Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

GODF : le désenchantement des sœurs.

Je dois, tout d'abord, cet article aux témoignages d'une amie et de sœurs du GODF. Suite à mon article donnant des conseils aux femmes dans leur choix d'une obédience mixte, j'ai été à nouveau interpellée par mon « oubli » que j'aurais fait : le GODF. Oublier le GODF serait un tour de force que, même moi, je ne saurais faire. Un article précédent traitait (plus ou moins) du même sujet. Ici, il s'agit d'étayer .... 

Certaines soeurs du GODF expliquent que lorsqu'elles visitent des loges du GODF, elles sont tuilées … mais pas les frères (au même grade) de leur loge qui les accompagnent. D'autres encore prennent soin de téléphoner au vénérable de la loge afin de vérifier si elles ne seront pas refoulées à la porte du temple. Ce qui arrive, malheureusement, encore trop souvent. D'autres ont fait l'expérience de discussions surréalistes, embarquant dans une machine à remonter dans le temps, sur la place des femmes au GODF …située quelque part entre la potiche et la plante verte.

Celles qui ont intégrées le GODF, après un plus ou moins long parcours dans une autre obédience mixte (voir féminine), sont (trop souvent) invitées à y retourner … parce qu'au GODF on a tout compris sur la mixité, sur les femmes, tout ça, tout ça. 

Quant à celles qui sont initiées au GODF, elles ne le sont pas « complètement ». Il faut vérifier si elles ont tout compris, surtout si elles sont jeunes, jolies, actives et indépendantes. Au GODF, on est des hommes, vieux, moches, passifs …. et pas féministes du tout. Elles le confirment.

Quant aux conseillers de l'ordre qui peuvent, d'ailleurs, être le grand maître de l'année, s'ils sont interpellés par une de ces sœurs en quête d'une réponse à ses nombreuses questions sur la (réelle) mixité au sein du GODF et sur une éventuelle réflexion commune, ils détournent la tête et vont voir ailleurs.

Pour les fondateurs des loges mixtes, voici un exemple "régional". Un frère, alors que le débat battait son plein, a déclaré s'opposer à l'initiation des femmes au GODF parce qu'elles « ont la maternité comme initiation». Ceci en tenue devant moult visiteuses. Cela ne les a pas fait rire.  Ce frère est devenu, quelques années plus tard, fondateur d'une loge mixte du GODF. Je ne dis pas que tous sont aussi stupidement sexistes. Or là – cela pose un problème quant aux motivations de ce frère et – par ailleurs – permet aussi de soupçonner que bons nombres de ces « fondateurs » sont contre la mixité mais y voient un moyen soit de contrôler les sœurs du GODF et d'ajouter une ligne à leur CV maçonnique. En effet, qu'est-ce que ce frère peut apporter dans une loge mixte, initiant des femmes - qui - qu'on se le dise - n'ont pas qu'un utérus? 

En bref, à la lueur de ces témoignages, si j'avais une ennemie profane, c'est au GODF que je l'orienterais. Comme je n'en ai pas (des ennemies profanes), mon blog s'appellant « la Maçonne », voir même que c'est moi « la Maçonne », il y a des conseils que je ne donne pas et ne donnerais pas. Ceci me permet d'ajouter que la féminisation des noms est un sujet scandaleux au sein du GODF comme, d'ailleurs, tout ce qui touche à la féminité. 

Le GODF a son service de communication, un grand maître qui fait le tour des médias  ... qu'ils s'en débrouillent. S'ils ne parlent pas - voir jamais - de la mixité,  de l'initiation des femmes au GODF, ce n'est pas moi qui en parlerait pour eux. 

2387 sœurs contre 53 000 frères, ce n'est pas parler techniquement de mixité. A ce titre, le GODF est plutôt mal placé pour faire la leçon à qui que ce soit. Ce n'est pas tant une affaire d'effectif, mais bien une question de définition.

La mixité ne peut être conçue que s'il y a égalité de fait entre les frères et les sœurs … et pas uniquement dans leur loge respective – dans toute l'obédience et à tout niveau. En effet, lorsque l'on intègre une loge, c'est aussi une obédience qui est choisie. Les soeurs du GODF sont condamnées (ou presque) à rester enfermer dans leur loge alors que le GODF a toujours été considéré comme d'un naturel particulièrement ouvert et accueillant à bien des endroits. En fait, lorsque l'on est une femme et soeur, pour visiter des loges du GODF sans encombre, il ne faut pas être membre du GODF. Cela s'appelle un comique de situation. 

Si vous trouvez les réactions de ces frères particulièrement violentes à l'égard des soeurs de leur propre obédience, il faut néanmoins les contextualiser en revenant sur l'histoire (très courte) de la mixité au GODF. 

Un choix politique.

 

L'initiation des femmes au GODF n'a pas été décidée par les loges. En 2009, le GODF avait voté contre l'entrée des femmes à hauteur de 56%. Il ne s'agissait pas de faire accepter l'entrée des femmes dans toutes les loges du GODF mais uniquement dans celles qui le souhaitaient.  Lors du convent de 2007, l'entrée des femmes a été refusée par le convent à hauteur de 57%.

Or, si le vote de 2009, le GODF refusait l'initiation des femmes, le vote permettant de rendre l'ordre (officiellement) masculin n'a pas été possible – faute d'un quorum suffisant – comprendre par là que les joyeux délégués du GODF étaient absents majoritairement.

Ces votes ont été tous annulés pour vice de forme. La Chambre Suprême de Justice Maçonnique a émis un arrêt, en avril 2010, considérant que  rien n'interdisait dans les textes du GODF l'entrée des femmes. Frédéric Desmons, Léon Richez et Georges Martin* se sont retournés dans leur tombe. Cela fait, en effet, un siècle que tout le monde le savait … sauf le GODF !

Si le débat a été houleux, le fait que les médias traditionnels se passionnent pour le refus constant des convents du GODF à l'entrée des femmes n'a certainement pas été apprécié par les dignitaires de cette obédience qui ne cessent de s'afficher « libéraux» et « ouverts». On participait plutôt à une guerre de fermeture.

Les votes « annulés » pour une raison ou une autre ne permettent pas de savoir quelle était la tendance réelle des loges du GODF – et donc de la majorité des frères – vis-à-vis de l'entrée des femmes. Etaient-elles pour ou contre? Si elles votaient aujourd'hui, qu'en serait-il?

