Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Radicalisation à l'islam : un long processus.

REAL LIFE (BD de Disney)
REAL LIFE (BD de Disney)

La radicalisation peut toucher tout domaine qu'il soit religieux ou politique. Il y a cependant des formes de radicalisme plus dangereuse pour la société que d'autres : les extrémismes politiques et les fondamentalismes religieux qui, quelqu'ils soient, appellent à la haine de l'autre, à l'intolérance s'imaginant en charge d'une mission sacrée. Chaque mouvance extrémiste ou intégriste cherchent à convertir le plus grand nombre à sa cause. Le fondamentalisme islamique n'est pas une exception de ce que nous avons, déjà, connu dans le passé. Cependant, à l'heure ou les médias s'emparent du sujet – sans véritablement avoir des informations utiles ou utilisables – la question de comment des jeunes, présentés comme des adolescents sans problèmes, se radicalisent à l'islam ?

En octobre 2014 fut ouvert le premier centre de « dé-radicalisation » en France, ceci après plusieurs années de retard sur les pays voisins. Les précurseurs sont les danois avec un premier centre en 2007. Le principe de la « dé-radicalisation » est de considérer qu'il s'agit d'une manipulation sectaire qui doit être traitée comme telle par une approche psychologique. La France a de même mis en place un numéro vert permettant aux familles et aux enseignants de signaler les jeunes qui leur paraissent radicalisés.

Les chiffres, qui sont publiés dans les médias, indiquent ainsi que 40% sont des convertis – voir même que 80% sont issus de famille athée (aux dernières nouvelles). Malheureusement, ces chiffres ne peuvent être considérés comme justes. Il ne concerne que les jeunes signalés par les familles – De plus, ils fluctuent d'une « information » sur l'autre au profit d'un certain goût inné pour le sensationnalisme.

En dehors de ces chiffres controversés, nous ignorons tout des causes de cette radicalisation à part « des rencontres sur les réseaux sociaux » qui d'un seul clic transforme un jeune en tueur en série et en jihadiste. Si cette idée semble satisfaire bien de nos contemporains, ce n'est pas mon cas. Une réflexion, voir une recherche d'information plus subtile que les médias traditionnels, m'a semblé nécessaire.

Des études ont existés et existent encore. Un programme de veille initié en 2004 par la France, le Canada et les USA a cherché les différents facteurs de basculement vers la radicalisation. Il s'agit de Radicalization Watch Project, RWP. Malheureusement, on n'en trouve pas de traces exploitables en France. Son blog en langue française n'existe plus. Un site (anglais) présente une revue traitant différents sujets liés Il existe une centaine de centres d'études dans le monde – bien entendu de recherches universitaires – http://www.terrorismanalysts.com/pt/index.php/pot/article/view/123/html

Face à cette liste, nous ne pouvons que méditer sur l'incompétence manifeste de la France et des pouvoirs publics à avoir conduit une réflexion sérieuse sur la question. Il faut se contenter des centres d'étude égyptiens, israéliens, suédois, américains, canadiens ou anglais …

Mon intention a été retenue par deux documents :

  • une thèse de doctorat de Benjamin Ducol (2015), « Devenir jihadiste à l’ère numérique - Une approche processuelle et situationnelle de l’engagement jihadiste au regard du Web », de l'Université de Laval/Québec. Cette thèse repose sur l'analyse empirique des biographies de 12 individus canadiens, français et belges qui sont devenus jihadistes.

  • Un article de Luis Martinez « Discours et représentations sur l’attentat-suicide auprès de dix jeunes musulmans de la région parisienne » dans le cadre d'une étude de 2007 pour la Commission Européenne sur «Le radicalisme des jeunes musulmans en Europe»,

Quel est le processus qui fait basculer un jeune dans la radicalisation ? Voici quelques élements de réponse.

"Hadès, chasseur de psycho-démons" de Sho Aimoto
"Hadès, chasseur de psycho-démons" de Sho Aimoto

Une certaine disponibilité.

