Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maçonne

Franc-maçonnerie : vers un « new age » ?

Franc-maçonnerie : vers un « new age » ?

J’avais dit, un jour, à un ami et frère, que tout le monde a besoin d’un ami athée. C’est un peu comme avoir un chat, lorsque l’on croise un rongeur qu’il soit des villes ou des champs à la sortie de sa douche. Il se peut que ce soit le chat qui a ramené ledit rongeur, profitant que vous soyez occupé ailleurs. Mais cela est une autre affaire. Ce sera, cependant, toujours le chat qui attrapera plus facilement l'indésirable.

S’il y a un point commun entre une sœur athée à l’aise dans une obédience libérale et un frère croyant à l’aise dans une obédience régulière, est que ni l’un ni l’autre ne souhaite voir en la franc-maçonnerie un substitut de religion. L’athée n’en a pas besoin. Le croyant en a déjà une. La franc-maçonnerie ne l’est évidemment pas. La Kabbale n’est pas un substitut au judaïsme, le martinisme n’est pas celui du christianisme. C’est « autre chose ». La franc-maçonnerie appartient à ce groupe au contour mal défini. On peut dire que c’est un ésotérisme qui a réussi.

En ce qui concerne la liberté de conscience, en dehors de toutes définitions polémiques, un athée sait que ce qui l’exclut n’est pas de la liberté de conscience, ne peut prétendre à répondre aux principes de la laïcité et a une valeur humaniste et universelle relativement peu crédible.

En même temps que des déistes et des théistes aiment à se retrouver ensemble pour faire de la franc-maçonnerie ne me dérange pas. Je trouve cela juste curieux, d’autant plus que les athées ne cherchent pas à constituer une obédience pour eux seuls.

Depuis quelques temps, comme vous l’avez certainement remarqué, j’ai lu, analysé et décrypté bons nombres de documents s'agissant de la CMF, cette fameuse confédération émanant de la GLDF. Je me suis prononcée sur la forme, la politique obédientielle, mais jamais – ou épisodiquement – sur le fond de ce qui semble être une démarche proposée.

Cette fameuse « 3ème voie » - machin-chose qui devrait nous inquiéter tant c’est une géniale idée – ne m’a jamais semblé en rien être de la franc-maçonnerie. Il s’agit d’une conception que nous connaissons déjà – malheureusement – une lecture littérale du rituel et d’en faire une pseudo-vérité « spirituelle, traditionnelle et initiatique ».

La définition de ces trois mots sont déjà fixée – alors cela devrait être simplement symbole, concept à travailler, idéal à atteindre, longue quête à mener, bibliothèque à remplir et autant de pages blanches à noircir.

Pour nous, il n’y a rien de figer dans le temps, de graver dans le marbre … même si nous avons tous une idée de ce que cela peut être – rien ne nous oblige (et c’est même le but) à être assurer que notre idée est la bonne, la seule et l’unique. Aujourd’hui, là – maintenant – la spiritualité est pour moi une quête de sens. Pour d’autres, elle est liée avec une force invisible, supérieure et créatrice. Si la mienne me permet de construire ma propre démarche, ce n’est pas pour autant que je nie aux autres la possibilité d'en avoir une autre définition. Cela s’appelle tout simplement : la tolérance, le respect de l’opinion d’autrui et de sa démarche.

Voilà à quoi sert d’avoir un athée – et même une athée - dans ses relations : à le rappeler.

Franc-maçonnerie : vers un « new age » ?

Le « new age » a été une période ubuesque où des individus, déçus par les religions traditionnelles, se sont réfugiés dans des religions parallèles. Mère-nature – les théories Gaia - où chaque arbre avait un rôle, néo paganisme, néo druidisme, orientalisme, occultisme, magie, ... Il ne suffisait pas de croire en dieu mais d’en faire l’expérience. Vu comme une force de vie, un tout indéfini – non dogmatique - principe primordial, infini et créateur – il colle parfaitement à ce que l’on veut nous faire croire (sans jeu de mot) comme étant une découverte maçonnique de première importance et un retour aux sources de la franc-maçonnerie. C’est avoir la mémoire courte – ou une lecture de la pensée humaine quelque peu altérée.

