Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Maçonne

Le cas du GODF : les obédiences en crise ? Analyse

Le pêcheur à la ligne / Renoir

Par hasard, je suis tombée sur la photo d'un article concernant le GODF – diffusé sur les réseaux sociaux – Le journaliste tente d'expliquer les raisons d'une crise interne, liée visiblement à la personnalité de l'actuel Grand Maître, Jean-Philippe Hubsch et à son orientation (présumée) politique. Jusque là rien de palpitant et de vraiment nouveau. Je ne sais pas ce qu'il faudrait être pour n'avoir pas perçu le silence assourdissant du GODF face à de grands enjeux sociaux. Il fut une époque, pas si lointaine que cela, où le GODF comme d'ailleurs la plupart des obédiences étaient bien plus présents … Ce qui ne signifie pas, d'ailleurs, que cette présence soit considérée comme suffisante. Depuis deux ou trois ans, c'est moins que moins.  
Or, faut-il jeter la pierre sur ce grand maître et sur uniquement le GODF et son actuel grand maître ? 

Je m'étonnais, comme beaucoup, du silence des obédiences lors des manifestations des Gilets Jaunes face aux propositions inédites qui étaient énoncées sur des thèmes logiquement de fond, comme la démocratie directe, le travail et sa reconnaissance (« Gloire au Travail » dit-on?), ou encore les inégalités sociales, économiques et politiques des citoyens, les revendications des soignants dans un milieu hospitalier délaissé, .... la réforme « retraite », les lois qui, a plus d'un titre, sont liberticides touchant le droit à être informé, les violences policières, le racisme et plus largement encore la xénophobie. 

 

Article "LE FIGARO" du 7 juillet 2020

Silence ou omerta ?  

Ce silence peut être interprété effectivement comme un soutien quelque peu aveugle et inconditionnel à Emmanuel Macron par bons nombres de frères et de sœurs. Là encore, la tentative de radiation de Jean-Luc Mélenchon par le Conseil de l'Ordre quelques semaines avant que n'éclatent les premières manifestations sociales retire tout crédit à ce malheureux grand maître.

Jean-Luc Mélenchon a fini par démissionner du GODF. Ce qui n'arrange rien. Bien au contraire. Cela ne fait que renforcer l'idée que tout un pan de la pensée politique, qu'elle soit sociale ou encore écologique (n'oublions pas que les listes EELV et France Insoumise ont été communes dès le 1er tour pour bons nombres de municipalités aux dernières élections), n'ont aucune place au sein des obédiences maçonniques. 

Si le mandat et la gestion de ce grand maître est contesté, il n'y a pas que le GODF en France. Ce que semble ignorer les autres obédiences qui se sont montrées aussi silencieuses et aussi absentes que ce dernier. 

Pour exemple, le nouveau Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin est toujours inquiété pour une plainte pour viol. L'enquête est toujours ouverte et fut relancée le 9 juin de cette année.  

Darmanin reconnait les faits : il a effectivement fait pression sur la plaignante pour obtenir des faveurs sexuelles. Sauf que pour lui, il ne s'agit pas d'un viol (lire ici pour plus d'information sur cette sordide affaire)  Il reconnaît tout au plus un "abus de pouvoir". 
L'Elysée affirme que cette plainte ne compte pas – et même semble connaître la résolution de l'affaire.  Comment peut-on imaginer que les enquêteurs, policiers ou gendarmes, vont pouvoir faire la lumière sur cette plainte contre leur propre ministre ? On ne peut pas l'envisager. Alors que l'on sait qu'à peine 1% des violeurs sont condamnés et que la justice peine même à reconnaître un viol sur un enfant de 11 ans, c'est donner un permis de violer à n'importe qui – surtout s'il est ministrable.

