Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Maçonne

L'accord entre la majorité présidentielle et l'extrême-droite.

Temps Gestion Du Rencontre - Image gratuite sur Pixabay

Ce n’est pas parce qu’il y a 89 députés du Rassemblement National (RN) à l’Assemblée Nationale que l’extrême-droite n’est plus incompatible avec la franc-maçonnerie. Le fondamental se tient en effet en une seule phrase : l’extrême-droite est contraire aux valeurs et principes de la franc-maçonnerie. Je devrais même dire que tous les courants ultra-conservateurs le sont. 


Les votes des derniers jours (semaines) à l’Assemblée nationale font la démonstration qu’il n’existe aucune incompatibilité entre l’extrême-droite (RN) et la majorité présidentielle (soit le groupe LREM/MoDem/Horizon/Agir/Terre de Progrès) qui se présente (encore) comme un « centre gauche ». 


Depuis son premier mandat, Emmanuel Macron a souhaité supprimer du paysage politique le Parti Socialiste et la Droite républicaine (Les Républicains). Ces derniers, effectivement, survivent. 


Le premier du fait de ses propres errements comme je l’avais, dès août 2016, mentionné dans un article "Fin du Parti Socialiste : fin du socialisme ?"  

Les élections présidentielles de 2017 puis de 2022, puis les législatives de 2017, ont confirmé mon analyse. Il n’existe plus de Parti Socialiste. Tout du moins, ce qui va rester sera à nouveau socialiste. 

Les « éléphants », ceux qui se sont opposés à un accord et un rassemblement de toutes les gauches pour les législatives, ont surtout permis à l’extrême-droite d’avoir des sièges supplémentaires. 


En Occitanie, par exemple, les « dissidents » socialistes soutenus par Carole Delga et le maire de Montpellier Mickaël Delafosse se sont trouvés en position de grands perdants et, surtout, ont permis que le Rassemblement National gagnent 16 députés (sur 89 députés au total) sur une région qu’eux-mêmes prédisaient pourtant très « à gauche ». 

François Hollande qui a soutenu en Corrèze une dissidente s’est trouvé ridiculité dès le 1er tour . En effet, sa candidate Annick Taysse, soutenue à grands renforts de réunions et de prises de position publiques, n'a pas atteint le 2ème tour.  Elle n'obtient que 9,96 % des suffrages alors que la candidate de la Nupes arrive en tête du 1er tour avec 25,40 % des voix.

Aujourd’hui le Parti Socialiste a suspendu les quelques 80 candidats socialistes « dissidents ».  Ce n’est pas le socialisme qui est mort mais le bloc conservateur au sein du socialisme, représenté par Cazeneuve, Hollande, Delga, Le Foll ... qui est vaincu. 


Les seconds parce que, finalement, ils font double emploi avec la majorité présidentielle. Quel pays a besoin de deux partis « à droite », proposant peu ou prou la même chose et finalement votant à l’Assemblée Nationale la même chose ? 


Les votes entourant le projet de loi sur « le pouvoir d’achat » ont font la cruelle démonstration : opposition de la majorité présidentielle, du Rassemblement National et des Républicains à une augmentation du SMIC en dehors des augmentations automatiques liées à l’inflation, opposition de la même majorité de droite à surtaxer les entreprises telles que TOTAL qui se goinfre littéralement, suppression assez maladroite de la redevance audiovisuelle (qui est un souhait de l’extrême-droite), ... 


Les élections au sein de l’Assemblée Nationale nous avaient fait pressentir un accord entre la majorité présidentielle et le Rassemblement National, autrement dit entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Lors de l’élection du président de l’Assemblée, le candidat de Marine Le Pen s’est retiré pour laisser la place à Yaël Braun-Pivet. Renaud Labaye, collaborateur de Marine Le Pen, renonce à être candidat à poste de Questeur. Le Rassemblement National fait élire par les députés macronistes deux vice-présidents, dont Sébastien Chenu.

La scène de cette élection devrait faire frémir les plus républicains d’entre nous. Imaginez les députés macronistes, bons petits soldats, à qui on ordonne les votes, défiler le bulletin à la main alors qu’ils avaient le choix avec deux candidats EELV. 

En effet, alors que le Rassemblement National (extrême-droite) compte 89 députés, Sébastien Chenu a obtenu 290 voix et Hélène Laporte 284 voix.  Les mathématiques ne sont pas la matière préférée de la majorité présidentielle, on peut pourtant en conclure que plus de 200 députés de la majorité présidentielle ont voté pour ces deux candidats du Rassemblement National. 


Les droites font, finalement, bloc – à se demander à quoi sert d’avoir trois groupes et une multiplication de candidats si, au final, on se trouve avec du sarkozysme réchauffé, affaires judiciaires comprises. 