On peut juste conclure que les loges furent dans l'impossibilité de s'exprimer … et que leurs votes ont été, tous, déboutés. On peut même soupçonner que l'impossibilité de voter « la masculinité » - ajout nécessaire – faute d'un quorum suffisant - a été organisée sciemment par les conseillers de l'ordre et le grand maître de l'époque.

Cette situation particulière explique certainement l'ostracisme que vivent certaines sœurs. Au lieu de relancer le débat, nos pauvres frères font le nécessaire pour éloigner toutes prétendantes qu'elles soient initiées au GODF comme eux ou des transfuges d'autres obédiences. Typiquement masculin.

La politique (avec un petit « p ») ne s'arrêtait pas à ce débat sur la mixité ou la non-mixité où aucune femme n'a eu son mot à dire. En effet, « on » prévoyait la fin des obédiences mixtes.  "On" les disait menacée. « On » prévoyait même que les frères du GODF, refusant la mixité, allaient s'évader et demander leur réintégration dans d'autres obédiences masculines. « On » imaginait, même – toutes les sœurs de la GLFF l'ont entendu au moins une fois ces dernières années – que les obédiences féminines allaient à leur tour accepter la mixité (et pourquoi pas les autres obédiences masculines?) et se coucher devant le GODF. « On » rêvait à un raz-de-marrée.

Fin 2012, il y avait (déjà) 1400 sœurs au GODF. Fin 2015, il n'y en a que 2387. A peine 246 femmes intègrent le GODF par an en moyenne (sur ces 4 dernières années). Le GODF affirme qu'il existe presque 400 loges mixtes. Ces loges mixtes n'initieraient ou ne recevraient même pas une femme ou soeur par an?  

La GLFF, obédience spécifiquement féminine, affiche un solde quasi nul bien qu'elle initie environ 1000 femmes par an (pour 450 loges), le nombre de départ creusant l'écart. Les effectifs de la Fédération Française du Droit Humain ont continué à évoluer sans avoir besoin d'en faire une publicité (aussi) tapageuse que le GODF.

Nous sommes, en effet, bien loin de la ruée promise. Les obédiences historiquement mixtes ne sont aucunement menacées. En effet, elles continuent à apporter aux femmes la meilleure solution pour une démarche maçonnique en mixité.

La non-évolution du GODF sur la question de la mixité (et des femmes).

 

Les Grands Maîtres du GODF aiment faire des moulinets avec leur bras, user et abuser de trémolos lorsqu'il s'agit des sœurs au GODF. Parfois au détour d'une conférence, on en trouve une. Or, dans les faits, la physionomie du GODF n'a absolument pas évolué malgré la présence de femmes dans les loges. En effet, si la mixité impliquerait, de fait, une égalité entre les hommes et les femmes, elle doit aussi conduire à une réflexion et à des préoccupations plus larges y compris spécifiquement féminines. 

Le GODF brille toujours par son absence dans les grands mouvements de ces dernières années pour l'amélioration de la condition féminine dans le monde. Alors que de nombreuses obédiences mixtes et féminines apportaient leur soutien aux Espagnoles, qui risquaient de voir supprimer leur droit à l'IVG, le GODF est resté muet. Il l'est resté, tout autant, pour les Polonaises, les grandes marches féministes secouant les USA et arrivant jusqu'en Europe ... (OK, les bonnets roses, c'est par leur truc). 

Ses interventions publiques (communiqués) concernent uniquement la laïcité et les religions. Le rapport annuel 2014-2015 du GODF, document de 28 pages, que l'on trouve sur son site, destiné aux loges afin de leur donner une « ligne » (de pensée?), n'exprime aucune idée spécifique concernant les droits des femmes et même celui des enfants. Les conférences qui y sont indiquées concernent la République, l'écologie, la pauvreté, l'extrême-droite, l'Europe, la laïcité (encore et encore) … comme si les femmes n'appartenaient à aucun de ces débats. Même au 19ème siècle, le GODF faisait mieux.

L'expérience « mixité » est reléguée à des sombres confins. L'éducation nationale s'interroge plus, à ce sujet, que le GODF. Ce n'est déjà pas très brillant, c'est tout dire !

 A l'instar des députés qui votaient contre le congé maternité « au nom de l'universalité » au tournant du 20ème siècle, le GODF n'accepte pas la féminité, part obscure de l'humanité – et comme le disait si bien Freud « continent noir » - se cachant derrière un « universalisme » intégriste. Il participe à l'intérieur de ses loges à l'effacement d'un genre, l'affublant de tous les stéréotypes s'il paraît bien trop féminin.

Si les grandes questions sur la prostitution, la PMA pour toutes et les conditions de carrière et salariale des femmes en France, paraissent anecdotiques pour le GODF, cela ne l'est pas pour les femmes et, par conséquent, des femmes désireuses d'entrer en franc-maçonnerie pour pouvoir aussi y réfléchir. 

Pour ce qui concerne la démarche maçonnique, les soeurs sont « adoptées ». Une sorte de « mise à l'essai » si vous préférez. D'où les demandes pour ne pas dire brimades diverses dont elles sont les victimes. Elles sont juste tolérées – sous la contrainte d'ailleurs – L'entrée des femmes ne permettant pas au GODF de récupérer des obédiences «  mixtes » complètes ou en partie - et par là des capitations comme l'hégémonie espérée sur le territoire français – il s'en désintéresse faisant "avec".

Une nouvelle fois, le GODF est passé à côté de l'histoire, ce n'est pas accepter l'entrée des femmes qui est le plus difficile mais leur permettre une démarche maçonnique égale à celui des frères en intégrant dans cette démarche des questions de société et maçonnique qui les concerne. C'est considérer que l'universalité, c'est savoir parler des hommes comme des femmes - avec ce qu'ils ont de particulier et d'original - Ce n'est pas faire des femmes des "non-hommes" ... c'est concevoir que ce "elle" est aussi l'humanité. Voilà en quoi, le GODF échoue - Pur produit d'une société de consommation, il zappe l'essentiel comme les fondamentaux. 

Ce n'est pas, par hasard, que le Droit Humain a été fondé, il y a plus d'un siècle, par des féministes hommes comme femmes et que, dans l'ensemble, les obédiences mixtes savent intégrer ces questions sur les femmes  facilement sans débattre de leur intérêt ou utilité préalablement comme elles savent aussi s'intéresser au masculin, à l'enfance, à la laïcité, à la religion, à l'écologie  ... avec les femmes "en plus" et non pas "en moins". 

 

Quel avenir pour la mixité au GODF ?

