Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Société : Et si on se mettait au vert ?

La période de vacances est propice pour aller à la découverte d'autres modes de vie. Pas besoin d'aller au bout du monde pour cela … L'écologie couvre bien des domaines. Or, il est aussi un mode de vie comme un état d'esprit.

Pour ne pas changer mes habitudes, je ne vais pas vous faire un grand discours sur l'état de la planète et sur vos responsabilités, ni encore faire un article bon pour les grands médias. Je vais vous faire rencontrer grâce à leurs expériences racontées sur leurs blogs des personnes qui ont adoptés un mode de vie, soit vegan (on verra la définition tout à l'heure), soit « zéro déchet » (je vous dirais en quoi cela consiste) … Bref, cet été, je vous invite à faire les poubelles, faire les brocantes et autres récup, trier et donner vos affaires inutiles à des associations, faire vos produits d'entretien et gel douche « maison », vous nourrir « local », et à vous entraîner à ne jeter qu'un bocal de déchets par an pour quatre personnes … Vous allez passer des vacances passionnantes !

Lorsque l'on critique la société de consommation, sur ses méfaits, encore faut-il accepter l'idée que la seule critique sans action personnelle n'a non seulement aucun sens mais aussi devrait être suivi de conseils, d'exemples … Bref, reconnaître que l'on ne s'improvise pas « écolo » sans mener une véritable réflexion sur la société d'une part et sur ce que nous sommes d'autre part.

Végétarien, végétalien, vegan … Qu'est-ce que c'est ?

Un végan est à la fois un végétalien, c'est-à-dire qui exclut de son alimentation tout produit d'origine animal (soit le lait, les œufs, le miel par exemple) et qui, en plus, a un mode de vie respectueux des animaux.

Les végétariens se contentent de ne pas manger d'animaux. Ainsi, ils accordent une large part de leur alimentation aux produits laitiers, aux œufs ou encore au miel, comme il met chaussures et accessoires de cuir, utilise la laine ou les fourrures pour se vêtir.

Etre végan consiste donc à renoncer voir résister à une pression sociale et marketing (on zappe donc les publicités). Il analyse sa consommation personnelle y incluant le bénéfice pour les animaux. En effet, la démarche végan relève d'une idéologie mais aussi d'un certain pragmatisme. Il souhaite un monde où l'humain ne mangerait pas et ne torturait pas des animaux. L'animal est considéré comme un être vivant possédant des droits et, surtout, en rien inférieur à l'être humain. Il posséde des capacités cognitives et d'apprentissage comme de transmission de celui-ci.

En dehors de choix personnels dont les motivations varient selon les personnes, il existe des mouvements « vegans » militants pour la fermeture des abattoirs ou contre l'élevage intensif dit « en batterie » d'animaux. Tout le monde a, au moins, suivi un de ces reportages sur la cruauté de ce modèle d'élevage comprenant autant de mutilations qu'un taux de mortalité de l'ordre de 20% du fait des conditions de vie des animaux. (source ici)

De plus, ce type d'élevage provoque des problèmes sanitaires. On se souvient de la « crise de la vache folle » dont l'origine est l'alimentation des animaux (farine animale) élevés en batterie.

Or, quoique l'on fasse (ou dise faire), ces productions intensives représentent 80% des produits composant notre alimentation quotidienne. Difficile d'y échapper. Les vegans partent donc d'un simple calcul : moins on en mange ou utilise des produits d'origine animal, moins ces modèles d'élevage sont nécessaires. En effet, ce type de production se justifie par une sur-consommation de viandes qu'une production agricole traditionnelle ne saurait (soi-disant) pas couvrir. Bien sûr, entre en ligne de compte, le profit financier de ce type de production. Etre vegan et même simplement végétalien n'est pas possible sans apport obligatoire en vitamine B12. (pour en savoir plus, c'est ici)

Non pas que je vous conseille – ne l'étant pas moi-même – de devenir du jour au lendemain végétarien ou encore végétalien et vegan, mais à réfléchir à votre propre consommation et votre manière de concevoir votre alimentation.

Un des blogs de référence sur le mode de vie vegan est Antigone XXI (on clique ici) tenu par une jeune chercheuse en science sociale et spécialiste des mouvements sociaux. Elle est actuellement en fonction à l'Université Catholique de Louvain. 

Pour le Québec, vous pourrez vous référer au blog « Penser avant d'ouvrir la bouche ». Tout un programme que vous pouvez trouver en suivant le lien ici.

Luttez contre le gaspillage !

Alors que des milliers de personnes vivent dans la précarité, 1/3 de la production alimentaire est tout simplement jetée dans le monde.