Bien sûr, on peut faire tourner des guéridons et être franc-maçon. Ce n’est pas pour autant que tous les francs-maçons le font et souhaitent acquérir un guéridon. Définir le GADLU suivant le convent de Lausanne, une force créatrice, c’est obliger tous les maçons à planquer un autel dédié à Zeus dans son salon. Si certaines et certains trouvent le parallèle ridicule ou choquant, je trouve quant à moi qu’obliger des hommes ayant toutes leurs capacités mentales à voir dans un GADLU une « force créatrice » et comme la base d’une nécessaire quête spirituelle est tout aussi ridicule et choquant. C’est soit une crise spirituelle mal assumée, soit une manière de baigner en plein new age sans substance illicite – ce qui en enlève d’ailleurs tout son attrait –

Nous en connaissons les dangers. Si cette période fleurie avait son charme, elle en avait aussi un revers : la secte. Nous-mêmes, francs-maçons, sommes sensibles – disons-même – sensibilisés par ce qui nous différencie de la secte. « Difficile d’y entrer, facile d’en sortir ». Or, ce n’est pas tout à fait vrai. Les sectes ne supportent pas les membres qui contredisent le gourou. Elles ne gardent pas ceux qui risquent de fomenter une révolution ou remettent en cause la parole du messie. La secte sait exclure les brebis galeuses, après avoir fait pression sur elles pour les remettre sur le droit chemin.

En franc-maçonnerie, le danger est de voir des maçons imposer à d’autres une démarche – c’est-à-dire l’expérience, la part de vécu non-intellectualisé comme la part intellectuelle de celle-ci – la mesurant à l’aune de quantitatif absurde : du sujets de la planche à nos nombres de visites dans d’autres loges. Comme il s’agira de ne pas recevoir ce qui ne partage pas « les valeurs spirituelles ». Comme il s’agira d’exclure tel ou telle de ne pas croire en « une force supérieure créatrice » -de considérer qu’il/elle n’a pas sa place dans tel ou tel rite, telle ou telle loge, telle ou telle obédience… Bref, transformer la franc-maçonnerie libérale et adogmatique (comprenez l’importance du mot adogmatique) en un beau gâchis. N’est-ce pas ce qu’ont vécu les frères de la GLDF ?

Le débat ne devrait pas être autour de la croyance ou non, dans la définition donc du GADLU, mais dans le but de cette franc-maçonnerie. Que pensons-nous y faire?

Si les français s’interrogent sur la réalité du laboratoire d’idées censé représenter leurs combats, nos chers 90% de francs-maçons dans le monde n’en ont même pas l’ombre. Ils n’ont pas levé un seul petit doigt contre quoique ce soit depuis deux siècles : ni contre une guerre de trop, la misère, la maladie, une injustice,… Rien. Silence total. « ni politique, ni religion ».

Ils seraient 4 à 5 millions d’hommes dans le monde qui réussiraient à se réunir malgré leurs différences (qui ne sont pas insurmontables). Certes, ils travaillent à des rituels et à des études symboliques, voir à l’histoire de la franc-maçonnerie. Mais, ils ne font rien d’autre. Ils ne transmettent rien, n’utilisent pas ce qu’ils apprennent (la méthode symbolique) pour penser à des problématiques plus concrets, à regarder ce qu’ils sont, à imaginer un autre monde, meilleur, plus juste.

Je ne peux que regarder ces 4 à 5 millions d'hommes, instruits, qui se contentent d'une maçonnerie concentrée sur une voie spiritualiste (et encore!). Je me demande que s'ils avaient ouverts, pour quelques injustices, leurs coeurs - ne serait-ce qu'essayer pour voir - peut-être - je dis bien peut-être - quelque chose aurait changé dans le monde.

Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas morts que nous sommes vivants. La vie est bien d’être, de faire, d’agir, de penser, de transmettre, d'apprendre .... Je ne connais pourtant pas de sociétés ou de mouvements ésotériques qui n’ont pas cherché d’une manière ou d’une autre à transmettre au monde et à le transformer par des connaissances nouvelles ou tout au moins à participer à l'amélioration et au progrès de sa société.

Ainsi, l'objectif de fond diverge et, finalement, sépare - quoiqu'en soit les bases - Ce n'est pas rêvé d'un monde meilleur pour dans 1000 ans ... ce qui nous parait assez inutile - ni croire à une évolution miraculeuse de l'espèce humaine - hommes et femmes meilleurs - meilleurs que quoi? - mais d'être présents pour les nôtres - ici et maintenant.

Dans le débat « sociétaux » contre « symbolistes », c'est demander aux premiers de se couper un bras, d'abandonner leurs rêves d'un monde meilleur – et de leur reprocher d'en faire – Dans les faits, à moins que ce soient des frères ou des sœurs qui considèrent qu'un rituel est juste un moment choisi pour une sieste, aucuns « sociétaux » ne nient l'importance de la méthode symbolique.

Il y a en franc-maçonnerie ce petit quelque chose de contemplatif, qui la différencie de partis politiques. Bien sûr, c'est bien plus affaire de vécu que de vérité. C'est néanmoins la méthode symbolique qui le permet. On n'a pas besoin de croire en une force créatrice supérieure à un dieu révélé pour le ressentir. Cette méthode apporte pourtant cette façon de pensée, cette tournure d'esprit assez unique qui nous permet d'envisager n'importe quoi en passant par tout ce que nous sommes – tout ce qui nous appartient – tout le potentiel que la méthode a permis de révéler. L'important, c'est justement « n'importe quoi » …

Le symbolisme est un préalable – obligatoire, d'ailleurs – une étape essentielle de notre démarche. Il n'est pas une finalité, le but ..Sa finalité est de dévoiler peu à peu ses potentialités, ses valeurs, se déconstruire et se construire …

Avant la légende d'Hiram, il y avait celle des fils de Noé. Ces derniers déplorant la perte de Noé et de n'avoir pas reçu tout son enseignement partirent à la recherche de ses restes. Ils se mirent d'accord sur le fait que ce qu'ils trouveront leur suffira. Voilà, en quelque sorte, ce que je suis : ce que je trouve me suffit. Si c'est un simple paysage, je n'ai pas besoin de connaître son hypothétique créateur. C'est le paysage que j'ai trouvé – pas la force supérieure créatrice qui l'a conçu – Lorsque l'on visite un jardin, on ne cherche pas le jardinier pour lui demander son nom.

Avoir un athée à ses côtés, c'est avoir quelqu'un qui vous demande à quoi vous servira-t-il d'avoir le nom du jardinier? Le jardin n'en sera pas moins beau. Si le jardinier voulait laisser un message à la postérité, il est sous vos yeux. C'est la méthode symbolique qui vous permettra de le décoder. Un athée sait faire ... Comme il n'est pas obsédé par un dieu imaginé, il trouve forcément autre chose. Du coup, un GADLU "symbole-dans-lequel-on-met-ce-que-l'on-veut" parait un peu bidon. En même temps, ce n'est pas moi qui empêchera qui que ce soit à tous les essais de définition possible. Mais je n'en croirais jamais un seul mot.

Cette voie new-age qui propose une vision déiste d’un GADLU, excluant de facto l’être humain comme centre de ses préoccupations, perdra bien plus encore sur la ligne traditionnelle à laquelle elle veut se référer. Elle sens l'encens et le dogme. Elle repose sur des interdits. C'est chercher le jardinier, plutôt que de se contenter d'admirer le jardin et de le comprendre. C'est se contenter de connaître le nom d'artistes peintres, sans avoir jamais vu une seule oeuvre. C'est être sourd et aveugle.