Au train où cela va, le GODF attirera de moins en moins de femmes au fil des années. Les premières ayant essuyé les plâtres ne réussissent pas à bouger les lignes, craignant d'ailleurs se faire – par trop – remarquées. Il existera, bien sûr, des loges « mixtes » au GODF qui réussiront à réunir une forme de parité et intégreront en leur sein une réflexion comme une pratique sur l'égalité, mais elles deviendront accessoires … comme d'ailleurs elles le sont déjà.  Avec ces quelques soeurs, elles seront "à part", comme isolées du reste de l'obédience qui ne s'en intéressera plus.

Le GODF pourra faire comme les Anglaises au début du 20ème siècle. Il attendra avec toute sa patience qu'il n'y ait plus de femmes pour redevenir mono-genre ... Si cela me fait rire lorsqu'il s'agit de ces soeurs qui ont fondé ainsi la première obédience féminine en tant que telle au monde, c'est bien moins drôle - je trouve - pour ce qui concerne le GODF.  

En attendant, elles continueront, cependant, à apporter leur tribu aux messages publicitaires des grands maîtres. Ils pourront se faire mousser dans les médias profanes. Après tout, il suffit qu'il existe que quelques femmes pour que le GODF puissent prétendre  avoir découvert l’élixir de jouvence qu'est la mixité … 

Faut-il pour autant souhaiter que des femmes en soient à se battre pour obtenir, simplement, ce qui est acquis dans d'autres obédiences comme dans leur vie personnelle et professionnelle ? Non. Mais à chacune de faire ses propre choix … et je sais très bien celui que les femmes ne feront pas : répéter une histoire qu'elles connaissent trop bien comme une chanson trop triste. 

 

 

 

 

 

 

* L'argument que rien ne s'oppose à l'entrée des femmes dans les textes du GODF a été un des arguments des tenants à l'initiation des femmes fin du 19ème et au début du 20ème siècle. Il a fallu attendre plus d'un siècle pour qu'une instance du GODF le reconnaisse. Entre temps, les femmes se sont organisées sans cette obédience. 

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article

Diane 08/07/2017 18:15

TCS.°.
Je suis une sœur du GODF et je suis éberluée par ton réquisitoire. J'ai été initiée voici un peu plus de deux ans dans une L.°. jusque là exclusivement masculine, et après des débats difficiles et douloureux - c'est ce que m'ont raconté les F.°. L'atelier, toutefois, recevait régulièrement, et depuis belle lurette, des visiteuses de toutes obédiences, y compris le GODF.
J'ai été la première sœur à recevoir la lumière dans cet atelier. J'ai été initiée à l'âge de 51 ans, je suis grosse, je ne me maquille pas et je suis une grande gueule. Bref, vieille, moche, active et indépendante, pour paraphraser ton texte.
Pas une seule réflexion du genre "tu ne devrais pas être ici" en deux ans et demi. Quelques exemples de stéréotypes de genre, bien entendu : nous sommes une société humaine, pour être maître, on n'en est pas pour autant un "Parfait". Et j'aimerais qu'on m'explique par quel miracle les F.°. pourraient s'abstraire intégralement d'un conditionnement social dont ils sont, comme moi, en partie les produits.

Ma planche "philosophique" d'augmentation de salaire a été consacrée à la question de la mixité. J'y ai exprimé sans ambages mes opinions féministes et mes considérations sur "la place des femmes" (la place des femmes, c'est partout où il y a des êtres humains). On ne commente pas une planche d'apprenti.e, mais celle-ci a été commentée, après la tenue, en des termes chaleureux, et je n'ai pas entendu la moindre réflexion machiste dans les commentaires (et je suis vieille, certes, mais je ne suis pas dure d'oreille). Un F.°. m'a confié en salle humide qu'il y a quelques années il n'était "pas pour" la mixité, et qu'il était heureux de devoir reconnaître s'être trompé.
Compagnonne, je voyage. J'ai vu d'autres loges du GODF, également mixtes. J'ai assisté à l'initiation de deux nouvelles sœurs. Pas une seule réflexion sexiste, pas un comportement tel que ceux que tu décris. Je ne suis pas désenchantée. Je me sens sœur parmi les sœurs et les frères.
Je sais, tu vas m'expliquer que mon cas n'est pas une généralité, que je n'ai encore rien vu, voire que je suis "l'Oncle Tom", la "femme-alibi" d'un GO confit dans son sexisme et que six commentaires corroborent ton propos. Je prétends, moi, qu'on parle à dix personnes d'une expérience désagréable et à deux d'une expérience favorable. Il y a parmi les F.°. quelques-uns qui n'ont pas dégrossi toutes les faces de leur pierre brute, dont acte. Ils sont parfois concentrés dans certains ateliers, dont acte. A nous, sœurs et frères, de faire bouger cela, et cela bouge, malgré que tu en aies. Ce n'est pas un "combat", c'est juste de la détermination.

La Maçonne 12/07/2017 12:09

Merci ma soeur pour ton commentaire. Mon réquisitoire est aussi (et surtout) tiré des expériences de soeurs du GODF ... Tout d'abord, tu n'es pas vieille, moche, etc (une femme ne l'est jamais ... surtout sur ce blog !). A 51 ans d'ailleurs, on n'est même pas encore mature !
Tu me parles de TA planche sur la mixité ... et les frères de ta loge en font-ils? Ce n'est pas un sujet réservé aux soeurs et aux femmes. Et cela ne pourrait qu'aller dans le sens de ce que tu expliques. Ainsi, la question n'est pas ce que tu fais, ni même comment cela peut être reçu, mais ce qui est fait autant par les frères que par les soeurs ... La mixité, c'est autant leur affaire que la tienne. Elle ne peut être construite que s'il y a partage et échange. Ce n'est pas une juxtaposition d'opinions et de personnes ... Ils peuvent dire "oh ! super ! quelle magnifique planche !" et s'arrêter là ... Le problème concernant la mixité, ce n'est pas toi ... et déjà apprentie, tu savais en parler ... mais eux, savent-ils le faire?

Avant de rédiger cet article, j'ai recherché si le mot "mixité" était employé suivi d'une réflexion - disons que je ne cherchais qu'une phrase pouvant la définir de la part des grands maîtres dont Daniel Keller (c'est-à-dire ces quatre dernières années), dans les thèmes de conférence ou colloque, etc ... Or, le sujet est absent. Ce qui n'est pas du sexisme mais de l'indifférence ...
Ainsi, à la question, en quoi se définit la mixité au GODF? il n'y a pas de réponse (pas même un essai de réponse). En quoi, serait-elle différente et spécifique des autres expériences mixtes en franc-maçonnerie ? Pas plus de réponse.