L'âge, remarque-t-on, ne constitue pas un des éléments essentiels de la radicalisation, même si ce sont des jeunes de 15 à 25 ans qui sont concernés. Plus que l'âge, les individus lors de leur engagement jihadiste disposait d'une disponibilité. Ils étaient en quelque sorte dans un cycle de passage d'un état à un autre. Le parcours biographique de ces jeunes hommes et de cette jeune femme (une seule) sur les 12 personnes étudiées par Benjamin Ducol montre une certaine vacuité – du temps – c'est-à-dire une disponibilité matérielle.

Pour exemple, ce français d'origine catholique pratiquant ayant arrêté sa scolarité en 3ème est entré dans « les compagnons du devoir ». Il a dérivé quelques temps, un peu de drogue, a fini par arrêter sa formation, est devenu intérimaire allant de petits boulots en petits boulots pour finalement se radicaliser et commettre un attentat suicide. Ce belge encore qui, baccalauréat en poche, a arrêté ses études et a fait des petits boulots. Il s'est radicaliser vers 21 ans. Un autre encore affiche clairement qu'il avait le temps préparant un doctorat (canadien) !

Les incidents ou accidents dans un parcours de vie.

Nous n'avons pas besoin de lire une thèse pour savoir que nos relations, notre capacité à tisser des liens relationnels, nous permettent aussi de passer des cycles dans nos vies, marquent des changements comme le divorce des parents, un déménagement nous coupons de notre cercle amical initial. Benjamin Ducol présente le témoignage de ce jeune belge qui, suite au divorce de ses parents, a décidé de rester avec son père pour « garder ses copains ». Il s'est converti à l'âge de 15 ans pour « être comme les copains . Avec plusieurs d'entre eux, il est parti quelques années plus tard en Syrie. D'autres ruptures comme celle amoureuse d'un autre belge, issu d'une famille aisée et non pratiquante, l'ont fait rencontré par sa nouvelle petite amie dès ses 15 ans, le groupuscule islamique de Fouad Belkacem et Sharia4Belgium.

La disponibilité cognitive.

Si la disponibilité (c'est-à-dire avoir du temps), les accidents et incidents dans le parcours de vie sont des explications conduisant à la radicalisation, offrant à la fois une espace et un terrain propice, ces jeunes gens ont aussi comme point commun une disponibilité intellectuelle (ou cognitive). Il serait faut de croire que « cela arrive un peu par hasard » parce que l'adolescent a du temps à perdre, a perdu sa bande de copain ou a fait de « mauvaises rencontres ». L'adolescence est aussi l'occasion d'expérimenter, de cultiver les comportements à risque comme rechercher des sensations fortes. Ce que l'étude appelle une disponibilité cognitive ou une élasticité cognitive, comme ce jeune belge qui s'est converti deux fois – la première au catholicisme et la seconde fois à l'islam - La mélancolie, le mal-être ou bien un sentiment d'inutilité – la crise d'adolescence en somme – sont aussi des facteurs permettant cette disponibilité cognitive conduisant à la radicalisation, comme la frustration, le mécontentement ou un certain refus à « la normalité ». Ce n'est pas pathologique, mais ces cas étudiés montrent, dans ces personnalités, une certaine fragilité, une faille, un déséquilibre.

Nous voyons ici que ces dispositions sont, en somme, banales. Si elles définissent une situation – un « état d'esprit » - qui conduit à la radicalisation, il y a aussi des « mécanismes de sélection » qui sont nécessaires pour qu'un jeune en particulier bascule dans le jihadisme. On comprendra facilement que devenir jihadiste n'est pas anodin. Hormis une certaine ambivalence personnelle, une période troublée dans un parcours de vie, il faut aussi expliquer pourquoi un individu en vient à être exposé à cet univers radicalisé et à l'accepter.

"L'étrange vie de Nobody Owens" de Neil Gaiman, P. Craig Russel, Tony Harris, Scott Hampton, Galen Shownan, Jill Thompson, Stephen B.Scot
"L'étrange vie de Nobody Owens" de Neil Gaiman, P. Craig Russel, Tony Harris, Scott Hampton, Galen Shownan, Jill Thompson, Stephen B.Scot

Les préférences personnelles.

