étaient acceptés dans les loges, pouvant devenir sans problème, Vénérable Maitre, Conseiller Fédéral et même Grand Maître.

« QUE FAIRE AVEC SES TRANSGENRES ? » voici la question que posait l’Express dans son article évoqué ci-dessus. Ce n’est pas à quelques dignitaires traditionnalistes et réactionnaires de répondre à cette question parce qu’ils se croient protecteurs du morceau de la vraie croix du REAA ! C’est à l’ensemble des 31000 Frères INITIÉS à la GLDF qu’il faut s’adresser pour obtenir une réponse légitime et fondatrice du « Vivre ensemble » dans l’obédience. Je suis convaincu que ces Frères diraient que ces transgenres sont des Frères en Humanité et des Sœurs en Maçonnerie.

LE SCDF ET LA SEDIA MASONICA ECOSSAREAA

 

Le Suprême Conseil s’est rendu compte que la règle applicable au sein de la GLDF laissait la possibilité qu’une femme,  suite à changement de sexe, puisse être initiée au 4ème degré. En effet dans la mesure où un transgenre initié en tant qu’individu de sexe masculin change d état civil et ne le fait pas savoir et continuant de venir habillé en homme, il peut parfaitement être « recruté » pour entrer dans les Ateliers dits supérieurs. Il fallait donc mettre en place un filtre efficace.

 

En ayant accès aux archives du Vatican à un dossier « sedia stercoraria «  un enquêteur de la Juridiction a été stupéfait de découvrir ce qui était caché jusque là : Pythagore avait inventé une « sédia masonica ecossaria ». qui a ensuite inspiré le SCDF ( Suprême Conseil de la Doctrine pour la Foi) du Vatican pour éviter la récidive d’un risque de type « Papesse Jeanne » !

Voici l’histoire-source dans toute sa force historique. Des maçons écossais pratiquant le REAA s’exilèrent dans une ile de la mer Égée, dans les années 500 av J.C car ils étaient persécutés en Écosse. Ils recrutèrent sur place et rencontrèrent ce problème posé par les transgenres. C’est au premier degré du REAA qu’ils voulurent instaurer un filtre. Ils s’adressèrent alors à Pythagore, un savant autochtone, qui leur imagina la solution : une chaise percée permettant un attouchement et donc un contrôle efficace du sexe des candidats à l’admission dans l’Ordre.

Est-ce pure coïncidence, mais on constate qu’à la GLDF dans le tableau des grands initiés que l’on présente aux futurs compagnons on a remplacé Mahomet par Pythagore ? Comme disait Marc Henry, le REAA ne contient que des figures masculines, et il aurait pu ajouter que les sources du Rite sont chrétiennes. Donc dehors le mahométant ! Faut pas dec !

Autre découverte toute aussi stupéfiante : c’est Pythagore qui inventa le symbole de l’équerre après la conception de son fameux théorème. En effet il proposa aux Maçons Écossais de l’époque, un triangle rectangle en bois qui avait cette particularité de ne pas posséder de côté correspondant à l’hypoténuse.

Ces histoires sont à ce point incroyables que nous sommes certains que vous mêmes vous ne les croyez pas et pourtant nous allons vous donner deux preuves que ce que nous vous disons est vrai.

 

Tout d’abord Louis Trébuchet et Alain Bernheim,  les deux « historiens maison » du SCDF, qui avaient écrit ensemble sur le Rite un ouvrage intitulé « Les deux siècles fondateurs (1598-1804» ont paraît-il, en préparation une révision de l’ouvrage qui pourrait s’intituler « Les vingt deux siècles fondateurs (488 avant J.C -1804) ».

Par ailleurs nous vous révélons ci-dessous le passage significatif d’un projet de Rituel aménagé d’initiation au 4ème degré qui serait mis en place dans les Loges de Perfection en 2017 à la GLDF.

 

Manuel d’Initiation au 4e degré du REEA - Maître Secret

 

Les Travaux ont été ouverts dans les formes rituelles précédemment indiquées.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

·Mes Frères, il va être procédé à l'initiation au 4e degré du Vénérable Maître N…,

 

 Maître des Cérémonies, remplissez votre office !