Cette « alliance » de fortune pour quelques miettes lâchées aux citoyens, le refus de prendre à bras le corps les inégalités et de trouver des solutions pour toutes et tous, enterrent les droites plus modérées. Elle montre que, finalement, l’extrême-droite n’est jamais très loin de la droite que celle-ci s’appelle « les Républicains » ou « En Marche/Renaissance/MoDem/Horizon ». Ils sont faits pour s’entendre. 


La minorité du groupe présidentiel à l’Assemblée Nationale, qui – dans un monde idéal – devrait permettre une discussion de fond sur chaque projet de loi, chaque ligne et chaque amendement – conduit à une dédiabolisation de l’extrême-droite, déjà bien entamée par les mêmes, pour que ce qui est une minorité obtienne une majorité. 
Emmanuel Macron n’est rien sans l’extrême-droite et Marine Le Pen. Il en a besoin pour gagner que ce soit les élections ou les votes de ses projets de lois. 


En parallèle des égos et du besoin de pouvoir des uns ou des autres, il y a de véritables questions de société : 
•    appauvrissement des classes les plus modestes face à un enrichissement des plus riches, (refus du blocage des prix, par exemple). 
•    l’emploi, c’est-à-dire  l’industrie, la dépendance de l’Europe à la Chine pour des produits manufacturés, la perte de savoir-faire, etc. 
•    le programme énergétique actuel (le nucléaire) montre son incapacité à fournir de l’énergie au meilleur prix,  
•    le réchauffement climatique avec le refus de prise de position claire sur les pesticides, les mesures insuffisantes pour l’agriculture biologique ou l’élevage responsable, ... de ces 5 dernières années, n'augurent rien de mieux pour la France. 

D'ailleurs, la réouverture d'une centrale à charbon et l'achat de gaz de schiste aux USA en font la triste démonstration. 

Mais après tout,  que puis-je en dire alors que cette indigence politique est bel et bien le choix de la majorité des français ? Non ? 

Fin du Parti Socialiste. Fin du socialisme ?

Quelques jours après la publication de cet article, on découvre que le Rassemblement National a été privilégié dans lors des élections pour la Commission de la Défense Nationale de l'Assemblée Nationale qu'il intègre à des fonctions importantes. En effet, dans le compte rendu pour les "Secrétaires", il n'y a pas eu d'élections (tous les candidats ont gagné comme à l'Ecole des Fans).

En effet, la majorité présidentielle s'est "arrangé" avec les postes de  vice-présidents (au nombre de 4). Ont été élus  2 députés Renaissance, 1 député Les Républicains et 1 député NUPES (du Parti Socialiste).

Comme selon la législation, une commission doit refléter la composition de l'Assemblée Nationale, le Rassemblement National a demandé que le vote pour les postes de "Secrétaires" ne soient pas fait et que l'on désigne leur candidat. On y retrouve donc 2 députés Renaissance, 1 député NUPES (France Insoumise) et enfin le député Rassemblement National Franck Gilleti qui avait postulé pour un poste de Vice-Président. 

Liste de la composition de la Commission de Défense Nationale (Assemblée Nationale)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Les acteurs politiques sont lamentables. Plus proches des camelots en mal de chalands que les politiciens athéniens fantasmés. Je ne prétend pas que les anciens etaient plus honnêtes, ils donnaient peut-être plus le change. <br /> Mais les électeurs eux-mêmes, n'ont-ils pas les représentants qu'ils meritent ? Des millions d'électeurs potentiels qui se forgent une opinion sur des articles d'internet dont (faute d'abonnement) ils ne liront que 30% du contenu avant de faire croire aux autres qu'ils ont une capacité à réfléchir en se fendant d'un commentaire.
Répondre
P
Sauf à devoir changer de lunettes, le seul vote de concert avec congratulations et ovation a réuni RN et LFI.<br /> Porosité qui se vérifie régulièrement. Avec bien souvent un antisémitisme plus ou moins couvert.<br /> <br /> Mais pas un mot, pas une dénonciation. <br /> La FM c’est bien de chasser les métaux dans ses poches aussi.
Répondre
L
Parce que le vote des LREM pour mettre en place 2 RN à la vice-présidence de l'Assemblée Nationale, les accords lors de la loi "Pouvoir d'achats" entre LREM RN et LR, et maintenant le même RN qui intègre la Commission de la Défense de l'AN grâce encore à la majorité présidentielle, cela ne vous choque pas et vous n'y voyez aucune porosité de la droite avec l'extrême-droite ? J'espère, Papageno que vous n'êtes pas un de ces imbéciles qui ne regarde que le doigt plutôt que la lune.