On ne peut pas écarter simplement d'un geste – sous le prétexte que l'on parle de secte et d'embrigadement – l'idée qu'il y a aussi véritablement un choix par goût de ce mouvement radical chez ces jeunes. On peut estimer que leurs perceptions est faussées – par leur croyance et leur inculture, comme une absence d'esprit critique. Benjamin Ducol montre que ces personnes dont il a retracé le parcours et les motivations avaient une préférence – c'est-à-dire qu'ils ont fait le choix. Nous choisissons toutes et tous nos cercles relationnels par goût, parce que structurellement, ils nous conviennent et convergent vers ce que nous désirons ou voulons devenir (ou faire). Un jeune canadien tombé dans la petite délinquance explique qu'un jour il a suivi un groupe de musulmans à la prière et que – de là – il a découvert sa voie, un mode de vie qui lui convenait. Il ne fréquentait plus ses anciens amis (délinquants), préférant la mosquée et la compagnie de musulmans pratiquants y trouvant des modèles, s'obligeant lui-même à une bonne pratique religieuse. Cette conversion fut vécue par son entourage familial comme étant un bien. Il ne buvait plus, ne se droguait plus, ne volait plus. Ce bien-être, cette dignité retrouvée – car il en va, bien sûr, de l'image de soi – a conduit nécessairement ce jeune canadien a s'investir complètement dans une pratique religieuse rigoureuse et à côtoyer des rigoristes. Ce que l'on appelle plus vulgairement le « zèle du converti ».

De même, l'étude montre des motivations comme « partir », avoir une autre vie (meilleure ou plus en accord avec un rêve d'ailleurs), remettre en cause une société qu'ils considèrent comme étant assassines. Il y a de la frustration et de la colère. Ces dispositions affectives conduisent aussi à faire des choix.

Or, Luis Martinez va plus loin dans sa réflexion sur les préférences. La frustration ou la colère n'est pas suffisante pour expliquer la radicalisation et faire le choix de la violence. Il y une disponibilité pour entendre un nouveau discours, parmi les musulmans. Si certains sont insensibles – et le sont majoritairement – d'autres au contraire trouvent dans le discours de l'hyper-violence une réponse, un moyen de relier leur foi à leur existence. « Les étapes de la radicalisation sont les suivantes:

"La prise de conscience d’un monde musulman assiégé et agressé par l’Occident, la découverte du drame qui frappe les civils musulmans, et enfin par le devoir de Jihad afin de leur venir en aide. Cette aide prend deux formes: le recours soit au Jihad défensif, en partant en Irak ou en Afghanistan, soit au Jihad offensif, en acceptant de frapper ici même l’agresseur, en l’occurrence un pays occidental. Il reste à aider les candidats potentiels à surmonter l’interdit de tuer des civils. » explique-t-il.

Il existe, dans ce long processus, des acteurs extérieurs qui aident au basculement (Benjamin Ducol parle de coapteurs familiers).

Ce jeune belge, qui suite à une première rupture amoureuse et à la rencontre d'une nouvelle petite amie, s'est converti à l'islam à 15 ans, compte parmi son nouveau cercle relationnel le grand frère de sa nouvelle petite amie qui lui fait rencontrer Fouad Belkacem. De même, si on trouve dans son cercle d'amis et de proches les relations nécessaires, il y a des rencontres fortuites. L'histoire d'un jihadiste – aussi belge – qui après sa faillite, la perte de son emploi, se trouvant sans rien, est aidé par un fondamentaliste. Avec lui, il va à la Mecque et rencontre plusieurs jihadistes.

"Alice Matheson (T1) Jour Z" de Jean-Luc Istin, Philippe Vandaële, Jean Bastide
"Alice Matheson (T1) Jour Z" de Jean-Luc Istin, Philippe Vandaële, Jean Bastide

Et internet dans tout cela ?

