Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Maçonne

#GénérationZemmour : une campagne de la haine

#GénérationZemmour est le hachtag « politique » de cette journée de dimanche 6 juin qui ne fait que mettre de l'eau à mon moulin. L'objectif de cette démonstration sur les réseaux sociaux est de convaincre  pour que Eric Zemmour se présente comme candidat à la présidentielle. L'idée est de créer une sorte de plébiscite pour assurer à Zemmour, avant qu'il ne se présente comme candidat, un fond d'électeurs. 

C'est GénérationZ qui affole les compteurs de twitter, groupuscule d'anonymes soit-disant représentant la « jeunesse » soutenant Zemmour en sur-publiant une vague campagne d'affichage. 
 

 La multiplication des candidats d'extrême-droite ne peut qu'affaiblir la grande patronne du même courant et nous éviter le trop promis par les médias duel Macron-Le Pen. Ainsi, je ne peux qu'applaudir toute initiative dans ce sens. 
Le seul risque, que personne n'évoque d'ailleurs, est de se réveiller un beau matin de mai 2022 avec deux candidats d'extrême-droite au 2nd tour. 
Il ne faut pas ignorer que la montée de l'extrême-droite ne s'arrête pas à la seule Marine Le Pen et à son mouvement Rassemblement National mais à ses nombreux adeptes, chroniqueurs d'émission télé ou médias, qui polluent les ondes et les réseaux sociaux - qui se cachent d'ailleurs sous les titres ronflant de « chroniqueurs » ou « philosophes-essayistes ». La multiplicité des « instituts » montrent aussi que la phénomène ne date pas d'hier. 
On y trouve « l'Institut des Libertés » de la famille Gave : Charles, le papa et de sa fille Emmanuelle (un temps sur la liste de Dupont-Aignan) qui sont les partisans de la théorie complotiste du « Grand Remplacement », l'institut Apollon https://www.institutapollon.com/pr%C3%A9sentation de Jean Messiha, qui a pour but de « préparer le basculement en 2022 de la France vers le « camp de la France » et des Nôtres, elle qui est depuis si longtemps aux mains de ceux qui appartiennent au « camp du Monde » et des Autres » ou encore le nouveau journal de Onfray « Front Populaire » qui ne fait que donner une tribune supplémentaire aux « penseurs » de l'extrême-droite dont l'abécédaire des souverainistes (hors série) https://frontpopulaire.fr/p/pa3243 est leur moment de gloire . 
J'accuse, quant à moi, Emmanuel Macron d'être la principale cause – et d'avoir largement jouer – avec cette montée de l'extrême-droite en décomplexant le débat comme le fit, en son temps, pour les mêmes raisons, son modèle politique Nicolas Sarkozy. 
Or, le débat n'est pas de savoir « la faute à qui ? » mais « qui ne fait rien ? ». Ne rien faire contre cette montée de haine, ne pas la condamner, ne pas s'y opposer, c'est l'approuver. 

 

Or, entre Zemmour et Chenu (du RN) qui proposent de sortir des instances internationales garantes des droits fondamentaux, Marion Maréchal-Le Pen qui crie à la « guerre civile » en concert avec une bande de généraux à la retraite, des policiers qui veulent avoir un droite de regard sur la justice,  ce sont surtout des droits fondamentaux qui sont attaqués – non pas une utopie mais un lien qui unit les femmes et les hommes autour d'une loi commune que résume la Déclaration Universelle des Droits Humains.
 

 

Multi-condamnés pour son islamophobie assumée, confondant liberté d'expression et délit raciste, Eric Zemmour va plus loin assurant  la sortie de la France de la Cour Européenne des Droits de l'Homme (s'il détenait le pouvoir). Plus exactement, il souhaite non pas seulement mettre fin à la Vème République mais à toute république démocratique. Le dernier qui l'a fait était Pétain. 

A savoir que le même Eric Zemmour a saisi ladite Cour Européenne pour contester une de ses condamnations pour propos racistes et islamophobes.
Elle serait, donc, idéale pour régler ses petites affaires, mais un danger pour la France.  Cela résume plutôt bien sa vision du monde : il prétends avoir des droits qu'il refuse aux autres, s'estimant « supérieur ». C'est d'ailleurs le propre des racistes : un sentiment de supériorité pérenne que sa médiatisation n'efface pas. 

 Adepte de la fameuse théorie du « grand remplacement » de Renaud Camus et Finkielkraut, son fond de commerce est la haine et le complotisme dont il tourne en boucle la maigre rhétorique. 
 

Si cette vision de la société est simpliste, pour ne pas dire ridiculement stupide, elle s'adresse celles et ceux qui y trouvent une réponse à leurs propres frustrations ou peurs désignant des boucs-émissaires qui sont, tour à tour, des étrangers, des musulmans, les femmes, les francs-maçons, les progressistes, les islamo-gauchistes, …. bref les trois-quart de la planète. 

On le sait très bien : les obédiences maçonniques et les francs-maçons sont menacés – et seront les premiers à payer le prix de cette folie - par ces individus dont Eric Zemmour qui ne supportent pas le mot « progressiste » comme d'ailleurs « liberté ».

Or, alors que les attaques sont récurrentes et parfaitement connues de toutes et de tous – je veux dire par là, qu'il n'est nul besoin de surveiller d'obscurs sites d'extrême-droite pour connaître la menace – que font les obédiences maçonniques, elles si promptes à se rallier dès lors que l'on attaque la loi sur la Laïcité ? 


Ne considèrent-elles pas que la Déclaration Universelle des Droits Humains  est fondatrice – ce qui est juridiquement le cas – à la Constitution de la Vème République et, par là, à notre système démocratique - et, par là, à la franc-maçonnerie française que nous connaissons aujourd'hui ? 
Veulent-elles être de celles et ceux  - fort nombreuses et nombreux – qui ont laissé cette menace planée au-dessus du pays ? 

Préfèrent-elles regarder leurs nombrils pour expliquer à des gens "ce qu'est la franc-maçonnerie", sa "grandeur" ou son caractère unique ? Bref, continuer à être hors sol, déconnectée des réalités, tout en espérant "faire entendre leurs voix" ? 

Je ne veux pas être de celles-là et de ceux-là. Je ne veux pas être une observatrice silencieuse – car une année est si vite passée . Lorsque les obédiences publieront leur maintenant très rituel et habituel communiqué à « faire barrage à l'extrême-droite», il sera déjà trop tard pour elles. 

 

A lire, la rubrique "en attendant 2022" de Critica Masonica. 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article