La présomption d'innocence n'excuse pas tout – et certainement pas ce qui est très clairement comme un conflit d'intérêt et une rupture avec de nombreux principes : la séparation des pouvoirs, le droit des victimes et la reconnaissance de leur statut, …. 
Si le même Emmanuel Macron s'était débarrassé de ses ministres accusés d'affaires - dont les ministres MoDem pour une affaire d'emploi fictif, à ses yeux, une accusation de viol est bien moins grave.  Le corps et l'intégrité physique et morale d'une femme coûte moins que les costards de Fillon, le homard de De Rugy ou encore les locaux de Acte-Sud.  Je savais que pour "En Marche" et Emmanuel Macron, les femmes étaient peu de chose, mais à ce point, c'est bien sûr révoltant. 

La GLFF a inscrit dans ses principes le « droit des femmes », a une Commission des Droits des Femmes, affiche une "spécificité féminine",  le GODF initie des femmes - cela a grand coup d'annonce pour n'en compter que 2000 pour 50 000 (et même si elles sont le double, cela ne changera rien), le Droit Humain est mixte depuis plus d'un siècle, …. et il y a encore la Grande Loge Mixte de France, la Grande Loge Mixte Universelle, .... On compte en France environ 30 000 femmes initiées. Ces obédiences ont des budgets faramineux, des sites et des moyens de communication que beaucoup leur envierait. Résultat, je suis la seule à  considérer cette nomination comme une provocation pour toutes les victimes de viol.  Les bras m'en tombent.  


Fort heureusement, pour les femmes et leurs droits, au même titre que leurs sécurités, il existe des associations féministes qui savent se mobiliser.  Il faudra donc se contenter des communiqués des associations féministes dont "Osez le Féminisme" par exemple ici, sur le site MadMoiZelle là, le Planning Familial , .... 

 

 

Durant cette période de confinement, alors que les hôpitaux et les soignants faisaient face à un manque de moyens du fait d'une gestion catastrophique de plusieurs années, les obédiences n'ont pas émis un seul mot. 
La France compte  30 000 morts, à ce jour – les USA, 135 000 morts, le Royaume-Uni, 44 000 décès, alors que l'Allemagne n'en compte que 9100 ! Est-ce que les obédiences maçonniques demandent une enquête, s'alarment, s'interrogent ? Non. 
Dans le  compte-rendu d'une conférence avec Emmanuel Macron  publié par le Droit Humain, nous ne lisons nul part que les obédiences maçonniques présentes se sont inquiétées de la gestion de cette crise sanitaire alors que les allemands nous prouvent qu'au moins 20 000 décès pouvaient être évités.
Par contre, ils lui ont promis de plancher sur l'après-Covid – cela les occupera me diriez-vous – d'où le « livre blanc » du GODF sur ce sujet, par exemple.  D'ici qu'il soit terminé et lu, on aura trouvé le vaccin. 

Qui a-t-il de plus grave que la mort prématurée d'hommes et de femmes, de savoir des hommes et des femmes mutilés, battus et blessés dans leur chair ? Je ne connais rien de pire. Cela quelque soit la cause. Que ce soit de maladie, du fait de violences policières, du fait de conjoint violent, ou d'un ministre …. Cela devrait être une préoccupation majeure de toutes et de tous. A priori pas pour les obédiences maçonniques qui ne savent même pas compter leurs propres morts. Il y a eut des frères et des sœurs qui ont été malades, certains même gravement, ces derniers mois – Certains sont décédés, d'autres ont perdu un proche, un ami, un parent, un frère, une sœur, … D'autres encore sont en souffrance. 
Si le GODF – puisque c'est le sujet – n'a exprimé aucun mot à l'égard des deuils touchant l'obédience, il a communiqué sur la destruction d'une statue (!).  On notera qu'entre le 2 mars – date du dernier communiqué avant le confinement – et ce 16 juillet, le GODF a publié que deux communiqués. Les autres communiqués sont ceux du « Collectif Laïque National » dont, a priori, le GODF semble souhaiter faire de la publicité. Or, cela n'est et ne reste qu'une association profane comme une autre. 

