Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

PénelopeGate : Corruption & népotisme en politique, question de vocabulaire.

Illustration de Yaka (Blog "Coup d'Oeil en loge et au dehors") spéciale pour la Maçonne ! 

Entre poster des chats sur Facebook et écrire un article sur la politique, j'étais face à un chat choix cornélien. J'ai décidé de faire les deux. 

L'ONG « Transparency International » classe la France en 23ème position pour après l'Urugay (21ème position) et l'Estonie (22èmeà et avant les Bahamas (24ème) et les Emirats Arabes (24ème). Les USA font mieux en arrivant à la 18ème place de ce classement, où l'Allemagne et le Luxembourg avec le Royaume-Uni se partagent la 10ème place. Pas de quoi s'en féliciter. Qu'un homme ou une femme politique embauche un membre de sa famille n'est pas illégal en France.

Il y a un mot en français pour cela : le népotisme qui consiste à placer des membres de sa famille ou ses proches à des fonctions clefs de l'état sans justifier de leurs qualités.

Un mot très ancien régime, ciblant la monarchie et l'aristocratie, reconnu dans toutes dictatures.

Si cela n'est pas interdit en France et au Royaume-Unis, cela l'est pour d'autres pays. Le Parlement Européen, tout d'abord, interdit aux députés d'embaucher un parent proche suivant, ainsi, le modèle allemand que l'on retrouve pour l'Autriche, l'Italie, les USA (depuis 1967) et la Suède (ce sont les partis politiques qui gèrent les embauches).

Entre Fillon et Le Roux, Marine Le Pen (en bonne place avec une mise en cause d'emplois fictifs pour 29 assistants parlementaires de 23 eurodéputés ! ), après Sarkozy (et sa mise en examen version fleuve), Cahuzac (condamné à trois ans de prison ferme pour fraude fiscal et qui fait appel), DSK (non lieu), Eric Woerth (affaire dans laquelle on trouve Baroin alors ministre des finances), Guéant (condamné à 2 ans de prison dont une année ferme), … - je suis certaine d'en avoir oublié – ces affaires sont appelées pudiquement : des « affaires politico-financières ». Or, il s'agit de corruption.

Les bons mots sont maintenant dans les bonnes cases. Il suffit, d'ailleurs, de lire la presse étrangère pour constater que le système politique français, dont on a l'intuition qu'il ne fonctionne pas (vraiment), est considéré comme étant, tout simplement, corrompu. Il s'agit même d'une spécificité française, historique … qui contrairement aux autres pays ne concernent pas les petits fonctionnaires (pots-de-vin, passe-droit, etc), mais le plus haut niveau de l'état : président de la république, gouvernement & parlementaires. Là, on a fait le tour des institutions. La presse étrangère décrit ainsi une France corrompue, s'étonnant du silence et du soutien des électeurs. Moi aussi, je m'étonne.

 

Députés "fantômes" : l'absentéisme mis en cause.  

Le PéneloppeGate est, à ce sujet, même plutôt édifiant. Non pas parce que je considère que Fillon est coupable – la justice en décidera – mais par certaines réactions qui ne font pas mentir les journaux étrangers sur la capacité des français à ignorer une terminologie usitée ailleurs dans le monde.

Népotisme et corruption sont deux mots évités par les journaux français. Aucune critique mentionne un de ces mots. 

Il faut dire que l'on s'inquiète depuis peu, des cumuls de mandat, des taux de présence comme de participation des députés et sénateurs. Ces deux sites nosdeputes.fr (ici) & nossenateurs.fr (ici) sont d'urgence à consulter, histoire de savoir si votre député ou sénateur fait bien son job. Ces initiatives sont, bien sûr, privées dont la dernière est « la fabrique de la loi » (lafabriquedelaloi.fr). Pour obtenir d'ailleurs des informations de l'Assemblée Nationale, ne serait-ce sur quel député a été sanctionné, il faut se lever tôt ou pas se lever du tout. C'est mission impossible. 

Certains députés s'en sortent plutôt bien. D'autres, par contre, font  toujours office de grands absents devant l'éternel comme Balkany, Cambadélis, Baupin, Le Maire, Jean-François Copé… ou encore Dupont-Aignan ... 