La franc-maçonnerie a été politique, mixte, féminine, sociale, philosophique, spiritualiste, révolutionnaire, .... Elle a été infiltrée par des polices secrètes, interdite, soumise à des gouvernements et malgré cela toujours critiquée. Elle a fait peur, elle a été moquée, elle a été ridiculisée comme elle a été bouffonne. Elle a tout été déjà. Elle continue à être. Parce qu'elle est vivante et parce que nous le sommes.

Lilithement vôtre,

Partager cet article

Commenter cet article

Brumaire 19/06/2015 20:14

J'aime la manière de LM de mettre les points sur les i:la maçonnerie n'est pas un ersatz ou un substitut de religion! Il faut croire que ce n'est toujours pas compris, car nombreux sont ceux qui s'insurgent de voir le principe de laïcité dans des textes constitutionnels! si ça va sans dire, ça va beaucoup mieux en le disant.
Je travaille depuis longtemps au REAA, et, si en abordant un degré particulier, j'ai été un bref moment mal à l'aise, j'ai compris que nous y abordons des traditions diverses, mais qu'il n'est absolument pas question de les prendre au 1° degré -si j'ose dire-: alors, on serait tour à tour pratiquant du judaïsme, chrétien, etc... : si c'est comme ça que certains abordent le REAA, il semble qu'ils fassent fausse route. J'y ai appris les diverses traditions qui ont fait le monde occidental mais pas que, les mythes, ainsi qu'à ne rien tenir pour le Seul Vrai, et cela fait évoluer la spiritualité (prendre ce mot au sens de vie de l'esprit, il faut maintenant préciser, car les religieux ont kidnappé le mot)
LM a raison de mettre le doigt sur les dérives new âge, qu'on trouve un peu partout, qui fleurissent dans le monde profane, et qui ont une fâcheuse propension à déteindre en maçonnerie.
Savoir où on habite, savoir ce qu'on cherche, savoir ce qu'on veut, aprendre à quoi peut bien servir notre engagement, ce sont les questions qu'on doit se poser régulièrement. Si c'est pour ne pas être un acteur d'un progrès humain, d'un mieux vivre notre humanité, autant aller voir ailleurs, il y a des couvents, des ashrams etc...qui sont faits pour ça.
Et allons donc cultiver notre jardin, sans pour autant savoir s'il y a un Grand Jardinier quelque part.

yasfaloth 19/06/2015 11:04

Oui, enfin...

Ce n'est pas vraiment le "Grand jardinier" en lui même que je recherche par ma pratique du REAA en Grande Loge de France, mais plutôt ce que je peux y trouver comme enseignement de l'art du jardinage : ce qu'il y a de "jardinier" en moi, et qui va peut être permettre de rendre ce jardin qui est le notre un peu plus beau (ou un peu moins moche selon le point de vue)...

Avec "l'humain" pour seule finalité car il n'y a ni terre promise", ni place au paradis de prévus dans la démarche...

Maintenant je pourrais effectivement aussi m'adresser à mon voisin qui pense que le "Grand Jardinier" est une légende pour les gogos et qui m'expliquera que mon jardin sera bien plus utile avec ses choux et ses salades qu'avec mes roses et mes orchidées un peu maladroites.

Question de priorités, et sans doute aussi de tempérament...

Joaben 19/06/2015 19:44

Un athée serait-il mal à l'aise au REAA ?
Penser celà me semble être passé à côté de la symbolique profonde du REAA compris.
Car pour une progression MACONNIQUE pour un chretien aussi, il est impératif de savoir lire l'evangile de Jean autrement qu'un curé ou un pasteur.
Et dans une telle lecture, un athée y trouve tout autant "son salaire".
Mais je te concede yasfaloth que dans de nombres de loges, on arrive pas à dépasser la lecture comme à la messe "Aimez-vous les uns les autres" ... C'est déjà pas mal ... mais est-il besoin de FM pour en arriver là ?