Les autres obédiences n'ont fait guère mieux– Seul le Droit Humain semble sortir du lot – mais, disons-le, il est l'obédience qui soigne le mieux sa communication, se donnant les moyens et ayant l'intelligence de soutenir des propos un tant soi peu argumentés et construits. 

Le suicidé / Manet

Le GODF soutient-il le macronisme ? 

Faut-il accuser l'actuel grand maître du GODF de soutenir la politique de Emmanuel Macron ? Vu le silence de la grande majorité des obédiences, on peut les accuser toutes de la même chose. 

En introduction, je disais que les obédiences étaient bien plus présentes dans le passé. Je dirais même, à une époque, elles auraient toutes protestées contre les violences policières, auraient lancées des travaux sur les revendications de démocratie directe (c'est-à-dire le référendum dit « citoyens »), de traiter la crise de représentativité parlementaire ou encore de discuter du partage des pouvoirs entre gouvernement et parlement. En effet, la Vème République est à l'origine des obédiences maçonniques contemporaines (et non pas l'inverse). Le GODF s'en dit même le gardien. Quant aux questions sociales et plus humanistes, elles auraient travaillée sur les droits des femmes – dont le harcèlement des rues, que #metoo à mis en lumière, le racisme …. Bref, il y a tellement d'axes de réflexion possibles qu'elles ne peuvent pas dire qu'elles manquent de sujets. Les obédiences libérales dites aussi « sociétales » n'ont pas autant ignoré les grandes questions de société que ces dernières années. 

Or, visiblement, leur seule préoccupation est la Loi de 1905, dite de laïcité. Ainsi, Jean-Philippe Hubsch en 2018 expliquait sur le blog « la Lumière » : « Quelles sont les principales menaces qui visent notre République et que le GODF veut combattre ? C’est principalement la Loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’Etat qui est attaquée par bien des organisations politiques, religieuses ou autres. Des partis d’extrême droite ou d’extrême gauche, comme les mouvements islamistes radicaux, cherchent à abîmer la laïcité et les valeurs de la République. Notre obédience devra aussi être particulièrement vigilante sur la préservation du pacte social français. »
En janvier 2019, encore, alors que les manifestations avaient fait plusieurs milliers de blessés, dont plusieurs centaines de graves, Jean-Philippe Hubsch – à l'invitation d'un dîner avec Castaner avec plusieurs autres obédiences  – ne voyait que les menaces sur la Loi de la Laïcité.

Donc oui, on peut se demander si les actuels grands maîtres des principales obédiences, dont Jean-Philippe Hubsch, n'ont pas signé tacitement un traité de non-agression à l'égard de Macron et du macronisme – et de se contenter de « la Laïcité » pour faire parler d'elles. 
Le GODF, plutôt politiquement lié avec le Parti Socialiste par sa Fraternelle Parlementaire, est tombé de haut lors des dernières élections présidentielles et législatives de 2017. Les frères (ou sœurs), perdant leur mandat de députés (il n'y a que 35 députés socialistes actuellement, contre 295 députés  sous le mandat de François Hollande), faisait perdre aussi au GODF l'aura et l'illusion d'être « aux commandes ». Ainsi, peut-on considérer que ce silence – qui paraît de plus en plus coupable – n'est qu'un calcul pour tenter de récupérer une place aux côtés des macronistes, avec l'aide des ex-socialistes qui ont retourné leur veste. 
Les politiques – et si je l'étais, je n'en penserais pas moins – considèrent que le GODF, comme d'ailleurs toutes les obédiences maçonniques, ne comptent pas que ce soit pour créer une opinion ou infléchir une politique. Cela depuis le début de la 2nde Guerre Mondiale. 
Emmanuel Macron se fiche des associations et syndicats – il l'a prouvé à maintes reprises et cela depuis le début de son mandat trouvant cela un peu trop « vieux monde ». Imaginer que les  macronistes vont s'intéresser à un GODF (ou à une autre obédience maçonnique) qui ne dit rien,  c'est – comment vous dire ? - rêver tout debout. 