François Fillon est dans le rouge, avec tout juste 13 semaines de présence, une seule intervention dans l'année (12 derniers mois). Absent régulièrement en hémicycle ces 12 derniers mois, les sessions des années précédents ne sont guère plus probantes. S'il apparaît plus présent en commission, c'est certainement pour dormir : aucune participation n'est notée. Il fait parti des 150 députés les moins présents ... De quoi relativiser largement l'occupation de ses assistants parlementaires ! Quant à sa participation à ses deux commissions obligatoires par mois, c'est filmé sur et commenté ici.

Benoît Hamon n'est guère mieux positionner avec, quant à lui, 16 présences ce qui est largement insuffisant au vu de la moyenne de son groupe parlementaire (25 présences sur la même période). Il faut reconnaître que s'il use peu des fonds de culottes sur les bancs de l'assemblée (2 participations en hémicycle), quand il y est, c'est pour causer. Les années précédentes sont néanmoins "plus colorées". 

Pour indication, la « députée du jour », Maud Olivier, présentée ainsi sur le site pour sa bonne participation et son implication dans sa mission, a 30 présences sur la même période, 62 présences en commission et 32 interventions dites « longues ». Fillon est un député léthargique, appelé aussi fantôme, et Hamon paraît papillonner. 

Pourquoi candidater à la présidence de la République si on se désintéresse des affaires publiques ? Qui représentent ces députés si rarement présents ? Voir même qui peuvent-ils prétendre représenter ?

Voilà l'occasion de mettre le doigt sur un fondamental de la politique en France.

Les français se sont arrangés, faute de mieux, de politiques professionnels. François Fillon est un de ceux-là. Comme on le constate, il semble mettre peu de coeur à l'ouvrage. Lassitude d'un ancien ?  

Le regard des citoyens a évolué. La politique « à la papa » est révolue. C'est autant une demande de transparence qui anime les citoyens qu'un respect des engagements et la preuve d'une réelle activité. Les citoyens se fichent de savoir si leurs députés font le tour du marché pour serrer des mains ... ou font le tour des terrasses des cafés. 

Autant se passer de députés s'ils ne participent à aucune commission, sont peu présents ou peu actifs. Un parlementaire est, en effet, élu pour mener une certaine mission : parler au nom de ceux qui l'ont élus et participer à l'élaboration des lois. 

Le programme de Fillon : sans contraste. 

François Fillon s'est présenté comme un homme honnête, un catholique vertueux, proposant une politique de restriction, voulant réduire des acquis sociaux pour des bonnes et mauvaises raisons, demandant aux français de travailler plus tout en acceptant la précarité comme allant de soi. 

C'était ainsi des chômeurs qui, pour une certaine droite, font le choix de l'être et de le rester – verront leurs allocations chômage plafonné et dégressif. Il veut faciliter les licenciements en inventant le principe de réorganisation (qui existe sous le terme de restructuration obligeant les entreprises à ouvrir des plans sociaux et économiques encadrés).

Pour lui, il souhaite repousser l'âge de la retraite à 65 ans en calculant la pension sur les 25 dernières années d'activités professionnelles, tout en permettant des semaines de 48 heures (le maximum fixé par l'Europe).

Déchéance de nationalité, augmentation (encore!) de la TVA, réduction du nombre de fonctionnaires (500 000 postes supprimés), rapprochement avec Poutine et une définition bourgeoise de la famille comme vouloir interdire pour les couples homosexuels l'adoption plénière et d'interdire aux femmes seules ou en couple avec une autre femme de faire appel à la PMA (C'est vrai que le patriarcat sans père, cela ne ressemble à rien !).  

Si quelqu'un prévoyait de me reprocher de ne pas parler du sacro-saint fond du programme de Fillon, voilà, ça – c'est fait. Je n'en pense pas moins. 