Quant aux expériences des soeurs - aucune ne peut être niée ou rejetée - ce que d'ailleurs tu ne fais pas et je t'en remercie.
Aucune d'ailleurs ne peut être considérée comme une généralité ... ce que je ne fais pas.
Le constat que je fais est que ces expériences de soeurs - celles qui commentent cet article comme celles qui ont inspiré cet article - sont niées. Voir même les expressions de ces frères sont virulentes voir même violentes et agressives .... Ce n'est pas qu'une affaire de pierre mal dégrossie ... Est-ce que ces soeurs sont-elles interdites d'exprimer une inquiétude, un doute, un vécu ? Penses-tu qu'avant de témoigner chacune à leur tour et de toutes les manières qu'elles ont trouvées, elles n'ont pas essayé d'ouvrir le débat sur la mixité, qu'elles n'ont pas fait aussi des planches sur la mixité, qu'elles n'ont pas interrogé les unes ou les autres? Elles l'ont fait toutes sans exception ... Il y a des des frères du GODF qui sont très critiques vis-à-vis du fonctionnement du GODF pour une raison ou une autre comme tu l'as certainement vu... ils ont le droit à la parole et l'expriment très bien.
Refuser le droit à cette expression concernant des soeurs, pour un sujet qui les concerne directement, est - je trouve - plutôt significatif.

Tu es actuellement compagnonne. Demain, tu seras au grade de maître. Tu seras un jour amener à parler à des femmes profanes pour les orienter dans un choix. Que leur diras-tu?
Cette question, mine de rien, est - à mes yeux - importante. Tu leur diras que pour certaines dont toi, cela va très bien et que pour d'autres c'est tout le contraire ... ? que l'on ne sait pas pourquoi, ni où, ni comment ... que c'est un peu la roulette russe et qu'au final personne n'en parle vraiment et s'en inquiète ?.

Hélène 06/07/2017 08:19

Bonjour !
Lorsque j'ai lu ton article sur la mixité, j'ai bien pensé que tu oubliais le GO. Puis je me suis dit que c'était un oubli volontaire. Car peut-on dire que le GO est mixte?
Oui, c'est vrai, tout dépend de quel point de vue on se place, certains auront une expérience riche et fraternelle, d'autres pas du tout. Je fais partie de cette dernière catégorie.
Affiliée au GO dans une loge mixte qui venait juste d'ouvrir, j'ai pendant un très court moment cru aux lendemains qui chantent. Cela dit, très vite, j'ai eu l'impresion de m'être trompée de porte et d'être entrée au café de la gare du coin.
Réflexions sexistes, (marre d'entendre parler de la sensibilité féminine, moi j'ai la sensibilité d'un american truck!)
sobriquets affectueux mais déplacés (ma puce, ma chérie - appelleriez vous des frères mon coeur, mon doudou ? ) ,
agressivité pas même déguisée : tu n'es pas la bienvenue ici, quand je vois une femme je n'arrive plus à réfléchir (ben mon pauvre ami, tu dois pas réfléchir souvent), j'ai rejoint une loge masculine pour ne pas inquiéter ma femme jalouse...... (hummmm) - Existerait-il un guide de réponses spécieuses à la disposition de Maçons opposés à la mixité?
- refus de frères de saluer des Seurs en tant que Soeurs, mais leur lançant au passage : bonsoir madame, bonsoir jeune fille ! quel ridicule ! Saluriez vous quelqu'un selon sa couleur de peau ou son appartenance religieuse??????
Le GO une obédience machiste? Ce serait peu charitable de le dire ainsi pour les Frères qui très sincèrement se battent pour la mixité dans cette grosse machine qu'est le GO. Et il y en a .
Cependant, dans l'ensemble, je ne perçois pas de position claire au GO : la mixité récente pose tout de même ce problème majeur : comment accepter que dans une même loge, des frères puissent visiter certains ateliers tandis que leurs soeurs en seront refoulées? Comment accepter qu'une Soeur Second ou Premier Surveillant puisse renoncer à accompagner un apprenti dans une loge masculine qu'il voudrait visiter? Comment accepter qu'une Soeur Véné ne soit pas reçue et garde toute sa crédibilité au GO?
Je crois que l'obédience doit se définir plus clairement à ce sujet, quitte à faire grincer des dents.
et je pense que nous progressons moins vite que la société , c'est handicappant quand on veut répandre la lumière au dehors. Et contrairement à certains frères, je suis persuadée que ce devrait être le premier chantier de l'obédience. Je cite Taubira : "L'inégalité hommes-femmes est à mes yeux la matrice de toutes les discriminations. Une fois celle-ci éliminée, les autres s'écrouleront". En attendant , les commissions et autres consultations sur la laïcité, la tolérance, l'intégration etc ... ne seront que moulinets.
Je n'ai pas envie de ne m'investir que pour les générations futures. En Maçonnerie, on m'a appris le "ici et maintenant". On m'a appris qu'il fallait parfois bousculer pour avancer, remettre en question, se dépouiller des métaux, je ne vous ferai pas un catalogue . A quoi cela sert-il si on me claque la porte au nez au pretexte futile que je suis une femme?
Et d'ailleurs, qui oserait se prétendre maçon et claquer la porte au nez d'un visiteur, parce que c'est une femme ?
En Maçonnerie, Maçon d'abord.

La Maçonne 06/07/2017 17:57

Je suis d'accord avec toi, Hélène ... Se battre que pour les générations futures surtout pour une réelle égalité hommes-femmes garanties par les constitutions de notre propre pays au GODF, c'est parfaitement invraisemblable. Que peut avoir comme crédibilité le GODF s'il ne sait pas gérer la question et au moins montrer qu'il sait la mettre sur le tapis. Il fait des grandes déclarations en hommage à Simone Veil, mais pour les soeurs du GODF que fait-il?
C'est ici et maintenant, et on veut tout ... J'ai aussi noté un certain désintérêt des dignitaires du GODF concernant la mixité (cela est d'ailleurs largement explicité dans mon article). Dans les commentaires, on constate un "tout va bien et le GODF est merveilleux!".

BonnetJ 06/07/2017 00:10

Il est un détail qui est une spécificité importante du GODF : l'obédience est une fédération de rîtes et une fédération de loges.
Ce n'est pas un élément anodin et ceci explique (sans le justifier) que, sur le plan de la mixité, le pire côtoie le meilleur.