Joaben 19/06/2015 14:28

On constatera donc que yasfaloth qui traite avec mépris de "bac à sable" le bol de notre soeur, lui qui s'ebat dans le blog réputé pour sa hauteur intellectuelle(eclatons de rire) iserois, tien aussi à s'ebattre ici.
Ceci dit, il y a un aspect interessant qui explique d'ailleurs beaucoup de problemes de la FM francaise. Typiquement ce REAA cultive, mes quelques pas avec le SCPLF me l'ont appris, une suffisance virant à l'arrogance, du fait que pour faire riche le dit REAA(qui n'a strictement rien d'ecossais, mais typiquement franchouillard) a incorporé tout ce qu'il trouvait à l'epoque, de la caballe, l'esoterisme, des templiers, catarisme, hermetisme, tarologie, rosicrucisme, alchimie, ce qui veut lui donner une importance ... enfin essentiellement permet à quelques arrogants de bavarder caballe ou alchimie sans rien y connaître (j'ai vérifié au dela du babillage de circonstance) mais en tout cas de se draper d'une importance acquise grâce à la docilité de leurs auditeurs.
Évidemment mon discours caustique a tous les defauts d'une généralisation abusive, j'ai tant de freres REAA, ayant moi-même pratiqué 5 ans, modestes et capables d'humour sur leur "connaissance".
Le problème est la petitesse des discours actuels vis à vis de la FM "anglaise" (appellons-là comme çà pour simplifier) où nous lisons des passionnés de CMF50000 analyser des ecrits anglais d 1929 avec une lecture franchouillarde du 21e siecle. Une couche de nationalisme et d'anglophobie et nous avons des discours digne du "Sun" (journal torchon anglais mais qui lui ne prétend pas être sérieux) ou france-dimanche pour avoir une référence ici.
Ainsi, parmi les allié de yasfaloth se dévelloppe un discours sur "la révélation" qui selon le popagateur serait un facteur "clivant" entre GLNF et GLAMF. Il est vrai qu'étant dans une demarche "marketing" il tente de segmenter son marché avec les discours les plus farfelus.
S'il est vrai qu'on trouve certains fanatiques religieux à GLNF(dont le GM) GLAMF n'en est pas exclue non plus.
Mais plus fondamentalement, c'est ridicule : la question de "révélation" par la religion est inexistante à la GLUA qui enonce les dits principes. Elle ne provient que d'une analyse franchouillarde.
Rappellons que pour les anglais FM c'est la "religion naturelle"(Anderson) qui prime. mais surtout que pour les anglais, c'est l'usage qui fait la regle. (et non pas comme en france, une règle qui dicterait l'usage).
A Yasfaloth : si tu attends d'une obedience qu'elle t'enseigne comment "jardiner"(même au sens alchimique) tu vas être fort déçu ... Ce n'est pas son job ! et elle n'a aucune compétence en la matière.
Mais ca peut suffire à "paraître".
Il y a pourtant des cadors en jardinage alchimique ou caballistique à la GLDF . Mais ne les confonds pas avec les "politiques" qui savent en bavarder.

yasfaloth 19/06/2015 13:33

On les exclue tellement que M. Henry et A. Graesel se sont déclarés plusieurs fois, et publiquement, agnostiques...

Quand à l'athée matérialiste, surtout s'il pratique un athéisme militant, il se sentira sûrement pas à son aise dans le cadre du REAA, et, à mon avis, ce ne serait pas lui rendre service que de l'initier à la GLDF alors qu'il existe des obédiences et des rites bien plus confortables pour lui.