 (Pause)

 Accompagné du récipiendaire, le Maître des Cérémonies se présente à la porte du Temple où il frappe en Maître du 3e degré

 

••• ••• •••

 

L'EXPERT

Entrouvrant la porte

 Qui vient ici? Qui approche de ce lieu de tristesse et de chagrin ?

 

LE MAÎTRE DES CÉRÉMONIES

 

De l'extérieur

 Le Maître des Cérémonies, accompagnant le Vénérable Maître N . . . . . régulièrement initié au 1er  degré (Apprenti Maçon) et successivement élevé au 2e degré (Compagnon), puis au 3e degré (Maître).

Des Maîtres Secrets, témoins de son zèle et ayant reconnu son aptitude, l’ont présenté afin qu'ils devienne Maître Secret.

Sur la proposition de l'Atelier, le Suprême Conseil de France l’a nommé au 4e degré.

 

L'EXPERT

Trois Fois Puissant Maître, le Maître des Cérémonies se présente à la porte de la Loge, accompagnant le Vénérable Maître N…, que le Suprême Conseil de France a nommé au 4e degré.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

 

Frère Expert, accordez lui l'entrée du Temple !

 

L'Expert ouvre la porte à deux battants.

 Le Maître des Cérémonies pénètre dans le Temple, suivi du récipiendaire qui exécute la marche du Maître. La porte est refermée sans bruit derrière eux. Le Maître des Cérémonies le conduit au centre de la Loge.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

 

Vénérable Maître, après avoir présenté à notre Loge de Perfection un morceau d'architecture et répondu de façon satisfaisante aux questions qui vous ont été posées, vous avez été nommé au 4e degré, Maître Secret, par le Suprême Conseil de France.

 Les Maîtres Secrets qui vous ont proposé vous connaissent et se portent garants de votre dévouement et de votre esprit fraternel.

 Il va donc être procédé à votre initiation au 4e degré du Rite Écossais Ancien et Accepté dans les formes traditionnelles.

 

 (Pause)

 

Maître des Cérémonies, et Frère Expert remplissez vos offices !

 

Le récipiendaire est conduit à l’autel des serments.

 

 LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

 

Vénérable Maître je vais vous confier un terrible malheur révélé par nos Pères Fondateurs. Voici plus deux mille ans une femme a trompé la vigilance des Maîtres Secrets. Déguisé en homme cet individu qui était en fait un transgenre ayant subi une opération la privant de ses attributs masculins, a été reçu Maître Secret. Mais l’infâme femme a été démasquée par la suite et bannie à jamais de l’Ordre Écossais. Nos Pères Fondateurs ont alors bâti une chaise qui permettait de vérifier que le récipiendaire est bien de sexe masculin car vous le savez l’Ordre Écossais natif et de pure Tradition n’accepte pas les femmes dans son sein.

Vous devez accepter cette épreuve pour le bien de l’Ordre sans contestations ni murmures. Nous attendons de vous un serment à ce sujet. Vous allez mettre la main droite dégantée au dessus de l’autel des serments et répéter après moi :

 

« J’accepte l’épreuve de la sedia masonica ecossarieaa sans contestations ni murmures. Je le jure ! »

 

Le Frère Expert fait accomplir la prestation de serment par le récipiendaire

 

Le récipiendaire est conduit à la sedia masonica ecossareaa où il est invité à s’asseoir en ayant bien relevé le kilt traditionnel du Maitre Secret.

 

L'EXPERT

 

Trois Fois Puissant Maître, le récipiendaire est prêt à subir l’épreuve de la sedia masonica ecossareaa

 

 LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

 

Frère Expert remplissez votre office

 

LEXPERT

 

Après avoir accompli son office l’Expert se rend auprès du Trois fois Puissant Maître et lui rend compte au creux de l’oreille.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

 

Debout et à l’ordre Maîtres Secrets

(pause)

Je vous avise que selon le rapport du Frère Expert, le récipiendaire peut être reçu parmi nous comme Maitre Secret car il a subi avec succès l’épreuve de la sedia masonica eccosareaa

 

Coup de maillet - « DUOS HABET ET BENE PENDENTES  « !