Si une femme souhaite intégrer le GODF, il est nécessaire qu'elle prenne le plus grand soin non seulement à vérifier que l'atelier qu'elle souhaite intégrer est mixte, mais aussi qu'elle pourra y être un frère comme les autres...c'est malheureux mais c'est ainsi.

Je ne suis pas fier de cet état de fait mais, pour autant, il serait injuste de laisser croire qu'on ne peut pas être femme et s'épanouir dans un atelier du GODF.

En ce qui me concerne, je ne dirai d'ailleurs jamais que le GODF est mixte (ce qui est une revendication légitime d'obédience dont ce fait constitue l'ADN) mais simplement qu'il s'agit d'une obédience qui peut accueillir en son sein tout être humain, libre et de bonne mœurs, quelque soit son parcours, sa condition, son genre, son type ou ses convictions.

La Maçonne 06/07/2017 17:50

Pour le moment, au vu des témoignages qui y sont, les femmes reçues semblent ne pas être acceptées comme "être humain, libre et de bonne moeurs, quelque soit leur parcours, leur condition ou leurs conviction" du fait qu'elles sont des femmes.Je ne crois pas que les soeurs que ce soient au GODF ou ailleurs ont envie d'être "des frères comme les autres". Elles veulent être simplement des soeurs et reconnues comme telles. Lorsque je parle d'effacement de genre, c'est de cela dont je parle ... Une fois une loge mixte (et sincère) est intégrée, elles n'ont pas à y être enfermées en attendant que le GODF soit "prêt" ...

Rossignol 05/07/2017 10:34

Chere "la Maçonne" MTCS et MTCF

Machisme, aveu de faiblesse de bon nombre de nos F , les femmes demeurent encore pour beaucoup la Maman ou la putain , il faudra encore du temps pour que l'égalité soit effective tant dans les faits que dans les actes et les ressentis . Nous devons espérer , le temps est une notion fondamentale en FM....il ne faut pas oublier dans tes textes la GLMU qui a été fondée sur le principe de mixité totale et aussi d'égalité de tous ses membres , hors des velléités de pouvoir des grades de perfection sans concession.
Alors si tu as des amies profanes pense à cette petite obédience dont certains frères du GO ne rêvent que de faire une bouchée....Paule

La Maçonne 05/07/2017 16:00

Je n'hésite pas à présenter la GLMU ... Merci Rossignol de ton message !

Boaz Jak 04/07/2017 15:24

Chère "La Maçonne", très chères Soeurs et Frères,

Comme toujours un point en particulier ne fera jamais une généralité, même si le "machisme ordinaire" aura du mal a être reconnu par plus de 90% d'une obédience (dont 70% se sentent peu ou pas concerné par la mixité). J'ai beaucoup voyagé car je suis épris de la FM et du phénomène qu'elle représente, dont les valeurs (pour l'essentiel) sont transmises depuis trois siècle (si l'on part de 1717...).
Nous sommes dit-on, une société "en progrès". Des femmes et des hommes qui souhaitons être en conscience de nos propres existence et du respect de l'autre. Qui dit plan de progrès sous-entend l'imperfection par nature, donc nous ne pouvons qu'accepter que rien ne soit parfait. Avant même cette question de l'intégration de l'idée de la mixité, il y a tellement de sujets qui possèdent également des marges de progression : travail en loge, sur soi, l'acceptation de la différence de l'Autre, etc...etc... Après mais bien après seulement, on pourra "travailler au progrès de l'humanité"...peut-être... en toute humilité. Quoiqu'il en soit, si un système que l'on nomme Franc-Maçonnerie (depuis également les loges d'Adoption), nous est parvenu par le premier moyen de "l'oralité" jusqu'à nous, c'est que tous les espoirs à notre tour, nous sont permis. A nous d'y travailler ensemble ce qui nous évitera de nous perdre dans de vieux clichés simplistes. J'ai foi en l'Homme. Bien à vous Toutes et Tous. Jak

La Maçonne 04/07/2017 15:53

Merci Boaz Jak, le progrès est autant une volonté (de progresser) comme une démarche en soi.
On peut reconnaître l'imperfection en tant que telle, mais lorsque cette imperfection est à la fois nier (comme tu l'indiques) et qu'il n'y a aucune volonté pour arriver à une amélioration (comme je le développe), on ne peut plus parler de progrès mais d'un système conservateur fermé à toute évolution.

Marianne 03/07/2017 18:07

Bonjour la Maçonne et ses lecteurs,

Puisque ton article traite de l'initiation des Femmes au GODF, je me permets d'y apporter mon témoignage, qui n'a d'autre valeur que la subjectivité propre à tout témoignage.
J'ai été initiée dans un atelier du GO en février 2012. Deuxième cas féminin en Franche-Comté, quasi un OVNI… Comme nombre de profanes, je n'ai pas "véritablement" choisi mon atelier. Comme tous, je connaissais la longue histoire du GODF, la force de ses combats, et j’étais fière d’y adhérer (je le suis toujours évidemment). J'ai "choisi" de répondre à l'invitation de mon parrain et des quelques frères que j'avais eu l'occasion de rencontrer. Leur accueil laissait présager une belle aventure, même si je me doutais que ma féminité pourrait être un sujet marquant de mon initiation. En toute franchise, j'étais certainement très naïve pensant que le sujet soulèverait quelques questions pendant 2 mois et que rapidement, je serai « un frère parmi les frères », ni plus ni moins. Erreur...
Tout l'atelier n'était pas prêt à accueillir une sœur. Je pourrai écrire une liste longue comme un fil à plomb de toutes les remarques sexistes (ou simplement d’une affligeante bêtise) entendues alors, allant de "tu ne devrais pas être là, maintenant on va faire avec" (le soir de mon initiation - charmant...) à "tu ne devrais pas mettre de parfum... tu sais, nous ne sommes que des hommes...", "tiens, tu n'es pas en jupe ce soir, ce serait mieux quand même"...etc...
A contrario, nombre de frangins m'ont entouré, chouchouté, veillant à me fournir le meilleur apprentissage possible, répondant à chacune de mes questions (et j'en avais beaucoup), m'encourageant à plancher, organisant des visites dans d’autres ateliers ou d’autres obédiences... Peut-être parce que j'étais la seule femme de l'atelier, j'ai reçu un excellent enseignement maçonnique (ce que j'en ai retenu n'est pas la question ici ;-)). J’ai dû faire mes preuves, travailler plus que mes frères, plancher, prendre la parole pour trouver ma place.