Cela va chagriner bien des médias d'apprendre que si internet est important, il n'est pas pour autant la cause de la radicalisation. Ainsi, Benjamin Ducol – après avoir étudié un forum de fondamentalistes Ansar al-Haqq et plus de 2400 inscrits – indique que 51% des inscrits sont de fait de recherches actives et 41% de fait de conseils d'amis dans la vraie vie. L'exposition web a un site internet ou à un contenu internet fortement radical n'est jamais fortuit. Ce qui, d'ailleurs, tout utilisateur d'internet sait – nous ne « tombons » que sur des typologies d'information que nous cherchons (et même parfois, nous mettons un certain temps pour les trouver), rejetons ce qui ne nous convient pas et/ou ne correspond pas à notre recherche/opinion.

Cette exposition à des sites jihadistes est liée à une recherche exclusive des individus. Il faut, en effet, être repéré comme susceptible d'être intéressé pour être contacté (éventuellement) et être entrainé au jihad. Bien évidement, pourquoi ces jeunes atterrissent sur de tels sites et visionnent des contenus (films) de propagandes ? Pour les mêmes raisons, qu'ils rencontrent dans la vraie vie des personnes qui les conduisent soit dans une mosquée, soit dans un groupe de lecture, ou se mettent à lire avec avidité le Coran.

Désir d'être « mieux informés », d'avoir des réponses à des questions, refouler une frustration – Certains expliquent qu'étant peu instruit sur leur nouvelle religion, au fur à mesure de leur radicalisation dans la vie réelle, ils ont fait des recherches personnelles sur internet. C'est bien entendu les réponses qui leur « plaisent » qui sont retenues ou fouillées plus avant même si l'entourage dans la vraie vie sert de modérateurs ou discutent de l'idéologie véhiculée sur les sites. D'autres encore ont été invité par leurs relations amicales, toujours dans la vraie vie, à visionner des vidéos jihadistes, de s'inscrire à certains forums ou télécharger des livres spécifiques.

Benjamin Ducol souligne aussi chez ces jeunes déclare une méfiance vis-à-vis des médias traditionnels, et sont donc en recherche d'une source d'informations alternative. Nous connaissons toutes et tous cette démarche qui consiste à faire dérouler différents sites pour obtenir une information plus complète sur un événement, parce que les médias traditionnels nous semblent incomplets ou peu crédibles. C'est d'ailleurs ce que j'ai fait pour trouver des élements me permettant de rédiger cet article.

Internet n'est qu'un support comme le serait des tracts, des livres, des vidéos sur d'autres supports que le Net ou des formations/informations au sein de réunions exposant son lot de photographies …

Internet est sur le mode virtuel, tout à la fois, une bibliothèque, des salles de réunions, des magazines officiels ou clandestins, et des salles de vidéoprojection. Internet, cependant, permet de mettre en ligne du « prêt-à-penser » et de développer une propagande en la rendant accessible.

« Des millions d’individus peuvent souhaiter l’instauration d’un Etat islamique, mais ils ne sont que quelques milliers à être disposés à mourir et donc prêts à tuer pour sa réalisation. De même, on pouvait être un fervent et virulent nationaliste irlandais sans pour autant rejoindre l’IRA, un révolutionnaire gauchiste sans être un membre des Brigades Rouges, etc. » souligne Luis Martinez dans son article.

S'il existe des radicaux – de tous bords – ils sont, en effet, très peu à choisir des mouvements clandestins armés dans le but de tuer et de mourir.

"Cette prise de conscience d’un monde musulman maltraité exacerbe la sensibilité, ce qui affaiblit la lecture rationnelle, objective des événements dramatiques. L’information qui est véhiculée concernant la communauté musulmane agressée par l’Occident se greffe sur des faits historiques ou des événements avérés. Au sentiment d’injustice doit s’ajouter celui de la révolte face à la violence." explique Luis Martinez.