Encore une fois, pourquoi vouloir uniformiser ? La pluralité des obédiences permet de correspondre à la pluralité des sensibilités... et des attentes.

La Maçonne 19/06/2015 12:58

Si tu ne cherches pas le jardinier - et dis t'en ficher - pourquoi souhaites tu exclure athées et agnostiques? Comme imposer le convent de lausanne à tes frères?
Ce n'est pas très logique ... et surtout implique que tes "voeux" ne reposent que sur des considérations d'exclusion pour "faire bien" qu'une démarche authentique.

Fabienne 19/06/2015 11:02

Merci pour ce texte.
Je suis votre blog depuis un petit moment. Je suis athée, je ne suis pas franc-maçonne, mais j'arrive à un moment de ma vie où la maçonnerie pourrait en faire partie. La question du GADLU m'interroge sérieusement et votre article m'a permis de le regarder autrement.
Je suis un peu perdue pour choisir telle ou telle obédience et mon père, qui était au GODF, n'est plus là pour me guider.
Merci pour la qualité de vos articles, restez vous-même

Joaben 22/06/2015 11:51

La question importante est-elle "quelle obedience ?" . Je reponds catégoriquement "NON".
L'obedience n'est qu'un ajout facultatif quand il n'est pas nocif à la FM

La Maçonne 19/06/2015 12:28

Bonjour Fabienne,
Le plus simple est que tu contactes les obediences qui t'intéressent, en leur expliquant que tu souhaites rencontrer un membre d'une loge de ta ville (c'est de toute manière une obligation pour toute candidature).
A partir de ces rencontres, tu pourras faire un choix ou avancer dans ta réflexion.
Bonne chance!

Joaben 19/06/2015 10:43

Finalement, ces 4-5 millions de FM travaillent-ils fraternellement ensemble parce qu'ils font l'addition et se tolerent leurs croyances respectives ?
La FM a pourtant proposé et même rendu impératif une toute autre voie : celle de laisser DEHORS ces croyances !
Un autre imperatif maçonnique est dans le F du FM. Il impose la FRANCHISE aux antipodes d'hypocrisies de convenance ou d'intérêts communs ponctuels.
Ainsi ces 3 religions "du livre" envoient chacune en enfer les croyants des 2 autres. Elles arrivent parfois à se mettre d'accord pour envoyer en enfer en complément les mécréants.
Une autre s'estime "élue", l'autre la traite de "déicide" et la troisième veut les convertir de force.
Alors lorsqu'un militant juif souhaite "joyeux noël" aux chrétiens qui accusent les juifs d'avoir tué leur messie... ou un chrétien s’émerveiller que son Jesus était juif ...
La FM bien sûr, mais aussi la laïcité républicaine ont permis à ces spiritualités de s'epanouir sans vouloir exterminer l'autre, ni en le félicitant hypocritement.
Helas beaucoup n'ont pas compris que la FM n'est pas tribune extérieure à leur passion religieuse.

Joaben 19/06/2015 09:33

Bravo encore de cette approche originale.
Tout de même, tu crée un parallèle étonnant :
- Si en effet un croyant religieux a toute sa place à GO, DH, GLMF, etc.
- Un athée est interdit (théoriquement) à GLNF-GLAMF !

De plus personne(GLF compris) ne s'interesse à la croyance personnelle. Par contre ce qui est formellement INTERDIT par tous en FM(GLNF compris) c'est de la mettre en avant pendant des travaux maçonniques. D'où la polémique autour d'une affirmation vestimentaire judaïque en tenue maçonnique.
On retrouvera de même une approche très curieuse :
La laïcité consiste à laisser à l'écart des affaires publiques(dont la FM) les croyances religieuses. D'autres tentent une pseudo-laïcité en félicitant chrétiens et musulmans lors de leurs fêtes religieuses .. Encore une fois, même si ce n'est pas en tenue quel rapport avec la FM.
Alors bien sûr certains pretendent qu'ils ont choisi la GLNF pour justement éviter la laïcité des autres. Or la GLNF dans ses principes fondamentaux interdit tout autant, toute manifestation religieuse.(REgle en 12 points, point 6).
On retrouve de même des dérives graves cette fois-ci "ordre chrétien" où des passionnés de croisades cultivent cette contre-maçonnerie(qui s'oppose aux constitutions de l'Ordre) avec la complaisance des autorités de la GLNF.

