Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Jamais sans son frère

Il le connaît depuis le placard. Il y a passé des heures entières, dans la peur, le noir, la violence, le ventre vide. Il était un enfant maltraité, remplissant des statistiques.

Aujourd'hui adulte, il ne quitte plus son frère. Il partage avec lui le même petit appartement. Il a même préféré vivre dans une caravane en attendant d'avoir un appartement plus grand, pour ne pas le quitter.

Il cuisine pour lui, dresse la table pour deux. Le promène sur son porte-bagage. Il choisit avec lui films et magazines. Bien sûr, il se dispute de temps en temps avec. Son frère est un grand philosophe, qui comme ils étaient enfants, lui parle. N'importe qui, ici, peut les croiser. Entendre leur conciliabule. Il raconte tout à son frère. Ses moindres pensées. Sans aucune retenue. Que peut-il lui cacher? A son frère imaginaire.

Quelques Informations :

S'il existe une sensibilisation nationale, aujourd'hui, concernant la violence faites aux femmes, la violence faites aux enfants est toujours un tabou. Il y a peu d'études, de statistiques sérieuses pour évaluer la situation en France.

Une campagne choc contre les claques est menée depuis le 22 juin 2013 via une vidéo de 30 secondes montrant une gifle au ralenti. 32 pays condamnent ce type de violence. La France n'a pas encore de loi. La dernière proposition de loi a été faire en 2011 (interdisant la fessée) mais le texte n'a pas été débattu. C'est dire que la France est en retard sur la réglementation. Une gifle donnée à un adulte est un acte de violence justiciable. Alors pourquoi la permettre pour un enfant?

En chiffre:

Il y a 98 000 cas connus d’enfants en danger, c’est-à-dire 10% de plus qu’il y a dix ans.

Parmi eux :
19 000 sont victimes de maltraitance
78
000 se trouvent dans des situations à risque

44 % des enfants maltraités ont moins de 6 ans

60 % des cas de maltraitance sexuelle ont lieu dans la famille des victimes
46 % des cas de maltraitance sont imputables aux pères
25 % des cas de maltraitance sont imputables aux mères
9 % des cas de
maltraitance sont imputables aux beaux-pères

600 à 700 décès sont imputables à de mauvais traitements infligés par les parents.

50 % des cas de mors subites du nourrisson ne sont pas autopsiés.

Seuls 5% des signalements sont effectués par les médecins.

"la Gifle" - Fondation pour l'Enfance : Une campagne de sensibilisation contre toute forme de violence physique ou morale faite aux enfants, conformément à la Convention Internationale des Droits de l'Enfant, ratifiée par la France.

Partager cet article

Commenter cet article