En France, ce sont 2,3 millions de tonnes qui sont mis à la poubelle par les supermarchés. La restauration collective et commerciale met à la poubelle 1,6 millions de tonnes de produits alimentaires. La plus grosse part appartient aux foyers avec 5,2 millions de tonnes (79 kg par personnes) de produit alimentaire qui sont jetés. Le premier concept assez simple est donc de limiter par personne et par famille, les aliments non consommés, soit par des achats plus justes et donc une prise de conscience collective. L'autre moyen est de mettre en vente les produits dont la date limite est proche pour une consommation immédiate avec des réductions. Ceci permettrait, en effet, de répondre en partie aux besoins des personnes les plus précaires. Vous pouvez trouver des supermarchés ici :

Devenez freegan ! Quand c'est dit en anglais, cela sonne bien mieux que « faire les poubelles » pour lutter contre le gaspillage. Le mouvement s'improvise (ou pas). D'autant plus que « faire les poubelles » d'un supermarché en France risque de se voir condamner pour vol ! Je vous rassure en 2015, la cour de cassation a rappelé que faire les poubelles n'étaient pas un vol puisqu'il s'agit de denrées ayant perdues toutes valeurs. (comme par exemple ici)

La loi de 2016 luttant contre le gaspillage se veut autoriser à la distributions des invendus par les supermarchés et reconnaît la collecte dans leurs poubelles.

Le mouvement « freegan » offre autant de possibilités que d'aspects divers. Tout d'abord, il est une critique à la société de consommation et à son pendant : le gaspillage. En sus, du fait que les poubelles sont aussi spécialisées que leurs propriétaires, les aliments sont distribués créant ainsi un mouvement collectif : de ceux qui collectent à ceux qui reçoivent. Un freegan collecte pour sa propre consommation mais aussi pour d'autres dans le besoin. (Les Gars'Pilleurs)

En-dehors de la nourriture, les biens de consommations comme meubles, électroménagers, peuvent être aussi récupérer de la même manière. Qui n'a pas fait le tour des « encombrants » une fois dans sa vie dans sa propre ville pour trouver LA chaise de votre vie et récupérer LE chevet de votre vie ? Nombreuses sont les associations d'insertion par le travail qui récupèrent les appareils électroménagers défectueux pour les réparer et les revendre. Vide-grenier, brocante, « puce » sont autant d'alternatives pour lutter contre le gaspillage et la sur-consommation. Au lieu de faire les poubelles, ... 

Adoptez le zéro déchet ! 

Le « Zéro Déchet » est la solution pour éviter que l'on fouille vos poubelles … Je reconnais que la motivation n'est certainement pas de garder une vie secrète mais d'avoir un comportement éco-responsable … Ainsi, pour exemple, et ce sera le seul pour cet article – il y en a plein d'autres – la « famille zéro déchet » qui est arrivé à limiter ses déchets à un bocal par an, (dont vous pouvez trouver toutes les aventures ici) Il leur a fallu quelques années … quand même. C'est quoi la lutte ? L'emballage en tout genre. Le premier geste est de limiter sinon de proscrire le « jetable » et le geste suivant  est de « faire par soi même ». L'idée est de limiter, certes, les déchets mais ainsi de limiter l'incinération de ces déchets souvent toxiques pour l'environnement comme de pointer du doigt l'irresponsabilité collective. 

Faites vous-même !

Maintenant que vous avez récupéré un tas de trucs dans les poubelles, que vous voulez limiter la taille de la vôtre, il faudra restaurer et réorganiser tout cela. Véritable art, la restauration des meubles est autant une réflexion sur l'objet lui-même et un passe-temps. « Faire par soi-même », le « home made », c'est autant le tricot, la couture, la décoration, le jardinage … la cuisine. Bref, tout ce qui peut être fait avec ses petites mains. Au-delà du plaisir à créer, le "faire soi-même" est aussi gagner en indépendance. Vous n'êtes plus les victimes des fabricants et autres publicistes. Vous prenez en main en tout ou en partie votre vie matérielle. 

Au-delà, de ces occupations nombreuses et productives, qui sont autant de loisirs, il y a aussi une réflexion sur sa consommation. En effet, être écolo, anti-gaspi et éco-responsable, réside aussi à renoncer aux produits chimiques industriels de grande consommation que sont les produits d'hygiène personnel et les produits lessiviels et ménagers. Le « zéro déchet » commence par la salle de bain et l'entretien de la maison. 

La cosmétique « maison » a pris un essor tel que les remèdes de « grand-mère » sont revenus à la mode. Or, ni nos grand-mères, ni nos arrière-grand-mères, ni encore les générations d'avant, ne les utilisaient …. En effet, au 19ème siècle et au début du 20ème siècle, les crèmes, pommades et autres soins étaient largement agrémentés de graisse de baleine ou de bœuf, d'aluminium et même de plomb, … sans parler des remèdes à base d'arsenic ou d'opium. Pour le coup, accuser nos héros de l'écologie familiale de régression consiste à les envoyer à bord d'un baleinier. Par ailleurs, disons-le franchement, la fabrication de cosmétiques et de produits nettoyant est un peu plus sophistiquée que ces fameux trucs sortis d'un passé idéalisé, comme d'ailleurs le montre ce joli blog "les cosmétiques de Lilith" tenu par une jeune femme qui a fini par ouvrir sa savonnerie (ici). 

Que nous apprennent ces démarches? Elles commencent par le respect de soi, le respect des autres, le désir de participer à construire un nouveau monde, découvrir ses propres limites et sortir finalement des idées reçues. Améliorer l'humanité. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

hector 27/07/2017 11:25

Être tout bêtement raisonnable .... C'est pas con !