Emmanuel Macron affiche – enfin ? - son vrai visage  donnant raison à mon analyse (que vous trouverez dans les différents liens en fin d'article). Il n'est pas un homme de gauche et ne l'a jamais été.  Il n'est capable de faire qu'une  politique de droite -  politique qui se veut rassurante en période de crise économique – rassurante pour les entreprises, bien sûr – rassurante pour les plus riches, rassurantes mais, comme on le sait, pas nécessairement efficaces. Pour lui comme pour d'autres, vu les faibles résultats du Parti Socialiste que ce soit aux présidentielles, aux législatives, aux Européennes et dernièrement aux municipales, le socialisme n'existe plus. Les seuls qui peuvent encore représenter un courant social sont, dans une certaine mesure, les « Verts » plus centrés sur l'écologie, et la France Insoumise. 

Effectivement, le fait est que le Conseil de l'Ordre s'est par trop précipité pour suspendre Jean-Luc Mélenchon alors qu'il n'était que sur le coup d'une enquête préliminaire peut permettre de conclure – aussi – que Jean-Philippe Hubsch et son Conseil de l'Ordre a souhaité faire un cadeau à Emmanuel Macron. Personnellement, je l'ai – moi aussi – perçu ainsi. 
En effet, le Conseil de l'Ordre ne bouge pas concernant l'affaire Ghosn dans lequel Alain Bauer, ex-grand maître du GODF, doit répondre devant un juge d'instruction depuis octobre 2019 sur une affaire de corruption, ceci suite à une enquête préliminaire ouverte en 2014.  Notons que ce dernier a vu son domicile perquisitionner en 2017 (!).  
Les frères et sœurs du GODF ne manquent pas de connaître les problèmes judiciaires de leur ex-grand maître tout en soulignant la différence de traitement du même Conseil de l'Ordre entre Alain Bauer et Jean-Luc Mélenchon. Cette contradiction est symptomatique d'une perte de valeurs. 

Là encore, il faut nuancer l'analyse. De quelles valeurs, parle-t-on ? En se référant à l'histoire du GODF, il faut quand même reconnaître que sa spécialité et la raison de sa longévité est qu'il fut – jamais à l'origine de quoique ce soit – mais toujours à suivre le régime en place. Ainsi, il fut royaliste, Bonapartiste, pour devenir républicain quand il le fallait – jamais avant, toujours après les autres. Ses grands maîtres, s'ils n'étaient pas désignés par les pouvoirs en place, n'hésitaient pas à dénoncer les frères qui se montraient un peu trop critiques à l'égard du régime dont ils connaissaient les dérives et les injustices. Le GODF a ainsi fait emprisonner autant de frères républicains qu'il en trouvait, a fait condamner des communards aux  bagnes, … 
Ainsi, rien d'étonnant – et c'est même structurel, sinon une ancienne tradition – à ce que le Conseil de l'Ordre du GODF et son grand maître tentent de se rapprocher d'un parti politique au pouvoir. 
A la différence que de nos jours – le macronisme n'étant pas une dictature -  une obédience comme toute association a le droit et le devoir de se conformer aux valeurs qu'elle déclare défendre. Liberté. Egalité. Fraternité recouvrent bien plus que la Loi de la Laïcité. 

Grenouillère / Renoir


Plus d'idées nouvelles ? 