Acceptet l'attentat-suicide comme modalité n'est pas possible en France pour ce que Luis Martinez appelle les « apprentis jihadistes ». Leurs croyances, les réflexions se sont construites avec leurs rencontres et leur lectures dans un pays en paix, c'est-à-dire dans un environnement protégé. Par contre, une fois en Syrie (en Irak pour Luis Martinez qui rédigeait cet article en 2007), les jeunes jihadistes sont sous une autre emprise.

Il n'existe, donc, pas de « fatalité » qui conduirait des jeunes à partir en Syrie faire le « jihad », même s'ils le justifient comme « défensif » - qui est une nuance essentielle pour les musulmans – et commettre des attentats-suicides.

Internet, seul, n'est pas suffisant pour qu'un jeune bascule dans la radicalisation. Il lui faut un envirronnement propice, une disponibilité et des relations amicales de confiance pour cela. S'il s'agit d'un embrigadement, il ne s'agit pas d'un embrigadement fermé – la famille, les proches, l'école jouent toujours un rôle – Les différents témoignages reccueillis par Benjamin Ducol ne fait, d'ailleurs, référence qu'à un cas qui s'est coupé (suite à un déménagement) de sa famille et de son milieu complétement au fur à mesure de sa radicalisation.

Nous sommes donc, très loin, de ces soi-disants embrigadements éclairs, de ces jeunes qui tombent par hasard sur des appels à mourir et tuer … Nous sommes, très sûrement, face à un problème de société – et le nôtre -

Radicalisation à l'islam : un long processus.

Luis Martinez, « Structures, environnement et basculement dans le jihadisme », Cultures & Conflits [En ligne], 69 | printemps 2008, mis en ligne le 17 juin 2008, consulté le 27 novembre 2015. URL : http://conflits.revues.org/10912

Luis Martinez « Discours et représentations sur l'attentat-suicide auprès de dix jeunes musulmans de la région parisienne », Revue internationale de Crimonologie et de police technique et scientifique, avril 2010 - http://spire.sciencespo.fr/hdl:/2441/5konp4tce4se7d09j4gk54c0l

Benjamin Ducol - http://www.chaire-terrorisme.ulaval.ca/index.php?pid=157

Partager cet article

Commenter cet article

Ergief 03/12/2015 10:38

Tout a été dit.
Fin des programmes.

La Maçonne 02/12/2015 20:55

Déjà Ergief - frère d'une obédience Très Régulière - plus que laquelle? - Tu te permets d'insulter mon blog et celui d'un autre frère les traitant d'égouts sur un article de fond sur la radicalisation - genre d'articles qui.est apprécié des "profanes" et qui n'a rien à voir avec la FM.
Ensuite, tu fais entendre que j'imagine être insultés.
Pour finir, tu te permets - c'est le comble! - De me faire une leçon de morale sur l'image de la FM et blablabla.
Je regrette - ce que tu viens de présenter comme image est bien pire encore de ce dont tu nous accuse - et étrangement deux blogs qui ni l'un ni l'autre - ne se permettent l'inventive, l'insulte, la grossièreté et autre dérive.
Dérive que tu illustrés parfaitement.
Pour moi, tu es à ranger dans la catégorie de ceux que tu connais très bien... Trés certainement pas crédible donc...