On oublie souvent de rappeller que ce sont de ces dérives d' "ordres" laissées complaisamment par la GL réguliere de Norvege qu'est issu le massacre par Anders Brevik qui a fait bien pire que les Kouachi-Couly-Baly...
Que l'OTS(secte suicidaire) est aussi un ordre issu de la GLNF.

Il faut bien se rendre compte que ces dérives, banales au début derivent pour certaines vers çà.
C'est bien là au delà du côté ridicule de l'appellation gourouesque d'"ultime lien avec Dieu" dont s'est affublé le GM actuel de la GLNF qu'est un danger, créé par un terreau de complaisances diverses vis à vis de courtisans(c'est lui même qui dénie les bienfaits de la démocracie en FM)
---------------------------
Sur un plan plus général faute de faire le pas du symbolisme, aussi bien les athées militants que les croyants se crispent :
- les athées choqués de voir ces textes qu'ils aborrent rester référence en FM
- des croyants de voir leurs textes cheris utilisés à d'autres fins que la vénération religieuse.

La "voie", à supposer qu'il y en ait une de la CMF, ou plutôt GLAMF est insaisissable tant les avis divergent dans le temps et les hommes.

Joaben 19/06/2015 14:02

Je n'ai aucun doute dans ton cas, Anne.
Cependant tu ne peux que constater à quel point la passion religieuse de certains que tu connais bien peut conduire à un interventionisme en FM.
Et je peux t'assurer aussi que de nombreux FM de GLNF(je ne parle pas de FDA sur ce coup là), conscients des abberations-incohérences de leur religion, cherchent une religion de susbstitution en la FM. ... et sont déçus.

La Maçonne 19/06/2015 12:23

Je n'explique qu'une chose dans ce petit texte est que la FM n'est pas un substitut à une religion. Ce que les deux "extrêmes" comprennent bien.
Pas de faire des "parallèles"

Jean-Yves 19/06/2015 09:22

Merci pour ce plaidoyer simple, fort et juste. J'ai déjà écrit dans ton blog, Lilith, combien avaient été ravageur les propos déplorables de M.H, à propos de la "clenche". Le bruit discret et léger quand elle se refermera sur les Athées qui n'auraient pas compris que le GADLU c'est Dieu. Le voilà bien le sectarisme qui n'ose pas dire son nom. Je me fiche bien de chercher s'il y a un principe créateur hormis ce que les astraux-physiciens m'en disent, c'est à dire que notre univers, le cosmos, est né de l'effondrement d'une étoile. Le reste, c'est de la pure spéculation quand tout est sensé reposer sur le Livre de la loi sacré (pour les croyants)... Une pensée libre (et pas forcément athée) ne peux considérer comme exclusifs les écrits d'un seul bouquin à l'instar de tout les autres. Et surtout de s'arranger pour doucement contester la primauté de la recherche scientifique qu'ils rejettent pour leurs "élucubrations" déistes. J'ai croisé récemment, lors d'un mariage mixte (catho/protestant) un pasteur évangélique qui rejetait avec force tous ceux qui ne croyait pas en dieu. Au moment où il demanda à l'assistance de se lever pour jurer avec les époux sur la bible leur consécration et soumission à ce livre, je suis resté assis. Et si je ne suis pas sorti, c'est que je suis un garçon bien élevé... Un exemple parmi tant d'autres sur cette vigilance qu'il faut promouvoir, ici ou ailleurs dans nos Obd.°....