Ces mesures drastiques assortis d'une vision arriérée de la société, faisant concurrence à l'extrême-droite, signifient, au moins, que notre honnête Fillon, ce saint homme, vit comme il veut que les français vivent. En effet, un programme de restriction – même s'il s'agit du énième que la France connaît – se mérite. Or, ce professionnel de la politique ne fait même pas le minimum syndical en tant que député pour mériter une place honorable parmi ses confrères et consoeurs.  

Le « PénéloppeGate » choque parce que, justement, de la restriction, Fillon ne semble en avoir qu'une connaissance purement abstraite et allégorique. C'est un truc pour les autres, pas pour lui. 

Une mise en examen ne vaut pas condamnation. Mais. 

François Fillon est mis en examen pour « détournement de fonds public », « complicité et recel de détournement de fonds publics », « complicité et recel d’abus de bien sociaux », et « manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique ».


Selon le Canard enchaîné et par la suite reconnu par François Fillon, Penelope Fillon a été assistante parlementaire auprès de son époux, alors député de la Sarthe, entre 1986 et 1990, puis entre 1998 et 2002. Les dates sont variables. 

Elle a ensuite été employée par le suppléant de François Fillon, Marc Joulaud, entre 2002 et 2007. Ce dernier est aussi mis en examen. Elle a ensuite repris, entre 2012 et 2013, la fonction d'assistante parlementaire. Lorsqu'il a fallu déclarer les revenus de sa conjointe et la mentionner comme collaboratrice, cette longue « collaboration » a été arrêtée. Pourquoi cela puisqu'il n'est pas illégal d'embaucher son conjoint et que, selon le couple, elle travaillait réellement ? Parce que, explique-t-il, les mentalités ont évolués. Brutalement en 2013 ? François Fillon s'est opposé à la loi sur la transparence voté en 2013 : (source : Assemblée Nationale). Il estimait qu'il s'agissait d'une loi "sans intérêt" critiquant le projet de loi sur le "mariage pour tous" en droite ligne de cette politique "à la papa". 

Elle aurait perçu 680 380 euros net, soit environ 3 600 euros net mensuels.

A cela s'ajoute, le travail de ses enfants – qui eux, étudiants, étaient majeurs contrairement aux filles de Le Roux mis en examen pour une affaire identique. S'ajoute à cela les « cadeaux » : costumes (qu'il aurait rendu) et montres de luxe.

Pour Pénélope Fillon, cela ne s'arrête pas là. Elle aurait travaillé pour la Revue des Deux Mondes. (source) en tant que "conseillère" produisant deux notes de lecture. 

Le « hic » est que Pénélope Fillon a déclaré, en 2007, lors d'une interview qu'elle n'avait jamais été l'assistante ou la collaboratrice de François Fillon, qu'elle ne s'est jamais occupée de sa communication, bien qu'elle explique qu'elle a « aidé » en l'accompagnant à des meetings, en distribuant des prospectus. Le ton de cet interview est, lui-même, assez loin de la collaboratrice occupée à temps plein par un travail. Elle raconte avoir renoncé suite à la naissance de son troisième enfant à avoir un travail. Elle explique, aussi, le regard qu'ont ses enfants : la voyant comme une mère, une femme au foyer, alors qu'elle peut justifier d'un certain niveau d'études. Elle s'est ainsi inscrite à l'Université pour s'occuper …

Cette interview est sociologiquement intéressante : elle présente une femme qui s'ennuie, qui, s'étant consacrée à son foyer, semble avoir renoncé à une partie de ses rêves et souhaite vouloir modifier l'image que ses enfants lui renvoient d'elle. Rien à voir avec la collaboratrice active d'un homme politique, impliquée dans ses affaires, ou la conseillère d'une revue réputée. Qui est Pénelope Fillon ? Celle qui assume un rôle traditionnel, avec plus ou moins de regrets qui émane de cette interview ou celle que l'on veut nous présenter : une femme active, engagée dans la vie politique de son conjoint ? (pour l'écouter ici)

