Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Maçonne

Coronavirus : les obédiences vont-elles survivre ?

Je pose la question là – 
Ursula von der Leyden, la présidente de la Commission Européenne, a évoqué le maintien en confinement des personnes âgées. La tranche d'âge n'est pas spécifiquement indiquée. On sait que les plus de 60 ans courent le plus de risque de développer des symptômes plus graves de la maladie. 
Pour la présidente de la Commission Européenne, tant qu'aucun vaccin n'est développé et disponible, les personnes les plus vulnérables devront être maintenues confinées. 

J'avais fait – plus ou moins – le même constat me limitant dans mon analyse précédente  au seul traitement. Cela dans l'attente d'un vaccin prévu pour mi-2021. La présidente du Conseil Européen est plus optimiste que la majorité des scientifiques et laboratoires eux-mêmes. 

Vous pouvez retrouver l'analyse complète dans mon dernier article en cliquant ici

Si aucun traitement n'est disponible pour limiter les cas graves, nous serons dans la même situation qu'avant le confinement, expliquais-je en substance  - regrettant que les autorités sanitaires et le gouvernement français n'aient pas autorisés des études en quantités suffisantes pour tester tel ou tel traitement. 


Or, les obédiences affichent une moyenne d'âge de 59 ans. Les plus de 60 ans sont majoritaires y compris – et surtout – dans les effectifs des conseils fédéraux et/ou de l'ordre. 
Si le confinement est maintenu pour les plus de 60 ans, aucun conseil fédéral ne pourra se réunir avec un quorum satisfaisant de présents ou de présentes. Autant aussi ne pas espérer pouvoir organiser les convents et autres assemblées générales. 

Bon nombre de loges seront aussi incapables d'ouvrir leurs tenues pour l'année maçonnique 2020/2021. Celles qui ont un effectif suffisant (de moins de 60 ans) verront aussi leur taux d'absentéisme exploser. 
Ce qui signifie que, concrètement, les frères et sœurs de plus de 60 ans ne pourront pas postuler pour des plateaux au sein de leurs loges et différentes fonctions dont celles de conseillers fédéraux et/ou de l'ordre pour la rentrée de 2021.  
Soit parce qu'ils souhaitent eux-mêmes éviter d'être contaminés, soit d'éviter de contaminer un parent plus âgé, les plus jeunes frères ou sœurs auront aussi tendance à limiter les situations à risque et, par conséquent, certaines réunions. 

Bien sûr, ce sera vrai si les autorités décident d'un retour « à la normale » dans le cadre du « déconfinement » et cela avant le développement d'un vaccin. C'est à dire, en admettant que les réunions  soient autorisées. 
En tout état de cause, il faut envisager d'ors et déjà que le déconfinement risque de se mettre en place par étape et – autant géographique comme le préconise l'Académie de Médecine et par tranche d'âge comme le préconise la communauté médicale – avec masques et tests de dépistage (dont vous pouvez trouver l'histoire ici) . Autant dire qu'au vu le nombre de masques et de tests disponibles, c'est mal parti. 

Les obédiences maçonniques risquent de se trouver dans des difficultés qu'elles sont, aujourd'hui, incapables de mesurer et même d'envisager. C'est, à quelque part, un scénario digne d'un bon roman de science-fiction : l'immobilisation actuelle des obédiences maçonniques qui, en toute humilité, se croyaient invulnérables et au-dessus de contingences bassement matérielles peut durer au-delà de la période estivale et ne se débloquera pas avant décembre 2020.

Par ailleurs, les mesures de "déconfinement" peuvent aussi gêner largement les soeurs et les frères : réunions interdites, déplacements limités et/ou interdits hors région pour des motifs de "loisirs", tracking via une application mobile des personnes "infectées"  ...  et j'en passe. 

Tout le monde ne retrouvera pas forcément le chemin du Temple ayant trouvé après plusieurs semaines de confinement d'autres priorités. Celles et ceux qui resteront fidèles à la franc-maçonnerie réclameront aussi un « après », une nouvelle franc-maçonnerie – qui sera plus facile à obtenir et à mettre en place qu'une réforme complète de la société . Les obédiences sous leur forme actuelles sont, effectivement, en danger.

C'est à méditer. 


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
La perte des obédience n'est pas la perte de la FM !
Répondre
L
C'est bien ce que je pense et je parle des obédiences.
P
Excellente analyse de la situation. Sauf que, après l'isolement tout le monde aura envie de l’atmosphère chaleureuse des loges.
Par plaisanterie, on pourrait ajouter que, pour parer au risque de contamination, il suffira d'arrêter de nous faire des bises et de mettre nos grands et épais tabliers un mètre plus haut que d'habitude.
Plus sérieusement, à part l'âge moyen élevé de la franc-maçonnerie, nos obédiences vont-elles survivre à notre incapacité d'élaborer le(s) projet(s) d'autre(s) civilisation(s), plus sobres, plus solidaires, plus fraternelles, qu'il faudrait à construire après l’épidémie de COVID19 ?
Plusieurs obédiences ont lancé des appels à la solidarité, mais aucune n'organise un travail de réflexion sur le monde « d'après ».
Pourtant, le confinement, imposé par ce virus, nous permet de faire un tri entre le principal et le superflu de nos existences. Et le confinement nous laisse du temps pour le faire.
Quel prince charmant réveillera-t-il la Belle au bois dormant ?
Répondre
A
Juste et triste analyse...
Mais Ursula von der Leyden peut également se tromper, enfin je l'espère, et j'espère également que nos chercheurs, a qui on a supprimé des crédits depuis de nombreuses années, certains grands esprits adeptes de la mondialisation envisageant même de supprimer le cnrs,vont finir par trouver un remède soit préventif soit curatif.
Outre le fait de nos réunions, ce qui est bien embêtant au regard de mon âge, j'y vois un autre danger qui est celui pour certains de profiter de la situation pour restreindre de manière définitive nos libertés publiques.
J'ai lu sur leurs blogs les communiqués de plusieurs organisations de magistrats ou bien encore de la Ligue des Droits de l'Homme, tous nous mettent en garde, il va falloir se montrer, pour les amis de la liberté que nous sommes, particulièrement vigilants.
Répondre
L
La question de la perte de nos droits fera office d'un article aussi sur ce blog.