« Il n'y a plus d'idées nouvelles » accuse un ancien grand maître du GODF. L'excellent ouvrier est celui qui sait créer ses propres outils. L'artiste – dont le nom reste dans l'histoire – n'est pas celui qui fait de jolis tableaux, c'est celui qui a créé une couleur, transformé un code et a révolutionné son art.
Les exemples ne manquent pas. Ce que l'on retient de Léonard de Vinci, par exemple, sont ses recherches mais aussi deux techniques qui composent la quinzaine de toiles qui a laissé : la première est une composition géométrique à la fois gracieuse et méthodiquement étudiée, - la deuxième est le sfumato, c'est à dire l'estompé dans un jeu de couleur clair et sombre les contours. 
L'impressionnisme, apparaissant à la fin du 19ème siècle, est une rupture avec la peinture académique – et dans les faits une critique de celle-ci – naissant d'ailleurs grâce à l'invention des tubes du peinture, permettant aux artistes de sortir de leur atelier pour peindre en plein air et y terminer leur tableau. On le doit à un groupe d'artistes, mais surtout à Renoir et Monet dans deux œuvres  La Grenouillère et Bain à la Grenouillère sur l'île de Croissy. Ces artistes refusés dans les expositions officielles fondèrent la Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs en avril 1874 pour organiser leur propre exposition. Ils se considéraient, surtout, comme révolutionnaires alors qu'ils étaient moqués et méprisés. Peu à peu, le mouvement « impressionniste » s'imposa et quelques grands noms reviennent : Renoir, Monet, Degas, Berthe Morisot, Sisley …   ou encore Manet et Bazille. 
Ce court exposé pour expliquer que pour développer des idées nouvelles, il faut déjà savoir remettre en cause l'existant, quitter et rompre avec l'officiel, la culture ou l'idée dominante. 

La franc-maçonnerie telle que pratiquée au sein des loges n'invitent qu'à être des utilisateurs d'outils – à rabâcher les mêmes choses – plutôt qu'à en créer de nouveaux. C'est d'ailleurs tout le problème des rituels. On les veut anciens, traditionnels. Certains même réclament la « pureté »  de ces derniers, mais pas une approche novatrice, décalée, et encore moins une réécriture de ceux-ci, comme s'ils détenaient quelques pouvoirs magiques  sur la pensée des frères et des sœurs. La magie ne semble pas fonctionner. 
Au final, ces derniers baignant dans le vieux ne font que du vieux – incapables d'avoir une lecture novatrice de leurs rituels.  Ils ne sont que des consommateurs – d'ailleurs bien dociles – pas des créateurs, des inventeurs, des novateurs, … 
Ceci pour expliquer quelque chose dont je fais l'expérience. Avoir des « idées nouvelles », vouloir faire bouger les lignes,  est certes une bonne chose – et ce n'est pas moi qui contesterait quoique ce soit sur ce point – or, le risque d'en avoir et de les diffuser est qu'elles déplaisent à la majorité, à ce qui est « officiel » ou se veut l'être. 
Le GODF et les obédiences maçonniques se comportent comme si elles détenaient des idées nouvelles qui appartiendraient aussi à l'opinion dominante.  Cette seule contradiction démontre surtout que ceux et celles qui vantent les mérites des idées avant-gardistes n'en ont jamais fait l'expérience une seule fois dans leur vie !  Certes, « idées nouvelles » n'est pas synonyme de révolution – et personne n'en demande autant aux obédiences maçonniques, mais quand même … 

Bains à la Grenouillère / Monet

Ce qui m'inquiète réellement n'est pas l'incapacité des obédiences à créer des idées nouvelles. Aujourd'hui, les obédiences y sont allergiques au point d'étouffer les frères et les sœurs qui en auraient, voir même de les virer ou les faire démissionner. Pire encore, je ne compte plus les frères et sœurs qui diffusent des opinions d'extrême-droite, ultra-conservatrices,  sur les réseaux sociaux. Le plus flagrant est le nombre de frères et de sœurs qui soutiennent Zemmour, le considérant comme un « grand homme ».  Cela souligne d'autant la misère intellectuelle de ces frères ou  soeurs.

Comment peuvent-ils ignorer que les idées de Zemmour, Camus, Soral ou encore Finkielkraut ont inspiré et ont été cité dans les manifestes des suprémacistes blancs, dont les assassins de masse que celui de Oslo comme de Nouvelle Zélande ? Ils sont aussi les références des policiers racistes français.  Comment peuvent-ils ainsi soutenir la même idéologie que des néo-nazis américains ou encore des groupuscules d'extrême-droite qui feraient passer Marine Le Pen pour un ange de douceur ? Cependant, c'est, à ce jour, avec cela que les obédiences maçonniques, y compris dites "libérales", doivent compter. L'après-Covid 19 sera raciste, conspirationniste, et fortement marqué par une poussée des suprémacistes blancs - et à l'intérieur des obédiences y compris. 