On comprend pourquoi l'affaire s'est enlisée. La défense de Fillon est devenue de plus en plus inaudible en sus d'être imprécise. Dans le fond, c'est assez simple de prouver que l'on a fait un certain travail – surtout si ce travail a duré plusieurs décennies – ce sont autant de témoins, de personnes dans l'entourage du couple ou non, un bureau dans un coin de la maison avec des notes, des brouillons, des courriers, des projets de loi griffonnés… et finalement, un ordinateur personnel. Ne me dites pas qu'en sus de n'avoir pas d'adresse email personnel, elle n'a pas d'ordinateur …

A contrario, c'est l'activité et l'implication du député qui fait la charge de travail de l'assistant (comme d'ailleurs dans n'importe quelle activité). Un député qui ne s'intéresse à aucun projet de loi, ne rédige aucun rapport, ou ne pose aucune question écrite ou orale - ce qu'est Fillon - ne doit pas être très fatiguant à suivre. Fillon semble en difficulté pour définir l'activité exacte de sa conjointe. Serait-ce son activité - à lui - qui est en cause? 

L'essentiel de la défense de Fillon tourne autour d'un complot mené contre lui, sorti d'un « cabinet noir » élyséen « pour le faire taire ». Si personne ne l'a vu, c'est qu'il y a certainement quelque obscure cave secrète construite par des francs-maçons planqué sous l"Elysée.

L'idée du complot est amusante. Or, elle n'augure rien de bon pour un candidat à la présidence de la République. Par la force des choses, habitués à tout entendre, les francs-maçons sont bien placés pour savoir que sortir le coup du complot est manqué d'arguments tout en se déresponsabilisant. Voir même, il serait mis « sur écoute » par Hollande.

On est en plein remake mitterandiste : l'affaire des écoutes ou encore Coluche Président sans parler de ses allusions sur le suicide de Bérégovoy ou encore celui de sa femme

Ce n'est pas 600 000 € ou plus mais que 3000 Euros par mois dont il est question ! On confondrait le brut du net. 

Un homme a été condamné en 2016 à trois mois de prison ferme pour avoir volé une bûche de chèvre parce qu'il avait faim. Valeur : 3 €.  Un autre du riz et des pâtes pour la même raison : condamnation à deux mois de prison pour un vol de valeur identique. Huit mois de prison dont un mois ferme pour vol de nourriture (pas d'alcool), valeur du panier 37,03 € pour un autre.

Si le couple Fillon a le droit à l'erreur – une erreur qui couvre plusieurs décennies – ces hommes, comme d'autres, devraient y avoir droit aussi. Si le préjudice de 600 000 € n'est pas considéré comme énorme, que dire d'un fromage ou de quelques victuailles ? Suivant les peines citées, 3000 € "seulement" en net, c'est 1000 mois de prison ferme. Comme ça, les comptes seront bons pour tout le monde. 

Le moindre vendeur ou vendeuse qui tape dans une caisse est licencié, présomption d'innocence ou pas, preuve ou pas. C'est ainsi que le monde mythique de l'entreprise est compris – sauf visiblement par Fillon – Ainsi, par exemple, cette caissière accusée d'avoir volé 50 € a perdu son emploi bien qu'elle fut innocentée par la justice. ou un autre cas présenté ici pour le vol de 85 centimes (!), licenciée …. ou encore ici, parce que celle-ci n'a pas bien contrôlée une cliente qui volait (!),

Fillon espère que les urnes l'innocenteront. C'est la justice qui fera l'un ou l'autre en fonction de son dossier. Les urnes ne feront que soit maintenir son emploi, soi le licencier, soit refuser son embauche. Ni ne le condamneront, ni ne l'innocenteront. Les citoyens sont son employeur. Si on accepte facilement ces licenciements, sans preuve, sans procès, sans même que les personnes concernées puissent se défendre, les professionnels de la politique n'ont pas à bénéficier de plus de privilèges. 

Fillon ouvre la porte à l'extrême-droite. 

Ce qui m'agace prodigieusement – au final – ce n'est pas l'affaire elle-même …. mais, vous me connaissez, c'est la tartufferie qui en découle. Ainsi, cet homme bien à droite, désireux de moraliser une France en déclin, renouer avec des valeurs qu'il estime essentielles, demandant aux français de devenir des individus responsables, se trouve non seulement mêlé à une affaire dont on se doute qu'au moins moralement il est condamnable, mais devient l'adepte de théorie du complot et de vérités alternatives.