Aujourd’hui, j’ai envie de dire : tant mieux ! L’attitude non-fraternelle de certains m’a obligé à être plus exigeante, à vivre pleinement mon chemin initiatique même s’il a été ponctué d’embuches voire de pièges. L’opposition et la violence de certains frères à mon égard (et à l’égard des sœurs voire des femmes en général) m’a obligé à prendre conscience de ma propre féminité, à réfléchir sur la place véritable du frère ou de la sœur en atelier, à m’imposer… jusqu’à ce que de guerre lasse (fatiguée d’être réduite à un utérus, un parfum ou une poitrine) et surtout à cause de désaccords profonds sur l’évolution de ma loge-mère, j’ai fini par demander mon affiliation dans un autre atelier du GODF.
Cet atelier comptait déjà des sœurs (certes minoritaires en nombre, mais la mixité n’est pas une question de nombre, mais une question de compréhension et d’adhésion à l’esprit maçonnique de bienveillance et fraternité entre les membres de l’atelier). Au sein de mon atelier, j’ai pu découvrir une maçonnerie libérée de la question du genre, repoussée à la marge. Ici et maintenant, nous sommes des maçons sans distinction de sexe, de religion ou d’opinions politiques. Chacun apporte sa pierre à l’édifice commun.
Il est temps aujourd’hui de dépasser ces discussions stériles sur le genre. Je suis maçon, ma sœur l’est aussi au même titre que mon frère. Point. Bien sûr, certains ateliers au sein même du GODF nous ferme leurs portes. Ne nous cachons pas derrière nos gants, ils ne nous reconnaissent pas comme tel ! Dommage pour eux. Notre féminité ne nous garantit pas plus un accueil chaleureux dans certains ateliers de la GLFF, où les sœurs du GODF apparaissent presque comme "traitresses à leur sexe". La maçonnerie française « n’a » que 300 ans, elle évolue certes lentement, mais plus rapidement que d’autres formations humaines. Si les sœurs sont parfaitement acceptées dans nombre d’ateliers, il nous reste effectivement un long chemin à parcourir pour que la question n’en soit plus une. En travaillant, en étant assidues dans nos ateliers, nous confirmons nos serments. A nous d’ouvrir la voie, en évitant l’écueil d’être réduite à un symbole de libéralisme, et sans heurter de front la sensibilité de frères et de sœurs attachés à la non-mixité pour des raisons qui leur appartiennent.
Pour terminer, une citation de Victor Hugo éclairante pour chacun d’entre nous, en maçonnerie comme dans la vie profane : « Je ne suis rien, je le sais, mais je compose mon rien avec un petit morceau de tout ».

J’ai dit.

La Maçonne 03/07/2017 19:31

Merci Marianne pour ton témoignage.

Comme tu le sais très bien, j'ai toujours milité pour un libre choix des loges, obédiences pour les femmes (et les hommes). Je ne considère pas la mixité comme étant "traitresse contre son sexe" ... bien au contraire.
Ce que tu me décris dans ton témoignage est, grosso-modo, ce que j'ai vécu au lycée ... (j'ai une formation technique qui remonte à fin des années 80 début 90). Entre les profs qui mettaient 3 points en moins "aux filles" sans d'ailleurs le cacher parce qu'elles ne "pouvaient" pas tout comprendre les nombreux secrets des machines-outils, entre le CE qui voulait interdire aux filles les jupes et autres éléments féminins parce que cela dérangeait les garçons, ... comme de fermer les études pour les filles car "inutiles" pour elles (on s'est retrouvé à déménager nos bureaux dans la cour dehors en plein hiver ) ... à toutes sortes de brimades débiles, c'était quand même il y a 30 ans.
A côté de cela, je me souviens d'une conférence donnée par le proviseur du lycée et des femmes-ingénieures sur l'enseignement technique ... On nous avait toutes alignées (les 4 élèves de terminale!) bien sagement sur le premier rang pour prouver que nous n'étions pas des monstres et comme tu le dis "comme des symboles au libéralisme" ... symbole de la mixité de l'enseignement technique en France.

Ceci pour te dire que le monde évolue certes lentement ... La lenteur n'est, de toute manière, pas une excuse à la méchanceté et à la bêtise. Parce que dans le fond, de ces années, si j'ai de bons souvenirs, j'ai aussi celui de la méchanceté gratuite. Après, c'est sûr, cela forge un caractère (et si on se demandait d'où le mien venait, le mystère est dévoilé !).
Cela pose la féminité (la sienne, je pense que chaque femme a une définition personnelle. Ceci dit pour faire flipper nos frères) sous d'autres cieux. Cependant, ce n'est pas parce que je l'ai vécu, que je souhaite que d'autres jeunes filles - 30 ans plus tard - le vivent - aussi "formateur" que cela a été !

C'est d'ailleurs cette réflexion qui est à l'origine de ma démarche sur ce blog en matière des droits des femmes. Nous avons toutes le droit quoique nous fassions, quoique nous soyons, dans tous les actes de nos vies, à être traitées avec égard, respect, et en égalité.

Cependant, penses tu que toutes les femmes soient aussi bien armées que toi (ou moi) pour faire face?
Penses-tu aussi que la FM est le lieu pour vivre ce que tu as traversé? Nous sommes certainement d'accord toutes les deux pour dire que non. Alors que faire?
Comme toi, ne pas hésiter à témoigner ... bouger les lignes comme je tente de le faire à l'extérieur ... et surtout ne pas nier cette réalité.