Ergief 02/12/2015 01:47

Rassurez vous, je ne suis membre d'aucune des "grosses écuries " qui se disputent le marché juteux de la FM française, seulement d'une Obédience masculine très confidentielle et tres régulière qui ne cherche a faire de l'ombre a personne. Si mes propos ont froissé certains (nes) d'entre vous, veuillez accepter mes excuses, c'est la faute de ma plume acérée.
En revanche je suis triste de vous voir vous déchirer copieusement au fil des jours pour des raisons qui n'ont pas leur place en maconnerie. Penchons nous par exemple quelques instants sur la question de la reconnaissance qui semble particulièrement vous diviser: Le besoin de reconnaissance par ses pairs est du domaine de la pettite enfance et par analogie de l'Apprenti maçon. Au delà du premier degré cette question ne devrait plus se poser car le FM est censé approcher peu a peu la maturité et un minimum de sagesse. Si cette question revient si souvent sur vos blogs respectifs c'est sans doute parce que vous n'avez pas assimilé les fondamentaux de la demarche initiatique et qu'il convient de vous interroger sur les raisons de cet echec. Voulez vous une preuve qui vienne étayer mes affirmations, avant que vous ne soyez tentés de les qualifier de peremptoires? Et bien le simple fait de voir des Johaben partout c'est tout simplemenlt se laisser glisser vers la paranoïa, derive caracteristique de ce besoin de reconnaissance. L'adulte en voie d'accomplissement échappe a ces errements car il n'a plus besoin d'être reconnu poir exister, même si la presence des autres est indispensable pour s'étalonner.
. Je ne suis donc pas Johaben, mais tout simplement un frère qui vous demande instamment de vous ressaisir car la société profane a les yeux fixés sur nous !

joaben 01/12/2015 17:31

Quelque soit ta colere, Anne, t'est-il possible de publier ce démenti ? :
Je m'inscris totalement en faux contre ce Erglef ...
Et bien entendu la malveillance (pas nouvelle) de ce hector !
J'assumes tous mes pseudos, même si j'en change !

C'est aussi une exemple de la puérilité et la bassesse des "chasseurs de pseudos" ...
Profiter de la bienveillance à l'egard des courtisans de Servel accordée par lamaconne est d'une inélégance rare ...Mais les courtisans de Servel nous ont habitué à çà ! C'est même l'âme de leur groupe.

La Maçonne 01/12/2015 19:08

@joaben
Hector n'est pas de la GLNF, de la GLAMF, ni un pro-CMF. Il ne sais juste pas reconnaître ta prose si particulière.

Ergief 01/12/2015 13:47

Hell! What humour...

Ergief 01/12/2015 10:11

L'excuse de l'outrage est l'ultime argument de celui (ou de celle) qui atteint les limites de sa pensée

La Maçonne 01/12/2015 10:24

La bave des crapaud n'atteint pas la blanche colombe.

Ergief 30/11/2015 22:19

Vos blogs "la maçonne" et autres myosotis "Savoie" ou "Dauphiné" sont de vrais égouts, a des années lumiere de l'ideal maçonnique.
Vous vous y insultez copieusement comme de vulgaires profanes. N'avez vous donc rien appris de la Franc Maçonnerie? Comment pouvez vous encore entrer en Tenue et pretendre oeuvrer pour faire progresser l'humanité?
Je vous mets toutes et toutes dans le même sac: un sac poubelle.
Honte a vous qui donnez de notre Ordre une image souillée !!!

La Maçonne 01/12/2015 12:55

@Hector
c'est pas Joaben. Mais certainement un frère de la GLAMF/SCPF ou de la GLDF (pro CMF et possiblement au SCDF).qui vient de voir un rêve de régularité-fusion s'effondrer. La seule chose qui "tenait" était la reconnaissance du SCPLF par la juridiction sud. Ils ont perdu leurs derniers atouts (et arguments).
Alors - du coup - ils ne leur restent qu'à tuer les messagers.

hector 01/12/2015 11:32

Au point commun de ces trois blogs ? Avoir viré manu militari l'infame joaben. C'est pas beau les pseudos multiples monsieur ergoaben.

La Maçonne 01/12/2015 08:35

Je vous renvois la question..c'est quoi ce commentaire à part insulter ?