Lors des élections présidentielles de 2017, une conseillère fédérale a rétorqué  à une sœur, qui évoquait une sœur de sa loge qui se ventait de voter Marine Le Pen, qu'il était interdit de parler politique en loge et tant que cela se passait aux agapes cela n'avait aucune importance (!).  La franc-maçonnerie n'est faite que pour la spiritualité … peu importe si derrière ce courant spiritualiste se cache l'extrême-droite, ses relents racistes et la pire xénophobie.  La même obédience signait des appels à ne pas voter l'extrême-droite.  Tartuffe aurait adoré. Des exemples de ce type existent dans toutes les obédiences – A une nuance, le GODF  semble plus à l'aise pour radier des frères ou des sœurs présentant activement de telles opinions, y compris aux agapes ! 
 
Si même en interne les obédiences ne savent pas gérer les membres qui professent des opinions racistes, d'extrême-droite, et cela publiquement, alors que depuis une bonne décennie elles crient toutes à la montée de l'extrême-droite, il y a peu de chance qu'elles savent sortir des idées nouvelles et convaincre qui que ce soit à l'extérieur. 

Alfred Sisley

Démocratie et République. 

Les obédiences maçonniques se sont trompées de combat depuis plusieurs années. Certaines (la GLFF, la GLDF, la GLAMF, par exemple) ont cherché dans un courant soi-disant "spiritualiste" une identité et de renouveler leur crédibilité. Au final, la « spiritualité » est devenu un cache-misère, interdisant toutes réflexions réformatrices. D'autres, comme le GODF, se sont contenté d'un combat pour sauver une laïcité menacée - il semblerait même qu'elle le soit depuis 1905 - comme si une société se résumait à une seule loi. 
 
Le GODF, qui avait jusqu'alors les moyens matériels et humains pour sortir de l'impasse, est handicapé par son propre fonctionnement. En effet, si Jean-Philippe Hubsch est controversé, il est utile de préciser que les derniers grands maîtres n'ont pas fait mieux. Surtout, ils ne sont pas élus par les loges et les 50 000 membres de l'obédience. Ils ne représentent donc rien. 
Comment à ce titre pouvoir traiter d'une question aussi cruciale que la crise de représentativité qui secoue l'Europe comme la France, si eux-mêmes ne sont pas représentatifs de quoique ce soit ? S'il existe quelques loges qui savent proposer des travaux de qualité, une expérience maçonnique innovante, elles sont rapidement étouffées par les dignitaires. De nombreuses loges du GODF ont, par exemple, leur propre blog dont certains sont très certainement très intéressants. Or, le site du GODF n'en présente aucun et, surtout, se refuse de faire un recensement. 
Le Conseil Fédéral de la GLFF – pour exemple – a proposé au vote du convent (convent reporté) la création d'une loge dite « de recherches et d'études » - visiblement les nombreuses commissions ne suffisent pas – dont la vénérable maîtresse sera désignée par la grande maîtresse ! De quoi ne pas espérer un avenir meilleur si même le plus simple principe démocratique qui est l'élection d'une vénérable, soit la présidente d'une loge, est nié à ce niveau d'une obédience.
Les grands démocrates du 21ème siècle ne sont pas francs-maçons ou – plus exactement – s'ils le sont, ils sont mis au banc des obédiences ou de leurs loges. ... Le jour où les obédiences maçonniques les retrouveront, il sera bien trop tard. 

