Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Le « Secret maçonnique » découvert.

C'est, par hasard, en visite dans une loge que le frère connu sous le nom de Al Quinn, auteur d'un roman de science-fiction publié sur le site freemasonry.fr – qui est aussi le blog hébergeant le site de l'authentique fausse Grande Loge d'Orient de France dont je suis la Grande Maîtresse - a découvert le secret maçonnique, indépendamment de sa volonté.

 

Habituée au jeu des mystères maçonniques qui n'en sont pas, c'est donc naturellement que je souhaite vous informer dans les détails et, après vérification, de ce fait étonnant ajoutant quelques autres découvertes expliquant cette situation pour le moins étonnante.

En effet, notre frère Al Quin a découvert que les frères, voir les sœurs, décédés, étaient toujours comptabilisés dans les effectifs des loges donc des obédiences. Ainsi, au lieu d'être les 150 000 annoncés, nous ne serions QUE 10 000. La situation de la GLUA est bien plus préoccupante : elle n'aurait que 200 membres actifs – les autres étant passifs & enterrés. Cette réalité numéraire est, bien évidement, connue des directions des obédiences. 

Après sa découverte, il s'est rapproché d'un grand maître tel qu'il le raconte dans son enquête. A peine cette conversation fut-elle terminée que j'en fus informée par mon réseau d'informateurs. Je décidai donc de fouiller dans mes archives personnelles afin de découvrir un fil logique à cette affaire qui me permettrais une analyse sereine. 

Aux découvertes d'Al Quin, j'apporte ici quelques autres informations nécessaires à la bonne compréhension de cette curieuse situation.

Il faut remonter au 12 juillet 1822. Lors de la fondation de la Grande Loge Centrale, le suprême conseil de France décida que le but de cette fondation était :

« Considérant que le but de cette institution [la loge de la Grande Commanderie] ne sera complètement atteint que lorsque cette illustre loge, émanation visible de la puissance dogmatique du rit écossais ancien et accepté pour la France , destinée à conserver dans son sein le dépôt des lois antiques , et des traditions sacrées , à entretenir la pureté de la morale maçonnique, et à maintenir l'unité d'action et la régularité dans les travaux du rit, offrira en même temps les moyens de répandre la vraie lumière par la propagation des hauts degrés de la Maçonnerie , et de centraliser en elle l'expression des besoins et des voeux de tous les ateliers rangés sous la bannière écossaise, pour être transmis au suprême conseil, et sera ainsi constituée en diète maçonnique du rit écossais ancien et accepté pour la France. »

Art. 1. L'illustre loge de la Grande Commanderie , instituée près le suprême conseil, et placée sous sa direction , est constituée en grande loge centrale de l'Ordre maçonnique du rit écossais ancien et accepté pour la France. (remarque de « la Maçonne » : cela ne s'invente pas!). […]

Art. 4- Le nombre des membres effectifs de la grande loge centrale, est fixé à quatre-vingt-un , dont vingt-sept dignitaires, et cinquante-quatre grands officiers en exercice-

Art. 5. Des vingt-sept grands dignitaires, qui sont de droit les vingt-sept membres du suprême conseil du 33 degré, douze sont qualifiés premiers grands dignitaires; ce sont :

Le très puissant souverain grand commandeur ;

Le très-illustre lieutenant grand commandeur,

Le vénérable d'honneur ;

Deux grands surveillants;

Un grand secrétaire ;

Un grand orateur

L 'illustre trésorier du saint-empire, grand trésorier, à ce titre , de la grande loge centrale ;

Un premier grand expert;

Et les trois présidents des sections. [...]"

Il apparait que suivant la Tradition, le nombre de membres d'une grande loge est, depuis lors, fixé à 81 et ne serait, finalement, que le regroupement de "dignitaires". 

Il est, par conséquent, parfaitement inutile - toujours suivant cette tradition que je n'oserais pas remettre en cause - d'avoir trois loges, selon la littérature sur le sujet. Seuls quelques individus suffisent s'autoproclamant « Grande Loge ». 

Il apparaît donc que structurellement, le nombre de membres  ainsi que le nombre de loges sont sans intérêt pour la gouvernance et la fondation d'une obédience. Une obédience ne sert qu'à nommer et désigner des dignitaires – de rien du tout – puisqu'en dehors d'eux – il n'y a rien. On nage en plein relativisme. 

Ce texte figure dans « RECUEIL des Actes du SUPRÊME CONSEIL DE FRANCE de 1806 à 1830 » publié en 1832 suite à la compilation faite par le Grand Secrétaire, Charles Jubé (33ème). Son sérieux ne font aucun doute. Encore aujourd'hui, ces textes servent de base aux historiens "à eux" des plus authentiques et compétents. 

Ce recueil donne d'autres informations bien plus inquiétantes.

