Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Nietzsche et le cabinet de réflexion.

Nietzsche et le cabinet de réflexion.
Notre soeur Astride Mandos nous présente son premier article sur ce blog. Je la remercie de sa contribution. La rubrique "De soeur à soeur" est ouverte à toutes les soeurs désireuses de partager leur expérience et leurs réflexions. 

Nietzsche propose et questionne l'homme pour inciter celui-ci à retrouver sa divinité.

Il parle constamment de cette lucidité à atteindre, de cette intelligence à trouver avec le besoin d'être à la fois pleinement soi-même et à la fois dans la plus grande distance possible de soi-même.

Pour lui, la culture occidental est atteinte de nihilisme. Alors pour se sauver de cette humanité qui a perdu toute idée de son but, de cette humanité blasée, il nous hurle de regarder avec lucidité ce qui est.

Je l'imagine dans le cabinet de réflexion, diagnostiquer uniquement ce qui est, sans égard pour les convenances ni pour les conséquences, prêt à faire tomber le rideau d'idoles qui nous sépare de la réalité, dépouiller celle-ci de sa valeur pour arriver au rien...

« ...je vous le dis, il faut encore porter un chaos pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante (flamboyante?) Je vous le dis, vous portez encore un chaos en vous... »

De ce rien, il redonne du sens, il rend à la réalité ce qui lui a été dérobé.

Dans cette démarche philosophique il se libère définitivement de toute attache à la « pesanteur grégaire », il s'arrache enfin du troupeau

En prenant le chemin de l'initiation,le maçon « il devient ce qu'il est »

Cette démarche implique un choix, un engagement, c'est le propre de l'homme de choisir, c'est sa liberté croit il ?

Ici encore Nietzsche propose une magnifique pensée, il ne choisit pas, il élit. Il intègre ce qui convient le mieux à son être, sans jugement et sans dénigrer ce qu'il laisse de côté, et pour conclure,

il honore en choisissant …

Un tel choix ressource.

Le choix de l'initiation nous honore tous

L'initiation en mettant sur la voie, sur le chemin, déclenche un mécanisme de réflexion et un travail intérieur.

Marche- t-elle à chaque fois, permet-elle à chaque récipiendaire de se déplacer sur un autre plan d 'expression ?

Répondre pour autrui c'est lui enlevé son intimité, c'est le rabaisser et de ce fait instaurer une hiérarchie qui va à l'encontre de la maçonnerie.

L'homme n'apprend et ne comprend que ce qu'il sait déjà, c'est l'idée de la réminiscence platonicienne.

Instaurer des degrés, parler d'élévation, de perfectibilité crée parfois dans la tête du nouvel initié quelles confusions.

Sortir la maçonnerie du domaine psychologique en éliminant tout de suite l'idée de développement personnel, me semble indispensable pour comprendre que le travail intérieur se rapporte au divin.

Tailler sa pierre et se démunir de tout ce en quoi on croit pour retrouver cette minuscule parcelle d'infinité qui nous relie au Tout

Est ce que tous les individus ne sont pas tous remplis de cette parcelle ?

Est- ce qu'un frère de la GLDF en a plus que celui du GO ou qu'une sœur ? et inversement, bien sûr ...

Qu'on le rejette ou non, l'initiation nous place dans une recherche dont le support reste le sacré, la Tradition, avec cette spécificité toute maçonnique de s'ancrer dans le réel.

La Tradition ne s'oppose pas à la transformation ni au progrès.

La Tradition, c'est la fixité qui permet le mouvement, c'est le point d’appui, c'est l'axe du monde autour duquel rien ne peut être fixe.

C'est comme vouloir séparer Apollon et Dionysos.

Pourtant en proposant cette « définition » :

« La franc-Maçonnerie est un ordre initiatique Traditionnel et Universel fondé sur la fraternité et la tolérance se reliant au sacré. Elle a pour but le perfectionnement de l'humanité, l'amélioration constante de la construction humaine » la maçonnerie crée en permanence cet amalgame et /ou cette opposition à deux principes indissociable...le fixe et le mobile

Quant à la « croyance » en un Dieu, n'est-ce pas déjà s'enfermer dans un dogme, avoir une opinion (doxa) enferme l'homme.

Quand le sujet est proposé par les maçons comme réflexion, la perception de ce Dieu reste somme toute bien limitée, que nous parlions d'un Dieu créateur ou/ et révélé.

Je trouve parfois dans les commentaires une perception plus large, une recherche plus poussée d'un Univers incréé avec une vision d'un temps circulaire...

Pour ma part, je cherche...

Astride Mandos.

Partager cet article

Commenter cet article

calvariam 13/09/2013 05:36

Rien de choquant, cela dit divin, parce qu'on en a perdu le sens véritable, est connoté aujourd'hui, d'où l'usage de sacré, plus neutre...Du reste, il me semble que les pages les plus claires sur cette question doivent être cherchées chez Mircéa Eliade. Pour ce qui est de l'article, je félicite notre Soeur Astride, seul bémol (toujours le même), la croyance en dieu n'est pas seule à entrer dans le cadre de la doxa, la croyance à sa non-existence (signifié plus communément par "non croyance en dieu" expression biaisée s'il en est) aussi...La marche vers la liberté commence par l'humilité...

GILBERT 07/09/2013 15:23

ça m'a toujours géné d entendre parler de sacré sans oser dire "Divin" ;o))))) comme l'on disait qd j'étais jeune " elle est un peu enceinte" ;o)) Entre le Divin et le non divin que peut il exister ? Entre le rien et le Tout que peut il exister ? Et parler du Tout sans parler du Divin , c'est s'arréter au milieu du gué en ayant peur d'accéder à l'autre rive. ;o)) Pardon à ceux que je peux choquer . ;o))