 


 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le Coyote 22/07/2020 10:30

Bonjour ma Sœur, chaque matin je réactualise avec enthousiasme cet article pour voir si tu as pu répondre à mon commentaire et donner ton point de vue sur ce que j'évoque... Pardon pardon tu dois avoir pas mal de monde qui te contacte, je voulais juste te resignaler ce commentaire des fois qu'il s'agisse d'un oubli ☺️
J'aime beaucoup ton analyse et avoir ton avis sur mes réflexions je pense me permettrait de progresser en compréhension ????????

Le Coyote 22/07/2020 10:30

Bonjour ma Sœur, chaque matin je réactualise avec enthousiasme cet article pour voir si tu as pu répondre à mon commentaire et donner ton point de vue sur ce que j'évoque... Pardon pardon tu dois avoir pas mal de monde qui te contacte, je voulais juste te resignaler ce commentaire des fois qu'il s'agisse d'un oubli ☺️
J'aime beaucoup ton analyse et avoir ton avis sur mes réflexions je pense me permettrait de progresser en compréhension ????????

Le Coyote 28/07/2020 08:15

Je rajoute ici le lien vers un nouvel article qui vient de sortir qui se rapporte à ce sujet et pourrait nourrir nos réflexions : https://www.gadlu.info/edito-semer-le-verbe-a-lexterieur-du-temple.html

J'y vois l'extrême souffrance de nos SS&FF qui éprouvent une grande dissonance cognitive entre ce qu'ils s'imaginent être la Franc-maconnerie (societale, 3eme République, faiseuse de lois) et actuellement. J'observe tant de pessimisme, de simplification "bien VS mal" que mon cœur, ma fraternité, s'etreingnent... Le jeune que je suis à (voir mon dernier commentaire avec les arguments) envie de crier devant la chaîne d'union mondiale : "mais zut, au contraire, c'est positif ! Sachons accepter le changement inéluctable (le fait que nous n'ayons plus qu'une seule pertinence - mais renforcée - celle d'être un réceptacle et un déclencheur de Spiritualité et un endroit de construction de Belles Personnes pouvant à leur échelle et si elles le souhaitent contribuer à des actions positives pour le devenir commun)

Le Coyote 25/07/2020 21:08

Ah super :))))
Je n'en attendais pas tant et du coup... j'ai hâte !

La Maçonne 22/07/2020 16:31

Mon cher Coyotte, je pensais même faire un article pour y répondre !!! Donc, non - je ne t'ai pas oublié ...

pierre serge mazens 18/07/2020 18:07

Lorsqu'on arrive au GODF que trouve -t-on? La plus part du temps des gens sympathiques ,des FF gentils...mais qu'est-ce qu'on s’ennuie!
Davantage encore dans les grades dits supérieurs ou hauts : des planches dont les sujets ne sont guère maîtrisés et des débats sans pertinence animés d'une réflexion convenue sans aucune perspective. Des personnes qui font du rattrapage, qui malheureusement parfois se prennent enfin pour quelqu'un parce qu'ils sont initiés et chevaliers ! Quelle démagogie !
Il semble que l'on ne sache plus trop quoi penser dès que l'on s'éloigne de la langue de bois fraternelle alors on s'enlise dans la platitude consensuelle.Place alors est faite pour les vœux pieux et l'utopie volontariste. Les retombées sont tristes et l'on boit pour se donner du cœur.
Alors que faire? Eh! bien, autour de soi, amis, enfants, associations, collaborateurs, tout ce vivier fourmille d'idées et de projets, les échanges y sont riches et variés et si les besoins de chacun ne sont pas identiques, ils sont au moins équivalents.
La maçonnerie, démodée socialement peine à s'extraire des évidences partagées et ne bouleverse-ra peut-être plus rien!

Place aux jeunes...

Bosdeveix 17/07/2020 11:42

Une bien triste analyse mais assez precuse de la situation du feu laboratoire d'idées. Tout est à réinventer...