Ronan LOAEC 03/07/2017 01:10

La Maçonne, je ne parle pas de quelques exemples de mon entourage.
J'ai été au Conseil de l'Ordre il n'y a pas si longtemps et je ne t'ai jamais fermé la porte durant cette période où je m'occupais de la Com et de la Presse.
En outre, je viens de passer plus de deux ans à photographier les principales loges du GO, ainsi que de la GL, du DH et de la GLFF (220 Orients) pour le bouquin que je prépare avec Ludovic Marcos et qui sort au Convent du GO fin août.
J'ai donc - non pas l'expérience de quelques loges dans mon entourage - mais une expérience national profonde, étendu dans l'espace et le temps…
Et je dis tout simplement que ton petit discours n'a qu'un lointain rapport avec la réalité d'une Obédience qui se porte fort bien, se développe et travaille sereinement! Et que les sœurs y ont toute leur place.
Bien entendu, je connais parfaitement et les raisons et l'enchaînement qui a conduit à la possibilité pour les loges qui le désirent d'accéder à la mixité, mais je ne vois pas, ni de près ni de loin, le rapport avec tes assertions…
Je suis infiniment désolé de te faire de la peine en contrecarrant ton opération de dénigrement qui devient quand même un peu systématique pour rester longtemps crédible, mais il est en fait assez normal que le GO se développe et intéresse les sœurs en raison même de son attractivité: voilà une Obédience qui laisse aux loges une part importante de liberté, y compris dans le travail rituel; qui offre des loges masculines et mixtes dans tous les Orients ou presque; qui permet de travailler à tous les Rites, en bleu comme dans les Hauts grades et de passer si on le souhaite d'un Rite à l'autre ou à plusieurs via les Juridiction de Hauts Grades indépendantes; qui assure la séparation réelle des pouvoirs, un fonctionnement démocratique par l'élection, la durée et la non-répétabilité des mandats et l'indépendance effective - dans les deux sens - entre la gestion des loges par le Grand Orient et des Hauts Grades via les Juridictions; qui assuré la liberté absolue de conscience par l'absence d'obligation de faire référence au GADLU (mais sans l'interdire: un pourcentage non négligeable de loges l'invoquent, donnant ainsi à chacun et chacune la possibilité de choisir librement sa voie, etc.
Et cette structure ouverte, plurielle et libre pourrait péricliter?
Pardonne moi, mais si le GODF devait péricliter, ça voudrait dire que l'idée même de la maçonnerie a perdu toute attractivité sociale.

La Maçonne 03/07/2017 19:36

Je pense Ronan, que tu as dans les commentaires une réponse de "ta connaissance profonde de plusieurs loges".

Si tu n'avais jamais entendu de tels témoignages, c'est certainement que les soeurs qui avaient à dire n'ont pas estimé que tu pouvais les comprendre et les écouter.
Parce que pour cela, il faut autre chose sur un leitmotiv sur "comment le GODF est grand et beau et doit apporter au social et qui se porte bien". Cela s'appelle l'humilité.

Zoé 02/07/2017 19:36

Jeune soeur de 24 ans initiée cette année dans une loge du GODF, je ne ressens, pour l'instant, pas véritablement d'austérité quant à mon sexe. Je dirais même que ma jeunesse et ce dernier ont été vus comme une force. Néanmoins, il est vrai que je suis toujours étonnée de voir des ateliers conséquent, mais peu de soeurs dans les rangs. Ces ateliers sont souvent les plus vieux. Le mien étant relativement récent, on pourrait dire que la mixité en était un combat par les frères fondateurs. Je suis fière d'en faire partie, et lorsque je voyage, je me sens dans l'ensemble très bien accueillie.

Il est cependant vrai avoir entendu des témoignages de soeurs ayant reçues des réfléxions douteuses. L'ame du maçon n'est-il pas fondé dans la liberté du voyage sans distinction ? Comme disait l'un de mes frères, "on empêche pas un maçon, ou une maçonne, d'aller en loge". Cela devrait aller de soi.

Si le GODF est encore véritablement réfractaire aux femmes alors je suis contente d'en faire partie. Pour la simple raison de pouvoir directement le combattre.

La Maçonne 03/07/2017 19:50

Merci Zoé. Mais comme je le disais à une autre soeur, penses-tu que ta loge/ton obédience soit le lieu pour combattre le "sexisme ordinaire" de frères (de ton obédience)? Ne penses-tu pas que ton énergie serait plus utile à combattre le sexisme ordinaire partout où il se trouve?

Claude JAMIN 02/07/2017 15:39

Je suis au GODF, mais sommes nous dans la même Obédience... A la lecture de ton long texte je m'interroge.
Je m'interroge d'autant que j'y suis depuis 1990, que j'ai été VM, que je me suis investi et que je pourrais dire bien autres choses vécues. Toutefois je ne m'oppose pas à l'ensemble de ce que tu peux dire. De Charente-Maritime et étant parfois rue Cadet j'ai une vision sensiblement différente. STF

La Maçonne 03/07/2017 19:48

Je ne suis pas au GODF, mais des soeurs du GODF m'ont permis de construire cet article ... Elles ont certainement une vision "différente" ...

Anne 02/07/2017 15:13

Ayant quitté la GLFF pour le GODF, je reconnais que la mixité n'est pas encore top au GO, mais ça avance, et plutôt bien. Le V:.M:. de ma loge est une V:.M:., comme quoi les soeurs accèdent aux plateaux et il y en aura de plus en plus. Idem dans les hauts-grades. Certes, il m'est arrivé d'être refoulée à l'entrée d'un atelier non-mixte de mon obédience. Mais je connais des loges de la GLFF qui n'acceptent qu'en certaines occasions la présence de frères visiteurs. Et je crois qu'il vaut mieux être "dedans" que "dehors" pour faire bouger les lignes... Le chemin initiatique du maçon et de la maçonne est un travail sur soi et pour l'amélioration de la société. Alors j'y travaille, mais la pierre brute ne se polit pas en un claquement de doigts. Sororellement vôtre

La Maçonne 03/07/2017 19:46

Pour ce qui est de celles qui sont "dedans" et celles qui sont "dehors", il faut des deux pour bouger les lignes ... et par ailleurs le combat de la mixité au GODF n'est pas non plus le seul.
Il y a - comme tu le sais - aussi les obédiences masculines qui ne reçoivent pas les soeurs ... et dont une qui en est à menacer de démolition des loges qui y pensent.
C'est - à mon avis - un tout. C'est modifier un état d'esprit général ...
Je sais qu'il y a des soeurs qui ont des plateaux et qui sont VM (encore heureux!). Les soeurs qui m'ont apporté leurs témoignages sont de celles-là.