En effet, il présente les « Règlements & constitutions fait par les neuf commissaires nommés par le souverain grand consistoire des sublimes chevaliers de Royal Secret et princes de la Maçonnerie », le 20 septembre 1762 à Bordeaux remis à Grasse Tilly lui-même. Il s'agit non pas du système de 33 degrés, mais d'un de 25 degrés divisés en 7 classes. 

On peut lire ainsi en guise de préambule :

« En conséquence de la délibération du 6ème jour de la 3e semaine de la 7ème lune de l'ère hébraïque 5762 , ou de l'ère vulgaire 1762, les présens règlemens et constitutions sont ratifiés pour être observés par le souverain grand consistoire des sublimes chevaliers de royal secret , princes de la Maçonnerie et par tous les conseils régulièrement constitués sur les deux hémisphères , transmis à notre T.*. Ill.*. F.*, de Grasse Tilly, grand inspecteur de toutes les loges dans les deux mondes. » (j'ai gardé l'orthographe spécifique de l'époque).

Or, Grasse-Tilly est né en 1765 … Comment pouvait-on lui remettre un rituel trois ans avant sa naissance ? Personnellement, je ne vois pas l'intérêt de rédiger des constitutions pour les présenter comme remise à une seule personne.

Ce qui signifie qu'il ne s'agit pas de constitutions pour gérer divers ateliers ... parce que, tout simplement, ces ateliers n'existaient pas ... Ce qui amène à une seconde révélation, pour faire croire qu'une pratique maçonnique existe, il suffit pour cela de rédiger des constitutions et de dire qu'ils ont été remis à quelqu'un ... 

Ce recueil présente aussi la constitution établie à Berlin et signée par Frédéric II, Roi de Prusse, daté de 1786, qui débute ainsi : « Pour le gouvernement du suprême conseil des inspecteurs généraux du 33° degré , et pour celui de tous les conseils sous leur juridiction : Fait et approuvé dans le suprême conseil du 33* degré , duement et légalement établi et constitué au grand orient de Berlin , le 1er mai, anno lucis 5785, et de l'ère chrétienne 1786.

Auquel conseil était présent en personne, sa très-auguste majesté Frédéric II, roi de Prusse, souverain grand commandeur. »

Cette constitution va jusqu'à proposer des modèles de patentes en anglais du 33ème degré avec une traduction française ! Ce qui est parfaitement improbable du fait que les rites pratiqués à l'époque ne se constituaient pas en suprême conseil et encore moins ne comportaient 33 degrés !

Ces textes permettent de poser comme fondamentaux que les membres des obédiences sont soit décédés comme l'indique Al Quin dans son enquête, soit à l'instar de Grasse Tilly, pas encore nés. 

Bref, des membres fantômes (sans jeu de mots), des loges fantômes … et comble de tout, un rite dont l'histoire est tronquée depuis son origine … Pour ne pas dire tous les rites (?). 

La réalité est pire encore que ce que ne suggère Al Quin. C'est au moins Matrix ! La franc-maçonnerie serait-elle complètement virtuelle? Une invention de quelques esprit? 

Alors que je sombrais dans un monde sombre comme une nuit sans fin, une autre alerte a mis toute la guilde en émoi. Al Quin nous a donné de ses nouvelles. Il serait selon lui en voyage sans savoir où, ayant vidé son appartement ...  son téléphone coupé. 

Sauvez le frère Al Quin ! 

 

 

 

 

Information (le 2 avril 2017) :

Les révélations d'Al Quin sont, bien sûr, un poisson d'avril. Comme tout bon poisson doit partir sur une base réelle, à l'histoire initiale j'ai ajouté quelques textes authentiques tirés du "Recueil des actes du Suprême Conseil de France de 1806 à 1830" publié en 1832 effectivement dans les conditions que j'ai indiqué. Les extraits, leurs titres et leurs intentions sont exactement ce qui est mentionné dans cet article.

Ces textes de 345 pages sont téléchargeables sur "Google Books".

Pour les amateurs, c'est ici. 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

templum 02/04/2017 10:53

TC soeur,
mes excuses pour avoir pensé trop vite que ton excellent travail ayant paru le 1er avril était destiné à suivre la Tradition...du coup j'ai surenchéri bêtement!
fraternellement

templum 01/04/2017 09:44

T C Soeur,
ce qui me dérange le plus c'est une vérité qu'on nous cache depuis l'origine Ecossaise de notre fraternité (cf l'ouvrage récent "Lumière sur la vraie FM"):
- la vieille blague sur l'origine de J&B - point de Bible mais la grande marque écossaise de whisky est vraiment derrière tous nos mystères.
il parait même que Salomon est ancienne marque de tissu...
et que le vin et pain...bon j'arrête! je suis désespéré! vivement demain !
Fraternellement

La Maçonne 01/04/2017 11:47

Demain sera un autre jour !
Bonne journée quand même.... N'abuse pas trop de J&B.