Le Coyote 17/07/2020 11:32

Comme toujours tes articles sont très instructifs et je trouve que celui-ci se rejoint à celui publié sur gadlu.info il y a quelques jours : "ON DIT QUE…
CHRONIQUE (IM)PERTINENTE DE JÉROME TOUZALIN" https://www.gadlu.info/on-dit-que.html

J'y ai fait un commentaire et j'adorerais lire ce que tu peux en penser :
- - -
"À l’analyse que tu fais je rajouterai que peut-être tout simplement le monde profane a changé et qu’il n’a peut-être plus besoin que ce soit des franc-maçons qui occupent et impulsent le débat public.
La laïcité en France est désormais une évidence intellectuelle, les droits des femmes, de la sexualité, de la liberté de penser et d’être… sont des acquis mentaux même s’il reste à beaucoup œuvrer dans sa réalisation sur le terrain…

Dans le temps et lorsque le parlement était à ce point garni de franc-maçons sous la 3eme république, la sociologie des français était telle qu’il est compréhensible que les esprits lettrés, intellectuels et ayant un patrimoine financier qui leur permette de s’adonner tout le temps aux choses intellectuelles… se soient en plus retrouvés dans les loges, discourant avec leur semblables.
Mais aujourd’hui les loges sont plutôt un Club de personnes d’un âge certain, aux vues conservatrices et convenues. L’esprit intellectuel, l’innovation de pensée est aujourd’hui davantage à chercher dans les initiatives privées (startups, entreprises changeant le monde) et/ou personnelles (Influenceurs, leaders d’opinion sur YouTube, Instagram, Twitch…)

Pourquoi diable les intellectuels et gens qui changent le monde d’aujourd’hui iraient-ils choisir l’initiation… patienter 1 à 2 ans pour enfin prendre la parole en loge et au final se heurter à une majorité d’esprits conservateurs et convenus ? Alors qu’ils ont de l’autre côté la possibilité de lancer une startup, devenir millionnaire dans ce même laps de temps et concrètement changer le monde tout en échangeant avec des réels esprits de progrès : scientifiques, entrepreneurs et leaders d’opinions ? Pourquoi diable feraient-ils cela?

On assiste aux obédiences sociétales qui pensent continuer la Tradition mais qui selon moi ne font plus que répéter des choses déjà acquises (la laïcité) ou alors complètement convenues (la mixité, la place de la femme) trouvant que leurs actions portent puisqu’on voit dans notre société un réel progrès de ces idées… Alors que le monde profane se serait bien passé d’eux… La vague de la mixité grossissant d’elle-même à l’extérieur… Essayez de discuter avec un jeune de 20 ans aujourd’hui et parlez-lui de non mixité… Vous observerez un regard vide de compréhension… Vous renvoyant ce qui pour lui est une évidence et ne peut envisager d’autre réalité : le femme est l’égale de l’homme.
Attendez juste 20 ans et vous verrez cette classe d’âge rentrer en maçonnerie… et il n’y aura besoin d’aucun débat, d’aucune question à l’étude des loges… L’évidence s’imposera.

Il est très important de sans cesse travailler à l'égalité parfaite entre femmes et hommes. Mais si les obédiences doivent se tourner vers une priorité pour qu'elles survivent... c'est sur le fait de ramener (enfin?) des jeunes dans les obédiences.

En fait mon point de vue est qu’en effet les “esprits réformateurs et impulsants des changements de société” ne sont plus en maçonnerie et que c’est d’ailleurs très bien, ça nous laisse la possibilité de nous recentrer sur ce qui est notre réelle valeur ajoutée dans la vie d’aujourd’hui : la spiritualité, le travail sur soi et le fait de devenir la meilleure version de soi-même via l’étude des philosophies et de la symbolique des idées révélatrices.

Au vu de ce changement sociologique, du fait qu’il y a de moins en moins de riches ou d’intellectuels dans les loges… Que le monde profane prend le relais, une question émerge dans mon esprit : de quel droit nous considérons-nous comme ayant une place prépondérante dans le débat public ? Pourquoi la voix d’une ou d’un franc-macon(ne) devrait-elle être au dessus des autres ? Pourquoi continuer à faire du societal?"