La Maçonne 30/11/2015 12:12

@Joaben – Tes insinuations pourries ne changent rien en ce qui me concerne. Oser prétendre que je puisse soutenir un Benzaquen et consort est simplement injurieux.
Je ne compte pas faire de la publicité pour cet individu et son blog pour la simple raison : qu’en sus de tenir des propos choquants pour humanistes, il n’est qu’un blog profane sans aucune importance au sein des obédiences féminines et mixtes, et n’a aucune – de fait – influence sur la FM libérale. De plus, vu le nombre de citations qui polluent ses articles, son charabia constant (ce qu’il écrit est parfaitement illisible), son soutien inconditionnel pour Zemmour, il est incapable de penser par lui-même.
Combattre un Benzaquen est de la perte de temps et complétement inefficace – je préfère de loin combattre les opinions nauséabondes d’un Zemmour, d’un Soral, d’une Nadine Morano, d’une Marine Le Pen, de fondamentalistes qui font la une qu’un Benzaquen complètement insignifiant pour les maçons comme pour les profanes.
Je n’ai pas à lui procurer une sorte de « reconnaissance » qu’il est très loin d’avoir en « dénonçant » ses articles ou ses opinions. Il n’est pas dans une obédience mixte, ne fréquente aucune loge libérale et n’est dans aucune obédience française connue et/ou reconnue par les obédiences libérales. Ici, je parle essentiellement à des profanes et, en particulier, à des femmes – et crois-moi – un Benzaquen est parfaitement hors sujet et sans aucun intérêt … Je n’ai aucune envie de le rendre « plus interressant » qu’il ne l’est. Mon blog n’est pas un outil pour faire la promotion de tous les types aux idées douteuses ... C’est juste une question de responsabilité. Si tu ne piges pas cela, ma foi – cela te regarde.

En ce qui me concerne, pour en revenir à tes allusions et conclusions fantaisistes et insultantes, trop c’est trop – Si tu espères me faire pression, ainsi – c’est loupé. Tout ce que je peux te confirmer est que je suis arrivée à saturation et définitivement de tes « petits combats personnels » contre Pierre, Paul ou Jacques – parce que dans le fond, leurs opinions tu t’en fiches. Ils te servent de prétexte. Je n’ai pas besoin de prétexte pour combattre le racisme, l’antisémitisme, et le sexisme … Il s’agit d’une évidence. Je n’ai pas besoin de dénoncer les propos de Benzaquen pour combattre les opinions d’un Zemmour (qui est à la fois antisémite, raciste et sexiste). Je n’ai même pas besoin de citer un Zemmour pour combattre le racisme, l’antisémitisme et le sexisme … Ceci, parce que je pense toute seule … Toute la différence est là. C’est d’ailleurs ce que l’on me demande en franc-maçonnerie : penser toute seule.
Dans cet article, je parle de quelque chose qui devrait être appelé à commentaires – réflexions – voir contradictions.
Tout ce que tu arrives à faire est de parler d’un autre blog ??!!!

joaben 29/11/2015 11:42

Oui, peut être devons nous nous mobiliser dans ces entreprises de déradicalisation que ce soit sectaire ou pour des para-religions.
Je suis gravement inquiet d'un autre danger, qui nous concerne encore plus directement puisqu'il impregne jusqu'à la FM, ce qui parait inimaginable.
Ce blog a été témoin d'appels à l'assassinat de 20 000, 10 000, 5000 (?) suspects, ceux appellés "fiches S" (voir le sujet attentats).
Est-ce isolé ? S'il est vrai que quelques condamnations de telles insanités se font jour, ca reste plutôt complaisant ...
Il en va pourtant de la respectabilité de notre FM, respectabilité qui nous permet aussi d'agir et être écouté.
Donc il faudra aussi dans le futur trouver des mooyens de déradicaliser cette "peste brune" montante.
Là aussi il y a des mecanismes de conditionnement très élaborés !
Imaginez que nous ayons un nouveau attentat sanglant dans le mois qui suit ...
N'oublions pas qu'ils n'ont aucun scrupule :
- brandissant la douleur des victimes ... comme excitation à assassiner
- et en même temps se gaussant que c'etait des "bobos" assassinés !

