Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Maçonne

A la revoyure ?

Depuis ce second confinement, nous entendons régulièrement une expression et – surtout – un mot qui, jusqu'ici, était selon moi du patois : revoyure. 
Il aura fallu une crise sanitaire pour que je retrouve ce mot. Le Premier Ministre Castex promet des clauses de revoyure que les journalistes reprennent l'air gourmand et sérieux. Cela doit faire genre. 

Enfant, nous nous disions « à la revoyure ! » en se quittant. Cela est passé. Il faut dire que l'expression n'est pas très belle, le mot un peu lourd à l'oreille, très campagne et clocher de village. 

Après une recherche, j'ai découvert ce que je pensais être du patois - parce que c'est mieux avec l'accent -  était bien français mais n'en est  pas moins un mot désuet et familier,  tiré de l'argot puisque apparaissant – selon mon dictionnaire étymologique – qu'en 1821. 
Le dictionnaire de l'Académie Française précise même qu'au 19ème siècle, il s'agissait de revoyeure pour devenir plus tard revoyure.

C'est d'ailleurs Alphonse Daudet qui gèle le mot dans « Sapho , mœurs parisienne» en 1884, invitant toute l'Académie Française à l'inscrire dans son dictionnaire.  
Implacables, les Académiciens indiquent : « Seulement dans la locution populaire À la revoyure, employée pour prendre congé d’une personne et pour exprimer le souhait de la rencontrer prochainement. » Faudrait pas plaisanter. Point de clause, donc.  Ouf ! 

Nos amis québecois connaissent aussi les affres de la revoyure. Ils risquent de nous babouner l'expression tant ils pensent aussi qu'il s'agit d'un patois bien à eux alors que je la pensais bien d'ici.  « La Revoyure » fut même le titre d'une tournée d'un groupe rock-folk québecois « Mes Aïeux ».

S'il y a « revoyure », il doit exister une «voyure » quelque part. Que nenni !  Si revoyure, en tant que clause signifie « révision » - ce qu'il ne signifie d'ailleurs pas -  qui autorise, nonobstant, une « vision », il n'a pas besoin d'une première voyure originelle. La revoyure se suffit à elle-même. C'est un peu une fin sans début, sans vision de départ - plutôt signifiant, en fait. 


Plus dramatique, de la revoyure, il est possible d'être dans la terrible situation de revoyance. Je vais vous la faire courte : « (...) J'ai mangé un morceau là-bas, près de la mare, merci. Un verre de vin, oui, bien sûr, mais ce sera pour la revoyance ». Ainsi, dans le moment, l'homme reprit son chemin et disparut » (Pourrat,Gaspard, 1922, p. 27). 
La France, me dis-je inquiète,  doit savoir échapper à toute hypothétique revoyance d'une prochaine décision politique. 

On verra cela à la revoyure, donc. 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

hector 19/11/2020 10:45

On peut aussi dire : "à la r'voyotte"