Papygrincheux 01/07/2017 16:53

Quel bonheur que de te lire et de constater que tu sais toujours décortiquer avec un rare don de discernement ce qu'inconsciemment on a ressenti soi même sans savoir, sur le moment, l'exprimer aussi clairement, puis qu'ensuite par lassitude et désillusion l'on a enfoui avec d'autres souvenirs plus ou moins heureux ou malheureux.
Pour avoir vécu de près, en tant qu'acteur, ce que tu évoques ( je parle de l'action du groupe "Boileau" devant la CSJM et de l'adoption de la mixité par le biais du fameux vœux interprétatif) je me retrouve pleinement dans ton texte, n'en déplaise aux éternels bien pensants, agressifs et sententieux du Poitou et d'ailleurs, qui font de l'invective et de l'agressivité des arguments de persuasion pour nier des positions contraires à la leur, mais passons: leur ton agressif et hargneux démontre à lui seul, s'il en était besoin, leur manque de loyauté et la pauvreté de leurs arguments.
Ce qui se passe désormais au GO ne me regardant plus ( j'en ai démissionné après quarante ans en 2012), je conserve cependant pour mon ancienne loge et les frères qui y sont encore, un sentiment affectif que je ne cherche pas à nier. J'y vais une ou deux fois par an, invité pour un événement comme le banquet d'ordre, la dernière fois c'était pour les quarante ans de présence de deux frères (j'ai assisté à leur initiation et suis parrain de l'un d'eux). Il arrive qu'une soeur visiteuse du GO soit présente…je n'ai pas remarqué si elle a ou non été spécialement tuilée.
Etant désormais visiteur très occasionnel de mon ancienne obédience je me garde bien d'alimenter quelque polémique que ce soit, sauf si l'on m'interpelle, mais je ne comprend toujours pas l'attitude de ceux qui se disent hostiles à la mixité mais dans les faits l'acceptent en disant en gros: "je suis contre mais personnellement ça ne me gène pas". Il doit me manquer encore un ou deux éléments du puzzle, ou alors cela est dû à mon grand âge (80 au compteur), ou à mon inexpérience: après 45 ans c'est à désespérer!
Heureusement pour toi et moi le Breton du Poitou et ses semblables sont là pour nous remettre, avec tous les arguments fraternels, injurieux et fallacieux dont il sont capables, dans le droit chemin.
Une chose, au moins, m'échappe encore pour mieux comprendre: le DH est là depuis longtemps et il n'a pas attendu que le GO s'aperçoive, tardivement, qu'il était mixte sans le savoir depuis sa création pour répondre aux attentes des hommes et des femmes qui souhaitent la mixité, de plus il est, à ma connaissance, mono rite, ce qui simplifie si besoin la progression de ceux et celles qui le souhaitent, alors ma question est la suivante: Pourquoi préférer la copie à l'original?

La Maçonne 03/07/2017 19:56

C'est mon papygrincheux préféré ! Je suis contente de te relire. Pour la partie historique de la mixité, je n'ai fait que survoler ... Il faudrait que je fouille pour retrouver les documents et communiqués de l'époque pour en faire une analyse "plus pointue".

LOAEC 01/07/2017 10:45

Je connais beaucoup (vraiment beaucoup) de sœurs entrées au GO ou directement initiées, dans toutes les tranches d'âge et professions, et je récuse totalement cette présentation.
A la louche, les sœurs représentent environ le quart de l'augmentation annuelle des effectifs du GODF et la moitié des loges est désormais mixte, tandis que, de l'autre côté, celles qui refusent le droit de visite ne représentent quasiment plus rien et périclitent dans l'indifférence générale.
Bien sûr, de très nombreuses loges restent masculines, mais c'était le deal et c'est leur droit le plus strict. En revanche, elles font bon accueil aux sœurs visiteuses.
Les femmes au GODF ne "font pas la vaisselle": nombre d'entre elles sont officiers de leur loge ou VM. Et les Juridictions de hauts grades sont désormais grandes ouvertes à leur venue…
Certaines régions font de la résistance, notamment le sud-est: mais c'est aussi là que l'on trouve encore des frères pour déplorer la déchristianisation de la maçonnerie, le droit de vote des femmes, voire pour défendre les thèses du FN.
Au lieu de jouer encore et toujours les démagos au petit pied et d'en profiter pour dézinguer une nouvelle foi le GO sur des arguments caricaturaux et même fallacieux, la Maçonne pourrait peut-être, une fois de temps en temps, se bouger le popotin pour construire quelque chose, pour avoir une action positive?

La Maçonne 01/07/2017 15:22

Pour ceux qui protestent et qui semblent avoir la mémoire courte :
- la question a été mise à l'étude non pas à cause d'un "frère qui est devenu une soeur" (c'est une ré-écriture de l'histoire) mais de l'initiation de 5 soeurs par des loges qui risquaient la démolition et avec elles les 164 frères la radiation.
- qui fait des généralités? Vous considérez que "tout va bien" sur les quelques témoignages de soeurs "à votre connaissance" et vu votre réaction, je doute qu'elles iront vous parler directement ... par contre prendre en compte des témoignages qui disent le contraire, bizarrement, c'est impossible pour vous ...
- un quart des initiations? Avec 12000 loges, le GODF n'initient que 1000 personnes par an .... ou alors les 1000 seraient le "solde" après les démissions ... Cela vous fait combien de démissions par an ? 3 à 4000 ? Du coup, je vais faire un rectificatif sur la GLFF avec ses seulement 450 loges.
- Rédige 240 articles par an et je vérifierais comment se situe ton "popotin". Ce blog est constructif : lu et suivi .... et même par des soeurs du GODF.

Conclusions vu que les réponses que j'ai obtenu relèvent de l'invective (ou presque), de fausses informations et uniquement de frères, il semblerait que je suis tombée sur un point sensible ... Rien sur les "grands sujets" du GODF, rien sur une réflexion (au moins tentative) sur la mixité ... Bref, pour ces frères "tout va bien". Sûrement c'est la faute aux soeurs.

eric 01/07/2017 08:42

des imbéciles y'en a partout. Vous vous basez sur quelques témoignages pour en faire finalement une généralité.
Il est vrai que beaucoup de frères ont été réfractaires et sont encore réfractaires à cette mixité dont la décision se prend au niveau de chaque loge .
sinon permettez moi de vous dire que vous omettez des infos dont vous n'avez peut être pas connaissance en rapport avec cette mise en place de la mixité au GODF.
Il ne s"agit aucunement de vote pour ou contre mais d'un cas très particulier qui a ensuite fait jurisprudence, le règlement intérieur n'ayant pas prévu ce genre de choses (et pour cause) : un frère est devenu sexuellement une soeur.
Et juridiquement ils n'ont pas pu l'exclure . L'affaire à coups d'avocats a donné raison à cette soeur, première femme finalement du GODF, ce qui par jurisprudence a ouvert la voie à la mixité (par obligation du coup)

didier 01/07/2017 00:18

Un descriptif qui ne correspond pas à l'expérience des SS et de moi-même dans les loges du GODF de mon Or:. et des Or:. qui nous entourent... Certes, il y a encore qq LL récalcitrantes, mais la grande majorité des LL du GODF que je fréquente (et ici on en a pas mal même si on est en province), et bien rare sont celles où les SS ne peuvent visiter. Et celles où elles peuvent visiter, elles n'ont pas besoin d'appeler le VM:. et sont accueillis sans le moindre commentaire ...
Je ne suis pas en phase avec cet article et ce qui est dit du GO. Dommage, de n'y retenir que ce qui est sombre.