Corruption et népotisme. Deux mots que les français devraient non seulement connaître mais aussi combattre en politique. 

Fillon se croyait au Moyen-Age. Il s'est trouvé envoyé directement au 21ème siècle. Une époque où la France et les citoyens s'interrogent sur la transparence des élus comme sur la politique en général. Une époque où les français craignent pour la montée de l'extrême-droite. Son obstination à maintenir sa candidature ne profitera qu'à Marine Le Pen, bien qu'elle a – devant elle – de nombreuses casseroles. Elle se dit, elle aussi, victime d'un complot

Serait-ce l'argument-choc d'une certaine droite? 

D'un parti, le Parti Socialiste en pleine errance coincé entre Hamon et Macron, c'est aussi l'effondrement des Républicains auxquels nous assistons.

Ce sera, très certainement, la première fois dans l'histoire de la Vème République où aucun des candidats des deux « grands » partis passeront au second tour à la Présidentielle, laissant les français, devant les urnes, face à un choix qu'ils ne veulent pas forcément faire. Le pire qui puisse arriver est d'avoir Fillon ET Le Pen au second tour ....

Fillon a tué la démocratie par son acharnement à vouloir « se » défendre. Il a retiré à son camp non pas l'occasion de gagner, mais de s'exprimer devant les urnes – quoique l'on puisse penser de cette expression – 

Il laisse la voie libre à Le Pen et à l'extrême-droite. Même si cet électorat n'est pas composés uniquement de naïfs, en considérant que leur candidate est plus vertueuse que les autres, ne cachant pas son népotisme familial, ce type de vote demeure le vote contestataire par excellence - tout en ayant l'avantage de proposer le même programme que Fillon (à moins que cela soit l'inverse).  

L'un et l'autre veulent faire de la France un pays fier avec des "valeurs", lui rendre une identité  – et bien, aujourd'hui, à y regarder vraiment, qui peut l'être, fier ? Qui le sera d'ici quelques semaines ? Pas moi. 

Corruption & népotisme : ce sont les mots à retenir. C'est l'odeur de la politique en France. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Papygrincheux 31/03/2017 19:22

Moi j'hésite entre Florence et Philippe à moins que, finalement, je ne choisisse Jean-Luc...

La Maçonne 06/04/2017 23:05

Philippe a créé l'événement et a réveillé un débat ennuyeux comme la pluie ... Mais pour l'utilité publique, Jean-Luc fait une remontée dans les sondages.

Condorcet 31/03/2017 10:30

Si par hasard Monsieur Fillon était élu, je pense que la première mesure à prendre serait d'ouvrir grande les portes des prisons. Ce ne serait que justice.

LB 31/03/2017 00:18

Quand un (e) franc-maçon (ne) s'engage sur un sujet politique en tant que F:.M:. il ou elle dénature le chelin initiatique. A quand un sujet sur Macron qui detourne 30k € d'argent publique en tant que ministre pour une soiree promotionnelle pour lui meme aux US ?
le franc-maçon doit en tant que tel se situer au-dessus et ne pas faire d'amalgame qui ressemble à de la propagande electorale ou alors denoncer toute la classe politique et là on peut trouver une voie initiatique dans la recherche du sens commun.
Un franc-maçon

condorcet 01/04/2017 22:08

Il ne s'agit pas de s'engager en politique, il s'agit tout simplement de se rappeler que pour un franc-maçon il y a la loi morale bien supérieure à la loi légale. Que vous citiez untel ou untel m'interesse personne et comme vous le dites il faut se situer au dessus et ne pas faire d'amalgame qui ressemble à une propagande électorale. En la circonstance ceux qui font l'amalgame ce sont ceux qui se servent généreusement tout en demandant aux autres de se serrer la ceinture, le tout en toute moralité bien sur et sans amalgames surement afin de trouver la voie initiatique qui vous tient tant à coeur. Vous voudrez bien m'expliquer ce qu'elle représente pour vous?