 

LES MAÎTRES SECRETS

 

« GADLU GRATIAS « !

 

 

ET SI DIEU ÉTAIT UNE FEMME ?

 

Et puisque qu’il est question des religions et des femmes dans ce texte, je ne résiste pas à la tentation de vous livrer cette histoire que Frédéric Lenoir évoquait dans un édito du temps où il était directeur du « Monde des religions » :

« Une histoire juive raconte qu’en réalité Dieu a créé Ève avant Adam. Comme Ève s’ennuie au Paradis, elle demande à Dieu de lui donner un compagnon. Après mûre réflexion, Dieu finit par accéder à sa demande : « Entendu, je vais créer l’homme. Mais fais attention il est très susceptible : ne lui dis jamais que tu as été créée avant lui, il le prendrait très mal. Que cela reste un secret entre nous… entre femmes ! »

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

luciole 26/01/2017 12:31

Ma TCS la Maçonne,argument facile,utilisé moult fois, les tenants du monogenre sont des obsédés,mal dans leur peau,etc etc J'ai pourtant pris soin de préciser que ce n'est qu'un choix de travail sans plus.C'est vrai que je pense que nos soeurs seraient plus cohérentes de refuser d'admettre les hommes à leurs tenues monogenre.J'admets qu'elles font preuve de davantage d'ouverture que nous mais je trouve bien qu'il y ait en France tous les choix possibles.

Alpha 2180 26/01/2017 11:20

Une question. L'hypothétique projet de fusion entre le SCDF et le SCPLF est-il toujours d'actualité ?

Luciole 20/01/2017 11:09

Je trouve assez inélégant (sans même parler des engagements pris) de diffuser des éléments de Rituels même s'ils se trouvent dans nombre de librairies.

VABADUS 20/01/2017 21:32

Cous rites hère Luciole,
Je suis élégant et vais t'en donner la preuve. Si tu as envie de découvrir tous les rituels de presque tous les rites tu consultes le site "HAUTS GRADES" et tu trouveras 298 articles à ce sujet. Certains sont issus du site "L'ÉDIFICE". Lire un rituel d'un aure rite que celui qu'on pratique est un excellent moyen de voyager sur son chemin initiatique et de ne pas rester dans son bunker. Alors bonne lecture!

luciole 19/01/2017 16:00

Le choix des adhérents de la GLdF a été ,est,de rester entre hommes simplement parce qu'il
leur convient de travailler ainsi.Ceux qui préfèrent d'autres solutions étant libres d'adhérer à toute autre obédience sans qu'il y ait de notion de "supériorité" de quelque nature qu'elle soit.
Les personnes ayant choisi en toute lucidité de changer de genre se sont mises de facto hors masculinité et donc choisi en pratique de ne plus faire partie d'une obédience mono-genre masculine. Cela manifeste d'une cohérence que ne semblent pas comprendre les habituels opposants qui n'ont pas ces problèmes et vilipendent ceux qui ne pensent pas comme eux sans être d'ailleurs concernés!

Luciole 26/01/2017 12:23

Merci d'avoir répondu mon TCF Vabadus,j'avais moi même indiqué que les Rituels se trouvent facilement,ce ne me semble pas une raison suffisante pour en faire lecture publique, ce que nous avons promis de ne pas divulguer.
Quel bunker? un Rite n'est pas une forteresse.

La Maçonne 20/01/2017 09:48

Peut être que lesdits opposants n'ont aucun problème avec leur sexe, leur sexualité et ne se sentent pas en danger vis à vis du sexe opposé et/ou remis en cause dans leur virilité et/ou leur féminité. Curieux que ce soit uniquement les hommes qui mettent cet argument en avant - alors que les femmes même si elles travaillent entre elles reçoivent des frères en tenue. Lorsque les frères sauront en faire autant, ils pourront critiquer les opposants du mono-genre.

uneSoeur 17/01/2017 11:21

Bonjour, Quelle magnifique analyse ! magnifique parce qu'il s'agit de réalité, merci Vabadus. Et bien sûr merci pour les illustrations. Quid de la mixité au GODF.......loge mixte, obédience non mixte..... que peuvent espérer les initiées ou affiliées au delà de la loge.... ? quelle hypocrisie ! Quant à une Obédience mixte, par exemple la GLMF......., que je connais, quelle est la vraie place d'une Soeur qui pense, donc libre ?
La discrimination du genre n'est, malheureusement, pas prête à disparaître.

