Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Eros & Antéros

Eros & Antéros

Comme je l'avais promis - du bout des lèvres - voici un premier article sur l'amour. En effet, Noé Lamech dans son blog "GADLU.info" (et ici dans un commentaire) affirmait qu'il ne fallait pas évincer le sujet aussi facilement du sexe et de l'amour entre francs-maçons (http://www.gadlu.info/jai-lu-le-dossier-sexe-et-franc-maconnerie.html). Premier article ne veut pas dire que j'en écrirais un second. Il me parait nécessaire d'effectuer une petite révision théorique sur le sujet.

Eros, fils d'Aphrodite et d'Hermès, à moins que ce ne soit Arès ou même Zeus - comme on dit parfois : "papa peut-être" - n'a plus besoin d'être vraiment présenté. Nous l'avons tous rencontré au moins une fois. Il serait pour certains né de l'Oeuf Primordial, car rien n'aurait existé sans lui. D'autres disent qu'il s'agit d'une abstraction, une « calamité ailée ». Pourtant, Eros nous apparaît comme un enfant joufflu, avec des ailes d'or, portant un carquois et des flèches du même métal. Il tire ses flèches sans discernement, transperçant les cœurs. Il sème la discorde, la rupture. Il est l'infidélité, les passions et coups de foudre en tout genre. Il est la sexualité, la libido, l'attirance sexuelle....

Seulement, Eros ne grandit pas. Sa maman Aphrodite le remarque et s'en inquiète auprès de ses copains les dieux. Ceux-ci trouvent la solution, lui donnant un autre fils Antéros, le frère d'Eros. Eros peut enfin grandir.

Antéros est aussi un petit garçon aux ailes d'or, portant flèches et carquois, lui aussi tire ses flèches. Seulement, d'amour réciproque. Antéros représente la pureté de l'amour, son partage. Ce que les quelques rares romantiques qui restent appelleraient « le véritable amour ». Ce que d'autres diraient ce que l'on rencontre rarement.

Ce mythe explique que finalement Eros, la passion, la sexualité, amour immature ne peut grandir sans Antéros, c'est-à-dire sans réciprocité et sans partage.

Finalement, c'est un mythe assez simple. Je dirais même évident.

Le trio Eros, Agapé, et la Philia est généralement ce qui est étudiée. Le sexe, l'amour véritable c'est-à-dire divin et l'amitié - c'est à peine une vision de l'amour quelque peu patriarcale. On peut ajouter à ce trio l'amour filiale, celui des parents et des enfants.

Eros a certes un intérêt non négligeable mais éphémère, sans son frère Antéros.. Cette absence de nos concepts sur l'amour peut faire la richesse des conseillers conjugaux, mais avouons qu'il manque.

Lilithement vôtre,

Partager cet article

Commenter cet article

Noé Lamech 20/09/2013 11:37

Pour parfaire ce superbe texte voici une petite réflexion sur la légende de l'âme soeur : http://www.gadlu.info/la-legende-de-l%E2%80%99ame-soeur.html

La légende de l’âme soeur : quel lien avec la franc-maçonnerie me diriez vous ?

Et bien aucun comme beaucoup …C’est la légende d’une rencontre qui nous ouvre l’esprit, qui éclaire la noirceur de notre âme, qui nous révèle, qui nous rend meilleur, … Une rencontre que l’on attendait sans trop espérer…Une rencontre dont on sait … qu’avec elle votre vie sera plus belle…

Une réflexion à partager avec vous…que j’ai moi-même découvert grâce à ma plus belle rencontre.

La notion d’âme soeur vient du texte “Le Banquet” écrit par le philosophe grec Platon. Il raconte qu’auparavant il existait des créatures à la fois mâle et femelle, ayant quatre pieds, quatre mains, deux têtes : les androgynes. Ces êtres étaient devenus trop puissants.
Ils étaient si forts qu’ils tentèrent d’escalader le ciel pour y combattre les dieux.

Zeus dut se résoudre à leur infliger une leçon. Il décida de les couper en deux comme on coupe les légumes pour les mettre en conserve. Quand l’homme primitif eut été dédoublé par cette coupure, chacun, regrettant sa moitié, tentait de la rejoindre. S’embrassant, s’enlaçant, l’un à l’autre, désirant ne former qu’un seul être.

Mais parce qu’ils ne voulaient rien faire l’un sans l’autre, et quand une des moitiés mourrait et que l’autre survivait, la moitié survivante en cherchait une autre et s’enlaçait à elle, ce que nous appelons aujourd’hui la moitié d’une femme ou la moitié d’un homme, alors l’espèce risquait de s’éteindre et Zeus eut pitié de l’homme. Il leur fabriquat des organes de génération et fit que par ce moyen, les hommes engendrèrent les uns dans les autres, par l’organe mâle dans celui de la femelle.

C’est de ce temps lointain que date l’Amour inné des hommes les uns pour les autres, celui qui rassemble des parties de notre nature ancienne, qui de deux êtres essaient d’en faire un seul, et de guérir ainsi la nature humaine

C’est le thème de l’amour fusionnel d’une complétude par la recherche de l’autre. C’est l’interprétation romantique par excellence, celle de la jeune fille qui attend son prince charmant et rêve d’amour sans nuage et d’entente parfaite entre des êtres qui se complètent.

Platon a bien décrit le destin de chacun de nous : trouver notre autre moitié.

La Maçonne 20/09/2013 18:58

Merci, Noé. C'est une très belle légende.

calvariam 17/09/2013 22:55

Où est passé mon clip?
http://www.youtube.com/watch?v=QQbW75y3P9g&feature=share

calvariam 17/09/2013 20:29

Eros, l'une des forces primordiales recensée par Hésiode dans sa théogonie, peut-il être réduit au cupidon romain qui gère les amours humains? Le désir n'est-il pas le moteur de l'évolution qui, d'une soupe bactérienne, a permis l'émergence de la forme humaine, véhicule adapté au développement de l'intelligence? on ne peut réduire la danse d'Eros à une simple danse de salon...

La Maçonne 17/09/2013 20:48

Que ce soit pour l'amour ou tout autre chose, le désir ne suffit pas. Simplement désirer n'est pas action. Le désir n'est que le rêve, l'impulsion - pour ne pas dire la pulsion - Ce mythe Eros qui ne peut grandir sans Antéros, prends tout son sens.
Hésiode se référait sûrement au mythe de "l'Oeuf Primordial" que j'ai cité.