Donc, chere Anne, me semble-t-il quelques soient nos quelques fâcheries, ou des amitiés, n'est-il pas temps de réagir ?

joaben 30/11/2015 10:17

Je note qu'une grosse colère fait office d'argument...
Tout dépend où tu as placé les bornes...
Comme tu le sais, je ne connais pas la FM mixte ou féminine, je connais "la FM" qui n'a aucune raison de venir mêler ce genre de questions sexuelles.
Je note que tu choisis l'attaque personnelle en reponse à un sujet général : la montée de l'extreme-droite et de la religiosité jusqu'en FM.
LE sujet que tu abordes là (radicalisation de l'islam) ... est-il dans le cadre que tu indiques ?
NB : c'est toi qui veut cibler directement sur Affidelis.
Tu as ce genre de derives sur d'autres blogs ... dont le tien d'ailleurs(voir les commentaires ...)
Je comprend bien que tu as choisi pour des raisons personnelles de classer "problemes personnels" pour discrediter, ce qui n'est pas très élégant.
Ta réaction est dans une certaine mesure typique de ce qui m'inquiete fortement, le fonctionnement au coup de gueule, la menace et le discredit. Merci de l'avoir illustré en direct sur ton blog.
Décevant mais éloquent !
Ne nous etonnons pas de la radicalisation ailleurs...
Tu t'es fait taper sur les doigts par tes amis de la cellule de propagande de la GLNF pour avoir accueilli mes propos ?(quitte à me faire insulter et virer, autant être direct !)
Et oui, il est vrai que FDA n'est pas loin de cette odieuse tendance non plus.

La Maçonne 29/11/2015 20:25

Le jour où tu comprendras que la vie et les oeuvres GLNF - GLAMF et avec elles celles de certains "frères", je m'en tape, ce sera un grand jour.

Mon obedience ne reconnaît pas la GLNF ni la GLAMF. Par conséquent, si je le souhaite, un Benzaquen est à mes yeux qu'un profane. Pour le reste, cela regarde que son obedience - s'il en a une - et sa loge s'il en a une.

Ici - il s'agit d'un blog qui concerne la FM mixte et féminine. C'est LE sujet de mon blog.
Je n'ai pas besoin de toi pour choisir mes combats -
Si je devais m'attaquer à un blog identitaire, je ne perdrais pas mon temps avec Affidelis et m'occuperais de plus important, comme Zemmour ou Soral ... pas de ceux des guignols qui pensent comme eux. benzaquen - ne représente rien pour la FM mixte et féminine (et en général libérale). Il n'est invité dans aucune des loges mixtes ou feminines - et même liberales -

Je trouve tes allusions déplacées. Celle là aussi. Tu depasses depuis quelques temps les bornes. Tes "problèmes" avec la GLNF et GLAMF n'ont aucune place sur ce blog - et que cela te plaise ou non - ne m'intéresse pas. C'est la dernière fois que je te le dis.

joaben 29/11/2015 17:19

Sur quelle base affirmes-tu que Benzaquen n'est pas FM ?
Je te rappelle qu'il etait VM de la celebre loge de recherche de la GLNF Villard de Honnecourt. Et qu'il continue à tenir conference dans des loges ...
D'autre part tu retrouves les même propos assassins sur un blog auquel tu participes de temps en temps (isere).
Et ce n'est pas tout !
Je vais te faire suivre des mails qui proviennent de membres eminents de GLNF et de GLAMF ...
Mais tu peux choisir de fermer les yeux, bien sûr ...

La Maçonne 29/11/2015 13:22

P Benzaquen (affidelis) n'est pas un franc-maçon. Je ne vais pas prendre fait et cause au sujet de tous les blogs profanes identitaires. Ce qu'est ce blog.

hector 29/11/2015 11:21

disponibilité cognitive ! c'est bien le point de départ ...
Après les chemins sont nombreux ....
BEL ARTICLE

La Maçonne 29/11/2015 11:34

Merci!

Rastetter 29/11/2015 10:46

C'est peut-être une certaine propension en France à éliminer toute référence à la religion, au nom d'une conception minimaliste de la laïcité, qui a empêcher d'approfondir et de chercher des solutions.

La Maçonne 29/11/2015 11:34

Avoir jouer à l'autruche ...
C'est effectivement notre problème de fond.