NICETTE Michel 17/01/2017 10:24

Le projet d'initiation au grade de Maître Secret ne serait-il pas le fruit de votre imagination, car franchement, comment accepter de montrer "ses bijoux de famille", le cul à l'air sur une chaise percée...Est-ce ainsi que l'on saute au plafond...? Dans la ville des sacres à Reims, dans un bistrot il y a même une chaise au plafond, toujours visible...je vais mener mon enquête...pour découvrir peut être que c'est un ancien lieu secret d'initiation au 4e.
Merci pour ce délire et du coup j'en reste le cul sur ma chaise!!!

Condorcet 17/01/2017 09:15

On a coutume de dire que la F.M en général et surtout les loges en particulier sont le reflet de leur époque. C’est en grande partie une réalité avec cependant une nuance.
Lorsque la maçonnerie a été créée nous étions au siècle des lumières, et le rapport à la religion était prégnant aussi la maçonnerie de 1817 se garda de toute provocation en adoptant une forme de recul prudente au regard des institutions dominantes. N’oublions pas que les buchers antihérétiques n’étaient pas loin et la prudence voulait qu’on ne s’attaquât pas de face à la religion.
Aussi les lettrés et autres savants parlèrent de la religion que tous les hommes partagent à savoir celle de la raison qui permet une réflexion progressive et donne un sens à la vie et aux conquêtes des diverses connaissances.
Puis est venue la fusion entre les anciens et les modernes de 1813 sur ordre de la couronne d’Angleterre après la bataille de Leipzig dite bataille des nations ce qui a conduit à la création de la Grande Loge Unie d’Angleterre avec la substitution d’un déisme rationaliste par un théisme personnel. Triste recul de l’esprit de la Grande Loge de Londres et des hommes de tolérance et d’esprit.
Cette régression était en partie due au fait d’en finir avec le régime Napoléonien et avec cette autre maçonnerie continentale, surtout Française plus rationnelle aux yeux de la Sainte Alliance et que des idées de la révolutions française avaient été intégrées par cette institution.
Aujourd’hui que constate-t-on que la maçonnerie dite traditionnelle est partout en complet recul quant à ses effectifs et il ne suffit pas de se regarder le nombril pour se rassurer avec des slogans du style je suis plus ancien, je suis le plus authentique, je suis ceci, je suis cela, toutes ces affirmations péremptoires ne sont que la contrepartie de signes évident de faiblesses de la pensée et de la réflexion.
Les questions que nous devons nous poser sont les suivantes :
Qu’est-ce que la notion d’universalisme aujourd’hui ? Est-ce celle des origines de la maçonnerie que tous les hommes (tous les humains) approuvent ou est-ce celle limitée par des esprits tordus et sectaires qui se prétendent être des porteurs de lumière ?
Triste époque que celle d’aujourd’hui la GLDF de 1894 avec son esprit libertaire et ouvert est belle et bien enterrée.
Devant tant de conneries j'ai décidé de démissionner de la GLDF

Lionel MAINE 17/01/2017 08:42

A mourir de rire !!!
Pourtant, deux fois par an, à la fête de l'ordre écossais et à la tenue des hauts grades, les dignitaires sont très fiers d'être précédés d'un frère en kilt, dont on peut supposer l’absence régulière de sous-vêtement : "A bas la culotte !".
De plus, si certains veulent mettre un frein salutaire (aucun rapport avec la ligne précédente !) à leurs pulsions de braguette, qu'ils méditent l'évolution du signe d'ordre aux trois degrés symboliques.

VABADUS 17/01/2017 21:35

Cher Lionel
je retiens la formule "A bas la culotte !". Trop drôle! J'en suis resté le cul sur ma chaise comme l'écrit Nicette ! Merci