Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

« le Médaillier de la GLFF » Tome II (livre)

Le « Médaillier » de la GLFF n'est pas le genre de livre qui vous tiendra en haleine de longues heures, mais un bel ouvrage présentant à l'aide de photographie et d'une explication les médailles des loges de la Grande Loge Féminine de France.

Le Tome I a été publié en 2010. Ma jumelle d'initiation en était une des plus grandes fans. Le Tome II est, aujourd'hui, disponible couvrant les fondations de loges de 2010 à 2017 (loge n°437 à 496) soit 60 loges. 

Ce qui est remarquable dans ces deux volumes du médailler est autant la qualité artistique des médailles que leurs qualités symboliques et maçonniques. 

La première loge qui ouvre ce Tome II du médailler est la loge « Gaja Aeterna » à l'Orient de Varsovie. Fondée en 2010, elle explique « nous semons les graines maçonniques pour récolter les futures générations de francs-maçonnes afin de créer de nouvelles loges ». Ceci en vue de fonder une obédience féminine en Pologne. Les soeurs de la GLFF savent combien ces soeurs se battent pour chaque ouverture de loges, combien elles sont portées par l'espoir, les petites joies, les grands bonheurs comme les désillusions. 

Trois loges fondées entre 2010 et 2017 sont dédiées à des personnalités hors du commun.  A l'Orient de Bastia, fut fondée en avril 2011, la loge « Gisèle Faivre » du nom d'une ancienne grande maîtresse, célèbre pour avoir poser les pierres angulaires de la GLFF et qui était d'origine corse. Le symbole de la médaille de cette loge n'est pas le portrait de Gisèle Faivre mais une tour de guet au bout d'un chemin. En sus de cette loge ont été fondé les loges « Rosa Parks » (Six Fours les Plages) et « Louise Weiss » (Paris) projetant au travers des actions de ces femmes célèbres l'idéal maçonnique de leurs fondatrices. 

Au fil des pages, on découvre des médailles très simples comme celle de la loge Alethéia (Montpellier, REAA) qui est un simple galet poli symbolisant le polissage de la pierre brute mais aussi l'originalité de chaque sœur : chaque galet est unique ou encore celle de « la Flûte Enchantée » (Riga-Létonie, fondée en 2013), représentant un triangle isocèle traversée par une flûte simplifiée …. Bon, je dis simple mais c'est quand même redoutable : « La flûte coupe les côtés du triangle isocèle dans un rapport de 1,618 introduisant le nombre d'or dans la médaille apportant ainsi équilibre, harmonie et beauté. » expliquent les sœurs fondatrices.

D'autres encore proposent un graphisme plus complexe comme celle de la loge « Source de vie » (Montpellier encore, mais fondée en 2017). Sa médaille est « un triangle équilatéral de 6 cm de côté, - symbole du 3 fécond. Elle présente 4 couleurs : le noir et le blanc du Pavé Mosaïque, le blanc des Gants et de la Lumière intense, le jaune doré du pur métal et du soleil, le bleu de l'eau, de l'air et du Rite Français » … et ce n'est que le début.

A la fin de ce Tome II, on découvre les noms – et c'est certainement une première – des loges qui ont été fermées depuis 1988. Certaines appartiennent à l'histoire de l'obédience. Pour les plus anciennes de ces loges, on découvre ainsi, sous le numéro 134, qu'il a existé une loge à New-York, fondée en 1982, fermée en 1996, « La Paix » (Strasbourg) n°68 fondée en 1976 et fermée en 1994, La « Jérusalem Ecossaise » (n°45 - Paris) fondée en 1973 et fermée en 1991, ou encore « l'Arbre de Vie » (n°57, à Lyon), fondée en 1974 et fermée en 1988 alors que la GLFF était en plein développement. Une coquille toutefois : la loge « Conscience et Liberté » de Strasbourg n'a pas été fermée en novembre 2009 mais en 2016.

Le Tome I et le Tome II du Médaillier de la GLFF peuvent faire la joie des jeunes apprenties comme des nouvelles maîtresses, tout en restant une idée cadeau pour les descentes de charge de cette fin d'année. 

 

Pour vous procurer, le Médaillier Tome I e+ Tome II, il suffit de cliquer sur le lien ici

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

hector 28/05/2017 11:42

Et la médaille de "la Franche Pierre" ?

Bernie 27/05/2017 17:20

Une précision : il s'ait bien du médaillier (avec un i soit ier et pas er) . Quand le 1er tome avait étè pré-commercialisé, j'étais intervenue in-extremis pour faire corriger la faute d'orthographe avant l'envoi à l'imprimeur . Même si nous ne savons ni lire ni écrire....

La Maçonne 27/05/2017 18:15

J'ai glissé mes "i" qui manquaient à l'appel. Les titres des couvertures sont bien orthographiés ! Elles ont suivi tes consignes!